En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Souplesse juvénile

Voici pourquoi les jeunes veulent changer de carrière de plus en plus vite

Publié le 14 août 2019
Plusieurs enquêtes publiées récemment montrent que les jeunes arrivants sur le marché du travail souhaitent changer d'emploi de plus en plus vite.
Vincent de Gaulejac est professeur de sociologie à l'UFR de Sciences Sociales de l'Université Paris 7 Denis-Diderot.Il est l'auteur du livre Les sources de honte (2011, Point). Il a également publié Manifeste pour sortir du mal-être au trava...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent de Gaulejac
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent de Gaulejac est professeur de sociologie à l'UFR de Sciences Sociales de l'Université Paris 7 Denis-Diderot.Il est l'auteur du livre Les sources de honte (2011, Point). Il a également publié Manifeste pour sortir du mal-être au trava...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Plusieurs enquêtes publiées récemment montrent que les jeunes arrivants sur le marché du travail souhaitent changer d'emploi de plus en plus vite.

Atlantico : Dans une enquête menée par ZipRecruiter auprès de demandeurs d’emploi âgés de 34 ans et moins, moins de la moitié des personnes interrogées ont déclaré qu’elles comptaient rester dans le même secteur à long terme. Parmi les travailleurs âgés de 25 à 34 ans contactés par le site d'emplois Monster.com, 26% se voient entamer une nouvelle carrière au cours des cinq prochaines années. Comment expliquer que les changements de carrière adviennent de plus en plus tôt ? Pourquoi les jeunes travailleurs ont-ils des difficultés à rester dans le même secteur plus de cinq ans ?

Vincent de Gaulejac : Depuis des années, le patronat et nos différent gouvernements, ne cessent de répéter que le marché du travail est trop rigide, enchâssé dans des contraintes qui seraient un obstacle à l’embauche. Ils ont prôné la flexibilité, la mobilité, l’adaptabilité. Les jeunes ont bien compris que les règles avaient changée et qu’il leur fallait apprendre à vivre dans une société « liquide », selon le concept proposé par Z. Bauman. Ils ont mis la « flexibilité » au coeur de leur existence, dans tous les domaines, affectif, sexuel, géographique et professionnel. Ce ne sont pas eux qui ont des « difficultés à rester dans le même secteur » », c’est le marché du travail qui les a conduit à défendre leur autonomie vis-à-vis des employeurs par une mobilité permanente.

Les travailleurs d'aujourd'hui sont moins fidèles aux entreprises individuelles : l'ancienneté moyenne n'est que de quatre ans. Quelle vision de l'entreprise domine chez les jeunes diplômés qui entrent sur le marché du travail aujourd'hui et qui pourrait expliquer la disparition progressive de la valeur d'ancienneté et de fidélité à l'entreprise ?

Les valeurs de fidélité était valorisées dans le privé comme dans le public jusque dans les années 1970. Dans une recherche sur IBM, qui vient d’être réédité (L’emprise de l’organisation, Presse de l’ULB, 2019), nous avions décrit les prémisses de la révolution managériale qui proposait à ses employés de jouer « gagnant-gagnant ». La culture d’entreprise de l'époque préconisait des valeurs comme la considération de la personne, la reconnaissance pour les employés performants et encourageait la fidélité. les employés savaient qu’ils pourraient effectuer toute leur carrière chez IBM. Dans les services publics, la sécurité de l’emploi était un éléments déterminant de l’attachement des fonctionnaire à leur mission. Ils acceptaient des salaires moins élevés que dans le privé parce que leur travail avait du sens. Le nouveau management à dévalorisé l’ancienneté au profit de l’avancement au mérite, la fidélité au profit de la performance, la stabilité de l’emploi au nom du  turn over. La valeur travail  n’est plus considérée pour laisser place à la  share holder value (la valeur pour l’actionnaire). Ce phénomène est répandu surtout dans les grandes entreprise, un peu moins dans les PME qui sont toujours soucieuses de garder leurs employés. Par contre, l’uberisation du marché du travail ne fait qu’accentuer la mobilité et « l’infidélité ». Ceci ne veut pas dire que les jeunes ne cherchent pas la sécurité de l’emploi. Mais seulement qu’ils savent qu’ils ne la trouveront pas.Ils ont a cet égard un comportement stratégique.

A l'avenir, risque-t-on de voir le marché du travail se diviser entre ceux qui restent longtemps dans le même secteur et ceux qui ont besoin de changer régulièrement de carrière ? Lesquels seront les plus prisés et qui y gagnera le plus ?

La valorisation des « premiers de cordées » exacerbe ce que j’ai proposé d'appeler la lutte des place (Desclée de Brouwer, 2014). Cette lutte des places à trois visages. Le visage de l’excellence pour ceux qui sont performants, flexibles, adaptables, ceux qu’on appelait en son temps « les winners » et qui sont en permanence au bord du burn out. À l’opposé, les loosers, sont du côté de l’exclusion, de la précarité, des petits boulots, leur lutte n’est pas du côté de la réussite mais de la survie. Entre les deux restent tous ceux qui luttent pour tenter de conserver leur emploi, pour garder leur place. Dans la société liquide, hyper moderne, la lutte des places s’est substituer à la lutte des classes. Je ne sais qui sort vraiment gagnant dans ce contexte. Chacun est renvoyé à lui-même pour s’en sortir, les « gagnants" comme les perdants vivent dans le stress, les uns pour répondre à l’exigence de performance, les autres pour tenter d’exister (cf les Gilets jaunes). Ceux qui sont entre les deux vivent dans la peur de perdre le statut qu’ils ont réussi à obtenir. 
 
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Grand est le désespoir de Donald (Trump) : Greta (Thunberg) a été d’une cruauté sans pareille avec lui.

03.

4 millions de dollars : c'est ce que gagne chaque heure la famille la plus riche du monde

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Miley Cyrus s’éclate avec une ex Kardashian, Claire Chazal se souvient de quand elle s’éclatait avec (un de) ses ex; Énième réconciliation pour Jamel & Melissa, 1ère grossesse pour Louane; Anouchka Delon pacifie sa famille, Brigitte Macron choie la sienne

06.

Pourquoi cette étude confirme l'absence de lien entre vaccination et sclérose en plaques (mais ne suffira probablement pas à recréer la confiance)

07.

Hong Kong : ces nouvelles formes de censure très efficaces pour empêcher les mouvements sociaux

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

05.

En deux siècles, les forêts ont doublé en France et voici pourquoi

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

02.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

03.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

04.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

05.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

06.

Brexit / élections italiennes : l’automne à risque qui attend l’Europe

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zen-gzr-28
- 16/08/2019 - 14:07
l'auteur de l'article
parle des jeunes, de quelle catégorie de jeunes ? Se méfier des généralités ...Comme disait ma grand-mère "c'est la science des imbéciles"
Benvoyons
- 16/08/2019 - 11:55
Comme tous les Bon Socialistes Moraux qui ont trucidé très
Moralement & Parfaitement Légalement, qui plus est, Grâce à la Fameuse Idéologie Totalement Humaine & Socialiste, partout dans le Monde & bien :)::)
Pour ses Saints Marxistes Socialistes à "l’État Pur " les autres ne peuvent qu'être des moins que rien:)::)
"Ce qu'ils ne révèlent pas, ce sont les moyens immoraux, ou même illégaux, qu'ils ont utilisé pour atteindre ce but"
Ganesha
- 15/08/2019 - 12:13
Papys-Tarzan
Cela fait partie du ''Folklore Atlantico'' : des abonnés qui, si on les voyait tels qu'ils sont en réalité, ne sont que des vieillards décatis, profitent de l'anonymat pour venir reprendre ici le rôle incarné par l'acteur Johnny Weissmuller dans les films des années trente.

On y voyait Tarzan se balancer de liane en liane, et pousser son célèbre ''Cri de Victoire''... en fait, un yodl autrichien !

Ils ont participé à l'impitoyable Lutte pour la Vie de la Loi de la Jungle, et ils prétendent en être sorti vainqueurs !

Ce qu'ils ne révèlent pas, ce sont les moyens immoraux, ou même illégaux, qu'ils ont utilisé pour atteindre ce but !

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Johnny_Weissmuller