En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

02.

L'Union européenne envisage d'exclure la Hongrie et la Pologne du fonds européen de relance

03.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

04.

Macron skie français

05.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

06.

Trois étranges monolithes métalliques de 3 m de haut sont apparus aux Etats-Unis et en Roumanie

07.

Crise économique : l'OCDE prévoit que la planète va se redresser en 2021... sauf l'Europe qui restera à la traîne. Mais pas par hasard

01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

06.

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

05.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

06.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

ça vient d'être publié
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les bracelets se noient dans le marc de raisin et quand les tortues ont l’accent italien : c’est l’actualité décembriste des montres
il y a 11 min 9 sec
light > Loisirs
Bingo
La popularité croissante de “All I Want for Christmas is You” montre que l'industrie de la musique valorise les vieilles chansons
il y a 2 heures 43 min
light > Insolite
Bizarre
Trois étranges monolithes métalliques de 3 m de haut sont apparus aux Etats-Unis et en Roumanie
il y a 4 heures 46 min
light > Social
Convivial et efficace
Une recherche en psychologie montre l'intérêt des discussions devant la machine à café
il y a 5 heures 14 min
pépites > Economie
Coronavirus
Le Fonds de solidarité universel s'arrêtera le 31 décembre annonce Bruno Le Maire
il y a 5 heures 57 min
décryptage > France
Vive nous

Macron skie français

il y a 6 heures 14 min
décryptage > Société
Placements privilégiés

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

il y a 6 heures 24 min
décryptage > Politique
Héritage politique

Mort de VGE : mais qu’est devenue la droite libérale en France ?

il y a 7 heures 1 min
décryptage > Religion
Séparatisme

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

il y a 7 heures 39 min
pépites > Santé
Conférence de presse
Covid-19 : Jean Castex confirme que « la vaccination sera gratuite pour tous »
il y a 18 heures 24 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : qui de Londres ou de Bruxelles (et de Paris...) prend le plus grand risque dans le bras de fer ?

il y a 1 heure 39 min
décryptage > France
Article 24

Police, manifestants et libertés publiques : les images de violence servent-elles la Vérité... ou de munitions aux combattants de nos guerres idéologiques ?

il y a 4 heures 38 min
pépite vidéo > Economie
Commerçants face à la crise
Nouveau calendrier : Bruno Le Maire confirme le report des soldes d'hiver au 20 janvier prochain
il y a 5 heures 6 min
rendez-vous > Religion
Géopolitico-scanner
Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable
il y a 5 heures 50 min
pépites > Economie
Voyage moins cher
La SNCF envisage de plafonner le prix des billets de TGV en seconde classe
il y a 6 heures 9 min
pépites > Politique
Scandale
Dominique Strauss-Kahn annonce la sortie d'un documentaire sur sa vie à l'automne 2021
il y a 6 heures 23 min
décryptage > Science
Espace

ClearSpace-1 : l’opération anti-débris spatiaux qui sauvera nos satellites (et nos GPS)

il y a 6 heures 41 min
décryptage > High-tech
Course aux vaccins

IBM détecte des cyber-attaques en cours contre la distribution des vaccins anti-Covid dans le monde : alerte écarlate ou rouge pâle ?

il y a 7 heures 22 min
Montrer l’exemple
Covid-19 : les anciens présidents américains Barack Obama, George W. Bush et Bill Clinton sont prêts à se faire vacciner en direct
il y a 17 heures 57 min
pépite vidéo > Politique
Allocution présidentielle
Retrouvez l’intégralité du discours d’Emmanuel Macron en hommage à Valéry Giscard d’Estaing
il y a 18 heures 50 min
© RAYMOND ROIG / AFP
© RAYMOND ROIG / AFP
Bonnes feuilles

Les Gilets jaunes, un événement historique et non pas un incident de parcours de la présidence Macron

Publié le 29 septembre 2019
Avec Luc Rouban
Luc Rouban voit dans le mouvement des Gilets jaunes le symptôme d'une profonde mutation du rapport au politique. Extrait de "La matière noire de la démocratie", de Luc Rouban, publié aux Presses de Sciences Po (2/2).
Luc Rouban
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Luc Rouban est directeur de recherches au CNRS et travaille au Cevipof depuis 1996 et à Sciences Po depuis 1987. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Luc Rouban voit dans le mouvement des Gilets jaunes le symptôme d'une profonde mutation du rapport au politique. Extrait de "La matière noire de la démocratie", de Luc Rouban, publié aux Presses de Sciences Po (2/2).
Avec Luc Rouban

La séquence ouverte par le mouvement des gilets jaunes constitue un événement historique et non pas un incident de parcours d’une présidence atypique de la Ve République comme pourrait le laisser entendre le discours d’Emmanuel Macron du 25 avril 2019 lorsqu’il a présenté ses projets de réforme en réponse au grand débat national. Les questions soulevées ne se réduisent pas en effet à une simple demande de pouvoir d’achat ou au rejet d’un style élitiste un peu méprisant à l’égard des catégories populaires. Ces questions ont fait réapparaître la violence dans l’histoire politique française, une violence assez largement admise et légitimée par les soutiens des gilets jaunes pour son utilité, puisqu’elle a conduit à obtenir un allègement de la charge fiscale pesant sur les retraités et les petites classes moyennes. Mais les interventions du président n’ont pas arrêté le mouvement ni répondu aux enjeux de fond qu’il a fait émerger. La violence exprime en cela une exaspération devant un dialogue démocratique de sourds. Le débat démocratique est asservi aujourd’hui par la masse invisible des interactions sociales, des modes de vie mais aussi des représentations générés par un capitalisme mondialisé qui a fini par évider l’autonomie du politique. Cette « matière noire » a été mise au jour par un conflit totalement inédit et inclassable dans les termes de la philosophie politique classique et que n’ont jamais envisagé les bibliothèques entières consacrées à la démocratie.

Deux anthropologies du pouvoir s’affrontent et ne se comprennent pas, au sens strict du mot. D’un côté, une anthropologie du pouvoir complexe, intellectualisé, reposant à la fois sur des montages institutionnels élaborés, dont l’Union européenne est l’exemple le plus flagrant, sur une temporalité du temps long et sur une action publique aux bénéfices diffus mise entre les mains de mandataires, les élus, à qui on fait confiance pour prendre en charge l’élaboration de l’intérêt général. De l’autre, une anthropologie du pouvoir simple, immédiat, ancré dans le concret du vécu et générateur d’émotions, reposant sur la recherche à la fois d’une emprise directe sur la décision, d’une temporalité du court terme, voire de l’immédiateté, comme d’une action publique devant se concentrer sur des individus ou des communautés et devant être contrôlée plus étroitement dans le cadre de mandats impératifs. Il ne suffit donc pas d’opposer les partisans de la « société ouverte » aux défenseurs de la « société fermée », ou les « progressistes » aux « populistes ». Tout ne se résume pas au libéralisme sociétal et le néo-populisme auquel s’oppose le macronisme n’est pas le populisme des XIXe et XXe siècles qui mobilisait des ouvriers et des employés, à la limite de la misère, qui recherchaient l’émancipation dans un destin national commun. Le néo-populisme n’a pas non plus le même projet politique puisqu’il ne prône pas le parti unique et ne rejette pas le pluralisme politique.

Si la ligne de partage entre ces deux approches du pouvoir passe clairement par un affrontement de classes objectives, elle ne trouve guère à s’exprimer que dans l’opposition entre LREM et le RN à la suite de l’élection présidentielle de 2017, largement confirmée par les élections européennes de 2019. Mais ces classes sont désormais bien moins définies par la catégorie socioprofessionnelle d’appartenance que par la capacité d’autonomie des individus qui les composent ou au contraire leur hétéronomie et leur attachement à des communautés d’origine ou d’affinité. La question sociale n’a donc pas disparu mais elle se trouve fragmentée, émiettée, renvoyée à des arènes locales. Il en résulte que le débat politique dans la France se réduit aujourd’hui à l’opposition de deux droites, l’une d’inspiration giscardienne et attrape-tout, vidant Les Républicains de leur substance, et l’autre réactivant l’héritage du gaullisme social dans une interprétation souverainiste et xénophobe tout en faisant des appels de phare aux élus et aux électeurs d’une gauche exsangue. Il n’est pas certain que cette offre politique réponde aux attentes d’une grande partie des électeurs, sinon par défaut, et au risque de renforcer l’abstention.

Car les gilets jaunes et le macronisme se rejoignent en s’opposant. Ils déclinent tous deux le même bréviaire instrumental, la démocratie étant réduite à un échange entre un citoyen devenu client et un élu devenu fournisseur. C’est du reste ainsi que l’on peut interpréter les critiques visant Emmanuel Macron pour son incapacité à produire un sens collectif, une vision historique de la France à l’instar de ce qu’avaient pu faire certains de ses prédécesseurs. La démocratie directe des gilets jaunes ou prônée par certains des contributeurs au grand débat national s’inscrit dans cette vision instrumentale de la démocratie : j’en veux pour mon effort et mon argent. Le capitalisme financier a fini par dévorer le libéralisme politique et ses institutions.

Extrait de "La matière noire de la démocratie", de Luc Rouban, publié aux Presses de Sciences Po

Pour acheter l'ouvrage sur Amazon, cliquez ici

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
spiritucorsu
- 30/09/2019 - 13:32
Crise de confiance. (suite et fin)
La même caste qui protège ses intérêts personnels coûte que coûte au détriment de l'intérêt général,souvent à l'origine des pires scandales financiers ou sanitaires étale depuis peu sa morgue et son mépris à l'égard de ceux qu'elle est censée servir concourant à la perte de sens de notre système démocratique.Les gilets jaunes ne sont qu'un dernier signal d'alarme qui retentit avant le décès effectif d'une institution trop souvent trahie ou dévoyée.Les deux révolutions(1838 et 1848) qui ont suivies celles de 1789, avaient en grande partie pour cause l'état misérable des classes populaires,mais aussi le peu de légitimité du pouvoir en place.Pour l'instant face à la crise,nos dirigeants,ancrés dans leur confort et leurs certitudes ont choisi de l'affronter fortifiés dans des châteaux de sable,dernière vanité à l'heure ou la marée monte pour creuser le cimetière de leurs illusions.
spiritucorsu
- 30/09/2019 - 13:14
Crise de confiance.
Au delà d'un conflit idéologique,les convulsions actuelles qui agitent certains pays européens et en particulier la France résultent bien plus d'une crise de confiance arrivée à son paroxysme qui touchent les oligarchies qui se sont accaparées le pouvoir,à l'égard des quelles,les électeurs en premier, puis les citoyens font preuve d'une défiance grandissante,la preuve en est le fort taux d'abstention lors des élections et le nombre croissant de recours en justice contre l'Etat.Au cours des dernières décennies,nos dirigeants,nos politiques,dont la probité,l'expérience,le bon sens,l'humilité et la qualité d'écoute auraient du servir d'exemple à la Nation tout entière,ont préféré se déconsidérer totalement aux yeux du peuple,en servant uniquement leurs intérêts personnels ou celui de leur clan,en s'octroyant les meilleurs places,en trustant tous les avantages et les honneurs tout en se rendant responsables par manque de clairvoyance et d'intelligence du déclin du pays .
TPV
- 29/09/2019 - 18:48
Le liberal et le libéral
Font la paire....en Marche.