En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

05.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

06.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

07.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 19 min 55 sec
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 1 heure 10 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bercy force les assureurs à couvrir les risques de pandémie mais pas ceux du Covid. Ce n’est pas gagné

il y a 1 heure 38 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

Covid-19 : mais pourquoi l’Isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

il y a 1 heure 45 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 15 heures 8 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 17 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 19 heures 41 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 20 heures 49 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 21 heures 25 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 22 heures 54 min
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 31 min 38 sec
pépites > Politique
Etats-Unis
Donald Trump finit par débloquer le processus de transmission du pouvoir à Joe Biden
il y a 1 heure 16 min
décryptage > Europe
Capital politique en jachère

2020, l'année où l'Union européenne conserva l'approbation d'une majorité d'Européens contre vents et marées... sans rien savoir en faire

il y a 1 heure 42 min
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 14 heures 36 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 16 heures 15 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 19 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 20 heures 3 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 21 heures 9 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 22 heures 14 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 23 heures 7 min
Bonnes feuilles

Comment la faillite de l'école a entraîné une faillite de la langue

Publié le 21 août 2019
Pendant l'été, Atlantico publie les bonnes feuilles d'ouvrages remarquables. Aujourd'hui, "L'Ecole à la ramasse" de Michel Fize, publié aujourd'hui 21 août aux éditions de L'Archipel.
Michel Fize
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Fize est un sociologue, ancien chercheur au CNRS, écrivain, ancien conseiller régional d'Ile de France, ardent défenseur de la cause animale.Il est l'auteur d'une trentaine d'ouvrages, dont  Le Peuple adolescent (2ème éd. Mots...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pendant l'été, Atlantico publie les bonnes feuilles d'ouvrages remarquables. Aujourd'hui, "L'Ecole à la ramasse" de Michel Fize, publié aujourd'hui 21 août aux éditions de L'Archipel.

C’est, selon nous, la faillite première, et même la faillite suprême. Car avec la perdition de la langue, c’est la culture française elle-même qui est aujourd’hui mise en danger.

La faillite de la langue est globale : orthographe, grammaire, vocabulaire, lecture, écriture, compréhension du sens (de ce qui est lu ou écrit).

La faillite touche presque toutes les catégories de jeunes, y compris les enfants de l’« élite ». Le temps n’est plus où les lycéens, tous des « héritiers » de la bourgeoisie et de l’aristo- cratie, entendant parler chez eux un français « classique », le parlaient à leur tour, dans une école qui parlait elle-même le français de Pascal et Descartes. Eux aussi ont perdu le « capital linguistique » cher à Bourdieu. Désabusé, Olivier Guichard, ministre du général de Gaulle, notait déjà, en 1970, que la culture classique était aussi étrangère à 90 % des enfants des classes aisées qu’aux enfants du peuple.

L’élargissement social du recrutement des enseignants, qui ne sont plus tous des enfants des couches moyennes (voire supérieures), le développement de la « langue-jeune » et des

langages « texto » expliquent aussi ce déclin du français. La « langue » de la Toile, issue de la langue « texto », est même en train d’acquérir le statut de langue dominante dans notre société. Or cette langue, quoi qu’en disent des linguistes aussi distingués qu’Alain Rey, qui la salue à longueur d’interviewes, est d’une extraordinaire pauvreté. Le vocabulaire est limité, les mots sont tronqués, le style est direct, cru, souvent agressif.

La faillite est aussi multigénérationnelle, car désormais les désordres langagiers se transmettent de père en fils, et de mère en fille. Les étudiants parlant mal, écrivant mal, deviennent,naturellement, des profs qui vont (au moins de temps en temps) parler mal, écrire mal (les enseignants honnêtes le reconnaissent volontiers, qui essaient de se corriger). Il y a plus de soixante ans, l’inspecteur général de l’Enseignement secondaire Le Gall tirait la sonnette d’alarme. De plus en plus, notait-il, les professeurs d’université relèvent dans les copies de licence des fautes d’orthographe et de syntaxe indignes d’élèves du certificat d’études. On a même signalé (pour remonter encore plus haut dans le temps) en 1893, dans un cours élémentaire, de nombreuses fautes dans les dictées : « Entre douze et quinze dans un texte de six lignes ! »

Ainsi, ce ne sont plus seulement les jeunes, et avant eux les enfants, qui massacrent la langue française, ce sont aussi les adultes, jusqu’aux plus hauts niveaux de responsabilité professionnelle... et de l’État (les travailleurs honnêtes le reconnaissent eux aussi, qui s’empressent à présent de prendre des cours d’orthographe et de se soumettre à la dictée).

Ainsi y a-t-il en France de plus en plus d’« illettrés », dans le sens donné à ce terme par d’éminents auteurs, comme Jean-Philippe Rivière, c’est-à-dire de « personnes qui ont été scolarisées mais qui ne maîtrisent pas suffisamment l’écrit pour faire face aux exigences minimales requises dans la vie professionnelle, sociale, culturelle et personnelle ». On estime aujourd’hui à 7 % le nombre d’illettrés chez les 18-65 ans – soit quelque deux millions et demi d’individus. Ajoutons qu’un Français sur cinq possède à présent un faible niveau de lecture et d’écriture, soit quatre fois plus qu’au Japon et deux fois plus qu’en Finlande. C’est considérable, mais pour certains linguistes (ah ! décidément, ces linguistes !), comme Frédéric Jejcic, tout ceci n’est pas bien grave. L’orthographe, disent ces experts, se modifie avec le temps (certes, mais entre évolution et déformation, il y a une différence, non ?). Quant aux nouvelles formes d’écriture, comme les textos, elles sont jugées franchement utiles. L’assemblage des chiffres et des lettres (comme écrire « 2main » au lieu de « demain »), dit ainsi M. Jejcic, représenterait « un jeu intéressant avec la logique ».

Extrait de L'Ecole à la ramasse, de Michel Fize, paru aux éditions de l'Archipel aujourd'hui, 21 août 2019.

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 22/08/2019 - 14:19
La langue française n'a plus un problème
puisqu'elle n'existe plus. Ils ont voulu qu'on apprenne une langue de proximité et on l'a eue. Une grammaire, une syntaxe, c'est déjà du trop haut niveau. Autour de moi, je rencontre de plus en plus des personnes qui laissent entrevoir qu'elles sont dixéliques... non dixlétiques, enfin disléxiques, je crois. Enfin, vous m'avez compris, je pense ?
evgueniesokolof
- 21/08/2019 - 15:24
on comprend...
...le désespoir de l'auteur! Suffit de lire Bendidons pour comprendre le naufrage....

Bon, cela dit, dans les années 60 , au lycée où j'étais, les profs parlaient très bien français mais pour la moitié d'entre eux , la nullité le disputait à la fainéantise. La réalité est peut être un peu plus complexe
1.pas étonnant que la bêtise de l'Académie consistant à sacraliser les règles les plus débiles de l'orthographe finisse par sombrer. A -t-on franchement besoin des dictées de Pivot
2 Par ailleurs, un type qui sortait illettré de l'école il y a 50 ans pouvait prendre une pelle ou une pioche: c'est terminé
En revanche, combien de jeunes illettrés sont issus d'une certaine immigration ?
Le problème est complexe mais ne mérite pas que l'on se livre à des lamentations aussi inutiles que mille fois entendues
Phlt1
- 21/08/2019 - 15:03
Simple...
La langue d'un peuple est son génie, particulièrement celle de la France. Si la langue est simplifiée sur l'autel de la facilité et de la praticabilité, donc sur l'autel du matérialisme et du consumérisme comme le préconise toute la Gauche, de Faure à Mélenchon et au delà (normal, le socialisme est la philosophie du matérialisme, idiot utile du néo libéralisme et de la mondialisation), alors la France disparaitra dans les tourbillons de cette mondialisation, justement. Seule une extrême élite s'en sortira. Suis-je "décliniste".?. Non, ce sont des faits, INELUCTABLES.