En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

02.

Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"

03.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

04.

Un archéologue britannique fouille les décombres d'une maison, située sous un couvent de Nazareth, qu'il croit être celle où le Christ a vécu enfant

05.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

06.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

07.

Recul du Covid : ces (mauvais) chiffres qui relativisent le satisfecit que décerne Olivier Véran à la France

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Clint et moi" de Eric Libiot : à la fois amusante et érudite, l’exploration d’un géant du cinéma américain par un critique de grande notoriété

il y a 4 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Voyage sur la route du Kisokaidō, de Hiroshige à Kuniyoshi" au Musée Cernuschi : les relais-étapes de la route emblématique du Kisokaidō par les maîtres de l'estampe japonaise du XIXe siècle, 150 œuvres magnifiques

il y a 4 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Je ne vis que pour toi" de Emmanuelle de Boysson : le Paris saphique, littéraire et artistique du début du XXe siècle. Un mélange subtil de fiction et de réel

il y a 5 heures 6 min
pépites > Justice
Justice
Affaire Carlos Ghosn : Rachida Dati a été placée sous le statut de témoin assisté
il y a 7 heures 18 min
pépites > Terrorisme
Justice
Attentat de la rue des Rosiers : la Norvège autorise l'extradition d'un suspect vers la France
il y a 8 heures 30 min
pépites > International
Opération spéciale ?
Iran : un responsable du programme nucléaire, Mohsen Fakhrizadeh, aurait été assassiné
il y a 8 heures 59 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand Cédric se veut soutenable et quand Franck prend son pied : c’est l’actualité frimaire des montres
il y a 10 heures 58 min
pépites > Religion
Vatican
Coronavirus : une crise qui révèle ce qu'il y a dans nos coeurs estime le pape dans une longue tribune publiée par le New York Times où il évoque en détail la grave maladie qui l'a touché dans sa jeunesse
il y a 12 heures 47 min
décryptage > Politique
Stratégie de lutte contre le virus

Pour protéger mamie du Covid, le gouvernement veut la pousser dans les orties

il y a 13 heures 57 min
pépites > Politique
Couac
Article 24 : le ministre des Relations avec le Parlement déclare que les députés auront le dernier mot
il y a 14 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le pouvoir de la destruction créatrice" de Philippe Aghion, Céline Antonin et Simon Bunel : le capitalisme ? Une formidable capacité à créer de la croissance grâce à son pouvoir de destruction… Remarquable démonstration

il y a 4 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'historiographe du royaume" de Maël Renouard : à la cour d'Hassan II, les caprices d’un roi et le sort du courtisan malgré lui. De belles pages romanesques mais quelques digressions sans intérêt pour le récit

il y a 4 heures 53 min
pépites > Politique
Ces images "nous font honte"
Producteur passé à tabac par des policiers : Emmanuel Macron réagit dans un long texte sur Facebook
il y a 5 heures 32 min
pépites > France
Lutte contre le séparatisme
Le CCIF, menacé de dissolution par le gouvernement, annonce s'être auto-dissous
il y a 8 heures 6 min
pépites > Politique
Couac
Castex en marche arrière toute : finalement la "commission indépendante" ne réécrira pas l'article 24 de la loi "sécurité globale"
il y a 8 heures 48 min
light > Media
Esprit Canal
Sébastien Thoen aurait été viré de Canal+ après sa parodie de Pascal Praud pour Winamax
il y a 9 heures 18 min
light > Religion
Archéologie
Un archéologue britannique fouille les décombres d'une maison, située sous un couvent de Nazareth, qu'il croit être celle où le Christ a vécu enfant
il y a 12 heures 6 min
décryptage > High-tech
Usage d'Internet

Nos e-mails sont-ils vraiment une menace pour l'environnement ?

il y a 13 heures 22 min
pépite vidéo > Politique
"Images insoutenables"
Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"
il y a 14 heures 23 min
décryptage > Justice
Législation

Haine en ligne : à Bruxelles comme à Paris, une réponse législative pas à la hauteur du défi sociétal

il y a 14 heures 37 min
© LUCAS BARIOULET / AFP
© LUCAS BARIOULET / AFP
Evolution

Algérie : après l'effondrement de la façade civile du régime, le contrôle militaire est de plus en plus visible

Publié le 03 octobre 2019
Mathilde Panot, vice-présidente du groupe LFI à l’Assemblée nationale, a été arrêtée en Algérie. Elle s’était rendue dans le pays pour "rencontrer des acteurs et actrices du mouvement populaire". Elle avait été interpellée mardi.
Neïla Latrous
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Neïla Latrous est rédactrice en chef Maghreb & Moyen-Orient chez Jeune Afrique.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mathilde Panot, vice-présidente du groupe LFI à l’Assemblée nationale, a été arrêtée en Algérie. Elle s’était rendue dans le pays pour "rencontrer des acteurs et actrices du mouvement populaire". Elle avait été interpellée mardi.

Atlantico.fr : Dans quel contexte est intervenue l'interpellation de la députée LFI Mathilde Panot et sa remise en liberté ces deux derniers jours ?

Neïla Latrous : Mathilde Panot se rendait en Algérie en accompagnant son suppléant, qui se trouve avoir un lien avec l'Algérie. Manifestement, elle avait prévenu les autorités algériennes d'un email envoyé à l'ambassade d'Algérie en France pour les avertir de sa visite. Au cour de son voyage, qui devait durer une semaine, elle avait prévu de rencontrer nombre d'opposant, de militants de ce qu'on appelle le hirak, ou révolution. Elle a rencontré certain d'entre eux, entre son arrivée et le mardi, jour où elle a été arrêtée alors qu'elle participait à une marche en Kabylie, à l’Est d’Alger. Le mardi, c'est l’une des marches hebdomadaires en Algérie, celle des étudiants.

Mathilde Panot s'était jointe aux manifestants, lesquels, en règle générale en Algérie, risquent à tout moment d’être arrêtés, condamnés, ou détenus à titre provisoire. C'est dans ce contexte que là qu'intervient l’arrestation de Panot. Du fait de sa nationalité française et de la protection que lui confère son statut d’élue de la République Française, elle a pu bénéficier d'une intervention de Jean-Yves Le Drian pour l'extraire, elle et sa délégation - ou se trouvent des binationaux - du pays. Les manifestants ou activistes algériens ne bénéficient pas de cette même protection et restent souvent en prison.

Certains commentateurs parlent de dictature militaire pour désigner la nature du régime actuel, dictature sous la coupe du chef d'état major de l'armée algérienne, Ahmed Gaid Salah. Qu'en est-il ?

Le terme de dictature militaire, je ne le reprendrais par forcément à mon compte. Ce qu'on constate, c'est que les usages d'Abdelaziz Bouteflika restent de mise : des opposants au régime étaient déjà placés en détention avant son départ et des mandats de dépôt étaient déjà prononcés à leur encontre. Un certain nombre de manifestants qui sont aujourd'hui en cellule ont été condamnés, ou interpellés ou arrêtés, "mis hors d'état de nuire" pour reprendre la terminologie du chef d'état major, alors qu'Abdelaziz Bouteflika était encore au pouvoir. C’était le cas en 2014 au moment des manifestations contre son quatrième mandat. Et si on remonte à ce début d’année 2019, un activiste, Hadj Gharmoul, qui en janvier avait commencé à s’opposer au cinquième mandat, avait été incarcéré. Il n’y a pas vraiment de différence de nature entre ce à quoi on assiste et ce qui se passait auparavant. La différence est sur le rythme et l'intensité.

Là où il y avait avant, de manière épisodique, un activiste qui finissait derrière les barreaux, aujourd'hui vous en avez plusieurs par jour. C'est en cela qu'il y a une espèce d'accélération, de massification, qui donne le vertige. Ce qui est relativement nouveau aussi, c'est que l'usage du temps d'Abdelaziz Bouteflika était de ne pas forcément s'en prendre aux personnalités politiques. Aujourd'hui des élus du RCD (opposition) sont arrêtés. Louisa Hanoune, du parti des travailleurs, est condamnée à quinze ans de prison pour complot contre l'Etat parce qu'elle participait à une réunion où avait été évoquée l'idée de changer le chef d'état major. Ça c’est nouveau. Cela dit, ce qui est curieux, c’est le distinguo fait pour l’heure entre les arrestations de militants et d'activistes anti-système et celles de grands patrons du privé. A mon sens, elles procèdent de la même logique. Celle de neutraliser tout contre-pouvoir. Même si les chefs d'inculpation sont différents, en réalité le processus est le même : on interpelle, on prononce un mandat de dépôt, et on juge, plus tard, éventuellement. Toutes ces arrestations sont liées : membres de partis politiques, manifestants, activistes, chefs d'entreprises...

C’est un changement de régime ?

La nature du régime n'a pas changé, mais son affichage, oui. La façade civile s’est écroulée et laisse à voir désormais les fondations militaires. Mais dans le fond, c’est le régime algérien que l’on connaît depuis 1962. En 1965, quand Ben Bella est renversé, c'est déjà l'armée qui réaffirme sa primauté. En 1992-1993, quand il s'agit de s'ériger contre le Front Islamique du Salut et de dire qu'il ne peut pas y avoir de pouvoir islamiste en Algérie, c'est l'armée qui s'expose. Dans les grands moments fondateurs en Algérie, l'armée a réaffirmer la réalité de son rôle politique. Ce à quoi nous assistons aujourd’hui en est un témoignage supplémentaire.

Est-ce que cette évolution vous semble ignorée par la France ?

Il y a une forme de tétanie française, parce qu'on ne sait pas par quel bout prendre cette histoire. Il y a toujours peur de se faire accuser d'ingérence. Il y a toujours des intérêts d'ordre économique et en matière de sécurité . La frontière sud de la France avec le Sahel, c'est la frontière algérienne. C'est l’Algérie qui régule le flux de migrants du sud vers le nord. C’est l’armée algérienne qui combat le terrorisme dans le Sahel. L'analyse pertes-bénéfices fait qu'aujourd'hui en France, on considère qu'il vaut mieux faire avec un régime extremely autoritaire, de manière assumée, plutôt que d'essayer de pousser une démocratie dont la France et l’Europe mesurent mal les effets en matière de stabilité.

En France, le politique peine sans doute aussi à avoir une lecture claire des événements. Pourtant, la refonte de l’appareil sécuritaire a l’été 2018 aurait dû être une alerte. Le directeur général de la sûreté national a été limogé au mois de juin. Nombre de patrons des régions militaires ont été changés. Des généraux, parmi les plus gradés, ont été emprisonnés. Puis relâchés, puis à nouveau emprisonnés. Le départ d’Abdelaziz Bouteflika est une date supplémentaire dans une longue chronologie de règlement de compte, et de reconfiguration du système. L’Algerie se cherche aujourd’hui une nouvelle façade civile, mais il n'y a pas de rupture en termes de gouvernance. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
BienVu
- 04/10/2019 - 11:51
Les choses étant ce qu'elles sont...
Qu'allait faire cette dame en Algérie, si on met à part le coup de com personnel ? S'informer de la situation ? mais il suffit de lire par Internet la presse algérienne francophone pour être parfaitement informé. Apporter son soutieen aux manifestants du hirak ? alors c'est une preuve éclatante de l'ignorance totale de cette dame sur la situation politique de l'Algérie depuis son indépendance. La prééminence du militaire dans la politique est connue et surtout acceptée par une large majorité de la population et de l'élite algériennes. Le résultat de cette visite ne pouvait que conduire à des résultats négatifs, l'expulsion étant un moindre mal (obtenu par M. Le Drian himself). Quant à l'hatitude de la France (comme vous dîtes), elle est la plus sage possible, les Algériens, tous les Algériens, étant particulièrement chatouilleux quand il s'agit de leur indépendance nationale ; la moindre intervention de l'ancienne puissance coloniale dans les affaires internes au pays serait unanimement rejetée.