En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Alerte au déficit : ce que personne n’ose vraiment rappeler sur les hypothèses de travail du Conseil d’orientation des retraites

02.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

03.

(Excès de l’)Inspection du travail : l’étrange méthode de Muriel Pénicaud

04.

Une jeune femme, fichée S, qui espionnait les policiers et qui avait été arrêtée samedi place d’Italie lors de la manifestation des Gilets jaunes aurait été relaxée

05.

Yann Barthès diffuse l'enquête de Valeurs actuelles sur Quotidien et sur la tyrannie des bien-pensants

06.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

07.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

03.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

04.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

05.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Picasso, tableaux magiques" : la magie des signes

il y a 46 min 51 sec
décryptage > France
Immobilier

Michel Platero : "si on veut faire baisser les prix de l’immobilier, il faut décorréler la propriété du bâti de celle du foncier"

il y a 1 heure 11 min
pépite vidéo > Politique
Réformes
Retraites, hôpital : Edouard Philippe s'est confié sur France Inter sur les dossiers sensibles de cette fin d'année
il y a 2 heures 9 min
décryptage > Politique
Stratégie de défense

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

il y a 4 heures 1 min
décryptage > Politique
Le Macron nouveau est arrivé

Le nouvel entre-deux stratégique d’Emmanuel Macron

il y a 4 heures 59 min
décryptage > Société
Protection de l'enfance

Parents dangereux : ces violences contre les enfants dont on parle si peu

il y a 5 heures 38 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
LREM voudrait (a)battre Pécresse en Ile-de-France ; Macron, le décideur solitaire ; L'Express enquête sur le danger des militants armés de l'ultra-droite ; Rachida Dati s'exempte du logo LR ; Valeurs actuelles dézingue la "machine infernale" de Barthès
il y a 6 heures 19 min
pépites > Justice
"Acab land"
Une jeune femme, fichée S, qui espionnait les policiers et qui avait été arrêtée samedi place d’Italie lors de la manifestation des Gilets jaunes aurait été relaxée
il y a 15 heures 57 min
pépites > Social
Marche de la colère Acte II ?
Grève du 5 décembre : la police pourrait rejoindre la mobilisation contre la réforme des retraites
il y a 17 heures 27 min
pépite vidéo > Media
Bras de fer médiatique
Yann Barthès diffuse l'enquête de Valeurs actuelles sur Quotidien et sur la tyrannie des bien-pensants
il y a 20 heures 44 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Pechkoff, le manchot magnifique" de Guillemette de Sairigné : un héros de légende endormi réveillé par la plus noble des biographes

il y a 54 min 48 sec
décryptage > Santé
Plan palliatif

Cette liberté que la France ne se décide toujours pas à accorder à ses hôpitaux

il y a 1 heure 29 min
décryptage > Culture
Vive la liberté !

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

il y a 3 heures 27 min
décryptage > France
Culture

Repeignez-moi donc ces statues blanches que je ne saurais voir : l’antiracisme en pleine crise d’intolérance

il y a 4 heures 26 min
décryptage > Economie
Réalité des chiffres

Hôpitaux, retraites ou inégalités : la fiscalité, ce verrou français qui étrangle toute vraie réforme.

il y a 5 heures 17 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Hong-Kong s’enflamme, sa jumelle historique, Singapour, récupère les flux de capitaux et redoute la contagion…

il y a 6 heures 1 min
décryptage > Politique
2022

Les Français tous prêts à la bataille retour Macron Le Pen… ou majoritairement orphelins de la politique…?

il y a 6 heures 28 min
light > Europe
Famille royale
Affaire Jeffrey Epstein : le prince Andrew décide de mettre fin à ses engagements publics
il y a 16 heures 42 min
pépites > Sport
Colère
JO 2024 à Paris : les hôteliers décident de suspendre leur participation à l'organisation des Jeux olympiques suite au partenariat avec Airbnb
il y a 17 heures 55 min
pépites > Justice
Lutte contre le terrorisme
Attentat déjoué dans le Thalys : le parquet national antiterroriste demande un procès pour Ayoub El Khazzani et pour trois autres suspects
il y a 20 heures 29 min
© GERARD JULIEN / AFP / POOL
© GERARD JULIEN / AFP / POOL
Rentrée présidentielle

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

Publié le 20 août 2019
Comparée à l'été 2018, la saison a été plutôt calme. Mais rien de fondamental n'a changé dans l'opinion depuis la grand crise de l'hiver.
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Comparée à l'été 2018, la saison a été plutôt calme. Mais rien de fondamental n'a changé dans l'opinion depuis la grand crise de l'hiver.

Atlantico : La rentrée des ministres a eu lieu hier et il est donc temps de faire le bilan de l'été 2019 pour le Président de la République et le gouvernement. En comparaison de l'été 2018, il semble avoir été relativement calme (exceptée peut-être l'affaire Rugy). Ce calme médiatique est-il fidèle à la situation du Président de la République dans l'opinion ?

Bruno Cautrès : Il est certain que l’été 2019 fut assez calme pour Emmanuel Macron, en comparaison avec l’été 2018 marqué par l’affaire Benalla. La démission de François de Rugy n’a d’ailleurs pas eu le même retentissement que l’affaire Benalla. Dans le même temps le chômage est légèrement à la baisse, les Gilets jaunes se sont essoufflés et Emmanuel Macron donne le sentiment d’avoir repris le contrôle de l’agenda. Le Président de la République a également connu une remontée de sa popularité dans l’opinion depuis le début de l’été. Pourtant, la situation d’Emmanuel Macron dans l’opinion n’est pas pour autant restaurée : l’impopularité a reculé mais elle reste très largement majoritaire. Selon les différentes mesures de popularité enregistrée pendant l’été, le pourcentage des Français qui se déclarent insatisfaits de l’action d’Emmanuel Macron oscille autour des deux tiers. Si l’on prend par exemple le baromètre de popularité réalisé par l’IFOP, en juillet 32% des Français interrogés se déclaraient satisfait d’Emmanuel Macron comme Président de la République. C’est un pourcentage intermédiaire entre la satisfaction exprimée au même moment de leurs mandats pour François Hollande (18% en juillet 2014) et Nicolas Sarkozy (43% en juillet 2009). Par ailleurs, le baromètre réalisé par BVA en juillet montrait qu’amenés à exprimer par une question ouverte leur opinion à propos d’Emmanuel Macron, les Français négatifs vis-à-vis de son action continuaient de le percevoir comme « le Président des riches » et comme « arrogant ». En fait rien de fondamental n’a bougé dans l’opinion à propos d’Emmanuel Macron ; celui-ci a néanmoins réussi à enrayer la descente aux enfers de sa popularité de la fin 2018/début 2019. Le Grand débat national lui a permis d’ouvrir le parachute de survie. Mais il lui reste un long chemin à parcourir pour reconquérir certaines franges de l’opinion publique, notamment à gauche.

Quelles parties de l'électorat du Président sont les plus "à risques" en cette rentrée ? Qu'est-ce qui a pu entamer leur fidélité à Emmanuel Macron ? 

Sociologiquement et politiquement l’électorat est très clivé à propos d’Emmanuel Macron : le clivage gauche-droite, sans être autant marqué que pour ses prédécesseurs, fait un certain retour. Si l’on reprend le baromètre publié par l’IFOP en Juillet, on voit que la popularité d’Emmanuel Macron est certes à son plus faible niveau chez les sympathisants du RN (7%) et de la France insoumise (10%). Mais en second rang, c’est au sein de l’ensemble de la gauche que cette popularité est à un faible niveau : 25% de popularité auprès des sympathisants PS et 27% auprès de ceux de EELV. La popularité d’Emmanuel Macron est en revanche très forte parmi les sympathisants de la République en marche (95%) ou du Modem (74%) et au-dessus de sa moyenne parmi les sympathisants du centre-droit (38% chez les sympathisants UDI) et de la droite (34% parmi ceux de LR). Sociologiquement c’est parmi les milieux populaires et les classes moyennes que la popularité d’Emmanuel Macron est à son plus bas niveau, en particulier parmi les ouvriers (21%). Là encore, en constate que la remontée de popularité enregistrée par Emmanuel Macron au début de l’été n’a pas fait bougé en profondeur les lignes de clivages à propos de son action. Par ailleurs, la réforme des retraites a fait apparaître pendant l’été quelques nouvelles lignes de front : les professions libérales et notamment les avocats se montrent très fortement opposées à cette réforme.

La rentrée va être occupée par de nombreuses réformes : réforme des retraites, lois sur l'assurance-chômage, lois de bioéthique, etc. Sont-elles susceptibles de mobiliser une opposition sociale ? Sous quelle forme est-ce le plus probable ?

La fameuse « convergence des luttes sociales » est davantage un mythe qu’une réalité aujourd’hui. Pour qu’un front uni des mécontentements apparaisse il faut un ciment unificateur : mais les réformes en cours sont présentées par le gouvernement comme partie prenantes d’un vaste chantier de redistribution qui consiste à redonner aux uns et à reprendre à d’autres. Si l’on prend le cas de la réforme des retraites, le système actuel est présenté par l’exécutif comme injuste, avec des catégories de Français qui ont des avantages que d’autres n’ont pas. Néanmoins cette rhétorique du retour à des solutions plus équitables, plus lisibles, plus justes, va être rapidement confrontée aux réalités : les négociations entre le gouvernement et les partenaires sociaux vont commencer à la rentrée et l’on voit déjà que les syndicats, mêmes la CFDT, expriment des mécontentements et des oppositions fortes à cette réforme. Il y a d’autres terrains minés sur le front social : la réforme de l’indemnisation du chômage, celle de la fonction publique ou encore la réforme des lycées. Le gouvernement va devoir montrer, à travers sa conduite de ces réformes, qu’il a doublement tenu compte de la crise sociale et démocratique que nous avons vécus entre l’automne 2018 et le printemps 2019 : sur le contenu et sur la méthode des réformes. Ce n’est pas gagné car dans le même temps le temps presse pour le gouvernement : la légère baisse du chômage ne constitue pas un bilan positif suffisant sur le plan socio-économique. Nous sommes déjà à mi-mandat… ! La loi bioéthique et sa mesure emblématique sur la PMA sera sans doute gérée par l’exécutif de manière à ne pas reproduire le scénario des manifestations contre le mariage pour tous en 2012/2013. La méthode de travail et de concertation avec toutes les sensibilités qui existent dans le pays sur cette question sera un point déterminant. Un important travail en amont a déjà été fait, il restera au gouvernement à faire la pédagogie de son action et de ses choix.

Pour conclure, je dirais qu’Emmanuel Macron n’est pas encore sorti de la crise que nous avons vécue ; il semble bien en être conscient. Une série d’étincelles peut tout à fait faire tout repartir. Si l’exécutif semble axer toute sa communication sur l’idée d’un « acte 2 » du quinquennat, plus « social » et avec une nouvelle communication (plus « humble »), la seconde partie du mandat va également donner lieu aux premières analyses d’impact du macronisme sur les grandes inégalités sociales et économiques. Une vraie épreuve de vérité dont les résultats joueront un rôle très important sur les stratégies des acteurs politiques dans la perspective de 2022…

Propos recueillis par Augustin Doutreluingne.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Alerte au déficit : ce que personne n’ose vraiment rappeler sur les hypothèses de travail du Conseil d’orientation des retraites

02.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

03.

(Excès de l’)Inspection du travail : l’étrange méthode de Muriel Pénicaud

04.

Une jeune femme, fichée S, qui espionnait les policiers et qui avait été arrêtée samedi place d’Italie lors de la manifestation des Gilets jaunes aurait été relaxée

05.

Yann Barthès diffuse l'enquête de Valeurs actuelles sur Quotidien et sur la tyrannie des bien-pensants

06.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

07.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

03.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

04.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

05.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

Commentaires (19)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
clo-ette
- 21/08/2019 - 17:29
bouteilles en plastique ?
Peut-on boire autre chose si on ne boit comme moi que de l'eau .?? Quant à l'infertilité masculine, j'ai entendu dire que la cause en est "les perturbateurs endocriniens "
Ganesha
- 21/08/2019 - 16:23
Cloette
Je suis ravi de découvrir que vous m'avez lu !

C'est 3% des naissances : une sur trente !

Buvez-vous des boissons contenues dans des bouteilles en plastique ?

Avez-vous lu la dernière phrase de mon second message ?
clo-ette
- 21/08/2019 - 16:03
PMA
1% de la population concernée, dictature des minorités que de mettre ce sujet qui n' aucune importance sur la table .Il y a des familles avec de nombreux enfants, pauvres, des gens qui dorment dehors ( y compris des travailleurs pauvres ), des gens malades qui se soignent mal, des innocents en prison, des dépressifs et j'en passe, et on nous gave avec la "pma" . Drôle d'époque !