En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Guerres de l'eau

Pénurie mondiale d'eau : pourquoi l'aggravation du phénomène pourrait mener à un conflit généralisé

Publié le 14 août 2019
Selon un rapport du World Ressources Institute publié mardi 6 août, 1/4 de la population mondiale serait en situation de pénurie hydrique grave.
Bruno Parmentier est ingénieur de l’école de Mines et économiste. Il a dirigé pendant dix ans l’Ecole supérieure d’agronomie d’Angers (ESA). Il est également l’auteur de livres sur les enjeux alimentaires :  Faim zéro, Manger tous et bien et Nourrir l...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Parmentier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Parmentier est ingénieur de l’école de Mines et économiste. Il a dirigé pendant dix ans l’Ecole supérieure d’agronomie d’Angers (ESA). Il est également l’auteur de livres sur les enjeux alimentaires :  Faim zéro, Manger tous et bien et Nourrir l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon un rapport du World Ressources Institute publié mardi 6 août, 1/4 de la population mondiale serait en situation de pénurie hydrique grave.

Atlantico : Selon un rapport du World Ressources Institute publié mardi 6 août, 1/4 de la population mondiale serait en situation de pénurie hydrique grave. Tout d'abord, s'il ne s'agit pas ici d'un constat nouveau la situation est-elle en cours d'aggravation ? 

Bruno Parmentier : Le monde a toujours connu des pénuries d’eau, qui ont toujours provoqué des migrations, car on ne peut pas vivre sans eau. La quasi-totalité des habitats humains sont donc installés près d’une ressource en eau (puit, rivières, lacs, etc.). Trois phénomènes aggravent considérablement cette situation : la croissance de la population, l’amélioration du niveau de vie (qui augmente fortement la consommation de chaque individu), et le dérèglement climatique qui conduit à davantage de sécheresses dans certains endroits du globe et davantage d’inondation dans d’autres.

L’eau douce utilisable est une denrée rare sur terre (96 % de l’eau est salée, et les deux tiers de l’eau douce sont gelées ou inatteignables). Ce 1 % est très inégalement réparti sur la planète : entre les palestiniens, qui ne disposent que de 59 m3 de réserve par personne et les islandais qui en ont chacun 630 000 m3, le rapport est de 1 à 10 000 ! Or la population de Gaza est passée de 1 à 1,9 millions en vingt ans alors que celle de l’Islande est restée relativement stable. Si Israël continue à occuper le plateau du Golan, c’est en partie parce qu’il constitue une des seules réserves d’eau de la région, ressource éminemment stratégique, alors que Israël, le Liban et la Jordanie occupent le 2e, 3e et 5e place des pays à plus fort stress hydriques dans le monde.

Que se passerait-il si on « mettait en tas » toute l’eau de la planète ?

En fait une dizaine de pays concentrent près de 60 % des réserves mondiales (à commencer par le Brésil et la Russie, mais aussi les États-Unis, le Canada, la Chine, l'Indonésie, l’Inde, la Colombie et le Pérou), tandis que 80 autres pays, principalement situés en Afrique et au Proche-Orient (soit 40 % de population mondiale), souffrent de graves pénuries.

De fortes inégalités coexistent souvent à l'intérieur d’un pays : aux États-Unis, la Californie ne dispose plus d’assez d’eau douce pour subvenir à ses immenses besoins, tout comme l’Arizona et le Nouveau Mexique, alors que Chicago ne semble pas devoir s’inquiéter de la disparition des grands lacs. Au Pérou l’excès d’eau en Amazonie, à l’ouest de la Cordillère des Anges, ne risque pas d’approvisionner Lima, une ville où les voitures n’ont même pas d’essuie-glace tant il ne pleut pas.

En Chine, le fleuve jaune (du nord, le Huang He) est asséché à son embouchure plus de la moitié de l’année, tandis que le fleuve bleu (du Sud, le Yangzi) déborde régulièrement de son lit, ce qui a provoqué la construction du Grand canal dès le XIIe siècle pour relier les deux bassins, puis plus récemment du plus grand barrage du monde, celui des Trois-gorges. En fait l’eau a toujours été un problème dans ce pays qui compte à lui tout seul 22 000 des 45 000 grands barrages du monde : malgré cela, parmi les 672 grandes villes du pays, 160 manquent gravement d’eau potable et imposent des restrictions et 400 doivent faire face à des pénuries.

La situation de l’Europe dans son ensemble n’est pas excellente ; elle compte 13 % de la population mondiale, mais seulement 8 % des ressources en eau douce.

On définit généralement la limite entre Sahara et Sahel par une quantité d’eau de pluie annuelle de 300 mm (le tiers de ce qui tombe en France). Cette limite a reculé de 200 km en quelques décennies. Du coup la population locale a émigré, avec ses troupeaux, et le surpâturage a encore fait avancer le désert de 200 km. Au total on a dû évacuer une zone de 5 500 km de long et 400 de large, soit 4 fois la superficie de la France, dans laquelle vivaient 60 millions d’habitants ; le lac Tchad, lui, a presque complètement disparu. Les conflits issus de ces mouvements de population ont rendu cette partie de l’Afrique très instable, du Mali au Soudan !

Cette pénurie touche 17 pays parmi lesquels Oman, les Emirats arabes unis, l'Arabie saoudite, le Liban... Il ne s'agit donc pas uniquement de pays pauvres. Au vu de leurs ressources économiques, de quelle marge d'action disposent ces Etats pour lutter contre la pénurie d'eau ? Par exemple, désaliniser l'eau de mer -comme le fait l'Arabie Saoudite- peut-elle être une solution potentielle ? 

La désalinisation de l’eau de mer peut être une solution (de riches) pour boire ou se doucher, mais pas pour manger ! En effet l’agriculture nécessite d’énormes quantités d’eau. Songeons qu’il faut en moyenne 1 000 litres d’eau pour produire un kilo de céréales ! Quand l’Egypte importe 10 millions de tonnes de blé, il s’agit d’une solution assez logique dans ce pays désertique dont seulement 4 % de ses terres cultivables (car irrigables). Elle importe en fait indirectement 10 milliards de tonnes d’eau virtuelle ! On na la voit pas très bien désaliniser de telles quantités d’eau pour irriguer ses déserts !

Nombre de mois annuels où on se trouve en pénurie d’eau dans le monde

Pour ce qui est des pays plus pauvres voir très pauvres tels que l'Inde ou le Pakistan, est-ce encore possible de faire marche arrière, de parer à la crise à venir ? Si c'est déjà trop tard, que faire ? S'attend-on à une nouvelle crise de réfugiés ?

Une bonne partie de l’alimentation mondiale est basée sur l’irrigation de vastes surfaces agricoles. Actuellement on estime qu’un champ sur sept est irrigué sur la planète. Mais ces acquis sont maintenant menacés. Avec la fonte des glaciers des Alpes et des Pyrénées par exemple les producteurs de fruits et légumes de Provence vont rencontrer de plus en plus de difficultés, ainsi que ceux de maïs du sud-ouest.

L’épaisseur de l’eau dans l’immense nappe phréatique de l’Ogallala dans le Sud des Etats-Unis, qui est assidument pompée par plus de 200 000 puits est passée de 60 m à 30 m.

Mais ce n’est rien à côté des conséquences potentielles du réchauffement climatique en Asie. Les glaciers de l’Himalaya, qui couvrent 33 000 km2 et dont l’épaisseur baisse de 0,2 à 1 mètre par an, alimentent sept des principaux fleuves de l’Asie : Gange, Indus, Brahmapoutre, Salouen, Mékong, Yangzi (Fleuve Bleu), Huang He (Fleuve Jaune). Les 8,6 milliards de m3 qui s’écoulent chaque année des sommets fournissent en eau douce des centaines de millions de personnes dans le monde. Leur alimentation est maintenant menacée. Le niveau de la nappe phréatique du bassin du Gange, en Inde (13e pays le plus stressé hydrauliquement dans le monde) a déjà baissé de plus de 60 m. Le Pakistan (14e pays dans cette liste) n’est pas mieux avec celle de l’Indus. Au nord de l’Himalaya, la mer d’Aral a déjà perdu 75 % de sa surface, 14 mètres de profondeur et 90 % de son volume, car les deux fleuves qui l’approvisionnaient, l'Amou-Daria et le Syr-Daria, ont été asséchés par l’agriculture irriguée en amont.

D’où les réactions que l’on observe récemment pour reforester rapidement ces régions directement menacées. Au cours des 20 dernières années, la Chine et l’Inde à elles seules ont replanté l’équivalent de la superficie de l’Amazonie (la Chine emploie à temps complet 60 000 de ses soldats pour ce faire !). Le Pakistan a planté 1 milliards d’arbres dans les 3 dernières années et annonce vouloir porter ce chiffre à 10 milliards. Notons qu’en Afrique, l’Ethiopie a récemment annoncé vouloir en planter elle aussi 4 milliards. Espérons qu’ils vivront !

Tout cela ne suffira évidemment pas, mais va dans la bonne direction. Rappelons que pour agir significativement sur le refroidissement de la planète, les experts nous disent qu’au lieu de déforester, il faudrait planter 1 000 milliards d’arbres (en plus des 3 000 existants)… Pour donner un ordre de grandeur, on estime que la France métropolitaine compte, elle, 12 milliards d’arbres.

Enfin, selon Andrew Steer -PDG de WRI- "la pénurie en eau est la plus grande crise, dont personne ne parle. Ses conséquences prennent la forme d'insécurité alimentaire, de conflit, de migration, et d'instabilité financière". La prochaine guerre mondiale sera-t-elle donc celle de l'eau ?

Des guerres pour l’eau, il y en a toujours eu : Il y a 4 500 ans, une guerre a opposé deux cités mésopotamiennes qui se disputaient les eaux du Tigre et de l’Euphrate. En 1503, Léonard de Vinci conspirait avec Machiavel pour détourner le cours de la rivière Arno en l'éloignant de Pise, qui était alors en guerre avec Florence ! Mais elles risquent de se multiplier au XXIe siècle, alors que 269 rivières et fleuves importants sont partagés par deux pays au moins. On ne risque évidemment pas de guerre mondiale pour l’eau, mais plein de guerres régionales. Prenons quelques exemples.

Au Moyen Orient, les pays arabes ont le pétrole, mais c’est la Turquie qui a l’eau ! Le seul remplissage du barrage Atatürk a pratiquement asséché l’Euphrate pendant un mois en 1990. Les turcs se sont lancés dans la construction d’une vingtaine de barrages dans le Sud-Est anatolien pour valoriser cette région pauvre, mais cela se fera forcément au détriment des populations installées en aval.

L'Égypte, qui est entièrement tributaire du Nil pour ses ressources hydriques, doit néanmoins le partager avec les dix autres États du bassin de ce fleuve. L'Éthiopie, où le Nil Bleu prend sa source, qui fournit 86 % des débits et n'utilise que 0,3 % de l'eau, prévoit la construction de 36 barrages. Le Soudan, le Kenya ou l’Ouganda souhaitent également prélever leur part. Les intérêts vitaux de ces pays sont bien évidemment antagonistes.

En Afrique subsaharienne, les conflits peuvent naître partout : entre pays riverains du lac Tchad, entre la Libye et le Tchad ou entre l’Éthiopie et la Somalie, mais aussi plus au Sud, entre l’Afrique du Sud et ses voisins, la Namibie ou le Lesotho. De même concernant les eaux du fleuve Sénégal, à répartir entre le Mali, la Mauritanie et le Sénégal, qui en ont chacun bien besoin.

Quelques exemples de dossiers litigieux entre voisins asiatiques donnent la mesure des enjeux et des risques, entre pays détenteurs de l’arme atomique. Inde-Pakistan et Bengladesh : les vingt projets de barrages sur la seule rivière Chenab, affluent de l’Indus, inquiètent le Pakistan, dont la capitale Islamabad et la ville voisine Rawalpindi manquent déjà d’eau. La même Inde a 54 rivières en partage avec le Bangladesh. Le seul projet de construction d’un gros barrage indien sur le Barak, 100 km avant leur frontière commune, fait redouter à Dacca l’assèchement de deux de ses rivières. Inde-Chine : New Delhi a dû, sous la menace, déplacer le site d’un projet de barrage en Uttar Pradesh qui mécontentait la Chine, tandis que Pékin a des projets de détournement vers le sud des eaux du Brahmapoutre qui irritent l’Inde. Chine-Vietnam : les projets de barrages chinois et laotiens sur le Mékong mécontentent vivement le Vietnam, qui a absolument besoin de ce fleuve pour l'irrigation du riz cultivé dans le delta le fleuve, indisposant aussi le Cambodge et la Thaïlande.

Mais le pire n’arrive pas toujours : on peut par exemple constater que, l'Inde et du Pakistan, au plus fort de la guerre qui les opposait dans les années 1960, ont poursuivi imperturbablement les travaux d'aménagement qu'ils menaient en commun sur le fleuve Indus. Ou que la même Inde a signé en 1996 avec le Bangladesh un traité garantissant l’approvisionnement en eau des deux pays à partir du Gange.

Les conflits seront également micro-locaux, y compris en France ou on peut se souvenir de ceux qui ont eu lieu autour du projet (avorté) de barrage de Sivens, et des tensions sur l’usage de l’eau entre agriculteurs irrigants, urbains et centrales nucléaires en période de grande sécheresse. Un pays où dorénavant le seul mot de barrage fait immédiatement se mobiliser des milliers d’opposants.

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Grand est le désespoir de Donald (Trump) : Greta (Thunberg) a été d’une cruauté sans pareille avec lui.

03.

4 millions de dollars : c'est ce que gagne chaque heure la famille la plus riche du monde

04.

Miley Cyrus s’éclate avec une ex Kardashian, Claire Chazal se souvient de quand elle s’éclatait avec (un de) ses ex; Énième réconciliation pour Jamel & Melissa, 1ère grossesse pour Louane; Anouchka Delon pacifie sa famille, Brigitte Macron choie la sienne

05.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

06.

Hong Kong : ces nouvelles formes de censure très efficaces pour empêcher les mouvements sociaux

07.

Greta Thunberg : un voyage à New-York en bateau... mais six vols en avion pour l'organiser

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

05.

En deux siècles, les forêts ont doublé en France et voici pourquoi

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

04.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

05.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

06.

Brexit / élections italiennes : l’automne à risque qui attend l’Europe

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
tatouzou
- 15/08/2019 - 10:20
Peu convaincant
L'indice de stress hydrique utilisé conduit à afficher des résultats bizarres.
Il semble combiner la pluviométrie avec le peuplement et des besoins reels ou supposés pour l'agriculture.
Résultat, on retrouve pèle mêle dans ce classement des zones bien connues pour leur aridité ou la durée de leur saison sèche et des mini-états comme Andorre, principauté montagneuse dont les habitants vivent surtout du statut de paradis fiscal et du tourisme, et San Marino, principauté italienne assez comparable.
On y trouve aussi des pays riches et sans risque de conflit de ressource en eau avec leur voisin, comme l'Espagne et l'Italie, où les problèmes se règlent au fur et à mesure des besoins par des investissements dans l'hydraulique.

Et l'auteur nous ressort des lieux communs sur la fonte des glaciers et l'inegale répartition des stocks, en ignorant la pluviométrie ou l'enneigement.

Les principales ressources d'eau douce sont les précipitations, leur eau vient de la mer. Les populations s'installent là où elles dont suffisantes, sans trop d'excès et facilement utilisables.
Les seuls risques de conflits armés sont liés à la gestion transfrontalière des grands fleuves.
kravi
- 14/08/2019 - 19:15
Monde de fous.
Israël est leader mondial de l'agriculture en pays aride... Mais les régimes antisiomites (Iran, Afrique du Sud) préfèrent refuser son aide et laisser leur population dans les affres de la sécheresse.
Ainsi va ce monde de fous.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 14/08/2019 - 12:06
@citoyen-libre
Oui mais justement, il est là le problème, en Afrique !
Le taux de reproduction et l'espérance de vie ont tellement progressé (pas chez les chêvres) qu'il n'y a plus assez d'eau dans le marigot. Alors certains, les plus nombreux, n'ont pas d'autres choix que de prendre le large pour des vallées plus verdoyantes et accueillantes.