En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

02.

L'Union européenne envisage d'exclure la Hongrie et la Pologne du fonds européen de relance

03.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

04.

Macron skie français

05.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

06.

Trois étranges monolithes métalliques de 3 m de haut sont apparus aux Etats-Unis et en Roumanie

07.

Crise économique : l'OCDE prévoit que la planète va se redresser en 2021... sauf l'Europe qui restera à la traîne. Mais pas par hasard

01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

06.

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

05.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

06.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

ça vient d'être publié
pépites > International
Rebondissement
Ziad Takieddine a été arrêté au Liban
il y a 7 min 6 sec
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : qui de Londres ou de Bruxelles (et de Paris...) prend le plus grand risque dans le bras de fer ?

il y a 1 heure 56 min
décryptage > France
Article 24

Police, manifestants et libertés publiques : les images de violence servent-elles la Vérité... ou de munitions aux combattants de nos guerres idéologiques ?

il y a 4 heures 55 min
pépite vidéo > Economie
Commerçants face à la crise
Nouveau calendrier : Bruno Le Maire confirme le report des soldes d'hiver au 20 janvier prochain
il y a 5 heures 22 min
rendez-vous > Religion
Géopolitico-scanner
Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable
il y a 6 heures 7 min
pépites > Economie
Voyage moins cher
La SNCF envisage de plafonner le prix des billets de TGV en seconde classe
il y a 6 heures 26 min
pépites > Politique
Scandale
Dominique Strauss-Kahn annonce la sortie d'un documentaire sur sa vie à l'automne 2021
il y a 6 heures 40 min
décryptage > Science
Espace

ClearSpace-1 : l’opération anti-débris spatiaux qui sauvera nos satellites (et nos GPS)

il y a 6 heures 58 min
décryptage > High-tech
Course aux vaccins

IBM détecte des cyber-attaques en cours contre la distribution des vaccins anti-Covid dans le monde : alerte écarlate ou rouge pâle ?

il y a 7 heures 39 min
Montrer l’exemple
Covid-19 : les anciens présidents américains Barack Obama, George W. Bush et Bill Clinton sont prêts à se faire vacciner en direct
il y a 18 heures 13 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les bracelets se noient dans le marc de raisin et quand les tortues ont l’accent italien : c’est l’actualité décembriste des montres
il y a 27 min 41 sec
light > Loisirs
Bingo
La popularité croissante de “All I Want for Christmas is You” montre que l'industrie de la musique valorise les vieilles chansons
il y a 2 heures 59 min
light > Insolite
Bizarre
Trois étranges monolithes métalliques de 3 m de haut sont apparus aux Etats-Unis et en Roumanie
il y a 5 heures 2 min
light > Social
Convivial et efficace
Une recherche en psychologie montre l'intérêt des discussions devant la machine à café
il y a 5 heures 30 min
pépites > Economie
Coronavirus
Le Fonds de solidarité universel s'arrêtera le 31 décembre annonce Bruno Le Maire
il y a 6 heures 14 min
décryptage > France
Vive nous

Macron skie français

il y a 6 heures 31 min
décryptage > Société
Placements privilégiés

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

il y a 6 heures 40 min
décryptage > Politique
Héritage politique

Mort de VGE : mais qu’est devenue la droite libérale en France ?

il y a 7 heures 18 min
décryptage > Religion
Séparatisme

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

il y a 7 heures 56 min
pépites > Santé
Conférence de presse
Covid-19 : Jean Castex confirme que « la vaccination sera gratuite pour tous »
il y a 18 heures 40 min
© Maison d'édition Mareuil
© Maison d'édition Mareuil
Bonnes feuilles

Le dernier résistant raconte sa libération de Paris

Publié le 09 août 2019
La maison d'édition "Mareuil" publie Moi, Oscar Ziegler, dernier compagnon de la Libération, d'Henri Weill. Extrait 2/2
Atlantico Rédaction
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La maison d'édition "Mareuil" publie Moi, Oscar Ziegler, dernier compagnon de la Libération, d'Henri Weill. Extrait 2/2

Je fus évacué en fin de journée vers Franconville. Un couple de septuagénaires m’hébergea. Selon une hypothèse précédente formulée par un donneur d’ordre de la Résistance, leur cave devait servir à enfermer Henriot après son enlèvement.

Je fus traité comme leur fils qui était prisonnier depuis quatre ans en Allemagne. J’avais embrassé une dernière fois Margot, et il me tardait fiévreusement de la revoir. Elle assurerait consciencieusement son travail et continuerait à renseigner son réseau. J’étais très fier d’elle. Je la désirais. J’étais amoureux.

Je fus informé que Londres voulait que je reste à Paris, car tout indiquait que l’heure de la libération de la capitale allait sonner. J’appris que nos têtes étaient mises à prix. Vingt millions de francs. Un membre de l’équipe avait été très vite abattu lors d’une opération menée par des miliciens. Trop bavard, il avait été livré par une femme d’affaires que la récompense extasiait. Morlot était recherché. Il n’était plus, pour l’instant, à Paris. J’appris en lisant un journal que les miliciens venaient de rebaptiser l’avenue du président Wilson, « avenue Philippe Henriot, mort pour la France ».

Si beaucoup de policiers n’obéissaient plus vraiment ou faisaient preuve de laxisme dans l’exécution des ordres reçus, quelques nervis, sentant la fin venir, multipliaient les actes de cruauté, notamment lors d’arrestation de personnes suspectées de lutter contre le futur ex-pouvoir.

Le BCRA me demanda ensuite d’épauler une équipe chargée de mener un coup de main en plein jour à Neuilly. Il s’agissait de récupérer des armes destinées à des partis collabos.

Leur chef était un policier révoqué et recherché par les brigades spéciales des Renseignements généraux. Depuis 1941, le brigadier Filoche désobéissait à Vichy et ses représentants etétait engagé dans la « contre-Révolution nationale » au sein de la préfecture de police. Avec huit gars, des policiers comme lui, nous pénétrâmes dans les caves d’un immeuble cossu. Dans la rue, deux « paniers à salade » nous attendaient pour embarquer le matériel, si nous arrivions à nous en emparer.

Ce fut un jeu d’enfant. Pas de gardes. Juste des portes à crocheter. Ce qui fut fait à midi. À 14  heures, nous avions chargé plus d’une tonne de fusils, révolvers et pistolets avec leurs munitions. Cadeau précieux pour la suite des événements. Filoche avait parfaitement organisé l’opération. La rue concernée, à l’écart des avenues passagères, était barrée à chaque bout par d’autres policiers complices.

Je retournai à Franconville. Un agent de liaison avait déposé un message codé. Je devais me rendre le lendemain à la basilique Saint-Denys d’Argenteuil afin de rencontrer Paulet, qui était à l’état-major FFI. Celui-ci était réapparu de l’enfer deux mois auparavant. Chef régional de la Résistance à Montpellier, il avait été arrêté par les sentimentaux miliciens qui l’avaient conduit à la « villa des Rosiers ». J’avais entendu parler de lui au Bureau. Mais je ne savais pas que je le rencontrerais un jour. Il y avait été affreusement torturé. Les locataires du lieu étaient appelés « la Brigade sanglante ». D’autres sanguinaires prirent la suite. Ceux de la Geheime Staatspolizei, c’est-à-dire la Gestapo. Qui n’obtinrent rien, mais qui ne comptèrent par les coups donnés et se firent plaisir dans la torture qu’ils avaient depuis longtemps érigée en art. Le cas Paulet se traiterait ensuite à Paris. Où il fut condamné à mort. Les Allemands, qui aimaient faire voyager leurs prisonniers, avaient décidé qu’il serait fusillé à Montpellier. Voyage retour. Embarquement à Austerlitz. En ce début de février 1944, il faisait froid, à 23 heures, dans une gare ouverte aux quatre vents. Paulet savait qu’il devait tenter le tout pour le tout, sinon sa vie s’arrêterait à trente-trois ans. Comme celle du Christ.

« Mais l’analogie ne me faisait pas rire alors », me raconterat-il après-guerre. Paulet était menotté et chevillé. Pourtant, à l’entrée du tunnel de Bourg-lès-Valence, il parvint à sauter du train. Les gardes tirèrent et le blessèrent à la jambe gauche. Le contact avec le sol fut extrêmement violent, si bien que ses menottes se cassèrent. C’est étonnant ce qu’un homme mu par le désir de survivre peut réaliser. Il avança au rythme d’un type secoué et trouva son salut dans la rencontre avec un braconnier qui le conduisit dans une ferme à proximité. Là, un couple de paysans le cacha, une infirmière le remit sur pieds jusqu’à qu’il puisse, après plusieurs semaines passées dans la Drôme, revenir par étapes dans la capitale. Son travail n’était pas fini, il reprit des contacts et fut affecté auprès des hommes et des femmes qui préparaient l’attaque qu’ils espéraient finale dans la capitale.

Paulet me conduisit auprès des chefs de la future insurrection parisienne. Londres voulait que je les assiste et les conseille. Scott, un radio parachuté dans l’Yonne, me rejoignit. Je pouvais ainsi sans trop de difficultés envoyer des messages.

Je vécus la libération de Paris rue de Rivoli, à la préfecture de police, boulevard Duquesne, dans un bâtiment des pompes funèbres municipales et dans un vestiaire de la Cipale. Mais également aux « Pyramides », lupanar de luxe parfaitement tenu par monsieur Marcel dont les affaires furent florissantes avant et après-guerre, mais surtout pendant. Monsieur Marcel finançait la Résistance et mettait à notre disposition deux pièces inoccupées de son quatrième étage, celui de la direction. Toutefois, jamais je ne vis les jeunes femmes qui travaillaient chez lui. Mon camarade arcachonnais serait bien déçu si je lui racontais l’épisode.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires