En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 1 semaine 15 heures
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 1 semaine 19 heures
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 1 semaine 20 heures
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 1 semaine 21 heures
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 1 semaine 21 heures
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 1 semaine 22 heures
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 1 semaine 23 heures
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 1 semaine 23 heures
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 1 semaine 1 jour
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 1 semaine 1 jour
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 1 semaine 18 heures
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 1 semaine 20 heures
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 1 semaine 21 heures
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 1 semaine 21 heures
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 1 semaine 22 heures
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 1 semaine 22 heures
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 1 semaine 23 heures
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 1 semaine 23 heures
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 1 semaine 1 jour
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 1 semaine 1 jour
© Patricia De Melo MOREIRA / AFP
© Patricia De Melo MOREIRA / AFP
Bras de fer

Google contre les éditeurs de presse : et si le cynisme n’était pas là où on croit

Publié le 01 octobre 2019
Google a provoqué un véritable tollé en refusant de rémunérer les éditeurs de presse pour l'utilisation d'extraits de leurs contenus.
Pierre Bentata
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Bentata, Fondateur de Rinzen, cabinet de conseil en économie, il enseigne également à l'ESC Troyes et intervient régulièrement dans la presse économique.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Google a provoqué un véritable tollé en refusant de rémunérer les éditeurs de presse pour l'utilisation d'extraits de leurs contenus.

Atlantico : Que montre cette volonté de Google d'aller au bras de fer avec le gouvernement et le monde médiatique français ? L'hégémonie de Facebook et Google peut-elle être contrée ?

Il y a selon moi deux raisons qui expliquent la réaction de Google. La première est stratégique: dans le contexte actuel de multiplication de propositions ayant pour objectif affiché de s'attaquer aux grandes entreprises du numérique, Google se doit d'aller au bras de fer pour montrer que les entreprises ne se laisseront pas faire. Dans le cadre des droits voisins, il est clair qu'en se soumettant benoitement à la pression des éditeurs de presse français, puis européens, Google prend le risque de voir émerger partout dans le monde des lois similaires. A terme, cela pourrait devenir un véritable enjeu financier pour l'ensemble du groupe. 

Au-delà de la question stratégique, la raison la plus profonde et la plus légitime est d'ordre économique. En refusant de rémunérer les éditeurs de presse pour l'utilisation d'extraits de leurs contenus, Google veut démontrer l'hypocrisie des arguments utilisés par les éditeurs de presse et les contraindre à révéler le véritable motif de leur action: la plupart des éditeurs de presse n'ont pas su s'adapter au développement d'internet et ils sont aujourd'hui à la recherche d'argent. C'est une logique de lobbying bien connue en économie, qu'on appelle "le deep pocket argument": les groupes de pression bien organisés, comme le sont les éditeurs de presse, ont tout intérêt à convaincre les décideurs politiques de récupérer l'argent dans les poches des entreprises les plus riches plutôt que de faire des efforts pour s'adapter à des changements économiques. 

D'après une étude publiée dans le Monde, la perte de revenus des éditeurs français liée à l'omniprésence de Google et Facebook dans le marché publicitaire est ainsi estimée entre 250 et 320 millions d'euros par an. Comment peut-on mesurer la balance couts/bénéfices des moteurs de recherches sur la presse en ligne ?

J'aimerais bien avoir accès à la méthodologie de ce rapport, car les résultats sont totalement opposés aux conclusions de la littérature scientifique. L'idée soutenue dans ce rapport, ou du moins, telle qu'interprétée par les éditeurs de presse est que Google News détournerait les internautes des sites des éditeurs de presse, les privant ainsi d'importantes recettes publicitaires. L'argument économique implicite est que plus les internautes se renseignent sur Google News, moins ils visitent les sites des éditeurs. Il y aurait un jeu de vase communiquant dans lequel le trafic serait détourné des sites de la presse pour aller vers Google News. Si tel était le cas, les éditeurs auraient raison de se plaindre de l'impact négatif généré par Google. 

Mais ce n'est pas le cas! Les études économiques, que j'ai référencées dans un rapport publié par la Fondation Concorde sur le sujet, (https://www.fondationconcorde.com/wp-content/uploads/2019/02/Presse-et-agrégateurs-de-contenus.pdf) observent que les agrégateurs de contenus - et particulièrement Google News - génère du trafic vers les sites des éditeurs de presse référencés. Cela tient au comportement des internautes qui ne se contentent pas de lire les extraits disponibles sur Google News mais cliquent vers la page du site de l'éditeur. Ainsi, être référencé par Google News permet d'augmenter le trafic d'au moins 14% vers le site de l'éditeur. 

Google News a donc une activité complémentaire des éditeurs de presse. Puisque les éditeurs de presse gagnent du trafic et des recettes publicitaires grâce au référencement, il n'y a aucune raison économiquement légitime pour bénéficier d'une rémunération supplémentaire. Et c'est bien cela que Google démontre en refusant de rémunérer le référencement: les éditeurs de presse qui se plaignent d'être référencés "gratuitement" mais refusent de ne plus être référencés démontrent qu'ils bénéficient déjà de Google News, et que leur action ne vise qu'à obtenir des fonds indus!

En 2014, suite à la volonté de l'Espagne de faire passer une loi similaire, Google avait purement et simplement fermé Google News, ce qui avait eu un impact dévastateur pour la presse en ligne. Peut-on imaginer une telle mesure de Google en France ? Comment la France et l'Europe pourraient-ils rétorquer face à une telle action ?

Vous avez raison. Cette confrontation a déjà eu lieu en Espagne, en Belgique et en Allemagne, et chaque fois le résultat a été le même: quelques jours après avoir été déréférencés les éditeurs de presse ont abandonné leurs réclamations à être rémunérés et ont accepté d'être référencés sans contrepartie. Et encore une fois, cette réaction ne tient pas au pouvoir de Google mais bien au fait que les éditeurs de presse perdaient du trafic et donc des recettes publicitaires en abandonnant le référencement, ce qui prouve que Google News a un impact positif sur l'activité des éditeurs de presse. 

Alors peut-on imaginer la même chose en France? Bien sûr. Pourquoi Google se priverait d'éduquer un peu les éditeurs et les législateurs à la réalité de l'économie? Et si vous avez compris mon propos, vous conviendrez qu'il n'y a aucune légitimité à tenter de contraindre Google. Cela n'a pas de sens économique et ne peut qu'effrayer les autres agrégateurs de contenus et plateformes de partage qui bénéficient à la presse. Selon moi, les gouvernements européens devraient plutôt abandonner cette stratégie contreproductive. Quant aux éditeurs de presse, ils devraient accepter que leurs difficultés ne sont pas liées à Google ou à d'autres entreprises. Leurs recettes publicitaires ont commencé à s'effondrer en 2000, au moment de la démocratisation d'internet, et bien avant l'apparition des réseaux sociaux ou de Google News! C'est tout le modèle économique qui doit être repensé, la qualité des contenus doit remonter en gamme et les stratégies de financement doivent être réinventées. En refusant cette réalité, les éditeurs de presse ont tout à perdre puisque leur aveuglement les conduit actuellement à tenter de survivre aux crochets des entreprises florissantes. En économie, cela s'appelle des "prêts zombies", et ça n'augure rien de bon pour le secteur. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
J'accuse
- 01/10/2019 - 17:07
Gonflée, la presse !
Ce sont les journaux qui devraient rémunérer Google pour être référencés. Ils pourraient donc remercier le moteur de recherche de le faire gratuitement au lieu de lui réclamer un argent qu'il ne leur doit pas.
Il ne faudrait pas sous-titrer "Google contre les éditeurs" mais "les éditeurs contre Google". Google ne fait que se défendre contre des revendications délirantes, et n'attaque personne. Au contraire, il laisse les journaux libres de décider s'ils veulent continuer à bénéficier de la pub gratuite de Google ou s'ils préfèrent s'en passer.