En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

02.

COVID-19 : les derniers chiffres en France ne sont pas bons. Nous allons le payer

03.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

04.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

05.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

06.

Bridgestone : tout le monde ment et l’État paie très cher pour faciliter le mensonge partagé

07.

La femme de ce député qui va rejoindre le Modem vient d'être embauchée par ... le MoDem

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

06.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

05.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
pépites > Société
Religion
Le Vatican condamne à nouveau toutes les formes d'euthanasie et de suicide assisté
il y a 14 min 32 sec
pépites > Justice
Business
Airbnb : la justice européenne valide la législation française sur la location de résidences secondaires
il y a 1 heure 14 min
décryptage > Politique
LREM (La République en Miettes)

Non, les adhérents de LREM ne méritent pas Macron ! Il est trop grand, trop beau, trop génial pour eux.

il y a 1 heure 32 min
décryptage > Mode
Impact du confinement

Fahion week de Milan : la mode est en train d'opérer un grand virage

il y a 1 heure 56 min
décryptage > Société
Vie en société

Sos civilité : le Coronavirus a malmené les bonnes manières. Voilà pourquoi nous avons besoin de les sauver

il y a 2 heures 29 min
décryptage > Politique
Naufrage de LREM

Emmanuel Macron, le président sans parti : pas (nécessairement) de quoi perdre 2022 mais mauvais coup garanti pour la démocratie

il y a 2 heures 43 min
décryptage > Justice
Justice

Réforme de l’ENM : les ambitions à la baisse d’Eric Dupond-Moretti

il y a 3 heures 6 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bridgestone : tout le monde ment et l’État paie très cher pour faciliter le mensonge partagé

il y a 4 heures 21 min
pépites > Politique
Calendrier électoral
Présidentielle 2022 : EELV décide de repousser la désignation d’un candidat après les régionales
il y a 18 heures 14 min
light > Culture
Icône du théâtre et du cinéma
Mort de l'acteur Michael Lonsdale à l'âge de 89 ans
il y a 20 heures 6 min
pépite vidéo > Europe
Mauvaise surprise
Brexit : vers une fermetures de comptes bancaires pour les Britanniques au sein de l'UE ?
il y a 1 heure 6 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La peur de l'Iran redistribue les cartes au Proche-Orient

il y a 1 heure 23 min
light > Justice
Internet
Harcèlement en ligne : le YouTubeur français Marvel Fitness condamné et incarcéré
il y a 1 heure 33 min
décryptage > Environnement
Climate week

Emission de CO2 : à calculs irrationnels, conclusions (volontairement) biaisées

il y a 2 heures 13 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus : début de saturation dans certains services hospitaliers en Île-de-France
il y a 2 heures 31 min
pépites > Santé
Fragiles
Emmanuel Macron dans un Ehpad du Loir-et-Cher
il y a 2 heures 53 min
pépites > Terrorisme
Danger immédiat
Menacée : une collaboratrice de Charlie Hebdo obligée de quitter son domicile
il y a 3 heures 14 min
pépites > Politique
Coincidence
La femme de ce député qui va rejoindre le Modem vient d'être embauchée par ... le MoDem
il y a 4 heures 35 min
light > Culture
Bilan inquiétant
Journées du patrimoine : la fréquentation en net recul suite à l'impact de la crise sanitaire
il y a 19 heures 19 min
pépites > Santé
Briser les chaînes de contaminations
Coronavirus : de nouvelles mesures de restrictions vont être appliquées à Lyon
il y a 20 heures 36 min
© Capture
© Capture
Atlantico Litterati

Yann Moix : si l’enfant ne meurt

Publié le 25 août 2019
Chroniqueur trois années durant dans l’émission de Laurent Ruquier( ONPC), l’écrivain-réalisateur Yann Moix, figura voici peu chez Thierry Ardisson (« Les terriens du samedi »). L’émission n’étant pas reconduite, le romancier (« Jubilation vers le ciel », Prix Goncourt du Premier Roman1996), (« Naissance », Prix Renaudot 2013) s’est remis à l’écriture.Résultat : « Orléans » (Grasset), autofiction sur le mode « Painting » (1946) de Francis Bacon. Un tableau saignant. Durant les coups administrés par son kinésithérapeute de père, honorablement connu à Orléans, sa mère en rajoutait, l’insultant. Or, les « parents » Moix réfutent à longueur de colonnes leur statut de bourreaux d’enfant. Yann Moix assume, et la polémique fait vendre.Arrêt sur image (s).
Annick Geille
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Annick Geille est une femme de lettres et journaliste française, prix du premier roman 1981 pour Portrait d'un amour coupable et prix Alfred-Née de l'Académie française 1984 pour Une femme amoureuse. Elle est également la cofondatrice, avec...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Chroniqueur trois années durant dans l’émission de Laurent Ruquier( ONPC), l’écrivain-réalisateur Yann Moix, figura voici peu chez Thierry Ardisson (« Les terriens du samedi »). L’émission n’étant pas reconduite, le romancier (« Jubilation vers le ciel », Prix Goncourt du Premier Roman1996), (« Naissance », Prix Renaudot 2013) s’est remis à l’écriture.Résultat : « Orléans » (Grasset), autofiction sur le mode « Painting » (1946) de Francis Bacon. Un tableau saignant. Durant les coups administrés par son kinésithérapeute de père, honorablement connu à Orléans, sa mère en rajoutait, l’insultant. Or, les « parents » Moix réfutent à longueur de colonnes leur statut de bourreaux d’enfant. Yann Moix assume, et la polémique fait vendre.Arrêt sur image (s).

« Les traits les plus marquants d'un caractère se forment et s'accusent avant qu'on en ait pris conscience »,  note André Gide (1869-1951) dans « Si le grain ne meurt »(« ce titre fait allusion aux versets de l'Évangile selon Jean :

« Si le grain de blé qui est tombé en terre ne meurt, il reste seul ; mais, s'il meurt, il porte beaucoup de fruit. Celui qui aime sa vie la perdra, et celui qui hait sa vie dans ce monde la conservera pour la vie éternelle. »

Jean 12, 24-25

Ce titre biblique exprime tout l'enjeu de la vie de Gide : « l 'enfant obtus » qu'il reconnaît en lui-même, paralysé par l'éducation puritaine et sévère de sa mère, doit mourir et céder la place au jeune homme épanoui, créatif et libre d'esprit  qu’il sera, explique Wikipedia ) .On imagine l’impact du récit gidien sur Moix, l’enfant « obtus » d’Orléans. A la lecture des « Nourritures Terrestres » et de toute l’œuvre de Gide,  l’enfant Moix comprit la puissance formidable des mots. Les mots pouvaient dire la vie, que dis-je, les mots devaient advenir pour qu’elle fût.  Et l’on comprend l’émoi de Moix lisant cette phrase à dix ans, en sa province d’Orléans.L’Ovomaltine empoisonnée, il en avait assez. Ou aller,  à neuf ans, si l’on hait ses parents qui vous le rendent bien ( cf. « Les sentiments sont toujours réciproques ») ? Gide sera le sauveur de Yann Moix, qui, découvrant, entre deux « roustées » la littérature ( « Un monde inaccessible aux brutes et aux parents »), envisage l’avenir.  Il n’a pas encore lu Oscar Wilde, Shakespeare, Rimbaud, Camus, Ponge, Céline, Kafka, mais ça viendra. Le Christ a détruit la mort, la littérature en triomphe aussi. ( « On pouvait donc respirer ailleurs et avoir froid autrement. Je pris la décision irrémédiable de me quitter moi- même, d’abandonner mes vêtements, et jusqu’à mon corps, jusqu’à mon existence, pour ne plus me coucher et ne me lever que dans les livres. » (Yann Moix, page 49) Battre l’enfant, un crime parfait. Une mise à mort à petits feux, l’assassinat propret. L’enfant répond, désobéit, fugue, déteste son petit frère -ou sa petite sœur ( et pour cause, le cadet vit dans la douceur des baisers maternels, car  les mères n’aiment pas tous leurs enfants ). « À partir du moment où Alexandre est né, il n'a jamais pu supporter qu'il existe »,  affirme le père  de Yann Moix. Il faut savoir que les parents ne se voient jamais maltraitants ; lorsqu’ils accusent leurs enfants d’affabulations, ils sont sincères. Les coups pleuvent sans qu’ils en aient conscience, ils corrigent. Concernant les Violences intra-familiales  commises sur des mineurs, l’actualité  prouve assez combien le silence perdure. Les coups pleuvent donc, sans que rien ne change,  sauf si l’enfant meurt (deux par semaine en France)._BwEhttps://enfantbleu.org/maltraitances-des-enfants-en-france-de-nouveaux-c... L’enfant l’a bien mérité. il -ou elle- est une forte-tête. Il faut le mettre au pas, lui apprendre, le battre pour que l’éducation, en lui, fasse sensation.Moix respecte la chronologie du malheur. Il note les classes, les saisons : dedans, dehors, deux parties, comme le fit Gide dans son récit autobiographique « Si Le Grain ne meurt ». L’adulte peut changer de vie, l’enfant pas. Ou aller ? Comment survivre ? L’enfant veut mourir. Il enjambe la jetée, l’eau l’appelle, un cygne passe, l’enfant a du sable dans les poches, comme Virginia Woolf,  qu’il ignore encore.  L’enfant se dit que si c’est cela, la vie, mieux vaut l’interrompre tout de suite ; contrairement à la littérature, la vie est sans forme, pas de fonds, le chaos. L’enfant battu ne connaît pas encore la splendeur du cygne chez Modiano. Il voudrait s’élever par dessus les toits comme dans les contes de Selma Lagerlöf.  Il n’a pas encore découvert François Truffaut ( « Les films sont plus harmonieux que la vie » ),ces« Chiens perdus sans colliers », https://compagnieaffable.com/2016/08/14/largent-de-poche-le-discours-de-...’enfant veut juste respirer, loin des coups de ceinture ou de rallonges électriques. On peut, un jour, vivre à sa guise. On peut, un jour, vivre l’amour et la réciprocité, mais l’enfant qui veut mourir ne le sait pas. Jules Renard, Jules Vallès, Hervé Bazin, Hervé Guibert, ainsi qu’Yves Navarre,  entre autres romanciers qui nous ont quittés, en savaient quelque chose. Pour ce qui est des vivants, outre Frédéric Begbeider ( et son enfance pas folichonne), qui m’expédia une si jolie lettre (cf. il adore Sagan, elle attire les enfants tristes),il y a Yann Queffelec, mon voisin de table au Freustié. Prix Goncourt avec « Les Noces Barbares »/ Gallimard et Folio- une pensée pour Françoise Verny-, ce Yann-là connaît lui aussi la violence intrafamiliale. Quant à l’indifférence abyssale qu’incarnait la mère du meilleur d’entre nous, Patrick Modiano, Prix Nobel de littérature 2014, elle fit de son fils ce qu’il est. L’indifférence de sa mère,  l’auteur de « Rues des Boutiques Obscures » ne s’en plaignît jamais. Il la transforma en rêverie matérialisée, ce qui est pour lui la définition de l’écriture. La froideur de cette mère fut telle qu’elle poussa son chien au suicide.(« Un pédigrée »/Patrick Modiano/ Gallimard/Folio). Le prochain roman de Patrick Modiano, « Encre sympathique »/Gallimard, ( cf. « une encre qui n’apparaît que lorsqu’on fait chauffer le papier »), paraîtra en Octobre. 

De même que l’animal et le végétal sont considérés comme des choses,  auxquelles le genre humain peut infliger toutes sortes de traitements,  même si certains farfelus osent proclamer qu’il existe chez les végétaux –comme dans le règne animal- une « intelligence » et une « mémoire »,au point que les arbres communiquent entre eux (Michel Onfray/ « Cosmos », Peter Wohlleben /« La  vie secrète des arbres » de même commençons-nous à remettre en question cet enfant  réduit à l’état d’objet qu’ont fabriqué nos traditions patriarcales. « Petit enculé » ! criait la  Folcoche de Yann Moix, le poursuivant dans l’appartement d’Orléans, sans qu’aucun voisin ne bouge. L’auteur en rajoute, déformant et alourdissant cette violence ; du chaud, du cuisant assez gore, telle une réalité augmentée. 

Yann Moix  ferme les yeux et revoit ce désespoir blanc d’ Orléans, capitale mondiale des coups infligés au garçon qu’il fut ( pas longtemps), car il est mort d’une certaine façon, et lui a succédé- comme dans l’Evangile, et chez Gide, l’écrivain qu’ il est.

« Naissance » Prix Renaudot 2013, marqua son temps par  cette langue magnifique, ce bouillonnement célinien, ce flot verbal remplaçant la vie par la littérature. Le meilleur livre de Moix  c’est Naissance, ce déplacement torrentiel.

Depuis lors, il y eut quelques titres peu convaincants(« Rompre », « Dehors »). Et cette polémique (vendeuse) autour «  des femmes de cinquante ans » (  cf. une interview dans Marie- Claire). Comme Roland Barthes, Sagan détestait les généralités. « Les hommes », « les femmes »: stupidité. Il existe des femmes et des hommes. On n’aime pas une femme, ou un homme,  d’ailleurs, mais une personne.Un être singulier. Unique. Pas « d’asiatiques de vingt-cinq ans », ni de « femmes de cinquante ans », donc mais la surprise des êtres. De même que le philosophe BHL -« Bernard » pour ses proches- est le «parrain »  de Moix, Sagan fut longtemps ma marraine. Je lui dois, entre autres, la détestation des clichés. 

Auteur « des taloches et du talent », Moix  a dans la vie un défaut : il trouve François Hollande  « irrésistible ». Possédant un réseau d’ « amis » ( ?) pour lesquels je n’ai pas de passion, il sait ne pouvoir compter que sur lui. A ce propos, Laurent Ruquier, producteur d’ONPC, semblait ravi d’être débarrassé de  son écrivain encombrant ; la présence de Moix empêchait en effet « le patron » de faire ce que Ruquier aime tant au fond : parler littérature avec les auteurs qu’il invite, car tout le monde rêve d’accomplir ce pourquoi il est le moins doué.

Et  pour ceux qui, ayant été jadis battus, abusés, ne sont pas des artistes ? La délivrance s’appelle « Orléans »,  justement. Le livre.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
MCX
- 25/08/2019 - 22:09
Cet article
Cet article me rappelle le pitoyable et nauséabond "Sublime, forcément sublime !" d'une certaine Marguerite D.
clo-ette
- 25/08/2019 - 15:46
Quelle tête
à claques !
jurgio
- 25/08/2019 - 14:09
Il a manqué à ce pauvre Moix
une bonne paire de claques.