En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
ça vient d'être publié
décryptage > Media
Le journalisme est un foutu métier

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : ouf, l'Agence France Presse ne risque rien

il y a 8 heures 3 min
pépite vidéo > Politique
Enquête en cours
Jean Castex confirme qu'une attaque s'est produite "à proximité" des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 10 heures 24 min
pépites > France
Onzième arrondissement
Paris : attaque à l'arme blanche près des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 12 heures 17 min
pépites > Santé
Politique
Le Premier ministre n'a pas téléchargé l'application «StopCovid» comme la quasi totalité des Français
il y a 14 heures 5 min
light > Economie
Economie
La Chine va lancer la version numérique de sa monnaie officielle le yuan
il y a 14 heures 39 min
décryptage > France
Faut voir

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

il y a 14 heures 59 min
pépites > Société
Politique
Louis Aliot maire RN de Perpignan protégé par trois gardes du corps
il y a 15 heures 15 min
décryptage > Société
Angoisse face au Covid-19

Petits conseils pour rester un parent serein quand la pandémie fait flamber votre stress

il y a 15 heures 52 min
light > Santé
Sport
Pas plus de 1.000 spectateurs par jour pour le tournoi de Roland Garros
il y a 16 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 1 jour 7 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la ballerine pousse quelques notes et quand on doit se replonger dans la dolce vita : c’est l’actualité automnale des montres
il y a 10 heures 14 min
Environnement
Pendant le confinement les oiseaux ont chanté de manière différente
il y a 12 heures 11 min
pépites > Politique
Justice
Le Rassemblement National face à un ex-salarié devant le tribunal de Nanterre
il y a 13 heures 37 min
décryptage > Société
Impact pour les entreprises

Un congé paternité à côté de la plaque ?

il y a 14 heures 24 min
décryptage > Politique
Mesures concrètes ?

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

il y a 14 heures 48 min
décryptage > High-tech
Plaque tournante des trafics

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

il y a 15 heures 11 min
décryptage > Justice
Succession de Ruth Bader Ginsburg

Cour suprême : ce que la démocratie et l’état de droit américains doivent aussi aux juges conservateurs

il y a 15 heures 32 min
décryptage > Economie
Crise sanitaire

COVID-19 : et maintenant, quel impact économique ?

il y a 16 heures 40 min
light > Santé
Des propos "à l'emporte-pièce"
Olivier Véran répond à Nicolas Bedos suite à son appel sur l'arrêt du port du masque et des gestes barrières
il y a 1 jour 6 heures
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 1 jour 9 heures
© JIM HOLLANDER / POOL / AFP
© JIM HOLLANDER / POOL / AFP
élections législatives

Petits repères pour comprendre les élections en Israël

Publié le 17 septembre 2019
Ce mardi 17 septembre est un grand jour pour la démocratie israélienne. Six millions d’Israéliens sont, une nouvelle fois, appelés aux urnes pour élire les membres de la XXème Knesset.
Michel D'Harez
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce mardi 17 septembre est un grand jour pour la démocratie israélienne. Six millions d’Israéliens sont, une nouvelle fois, appelés aux urnes pour élire les membres de la XXème Knesset.
Les principaux enseignements du précédent scrutin du 9 avril sont :
 
Le Likoud et la coalition « kakhol-lavan », « blanc-bleu » avait, chacun, obtenu 35 sièges, même si le Likoud avait 15 000 voix de plus sur un total de plus de 1 100 000 voix pour chacune des deux listes.
 
Le Likoud a historiquement atteint un niveau record.
 
Avoir obtenu 35 sièges en deux mois a constitué un exploit pour la coalition « blanc-bleu » ; il a été réalisé au détriment du parti travailliste, en pleine déroute avec ces élections.
 
La non qualification de :
 
 « La nouvelle droite », « Yamin Hahadach », emmenée par Naftali BENNETT et Ayelet SHAKED,
 
La liste « Zéout » de Moshe FEIGLIN
 
Au total, l’échiquier politique israélien sorti des urnes du 9 avril s’est ainsi réparti :
 
- 10 députés des deux partis arabes.
 
- Un bloc de centre gauche de 45 dont 35 de « blanc-bleu », 6 du parti travailliste et 4 de Meretz.
 
- Un bloc de droite de 65 députés,les 35 du Likoud, les 16 des deux partis religieux, es 4 de « Koulanou » de Moshe Kahloun, les 5 d’« Israël Beiteinou » d’Avigdor Lieberman, les 5 de l’Union des droites de Rafi Peretz.
 
Cette situation aurait dû permettre à Benjamin Netanyaou de constituer une solide coalition gouvernementale, mais Avigdor Lieberman sen a décidé autrement. Il a fait échouer le premier ministre sortant qui, en réponse, a entrainé de nouvelles élections. Depuis, Avigdor Lieberman s’est lancé dans un combat contre les orthodoxes.
 
 
Pour cette nouvelle élection législative, il conviendra de suivre tout particulièrement :
 
- Le taux de participation. Plus de 4 200 000 israéliens avaient voté le 9 avril, soit une participation de 67,47 %. Cela a constitué un niveau traditionnel pour Israël malgré l’appel au boycott de certains responsables arabes.
 
- Les derniers sondages laissent entendre un coude à coude entre le Likoud et l’alliance « blanc-bleu »,« Kakhol-Lavan », des « trois mousquetaires » Benny GANTZ, Yaïr LAPID, Moshé AYALON, et Gaby ASHKENAZY.
 
Nombreux sont ceux qui prédisent une coalition des deux blocs avec comme premier ministre la tête de liste arrivé en tête. Mais la situation est asymétrique. Benjamin NETANYAOU ne s’est jamais prononcé sur le sujet ; par ailleurs, après avoir plusieurs fois changé d’avis, Benny GANTZ a indiqué qu’il ne siègerait pas avec Bibi tant que ses ennuis avec la Justice ne seraient pas réglés.
 
- Moshe KAKHLOUN ayant réintégré le Likoud, la performance du parti de droite devra être apprécié par rapport aux 39 sièges recueillis par Koulanou et le Likoud le 9 avril, et non par rapport aux seuls 35 sièges du parti de Benjamin NETANYAOU.
 
- Le score d’Avigdor LIBIERMAN pour savoir si sa stratégie a été payante. Contrairement au précédent scrutin, il a signé un accord de répartition des restes de voix avec « Kakhol-Lavan », et non avec le Likoud. Il a martelé son opposition à tout gouvernement avec les orthodoxes, et pris fait et cause pour un gouvernement d’union nationale. Les évolutions des sondages lui sont favorables, et semblent lui donner raison au point d’en faire le faiseur de roi !
 
- Le résultat de Yamina emmené par Ayelet SHAKED et Naftali BENNET. Leur échec le 9 avril a conduit à un regroupement des sionistes religieux sous la houlette d’Ayelet SHAKED qui a accompli un véritable tour de force. Ces élections permettront de savoir si la greffe a pris.
 
- Le score du parti travailliste avec le double pari d’Amir PEREZ : l’alliance avec Orly LEVY-ABECASSIS pour permettre au parti travailliste de retrouver des accents sociaux et éventuellement l’écoute des sépharades ; le refus de tout rapprochement avec Meretz rejoint par Éhoud BARAK.
 
- La performance du camp démocratique, du regroupement du Meretzde Nathan HOROWITZ et de Éhoud BARAK.C’est peut-être le dernier combat politique d’Éhoud Barak, marqué par l’affaire Eipstein, et cette alliance contre nature avec des post sionistes.
 
- Le résultat des deux partis orthodoxes, notamment si ils arriveront à conserver leur 18 sièges.
 
- Le score de la liste unique arabe. Les partis de la minorité nationale ont tiré les enseignements du précédent scrutin ; avec deux listes, ils n’avaient obtenu que 10 sièges contre les 13 obtenus lors des précédents scrutins.
 
La campagne a, encore une fois, été marqué par l’absence de véritable débat ni sur la sécurité aux frontières Nord et Sud d’Israël,ni sur les perspectives du processus de paix et du fameux « deal du siècle» annoncé par le Président Donald TRUMP, ni sur les sujets sociétaux, ni sur la situation économique…
 
Malgré une croissance économique substantielle à 3,4 % et d’indéniables succès, le futur gouvernement sera confronté à au moins trois défis majeurs :
 
- L’augmentation des inégalités sociales et de la pauvreté qui touche un million de personnes.
 
- La cherté de la vie, notamment par la remise en cause de monopoles.
 
- L’impérieuse nécessité de développer les infrastructures publiques pour limiter l’usage de la voiture qui est en train d’asphyxier le pays. Il faut reconnaître à Avigdor LIEBERMAN la perspicacité d’avoir mis en exergue la situation du secteur hospitalier, et l’impérieuse nécessité d’un grand programmes d’investissements.
 
Sans oublier les problèmes du logement, l’impérieuse nécessité de décongestionner l’agglomération de Tel Aviv…
 
La situation politique est marquée par une forte bipolarisation entre « Kakhol-Lavan » et le Likoud, mais insuffisante pour la constitution d’une coalition. Parallèlement, la fragmentation de l’échiquier politique entre une douzaine de partis entraine négociations et marchandages pour la formation du gouvernement.
 
Les sondages n’ayant jamais été très fiables en Israël, il conviendra d’être excessivement prudent et d’attendre les résultats définitifs, jeudi. Après, il faudra être patient pour la constitution de la coalition et du futur gouvernement.
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Marie Esther
- 18/09/2019 - 12:16
suite
en insistant on pourrait bientot se retrouver avec non pas un etat juif critique en Europe mais avec un enieme etat dirige par des Arabes... genial ... d'ailleurs Abbas avait recommande auz=x Arabes israeliens de voter pour peser sur les decisions de la future coalition en souhaitant naturellement que ce ne soit pas Netanyahu. J'espere que Netanyahu va trouver la solution pour gouverner sans les partis parasites (je ne parle pas des orthodoxes qui soutiennent toujours Netanyahu qui sait qu'il peut compter sur Shass et la Torah )
comment un pays peut il defendre des actions hostiles d'une partie de l'establishment et des media pour des soi disant "affaires" qui ne lui auraient jamais ete reprochees dans une democratie normale.
enfin le Likoud a ete ecoute sur les fraudes d'avril : il y a eu des inspecteurs, des policiers qui ont dresse des proces verbaux et du recomptage ce qui explique qu'on n'ait toujours pas les resultats
bon allez il faut encore y croire. Vive Netanyahu et le Likoud.
Marie Esther
- 18/09/2019 - 12:08
je suis tres enervee
au vu des premiers resultats, un peu plus de 50% egalite entre Likoud et Kakhol Lavan et ni le bloc de droite (qui a perdu les 70000 voix d'otsmat l'extreme droite qui n'a pas atteint le seuil d'eligibilite) ni le bloc de gauche (puisque Gantz est oblige de compter sur les 12 a 15 voix de la liste commune Arabes communistes) n'atteignent la majorite de 61 sieges sur les 120 a la Knesseth.
donc il n'y a plus qu'a attendre les tractations, la decision de Reuven Rivlin qui peut imposer une solution puisqu'il a declare qu'il n'y aurait pas de 3e tour (c'est pas la peine : les Israeliens votent toujours pareil) en esperant que ce ne seront ni Liberman la girouette ni les Arabes qui feront les faiseurs de rois et qui seront les initiateurs de la politique israelienne.
comment est il possible que les Israeliens soient assez inconscients pour vouloir le changement (on est en Israel tout de meme et non ce n'est pas un pays normal et non rien n'est jamais acquis....) et voter pour un premier ministre qui a besoin d'une coalition composee en partie de gauche y compris extreme : hier le camp democratique pronait de nouveau la discussion avec Abbas, l'annulation de la loi etat nation....