En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Hommage à Samuel Paty : Emmanuel Macron dénonce les lâches qui ont livré le professeur aux barbares mais oublie de cibler le "pas-de-vagues"

03.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

04.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

05.

Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

07.

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
Idéologie
Jean-Michel Blanquer : "Ce qu'on appelle l'islamo-gauchisme fait des ravages"
il y a 30 min 29 sec
décryptage > International
Campagne électorale

Election présidentielle en Côte d’Ivoire : ne pas rejouer les luttes du passé

il y a 2 heures 47 min
décryptage > Politique
A l’Ouest, rien de nouveau

Le terrorisme fait-il encore bouger les lignes chez les électeurs ?

il y a 3 heures 28 min
décryptage > High-tech
Menace incontrôlable en vue ?

Ces deepfakes de photos de (vraies) femmes nues que des bots génèrent à la chaîne

il y a 3 heures 49 min
décryptage > Société
Lutte contre le séparatisme

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

il y a 5 heures 11 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Dissolution des organisations salafistes : le temps des actes

il y a 6 heures 8 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Syndicats et patronat main dans la main pour s’opposer au gouvernement

il y a 6 heures 16 min
pépites > Justice
Terrorisme
Sept personnes mises en examen après l'assassinat de Samuel Paty
il y a 7 heures 8 min
pépite vidéo > France
Hommage national
Retrouvez l’hommage d’Emmanuel Macron à Samuel Paty
il y a 17 heures 35 min
pépites > Santé
Extension du couvre-feu
Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi
il y a 22 heures 6 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Boualem Sansal alerte sur la guérilla islamiste qui nous menace, le recteur de la mosquée de Paris sur l’entrisme des radicaux; Bertrand cherche à s’attirer les bonnes grâces de Sarkozy, Bayrou ménage Le Maire; Le Drian organise les macronistes de gauche
il y a 1 heure 6 min
décryptage > France
Séparatisme

Les impensés de l’attentat terroriste de Conflans

il y a 3 heures 4 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19 : l’Allemagne investit massivement dans un plan de ventilation et la France serait bien inspirée de l’imiter

il y a 3 heures 39 min
pépite vidéo > France
"Réparer la France"
Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"
il y a 4 heures 28 min
décryptage > International
Conflit au Haut-Karabagh

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

il y a 5 heures 48 min
décryptage > Société
Islam vaincra !

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

il y a 6 heures 12 min
décryptage > Education
Education nationale

Hommage à Samuel Paty : Emmanuel Macron dénonce les lâches qui ont livré le professeur aux barbares mais oublie de cibler le "pas-de-vagues"

il y a 6 heures 23 min
light > Terrorisme
Biopic
Le réalisateur Clint Eastwood sera convoqué au procès de l'attentat du Thalys
il y a 16 heures 51 min
pépites > France
Hommage national
Discours d’Emmanuel Macron à la Sorbonne : "Samuel Paty est devenu vendredi le visage de la République"
il y a 18 heures 18 min
pépites > Justice
PNAT
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine : le procureur du Parquet national antiterroriste livre de nouveaux éléments sur l'enquête
il y a 23 heures 28 sec
© FREDERICK FLORIN / AFP
© FREDERICK FLORIN / AFP
politique monétaire

Le cri désespéré de Mario Draghi : « la politique fiscale doit devenir le principal instrument de la politique conjoncturelle ! »

Publié le 16 septembre 2019
Suite à la conférence de presse de Mario Draghi du 12 septembre et aux mesures de la BCE, la politique monétaire est de moins en moins efficace et fait plus de mal (banques, bulles) que de bien !
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Suite à la conférence de presse de Mario Draghi du 12 septembre et aux mesures de la BCE, la politique monétaire est de moins en moins efficace et fait plus de mal (banques, bulles) que de bien !

Méconnaissable « super Mario » ! Ce ne serait donc plus la politique monétaire, autrement dit la baisse des taux d’intérêt, qui devrait faire repartir la machine ! La politique monétaire occupe trop, et surtout seule, le devant de la scène, dit en effet Mario Draghi ce 12 septembre, à Francfort. La politique  fiscale doit jouer son rôle, enfin, elle qui est la grande absente et qui laisse faire tout le travail à la politique monétaire ! Politique fiscale ? On dirait plutôt ici budgétaire, pour parler des dépenses publiques à côté de la fiscalité, Mario Draghi utilisant le mot anglais fiscal. 

Quel message désespéré, que celui de Mario Draghi qui disait toujours qu’il avait plein d’instruments dans sa boite à outils (toolkit), et qu’ils seraient suffisants ! Quel aveu d’épuisement ! De fait, la croissance n’est pas forte en zone euro, de moins en moins même, autour de 1% l’an, et moins encore l’inflation. A 1%, elle s’éloigne de plus en plus des 2% constamment recherchés. Cette phrase de Mario Draghi, « la politique fiscale doit devenir le principal instrument ! », lors de son avant-dernière conférence de presse avant de partir, dit tout. Pourtant, elle fait rire l’auditoire, surpris de la formule. Surpris car Mario Draghi ne nous a pas habitués à ces plaintes ? Surpris car il lance en même temps sa dernière salve monétaire de soutien à l’économie, pour lui et surtout pour Christine Lagarde, tout en disant qu’il ne voit pas comment aller plus loin sans soutien budgétaire ! Voilà donc des taux plus négatifs pour les dépôts des banques en banque centrale (de – 0,4 à -0,5%), pour les dissuader de garder trop de liquidités. Voilà des crédits à taux plus bas plus longtemps pour les  banques, pour les pousser à faire plus de crédit moins cher en les refinançant moins cher, tout en achetant à nouveau des bons du trésor (20 milliards par mois à partir de novembre). Le tout sans limite de temps, jusqu’à ce qu’inflation s’ensuive avec Christine Lagarde désormais, ou qu’elle convainque l’Allemagne !

Mais pourquoi donc cette phrase ? Pour dire que la politique monétaire est à bout de souffle en zone euro. Elle commence à faire plus de mal que de bien et doit avoir un relai budgétaire, pour que se produise une vraie reprise, cette fois par la dépense publique appuyée sur les taux bas actuels (et futurs), au risque autrement de voir se tendre les rapports entre pays, Allemagne contre Italie surtout, et se défaire l’unité de la Banque centrale. 

Plus de mal que de bien, la politique de la BCE ? En effet, la politique de Mario Draghi passe par des taux plus bas pour redynamiser le crédit et désespérer les dépôts. Mais, dans une économie comme la zone euro, où le financement de la croissance passe aux deux tiers par les banques et au tiers par les marchés, cette politique fait souffrir le système bancaire. Ces taux plus bas des crédits, et négatifs des dépôts excédentaires, pèsent sur les marges d’intermédiation, qui fondent. Et Mario Draghi réduit alors, un peu, la charge des dépôts négatifs tout en augmentant l’alimentation à taux moins cher. Il veut donc soutenir un peu les banques en contrepartie de ce qu’il leur demande. Un peu, car il entend les cris italiens et les plaintes allemandes. Un peu, tout en leur demandant aussi de faire des efforts pour réduire leurs coûts de structure, autrement dit en « optimisant » leurs réseaux (en Allemagne et en Italie ?). 

Plus de mal que de bien, la politique de la BCE ? Aussi parce qu’elle pousse les entreprises en difficulté, les zombies en perte récurrente, à s’endetter encore pour ne pas se restructurer ou se vendre « plus tard ». Elle alimente les risques des crédits à l’immobilier, les bulles ? Et surtout parce qu’elle fait baisser les taux d’intérêt des bons du Trésor à des taux si faibles (0,9 % pour l’Italie) qu’ils dissuadent les politiques de mener des réformes !

Pendant ce temps en effet, la politique budgétaire ne fait rien dans le pays où elle le pourrait, l’Allemagne en surplus pour ne pas la nommer, en décidant de programmes de grands travaux. Ce qui force un pays en difficulté budgétaire (et politique), l’Italie pour ne pas le nommer, à creuser son déficit, faute du soutien de son voisin. Et Mario Draghi de comparer alors ce qui se passe en zone euro avec « une autre juridiction », les Etats-Unis pour ne pas les nommer, où la politique budgétaire fonctionne en tandem (certes cahotique) avec la politique monétaire et où les résultats sont là, depuis des années.

L’après Draghi se prépare : Christine Lagarde arrive à la fin du mois d’octobre et chacun fait un peu plus entendre sa voix, contre Draghi. Contre les achats de bons du trésor, on compte sans doute l’Allemagne, les Pays-Bas et l’Autriche, et peut-être la France (avec François Villeroy de Galhau) et, selon les rumeurs, Benoît Coeuré. Contre les taux négatifs, on compte l’Allemagne, même si les mesures d’adoucissement devraient aider à faire passer les mesures. En face, Christine Lagarde avance avec l’idée de poursuivre cette politique de taux bas : Mario Draghi lui laisse toutes les manettes. Et elle aura alors, aussi, toutes les difficultés, si elle n’arrive pas à convaincre l’Allemagne, et la nouvelle Commission de Bruxelles, à pousser la politique budgétaire.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires