En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

02.

Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"

03.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

04.

Un archéologue britannique fouille les décombres d'une maison, située sous un couvent de Nazareth, qu'il croit être celle où le Christ a vécu enfant

05.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

06.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

07.

Recul du Covid : ces (mauvais) chiffres qui relativisent le satisfecit que décerne Olivier Véran à la France

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 13 min 23 sec
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 51 min 10 sec
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 1 heure 6 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 1 heure 9 min
décryptage > Société
Pas de bébés confinement

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

il y a 1 heure 9 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)
il y a 1 heure 9 min
décryptage > Politique
Baroque

Commission sur l'article 24 de la loi "sécurité globale" : le symptôme du grave déficit de culture démocratique du quinquennat Macron

il y a 1 heure 9 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Les perdants magnifiques : Pierre Mendès France, ou la vertu du renoncement

il y a 1 heure 9 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le pouvoir de la destruction créatrice" de Philippe Aghion, Céline Antonin et Simon Bunel : le capitalisme ? Une formidable capacité à créer de la croissance grâce à son pouvoir de destruction… Remarquable démonstration

il y a 12 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'historiographe du royaume" de Maël Renouard : à la cour d'Hassan II, les caprices d’un roi et le sort du courtisan malgré lui. De belles pages romanesques mais quelques digressions sans intérêt pour le récit

il y a 13 heures 2 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : A la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 44 min 4 sec
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 1 heure 6 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 1 heure 9 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 1 heure 9 min
décryptage > Atlantico business
Mauvais arguments

La 5G se déploie mais beaucoup d’édiles locaux la refusent au prix de l’isolement qu’ils reprocheront ensuite à l’Etat

il y a 1 heure 9 min
décryptage > Nouveau monde
Concurrence déloyale

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

il y a 1 heure 9 min
décryptage > France
En roue libre

Violence contre un producteur : qui saura reprendre en main l’encadrement de la police ?

il y a 1 heure 9 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Clint et moi" de Eric Libiot : à la fois amusante et érudite, l’exploration d’un géant du cinéma américain par un critique de grande notoriété

il y a 12 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Voyage sur la route du Kisokaidō, de Hiroshige à Kuniyoshi" au Musée Cernuschi : les relais-étapes de la route emblématique du Kisokaidō par les maîtres de l'estampe japonaise du XIXe siècle, 150 œuvres magnifiques

il y a 12 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Je ne vis que pour toi" de Emmanuelle de Boysson : le Paris saphique, littéraire et artistique du début du XXe siècle. Un mélange subtil de fiction et de réel

il y a 13 heures 15 min
Ca va tweeter

Pour Trump, la Fed et Jerome Powell n’en font jamais assez… pour compenser les effets de sa politique !

Publié le 23 septembre 2019
Jerome Powell, Président de la Fed, la banque centrale américaine, baisse les taux de la Fed de 25 points de base le 18 septembre, entre 1,75 et 2% et Donald Trump, au lieu de le remercier, l’insulte !
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jerome Powell, Président de la Fed, la banque centrale américaine, baisse les taux de la Fed de 25 points de base le 18 septembre, entre 1,75 et 2% et Donald Trump, au lieu de le remercier, l’insulte !

« Jay Powell et la Réserve fédérale ont encore raté. Pas de tripes, pas d’intelligence, pas de vision ! Un communiquant terrible » tweete-il le 18 septembre, juste après la décision, alors qu’il demandait une baisse de 50 points (au moins). Et pourtant, baisser les taux de 25 points de base, encore, alors que l’économie américaine va bien, la consommation en forme, le logement au plus haut, est méritoire. Sauf dira Jerome Powell que cette économie est exposée à des incertitudes venant des tensions entre Chine et Etats-Unis. Elles pèsent sur elle. Mais ces incertitudes viennent en fait de Donald Trump lui-même. Il s’agit donc, avec cette baisse de taux, de compenser les effets négatifs de la politique présidentielle pour la croissance et l’emploi ! On pourra dire qu’au lieu de mettre Donald Trump face aux conséquences de ses choix, Jerome Powell en atténue les effets internes, ce qui lui permet de continuer. C’est bien, si les choix de Donald Trump sont les bons, notamment en ce qui concerne la méthode : fortes hausses de taxes douanières annoncées, puis réduites, alternance de cris et de protestations d’amitié. Sauf si cette méthode renforce l’adversaire. C’est bien, sauf si les munitions pour baisser les taux feront cruellement défaut quand il s’agira de lutter contre la récession.

Au mieux, en baissant les taux américains, Jerome Powell alimente la tension américano-chinoise. Au pire, il aggrave la récession qui viendra, un jour ou l’autre. Dans l’un et l’autre cas, Jerome Powell, entrera dans l’histoire de la politique monétaire pour ses renoncements successifs. Au service de son double mandat (recherche du maximum d’emploi, mais sans inflation trop au-delà de 2%), ou par crainte du Président américain qui ne veut que des baisses de taux, il vient encore de changer. Ce mercredi 18 septembre, il baisse ses taux  de 25 points de base, pour la deuxième fois de l’année. Pourtant, il y a un peu plus d’un an, il annonçait la poursuite des hausses, vers 4%, après quatre hausses depuis son entrée en fonction. Puis, il y a neuf mois, c’était la pause. Puis, il y a deux mois de demi (31 juillet), c’était la première baisse en expliquant que cette « mid-term correction » ne devait pas être comprise comme le début d’une série de baisses. C’est même ce qu’il confirmait fin août dans son grand discours de Jackson Hole. Il indiquait alors qu’il avait baissé ses taux une fois pour consolider l’activité au cours de son cycle, pour lui permettre de durer, mais qu’il fallait attendre pour mesurer les effets de son choix. Mais moins d’un mois après, il baisse encore ses taux, expliquant ingénument que l’économie liée à la consommation est forte, mais que faiblit celle liée à l’industrie et aux échanges, pour cause de « tensions géopolitiques », bataille USA-Chine en clair.

Et Jerome Powell, face aux questions des journalistes, lit les réponses qui lui ont été préparées et commente les graphiques : la croissance devrait être stabilisée autour de 2% jusqu’en 2022, l’inflation rejoindre ce niveau et s’y maintenir.  Donc les taux ne devraient pratiquement plus bouger en 2020 et 2021 dans un graphique où les membres de la Fed, de façon anonyme, indiquent où iraient les taux jusqu’en 2022 : ce sont les « dot-plots ». Pas de hausse de taux, pas de baisse disent-ils… sauf que Jerome Powell indique que ce ne sont pas là « des vues fortes ou des prévisions ». Alors : quoi ?

Jerome Powell répète encore ce qu’il cherche : croissance et emploi sans inflation, il les a ! Il se félicite même de la montée des salaires, ce qui aura un effet sur les prix, donc le fera monter les taux, qu’il baisse ! Il ne veut s’engager sur rien, disant en même temps qu’il veut renforcer sa « forward guidance », sa capacité à annoncer les taux futurs, tout en étant « state dependant », dépendant de la situation en cours ! Cherchez la logique ! Un article du Walt Street Journal disait que Jerome Powell « maitrise l’art de ne rien dire ». C’est en fait pire, annoncer tout et son contraire fait que les marchés ont bien compris : derrière Jerome Powell, il y a Donald Trump. Ils prévoient donc une troisième baisse de taux et la bourse monte. Donald Trump a bien raison : « Quel terrible communiquant ! » Où donc ce couple va-t-il nous mener, avant d’en avoir peur ?

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires