En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

03.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

04.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

05.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

06.

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

07.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Atlantico Business

Macron : tout faire pour éviter une contamination de la grogne sociale et surtout une résurgence poujadiste.

il y a 13 min 49 sec
décryptage > France
Derrière les annonces

Ce qui se cache vraiment derrière "l'inégal sens des responsabilités" évoqué par Emmanuel Macron à propos des failles françaises face au Covid

il y a 53 min 6 sec
pépites > Style de vie
Cash
70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine
il y a 2 heures 2 min
décryptage > Religion
Enfin Allah devient sélectif

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

il y a 2 heures 22 min
pépites > Politique
Communication
Jean Castex donne ce jeudi matin des informations supplémentaires sur l'allègement du déconfinement
il y a 2 heures 40 min
décryptage > Environnement
Coeur de l'atome

Haro sur le nucléaire et l’hydrogène : l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

il y a 2 heures 47 min
décryptage > France
Première vague

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

il y a 3 heures 7 min
Effets de la parole présidentielle
Déconfinement : la SNCF a connu une hausse de 400% des ventes de billets de train juste après les annonces d’Emmanuel Macron
il y a 15 heures 7 min
light > Sport
"El Pibe de Oro"
Mort de la légende du football argentin, Diego Maradona, à l’âge de 60 ans
il y a 17 heures 23 min
pépites > Politique
"Le changement, c’est maintenant"
François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste
il y a 18 heures 56 min
décryptage > Environnement
Ecologie

Ecocide : entre impensés, mal-pensé et arrières pensées, un nouveau délit à l’application piégée

il y a 25 min 23 sec
pépite vidéo > Sport
R.I.P
Maradona s'en va, les Argentins célèbrent leur héros national
il y a 1 heure 40 min
décryptage > International
Les yeux ouverts

Le grand défi d’Aliyev

il y a 2 heures 13 min
décryptage > Politique
Fluctuat et mergitur

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

il y a 2 heures 30 min
décryptage > Sport
Dieu du football

Maradona, l’immortalité haut le pied

il y a 2 heures 42 min
décryptage > France
Aimons nous les uns les autres

Après la résilience, la bienveillance : peut-on gouverner efficacement un pays avec des objectifs de développement personnel ?

il y a 2 heures 57 min
décryptage > France
Génie

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

il y a 3 heures 18 min
Futur best-seller
L'enquête fleuve de Society sur l’affaire Xavier Dupont de Ligonnès va être publiée sous le format d’un livre accessible dès le 9 décembre
il y a 16 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Madre" de Rodrigo Sorogoyen : un thriller bouleversant sur une mère en deuil de son fils…

il y a 18 heures 22 min
pépites > Economie
Changement de stratégie
IBM envisagerait la suppression de près d’un quart de ses effectifs en France
il y a 20 heures 8 min
© PHILIPPE LOPEZ / AFP
© PHILIPPE LOPEZ / AFP
Transparence

Explosion de l’usine Lubrizol : énorme erreur de communication des autorités publiques ?

Publié le 28 septembre 2019
La gestion de la crise de Lubrizol à Rouen par les pouvoirs publics, chargés de la sécurité des habitants, est-elle à la hauteur des événements ? Manifestement, les habitants de Rouen ont un avis tranché sur le sujet : au lieu de prendre la mesure de la gravité de la situation, l’État la minimise et cherche à infantiliser les citoyens par un discours lénifiant. Il est assez sidérant que les élus n’aient pas pris conscience des attentes démocratiques et y répondent de façon aussi désinvolte.
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La gestion de la crise de Lubrizol à Rouen par les pouvoirs publics, chargés de la sécurité des habitants, est-elle à la hauteur des événements ? Manifestement, les habitants de Rouen ont un avis tranché sur le sujet : au lieu de prendre la mesure de la gravité de la situation, l’État la minimise et cherche à infantiliser les citoyens par un discours lénifiant. Il est assez sidérant que les élus n’aient pas pris conscience des attentes démocratiques et y répondent de façon aussi désinvolte.

La gestion de la crise de Lubrizol à Rouen par les pouvoirs publics, chargés de la sécurité des habitants, est-elle à la hauteur des événements ? Alors que les Français (et particulièrement leurs hauts fonctionnaires) ricanent régulièrement de la gestion de ce type d’événements à l’étranger, notamment en Russie avec ses « explosions » suspectes rarement expliquées au public, pouvons-nous dire que l’État, en France, fait vraiment mieux ? Manifestement, les habitants de Rouen ont un avis tranché sur le sujet : au lieu de prendre la mesure de la gravité de la situation, l’État la minimise et cherche à infantiliser les citoyens par un discours lénifiant. Il est assez sidérant que les élus n’aient pas pris conscience des attentes démocratiques et y répondent de façon aussi désinvolte.

L’usine Lubrizol de Rouen présente la particularité d’être un site Seveso « seuil haut » (selon les termes de la directive européenne dédiée au risque industriel) installé quasiment dans un centre ville. Le site se trouve en effet dans un rayon de moins de deux kilomètres par rapport à la célèbre cathédrale peinte par Claude Monet.  Autant dire qu’un demi-million de personnes vivent à la proximité immédiate de cette usine pestilentielle, dont 150.000 habitants à quelques minutes à pied des épaisses fumées qui ont pollué l’air.

Comme on le voit sur la carte ci-dessus, des communes très peuplées comme Petit-Quevilly sont à proximité immédiate du site, soit dans un rayon de deux cents mètres.  Cette quasi-imbrication d’une préfecture départementale et anciennement régionale avec un site aussi dangereux oblige forcément à une prudence particulière et à une réponse responsable des édiles qui ont la charge de cette mission délicate.

Or, au fil des heures, on s’aperçoit que les édiles en question (ministres compris) n’ont pas forcément la même conception de la responsabilité que le petit peuple susceptible d’en faire les frais.

Une gestion hasardeuse le jour même de l’événement

Éclipsée par la mort de l’ancien président Chirac, qui a permis aux journalistes nationaux de purger leurs dossiers prêts depuis plusieurs mois sur cette disparition et les a dispensés de plancher sur un roboratif accident industriel qui les intéresse peu, la crise Lubrizol, qui commence le jeudi vers 3 heures du matin) a été rapidement boudée par les chaînes d’information. Cette discrétion a évité aux pouvoirs publics une pression médiatique qui, à ce jour, demeure la meilleure arme pour obliger fonctionnaires et élus à faire leur travail. La gestion de l’événement, vue de l’extérieur, paraît pourtant hallucinante et digne de l’Union Soviétique à ses grandes heures.

Ainsi, dès les premières minutes du gigantesque incendie visible depuis toute la ville, et qui dégage une épaisse fumée noire pestilentielle, la Préfecture indique que celle-ci « ne serait pas toxique ». L’affirmation de la non-toxicité des fumées constitue l’épine dorsale de la communication et de la gestion étatique depuis le début de l’événement, avant même que la moindre mesure  scientifique n’ait été effectuée.

On comprend bien le souci du Préfet dans ce dossier : décider l’évacuation en urgence de plusieurs centaines de milliers de personnes, qui plus est installées sur la Seine, entre la capitale et le port du Havre qui la ravitaille quotidiennement, est une décision lourde à prendre. Plus d’un membre du corps préfectoral a compromis sa carrière en décidant à la légère des mesures qui s’avéraient par la suite excessives. Si l’on nous permet d’être désagréable, cette décision était d’autant plus compliquée à prendre que le Président de la République était occupé à préparer son éloge funèbre de Jacques Chirac. Le préfet de la Seine-Maritime n’avait guère envie de gâcher la fête aristocratique qui se préparait à Paris avec ses problèmes de gueux et de va-nu-pieds. Il y a des priorités dans notre République d’Ancien Régime.

Donc, on a minimisé dès le début, et on a pas à pas, expliqué aux habitants qu’ils pouvaient dormir sur leurs deux oreilles.

Des mesures de confinement très aléatoires

Dans cette gestion totalement courtisane de la crise, la préfecture décide, « par précaution », de fermer certains établissements scolaires. Ce confinement ne concerne que la rive droite de la Seine. Les communes situées au sud de l’usine, c’est-à-dire hors de la trajectoire apparente des fumées, ne sont pas concernées. Ainsi, les écoles de la commune de Petit-Quevilly, à proximité immédiate de l’incendie, restent ouvertes. Comme le montre la carte ci-dessus, cette commune est pourtant menacée d’un péril immédiat, celui de l’explosion complète du site, notamment du fait de la présence d’hydrocarbures sur le sol de l’usine en feu, qui auraient pu provoquer une catastrophe s’ils avaient à leur tour pris feu.

Sur quel fondement scientifique les pouvoirs publics ont-ils estimé que les écoles proches du site mais au sud de l’usine (historiquement dans la banlieue ouvrière de Rouen) n’avaient pas besoin d’être confinées ? Le mystère reste entier. Sans doute la préfecture a-t-elle considéré que la pollution était seulement inquiétante sous l’épais nuage de fumée qui se dirigeait vers le nord-est, et qu’aucun risque particulier n’était encouru par ceux qui vivaient à deux cents ou trois cents mètres au sud de ce sinistre panache. Mais le raisonnement paraît bien léger…

À 10 heures du matin, le Préfet tient une conférence de presse, où il annonce un risque de pollution de la Seine. Mais c’est de leur propre initiative que certains magasins décident de fermer leurs portes, tant l’air est vicié et irrespirable. Le réseau de bus n’est mis à l’arrêt qu’en début d’après-midi.

Il faut attendre 16h45 pour que des consignes de sécurité soient données aux agriculteurs. Le panache de fumée s’étend alors sur 22 kilomètres…

Le ressenti de la population

Dès les premières minutes, pourtant, le ressenti de la population laissait penser que la situation était bien plus grave que les pouvoirs publics ne s’employaient à le faire croire (et qu’ils n’ont dû le concéder au fil des heures). Ainsi, le matin, vers sept heures, les employés de l’usine donnaient des récits hallucinés de ce qui se passait sur le site:

« J’étais caché dans la benne d’un camion à 100 mètres du feu. La chaleur, c’était fou. Je me suis mis torse nu, c’était dur de rester à côté. Des boules de feu de plusieurs dizaines de mètres sortaient de là. » Jérémy n’est ressorti que trois heures plus tard, vers 7h30, les mains et le visage recouvert de suie.

Très vite, les personnes sous le panache de fumée qui se forme souffrent de la pestilence qui se répand sur la ville. Sur la rive droite, c’est-à-dire au nord de l’usine, des symptômes de toxicité apparaissent dans la population.

Pour Léa, résidant rue du Renard, la découverte s’est déroulée de manière plus subtile : Lorsque je me suis levée, j’ai eu mal au crâne. j’ai eu quelques vertiges, je n’étais pas au courant de ce qu’il se passait. Pendant mon petit-déjeuner, je ne me sentais pas bien. J’ai regardé par la fenêtre et les infos. J’ai compris. Sa colocataire a été réveillée pendant la nuit par l’odeur de fumée. Léa décide de partir à son travail, au Trait. « Il vaut mieux s’en aller même si on passe un temps dans les bouchons, assure-t-elle. Je suis mieux là-bas que de rester chez moi. » Le soir, elle doit quitter Rouen pour partir en week-end. « Ça m’arrange. Je n’y crois pas du tout que ce n’est pas toxique. »

D’autres ont la gorge irritée.

Pendant que la préfecture assure que le nuage n’est pas toxique, des habitants prennent l’initiative de boucher les aérations de leurs maisons pour éviter d’être contaminés. Pourquoi les pouvoirs publics s’emploient-ils alors à nier des évidences et, par simple précaution, ne donnent-ils pas de sévères consignes de sécurité ? Les consignes données le matin invitent simplement à rester chez soi si l’on habite dans un périmètre de 500 mètres autour de l’usine.

 

Comme on le voit, les consignes données à 9h19 par la Préfecture invitent à limiter les déplacements. L’histoire jugera si cette réponse fut suffisante…

Les services de l’État debout sur le frein…

La course qui s’engage alors est celle d’édiles qui cherchent à expliquer aux bonnes gens de Rouen qu’il ne faut pas s’inquiéter. Ainsi, en fin d’après-midi, le Préfet donne-t-il une conférence de presse qui, là aussi, sera relue dans quelques années à l’aune des conséquences sanitaires que l’on aura ou non enregistrées.

Lors d’une conférence de presse donnée à partir de 18 heures, jeudi, le préfet de Seine-Maritime Pierre-André Durand, s’est voulu rassurant. Il indique que 78 mesures de la qualité de l’air ont été effectuées en 26 points différents dans Rouen et communes alentours, entre 4 heures et 16 heures, jeudi.

Ces mesures du panache de fumée, qui s’est étendu sur près de 22 km au plus fort de l’incendie, ne laissent pas apparaître une nocivité pour l’homme. Le préfet note l’ »absence d’hydrogène sulfuré, une mesure de souffre et des valeurs quasi nulle d’oxyde d’azote ». Mais « entendons nous bien, toute fumée est évidemment malsaine, mais il n’y avait pas dans la composition d’éléments problématiques. Il s’agissait de substances carbonées classiques ».

À cette heure-là, pourtant, on sait que 51 personnes ont été prises en charge dans les hôpitaux pour des problèmes manifestement liés à la pollution. On note en particulier le développement de maux de tête et de nausées en fin de journée.

« Il y a eu une augmentation de personnes se plaignant de maux de tête accompagnés de nausées, voire de vomissements. » L’odeur « très entêtante, créant un inconfort total »

Contre ces évidences d’un problème sanitaire, les édiles s’obstinent dans le déni et expliquent:

Pour le docteur Jardel, il s’agit de malaises « purement symptomatiques ». « Ils ne sont pas synonymes de situation toxique, mais d’inconfort », souligne-t-il. Quant aux effets à long termes, le médecin indique que les hydrocarbures sont cancérigènes, « mais seulement sur des durées d’exposition extrêmement prolongées ».

Le docteur Jardel est médecin au SAMU. Ses paroles sur « l’inconfort » qui ne vaut pas « situation toxique » resteront longtemps dans les esprits. Les assurances données sur les effets cancérigènes qui ne se produisent qu’avec une exposition extrêmement prolongées aussi.

On est étonné par l’infantilisation du public qui domine le discours officiel. Manifestement, la seule réponse que les pouvoirs publics trouvent pour rassurer est de minimiser les maux et de banaliser les risques, sans produire d’élément probant, documenté, sans donner le sentiment de s’appuyer sur des études sérieuses. Bien entendu, qu’à ce moment, ce que le public attend est une mesure de la gravité, un discours sur le mode : « nous avons entendu vos inquiétudes, et nous allons prendre le temps de mesurer tous les risques de façon sérieuse et transparente ». Mais seul vient un discours préfabriqué sur : « il n’y a pas de risque », qui agace en profondeur ceux qui y sont exposés.

Faut-il rassurer la population ou l’associer à la gestion du risque industriel ?

Vendredi, la visite d’Agnès Buzyn a confirmé cette gestion de la crise par l’infantilisation traditionnelle du public. Il faut rassurer, tenir un discours lénifiant, et ne surtout pas associer la population aux inquiétudes des pouvoirs publics, y compris en tenant des discours peu crédibles.

Ainsi, la ministre de la Santé a-t-elle déclaré, lors de sa conférence de presse : « La ville est clairement polluée », a admis Agnès Buzyn, invitant à « nettoyer les suies, les galettes, les saletés repérables, en mettant des gants. Nous demandons à ce que les enfants ne touchent pas à ces produits. Des consignes ont été données aux mairies pour nettoyer les différents lieux, notamment ceux fréquentés par les enfants. »

Il faut une certaine dose de culot pour imaginer que les populations puissent se laisser convaincre qu’il n’existe pas de danger majeur, quand « les suies, les galettes, les saletés repérables » dans la ville doivent être ramassées avec des gants, et mises à l’abri des enfants. Face à cette situation qui soulève forcément des questions sanitaires à long terme, la réponse des pouvoirs publics frise le dilettantisme, et constitue une erreur politique majeure.

L’opinion publique attend en effet deux choses : de l’empathie face à ses inquiétudes légitimes, et des mesures sérieuses de précaution. Sur ces deux points, la réponse des pouvoirs publics se résume à un refus méprisant. Aucune mesure à long terme n’est prise pour suivre une éventuelle crise sanitaire qui se développerait dans le temps, et aucune évaluation sérieuse de l’état sanitaire de la population n’est décidée. Dans ces conditions, on ne s’étonnera pas que la population ne ressente l’impression que les édiles sont plus occupés à de débarrasser d’un problème qui les ennuie qu’à servir l’intérêt général.

Article publié initialement dans Le Courrier des Stratèges

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zelectron
- 29/09/2019 - 12:36
L'incompétence règne en maître
C'est MOÂ que je sais rein mais qui dirait tout !
Benvoyons
- 29/09/2019 - 08:42
spiri: Ben l'Hydrocarbure partant en fumé en effet pollue comme
les milliers d'automobiles dans la ville de Rouen sur une, deux, trois journées.:)::)
Si dans le site les produits qui pourraient produire des toxicités chimiques très graves ne sont pas touchés & bien il n'y a que la pollution par l'hydrocarbure.
spiritucorsu
- 29/09/2019 - 01:11
L'histoire se répète(suite et fin.)
L'histoire est malheureusement têtue,elle se répète,ici le scénario est très proche à l'exception du caractère radioactif,il s'agit d'un nuage de plusieurs dizaines de kilomètres de longueur composé de suie issue de la combustion d'hydrocarbures suite à un incendie sur un site classé seveso IV,où le caractère dangereux des produits entreposés et confinés ne peut du fait de la réglementation particulière qui s'y rattache être contesté.Le préfet en charge du dossier est manifestement dans le déni et assure que le nuage n'est pas toxique,alors qu'à contrario la Ministre de la santé annonce que la ville est polluée,et que le premier sinistre et que le monarque président n'ont pas eu un mot de compassion ou même un geste d'empathie pour ce qu'ils faut bien appeler des sinistrés sanitaires ou en passe de le devenir,ces deniers n'ont sans doute pas manqué d'apprécier l'efficacité et la célérité des mesures mises en oeuvre pour assurer leur sécurité par la clique de pieds nickelés qui nous gouverne.Face à l'omerta que le pouvoir semble vouloir instaurer face à ce scandale,l'indignation de mr Verhaeghe n'en est que plus légitime