En direct
Best of
Best of du 2 au 8 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

02.

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

03.

Communication politique : Jean Castex et Olivier Veran, perdus pour la France

04.

La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) confirme l’illégalité de la publication d’enregistrements de Mme Bettencourt par Mediapart

05.

Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres

06.

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

07.

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

01.

Affaire Duhamel : les inavouables secrets des bourgeois de la gauche caviar

02.

Trump banni de Twitter : « Nous, Français, ne pouvons accepter ce qui se joue en ce moment pour la liberté du monde »

03.

Trump, le plus détesté des présidents mais celui qui a fait une des politiques les plus profitables à tous les Américains

04.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

05.

Diam's bientôt de retour, Alain Chabat bientôt papy; Grand froid entre Charlène & Albert de Monaco, grand frais entre Emmanuel Macron & sa famille; Divorce imminent chez les Kardashian West; Ben Affleck se gave de doughnuts, Laura Smet prend un coach

06.

Comment basculer vos groupes de conversations WhatsApp sur Signal

01.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

02.

Trump banni de Twitter : « Nous, Français, ne pouvons accepter ce qui se joue en ce moment pour la liberté du monde »

03.

Affaire Olivier Duhamel : Alain Finkielkraut, ne sera plus chroniqueur de l’émission 24h Pujadas, diffusée sur LCI

04.

Affaire Duhamel : les inavouables secrets des bourgeois de la gauche caviar

05.

La grande épuration : mais pourquoi la Silicon Valley se comporte-t-elle comme si elle voulait donner raison aux complotistes à la QAnon ?

06.

Les complotistes et autres trumpistes ou Gilets jaunes radicalisés, enfants monstrueux de la déconstruction, de la cancel culture et des guérilleros de la justice sociale

ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 37 min 2 sec
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 5 heures 14 min
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 6 heures 3 min
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 6 heures 40 min
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 7 heures 18 min
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 7 heures 55 min
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 8 heures 24 min
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 9 heures 5 min
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 9 heures 25 min
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 9 heures 51 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 3 heures 35 min
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 5 heures 28 min
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 6 heures 25 min
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 6 heures 57 min
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 7 heures 32 min
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 8 heures 14 min
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 8 heures 27 min
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 9 heures 22 min
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 9 heures 31 min
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 9 heures 53 min
© GERARD JULIEN / AFP
© GERARD JULIEN / AFP
LFI

"Policiers barbares" : énième dérapage de Jean-Luc Mélenchon ou stratégie de remise en cause délibérée d’un régime illégitime à ses yeux ?

Publié le 26 septembre 2019
Ce mardi, alors qu'il était interrogé sur les violences policières pendant le rassemblement contre la réforme des retraites, lors d'une discussion avec un manifestant Jean-Luc Mélenchon a qualifié les policiers "de barbares", ajoutant "soyez prudents, parce qu'ils ne s'arrêtent plus maintenant".
Sylvain Boulouque
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sylvain Boulouque est historien, spécialiste du communisme, de l'anarchisme, du syndicalisme et de l'extrême gauche. Il est l'auteur de Mensonges en gilet jaune : Quand les réseaux sociaux et les bobards d'État font l'histoire (Serge Safran éditeur) ou...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce mardi, alors qu'il était interrogé sur les violences policières pendant le rassemblement contre la réforme des retraites, lors d'une discussion avec un manifestant Jean-Luc Mélenchon a qualifié les policiers "de barbares", ajoutant "soyez prudents, parce qu'ils ne s'arrêtent plus maintenant".

Atlantico.fr : Si Jean-Luc Mélenchon a l'habitude de s'en prendre aux forces de l'ordre, s'agit-il là simplement d'un énième dérapage ? Au contraire cette remarque ne va-t-elle pas plus loin s'inscrivant ainsi dans une remise en question inédite des institutions républicaines ? 

Sylvain Boulouque : Il y a plusieurs éléments à prendre en compte. Dans un premier temps, à travers ces propos, Jean-Luc Mélenchon -comme l'a également fait la majeure partie des organisations de gauche- condamne les violences policières qui ont été relevées au cours de ces derniers mois. Il y a donc une remise en cause des violences policières. 

Dans un deuxième temps, les propos -filmés par des caméras, mais tenus dans le cadre d'une conversation privée avec un manifestant- ont été, en quelque sorte, instrumentalisés par le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner. Ce dernier les a immédiatement condamné. Ceci donnant lieu, dans un troisième temps, à de nouvelles remarques de la part de Jean-Luc Mélenchon. Remarques au cours desquelles il a, à nouveau, cherché à condamner ces violences policières alors, qu'au même temps, avait lieu un rassemblement des forces de l'ordre devant le siège de LFI à Paris. 

On a donc cette succession de faits qui a provoqué de nombreux débats. Maintenant peut-on réellement parler de remise en question des institutions républicaines ? Pas vraiment, Jean-Luc Mélenchon ici ne cherchait pas forcément tant à remettre en cause ces institutions en question mais plutôt à condamner une énième fois ce qu'il estime être des violences policières et l'utilisation de plus en plus violentes de la force par les forces de polices. 

Le choix de vocabulaire de Mélenchon -associer les policiers à "des barbares"- n'en est, néanmoins, pas moins discutable. Cela étant dit, il n'est pas le seul à avoir condamner ces violences, ni à avoir employé ce terme de violence, le Défenseur des droits, Jacques Toubon, l'a fait également de manière bien plus sobre, juste et civilisée.

Ensuite, plus largement, Mélenchon s'en prend également régulièrement aux institutions judiciaires qu'ils accusent d'être aux ordres du pouvoir. Mais c'est un argument qui fait partie de la rhétorique du dirigeant de la France insoumise depuis des années et qu'il n'est, par ailleurs, pas le seul à utiliser. Dès lors que les hommes et femmes politiques sont mis-en-cause par la justice, ils ont tous tendance à l'accuser de répondre aux ordres du pouvoir en place (pensons par exemple aux propos tenus par Marine le Pen...).

Quelle est la part de l'opinion susceptible de se retrouver dans ce discours de remise en cause des institutions ? Cette stratégie peut-elle réellement séduire un certain électorat ?

Jean-Luc Mélenchon a pour but de rassembler la gauche, du moins une partie de la gauche, autour de lui. Pour réunifier la gauche, il utilise une stratégie de dénonciation des violences policières tout en apparaissant, lui-même, comme un personnage extrêmement autoritaire. Autoritarisme qui déplaît d'ailleurs massivement à une partie de cet électorat et est la raison pour laquelle il mise sur une stratégie de contestation des forces de l'ordre. Stratégie qui peut séduire l'électorat de gauche : en contestant l'ordre établit il peut ressouder une partie de son électorat. Pour se faire, il doit se poser dans une posture à la fois de propositions et de dénonciation de l'ordre établit.

Aujourd'hui, cette stratégie qui a fonctionné un temps -notamment lors de la présidentielle de 2017- malgré la personnalité clivante de Mélenchon semble s'épuiser. A l'heure actuelle, elle ne fonctionne plus qu'au sein du noyau des électeurs de Mélenchon, c'est-à-dire auprès des soutiens de LFI ou des individus qui sentent proches idéologiquement de LFI (notamment les électeurs de Benoît Hamon).

En d'autres termes, tant que Jean-Luc Mélenchon est dans une posture de dirigeant il ne séduit pas autant que s'il se situe dans une posture de contestataire. Dès lors, il peut séduire plus largement bien que cela fonctionne moins bien aujourd'hui qu'il y a quelques années.

Réagissant aux propos de Jean-Luc Mélenchon, le ministre de l'intérieur Christophe Castaner, les a qualifié d' "insulte inacceptable". Face à une certaine monté de la défiance envers les institutions républicaines, quelle peut être la réponse de l'Etat ? 

Les postures du ministre de l'Intérieur et du gouvernement ne sont, dans ce cas précis, pas surprenantes. Ils sont dans une posture de protection et de défense des forces régaliennes. Castaner en dépit des multiples cas de violences policières présumées au cours de ces derniers mois, et en l'absence de sanctions de l'IGPN, se place dans la logique de son poste et protège sa police. On est ici dans la logique même du poste de ministre de l'Intérieur et dans la continuité par rapport à attitude adoptée dans des cas similaires par ses prédécesseurs.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 27/09/2019 - 07:55
Il fréquente trop la gauche
Il fréquente trop la gauche radicale le Boulouque, il en a même adopté le vocabulaire....
Il oublie juste une chose, c'est que Mélanchouille a déjà fait le plein sur les dépouilles de la gauche (8%).Alors, il n'a d'autre Choix pour élargir son électorat que d'aller piocher chez les autres la clientèle qui lui manque. Chez Gil & John et chez les musulmans..... Tous ceux qui majoritairement détestent l'ordre et surtout la police.
Outre-Vosges
- 26/09/2019 - 12:19
L'excès est une preuve d'immaturité
J’avais un collègue pied-noir très monté contre le général de Gaulle. En Mai 68 il disait : « Je ne comprends pas Mitterrand ; ils n’auraient qu’à dire aux prétendues forces de l’ordre : "Si vous continuez à défende de Gaulle, dès que je serai au pouvoir je vous renverrai tous. Vous vous débrouillerez avec le chômage". Du coup de Gaulle n’auraient plus personne pour le défendre et son régime s’écroulerait. » Et il s’imaginait déjà dans la foule qui prendrait de force l’Élysée et en pendrait le locataire. Je lui ai répondu que Mitterrand n’était pas si bête : au cas où il serait venu au pouvoir après une pareille menace, en cas de manifestation hostile il serait tombé tout de suite n’ayant personne pour le défendre. Mélanchon donne par là une nouvelle preuve de sa sottise.
Pharamond
- 26/09/2019 - 12:10
Fustation
JL. Mélenchon exprime sa frustration de ne pas être devenu ce qu'il espérait être: un homme politique écouté,suivi; son bilan politique est vide. Il avance en âge,ce qui lui laisse peu de temps pour changer le cours des choses.. Pour finir en beauté il aurait du demander la nationalité vénézuélienne et s'installer à Caracas pour aider Maduro à finir le travail. Je partage l'opinion de celui qui disait que JLM est un homme cultivé mais pas intelligent!