En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 1 jour 10 heures
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 1 jour 15 heures
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 1 jour 16 heures
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 1 jour 17 heures
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 1 jour 17 heures
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 1 jour 18 heures
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 1 jour 18 heures
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 1 jour 19 heures
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 1 jour 19 heures
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 1 jour 20 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 1 jour 13 heures
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 1 jour 15 heures
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 1 jour 16 heures
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 1 jour 17 heures
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 1 jour 17 heures
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 1 jour 18 heures
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 1 jour 18 heures
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 1 jour 19 heures
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 1 jour 19 heures
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 1 jour 20 heures
© Capture d'écran // FNAC
© Capture d'écran // FNAC
Bonnes feuilles

L'Empire byzantin n'était pas "raffiné, corrompu, barbare et dévot"

Publié le 07 août 2019
La maison d'édition "Perrin" publie Les Empires médiévaux de Sylvain Gouguenheim. Extrait 2/2
Atlantico Rédaction
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La maison d'édition "Perrin" publie Les Empires médiévaux de Sylvain Gouguenheim. Extrait 2/2

Rarement un empire comme le fut l’Empire byzantin n’aura suscité autant de fantasmes, de jalousies et de mépris, mais aussi de préjugés tenaces – de l’époque médiévale jusqu’à des dates plus récentes. En assurant pourtant la pérennité de l’État romain pendant plus de 1 000 ans au Moyen Âge et en transmettant à la modernité la culture intellectuelle grecque de l’Antiquité, Byzance peut être considérée comme un État et une civilisation majeurs pour l’affirmation de la culture européenne et, plus largement, « occidentale ». Il faut cependant reconnaître qu’elle se révèle encore bien méconnue de nos contemporains, tout en jouissant, il est vrai, d’une certaine aura dans nos imaginaires. C’est à partir de cet apparent paradoxe que se développera ce chapitre, nous rappelant que l’histoire et le mythe entretiennent souvent des affinités électives. Évoquer dès l’abord le mythe de Byzance permet sans doute de souligner que l’empire et la civilisation auxquels nous attribuons ce nom – de manière si maladroite – ont, d’une certaine manière, perduré bien au-delà du seul Moyen Âge et de la chute définitive de son État en 1453.

Après cette date, le plus souvent connue de l’honnête homme, l’Empire est d’abord associé à la double représentation de fascination et de mépris qu’il a pu – et peut encore – susciter. Dans nos inconscients collectifs, le mot même de « Byzance » renvoie à l’idée de faste et d’un certain luxe, comme le rappelle l’interjection française familière « C’est Byzance ! », là où, dans notre langue toujours, l’adjectif « byzantin » renvoie à des spéculations creuses ou sans intérêt, identiques à celles que l’on prête encore à quelques beaux esprits glosant sur le sexe des anges alors que l’Empire était sur le point de sombrer. Plutôt valorisée en Europe occidentale aux XVIe et XVIIe siècles, l’image de Byzance a beaucoup perdu de sa superbe à l’époque des Lumières dont on tient les écrits comme l’un des éléments fondateurs de notre modernité. « Tissu de révoltes, de séditions, de perfidie » pour un Montesquieu, cet « Empire grec » était même vu par Voltaire comme l’« opprobre de la terre », ce qui préparait la voie au philosophe Hegel qui, lui, résumait le millénaire impérial à « une suite de crimes, de faiblesses, d’infamies ». Accusé alors de mêler de manière inextricable le politique et le religieux, il fut ainsi jugé responsable d’une interminable histoire de bassesses et de violences.

Longtemps, en Europe occidentale, cette image s’est imposée, avant que Byzance ne redevienne un sujet digne d’intérêt, qu’elle suscite la curiosité et retrouve une place plus enviable dans les représentations mentales. Guy de Maupassant, en évoquant la cité sise sur le Bosphore et qui, par extension, finit par donner son nom à l’Empire, put ainsi la définir à la fois comme « raffinée, corrompue, barbare et dévote », bien qu’entourée d’un certain « mystère ». C’est là encore un qualificatif auquel on associe couramment l’Empire byzantin lui-même. Plus largement, la littérature française de la fin du XIXe siècle a redoré son blason, avant que l’histoire scientifique naissante ne lui emboîte le pas 1. Un siècle après, quand il ne l’oublie pas, notre temps lui accorde encore une place singulière qu’il a d’ailleurs du mal à définir avec précision, sans doute car Byzance échappe à nos catégorisations mentales : elle n’est ni vraiment occidentale ni totalement orientale, elle est à la fois européenne et asiatique, elle remet en cause la trop facile scission entre une Antiquité qui sombrerait corps et âme en 476 et un Moyen Âge qui débuterait alors, etc.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires