En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

04.

Donald Trump veut-il mettre en faillite Xi Jinping et la Chine ?

05.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

06.

Catherine Deneuve achète tout en liquide, Laura Smet encaisse le cash de Laeticia, Patrick Bruel dépense le sien pour Clémence; Paris Hilton pour son chien; Jean-Michel Blanquer quitte sa (2ème) femme, Johnny Depp cassait les affaires de Vanessa Paradis

07.

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

04.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

05.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

06.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

04.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

05.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

06.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Elections municipales 2020 : la démocratie à l’épreuve du coronavirus

il y a 42 min 32 sec
décryptage > International
Bonnes feuilles

Crise du coronavirus aux Etats-Unis : une mise à l’épreuve des valeurs fondamentales de la société américaine

il y a 1 heure 15 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Bernard Plessy : "Travaux et jours dans la Grèce antique" (éditions Paradigme), grandeur du "petit peuple"

il y a 2 heures 3 min
décryptage > Economie
Effet boule de neige

Covid, moins d'habits, plus de chômage !

il y a 2 heures 56 min
décryptage > Culture
"Last night a DJ saved my life"

Humeur sombre mais folles envies de dance floor : la pop music n’a jamais été aussi rythmée depuis 10 ans

il y a 3 heures 51 min
décryptage > Société
1001 colères

A chacun ses coupables, à chacun ses victimes : mais qui écoute le plus les Français silencieux ?

il y a 4 heures 50 min
pépites > Education
Génération Covid-19
Bac 2020 : 95,7 % de réussite après la première session de rattrapage
il y a 17 heures 48 min
pépite vidéo > France
Mort du conducteur agressé
Bayonne : Gérald Darmanin promet des mesures pour les chauffeurs de bus de toute la France
il y a 18 heures 39 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

L’instinct de survie : cet atout majeur de l’espèce humaine pour surmonter ses peurs, les obstacles et les accidents de la vie

il y a 1 jour 1 heure
décryptage > France
Bonnes feuilles

Retour de l’Etat de droit : la difficile et délicate mission de la lutte contre le narcobanditisme

il y a 1 jour 2 heures
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Covid-19 : la société française face au confinement

il y a 59 min 15 sec
décryptage > Culture
Il faut que tout change pour que tout change

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

il y a 1 heure 31 min
décryptage > International
Lion-dragon deal

Comment la politique iranienne de Trump a jeté Téhéran dans les bras de Pékin

il y a 2 heures 31 min
décryptage > Politique
Le bloc-pol de Laurence Sailliet

Ce devoir de pragmatisme qui s’impose au gouvernement Castex

il y a 3 heures 31 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Donald Trump veut-il mettre en faillite Xi Jinping et la Chine ?

il y a 4 heures 36 min
décryptage > Société
Retrouver le sens du réel

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

il y a 5 heures 19 min
pépites > France
Viviane Lambert
L’émotion de la mère de Vincent Lambert, un an après la mort de son fils
il y a 18 heures 15 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Elections municipales 2020 : comment la candidature de Rachida Dati a assuré la survie de la droite à Paris

il y a 1 jour 1 heure
décryptage > International
Bonnes feuilles

Comment le coronavirus a bouleversé et totalement relancé la course à la Maison Blanche entre Joe Biden et Donald Trump

il y a 1 jour 2 heures
décryptage > Environnement
Stratégie gouvernementale

La récession économique n’empêchera pas le gouvernement de mettre en oeuvre son programme (de punition) écologique

il y a 1 jour 3 heures
© CLEMENT MAHOUDEAU / AFP
© CLEMENT MAHOUDEAU / AFP
rentrée politique

Marine Le Pen : retour aux fondamentaux (et au plafond de verre)

Publié le 16 septembre 2019
Marine Le Pen a réussi à se hisser au premier rang de l’opposition mais ne semble pas capable de chasser les voix de l’électorat conservateur classique. Elle reste antisystème et populiste. Marion Maréchal l’a compris et veut se démarquer via sa stratégie d’union des droites.
Frédéric Mas
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Mas est journaliste à la rédaction de Contrepoints.org. Après des études de droit et de sciences politiques, il a obtenu un doctorat en philosophie politique (Sorbonne-Universités).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marine Le Pen a réussi à se hisser au premier rang de l’opposition mais ne semble pas capable de chasser les voix de l’électorat conservateur classique. Elle reste antisystème et populiste. Marion Maréchal l’a compris et veut se démarquer via sa stratégie d’union des droites.

Que peut-on retenir du discours de rentrée politique de Marine Le Pen ?

Ce qui me semble remarquable, c’est surtout son absence d’originalité. Il n’y a pas grand-chose de nouveau dans le discours de rentrée, assez scolaire quand on y pense, de Marine Le Pen. Elle répète les formules qui lui ont valu son succès aux scrutins précédents, tout en gardant pour objectif la prochaine présidentielle de 2022 : l’autorité au sommet, l’opposition aux privatisations, la coupure entre le peuple et ses élites, tout ça sonne comme la campagne présidentielle de 2017 avec quelques aménagements pour coller à l’actualité d’aujourd’hui. C’est assez révélateur, en creux, de la confiance toute relative que le leader du RN porte en ses troupes pour les municipales. L’implantation locale est un problème de longue date pour la formation d’extrême-droite qui n’a pas trouver de solution, à quelques exceptions géographiques près, en particulier dans le Sud et les Hauts de France.

Le 11 septembre, un sondage pour BFM TV révélait que Marine Le Pen était toujours considérée comme la meilleure candidate par les sympathisants du RN devant Marion Maréchal. Pour autant l'influence de Marion Maréchal reste présente. L'autorité de Marine Le Pen sur son parti est-il aussi solide qu'elle le semble ?

Marine Le Pen a dû gérer ces dernières années plusieurs crises internes au RN, qui se sont traduites, entre autres, par le départ de Marion Maréchal et Florian Philippot en 2017. Marion Maréchal incarnait l’aile « traditionaliste », c’est-à-dire plus proche des idées de son grand-père Jean-Marie et soucieuse de refonder intellectuellement la droite de la droite, tandis que Florian Philippot était plus « rupturiste », et militait pour une refonte entièrement national-souverainiste de la formation d’extrême-droite. Après leur départ, il semblerait que les tensions se soient atténuées. Il n’y a plus que Marine Le Pen pour occuper le débat, penser la stratégie et orienter le contenu des programmes. L’autorité de la présidente du RN me semble donc solide, mais au prix d’un certain appauvrissement du débat interne. Ce n’est pas sans rappeler la situation du Front national de 1998 après la crise mégrétiste qui a vu le départ de la plupart des cadres du parti.

Le logiciel proposé par Marine Le Pen, s'il lui a permis de se hisser au premier rang de l'opposition, semble incapable de lui permettre de remporter une élection présidentielle. Dans ces circonstances, la stratégie de Marion Maréchal pourrait-elle servir de recours à un RN en quête d'Elysée ? 

Marine Le Pen occupe une niche électorale importante, qui malheureusement pour elle, ne semble pas suffisante pour la porter au pouvoir suprême. En choisissant délibérément un discours de rupture populiste, antilibéral et contestataire, elle cible les classes populaires, la France d’en bas qui perçoit la mondialisation essentiellement comme une menace pour l’identité nationale et le modèle social français. C’est un discours qui acte la sécession entre le peuple et ses élites, et qui est en quelque sorte le pendant du centrisme autoritaire et élitaire de LREM, qui lui a choisi d’ignorer superbement les attentes des classes populaires notamment après la crise des Gilets jaunes. 

Seulement, dans un cas comme dans l’autre, on a l’impression qu’ils ne sont plus capables de sortir de leur niche électorale pour parler à l’ensemble de la population. Le morcellement social du pays, ou son archipélisation, pour emprunter l’expression à Jérôme Fourquet, doublé de l’extrême polarisation du débat public ont rendu tout dialogue politique transpartisan difficile à établir. Or remporter le scrutin présidentiel suppose de pouvoir s’adresser au-delà du cercle des convaincus, vers ces indécis prêts à vous écouter pour éventuellement voter pour vous. En d’autres termes, pour que Marine Le Pen puisse remporter la mise, il faudrait qu’elle réussisse aussi à s’adresser à l’électorat d’Emmanuel Macron, ce qui est loin d’être le cas aujourd’hui.

Marion Maréchal pourrait-elle servir de recours au RN pour faire sauter ce plafond de verre ? Il me semble qu’on peut faire trois remarques sur le positionnement actuel de Marion Maréchal. 

Premièrement, Marion Maréchal, en se retirant de la vie politique du RN, le tout pour se consacrer à son école de formation, ne semble pas avoir de visée électorale immédiate. Elle souhaite d’abord peser dans le débat public, à droite en particulier. Mais ce n’est pas une stratégie d’influence visant exclusivement le Rassemblement national. 

Deuxièmement, si la stratégie de Marion Maréchal n’est pas électorale, du moins pour l’instant, elle est idéologique : elle vise essentiellement à faire naître un courant conservateur à la française, un peu sur le modèle de celui américain. Investir le combat des idées pour peser dans les médias et les appareils politiques peut être payant, mais la base sociologique, et donc électorale, d’un tel courant en France reste assez mince. 

Troisièmement, pour que Marion Maréchal change la donne au sein du RN, il faudrait que Marine Le Pen accepte de voir revenir sa rivale la plus dangereuse. C’est pour ça que ça me semble assez improbable. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 17/09/2019 - 19:19
Ça y est, la Marine est libre
Ça y est, la Marine est libre, elle va enfin pouvoir convoler en juste noce avec Mélanchouille pour recréer à eux deux un vrai parti National et Socialiste, quelque chose que notre Ganeshânebâté appelle de ses vœux depuis tellement longtemps.
TPV
- 17/09/2019 - 08:01
@ajm
Correct les trolls d'extrême gauche bouffeurs de curés (la légion des traumatisés d'un divorce et des pensions alimentaires et donc pro destruction de famille) reconvertis RN ne suffiront pas à faire passer une alternance national souverainiste, d'où l'urgence de voir un parti conservateur anti libéral-libertaire (en finir avec les Pecresse, Larcher and co qui sont LREM complexés sans le dire) être le partenaire de la droite sociale populaire incarnée par le RN.
En clair, le bourge et le prolo de droite doivent se donner la main pour sauver le pays de cette fange des grandes villes, iskamo immigrationniste, anti France, anti pauvres du territoire et anti familles.
ajm
- 17/09/2019 - 00:33
Le phantasme des abstentionnistes.
S'imaginer comme Ganesha que les abstentionnistes chroniques permettront par miracle à MLP d'être élue n'a aucun fondement sérieux et ceci d'autant plus que les Français " issus de la diversité " sont très nombreux dans cette population. En ce qui concerne l'électorat de gauche, qui peut croire sérieusement que les LFI ( électorat des banlieues de Marseille, Toulouse etc..) , les bobos écolos et les résidus du PS iraient servir d'électorat d'appoint pour MLP ? Ils haïssent le RN et préféreront même voter pour Macron. En fait, évidemment, la seule réserve potentielle c'est l'électorat de droite classique qui n'aime pas du tout Macron pour des tas de raisons, notamment justement tout ce qui a trait aux traditions: la nation, la famille, l'épargne et le respect de la propriété privée..il suffira aux trolls internet de Macron de faire passer en boucle les insultes des Ganesha et consorts sur les " culs bénis " et les "ultra libéraux qui touchent leurs dividendes pour qu'aucun électeur de cette mouvante de droite ne vote pour MLP mais s'abstienne simplement. Les chances de MLP d'être élue sont très, très faibles.