En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

05.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

06.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

07.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 9 min 28 sec
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 31 min 40 sec
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 1 heure 6 min
pépites > Politique
Etats-Unis
Donald Trump finit par débloquer le processus de transmission du pouvoir à Joe Biden
il y a 1 heure 51 min
décryptage > Europe
Capital politique en jachère

2020, l'année où l'Union européenne conserva l'approbation d'une majorité d'Européens contre vents et marées... sans rien savoir en faire

il y a 2 heures 17 min
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 15 heures 11 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 16 heures 50 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 19 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 20 heures 38 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 21 heures 44 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 13 min 28 sec
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 54 min 57 sec
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 1 heure 45 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bercy force les assureurs à couvrir les risques de pandémie mais pas ceux du Covid. Ce n’est pas gagné

il y a 2 heures 13 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

Covid-19 : mais pourquoi l’Isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

il y a 2 heures 20 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 15 heures 43 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 17 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 20 heures 16 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 21 heures 24 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 22 heures 18 sec
© ANGELA WEISS / AFP
© ANGELA WEISS / AFP
Déni

Agressions homophobes : mais pourquoi oublie-t-on si souvent de parler du profil des agresseurs ?

Publié le 01 août 2019
D'après une enquête réalisée par l'Ifop en juin 2019, 63% des personnes de confession musulmane perçoivent l'homosexualité comme étant une "maladie" contre 20% chez les catholiques pratiquants et 10% chez les individus "sans religion".
Vincent Tournier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Tournier est maître de conférence de science politique à l’Institut d’études politiques de Grenoble.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
D'après une enquête réalisée par l'Ifop en juin 2019, 63% des personnes de confession musulmane perçoivent l'homosexualité comme étant une "maladie" contre 20% chez les catholiques pratiquants et 10% chez les individus "sans religion".

Atlantico : A partir de ce chiffre, ne peut-on pas établir un lien de corrélation entre l'augmentation des actes homophobes et sinon la religion musulmane du moins l'origine sociale des agresseurs ?

Vincent Tournier : Ce résultat de l’IFOP est conforme à ce que disent les enquêtes : toutes montrent que les musulmans sont en profond décalage avec l’évolution de la société sur la question de l’homosexualité. Même l’extrême-droite a largement déserté ce créneau. 

Parler de décalage est presque un euphémisme : on devrait parler de contre-courant tant on a affaire à une population qui souscrit à des valeurs très traditionalistes, voire franchement réactionnaires. C’est un sujet que les médias n’aiment pas aborder : la dénonciation serait certainement plus facile s’il s’agissait de catholiques. 

Cela dit, le fait de passer à l’acte relève d’une autre logique. S’en prendre à des personnes, ce n’est pas la même chose. On peut avoir des attitudes hostiles envers un groupe sans être amené à agir physiquement contre les individus. Il est hautement plausible que les auteurs proviennent des groupes qui sont les plus hostiles envers les homosexuels, mais on manque de données sur ce point. Cela étant, il faut quand même tenir compte d’un autre facteur déclenchant : les passages à l’acte sont souvent le fait d’individus particuliers ; ce sont des gens qui ont l’habitude de la violence et qui souffrent d’un déficit d’empathie pour autrui. Ces deux ingrédients (expérience de la violence et absence d’empathie) semblent surreprésentés dans les milieux issus de l’immigration. Plus que les préjugés homophobes, ce sont ces éléments qui expliquent les passages à l’acte. Plus exactement, il faut une conjonction de deux : un environnement culturel ou idéologique favorable, et des individus prédisposés à agir.  

 

Cette réalité si elle n'est pas méconnue, est souvent niée. Est-ce là le signe de l'échec de la politique d'intégration de l'Etat français ou davantage l'illustration d'un renoncement, c'est à dire celui de nommer et lutter contre ces actes homophobes ? 

C’est un peu tout ceci : la politique d’intégration en France n’a pas été suffisamment prise au sérieux face une immigration très importante, en provenance de pays culturellement très décalés par rapport au continent européen, lequel connaissait de son côté un processus de libéralisation des mœurs enclenché par les Trente glorieuses ; de plus, tout ce qui touche aux minorités demeure un sujet sensible. C’est tout le paradoxe de notre époque : l’intolérance est vivement dénoncée, sauf lorsqu’elle provient des minorités.

Du coup, on préfère rester aveugle sur les problèmes. L’Etat ne collecte pas de données sur les auteurs des agressions, pas plus qu’il ne s’intéresse d’ailleurs aux caractéristiques des personnes qui agressent des femmes ou qui tuent leur conjointe. Il y a là tout un pan de la réalité sociale qui n’intéresse pas les pouvoirs publics, ni les sciences sociales. Or, en refusant de faire des diagnostics, on ne voit pas comment on peut envisager des réponses. Cela dit, il n’est pas certain que l’on puisse trouver des solutions. 

 

Si tel est le problème comment lutter contre l'homophobie présente dans les milieux socialement défavorisés ? Bâtir un islam de France peut-il être une solution ?

Les optimistes diront que, avec une bonne dose d’éducation et de morale, il est possible de lutter contre les préjugés homophobes. Ce point de vue repose sur l’idée que les préjugés sont relativement superficiels, qu’il suffit donc de parler avec les gens, de leur montrer quelques vidéos, de leur faire une belle leçon de morale avec un beau Powerpoint, pour les ramener dans le droit chemin. En somme, la rééducation est à portée de main, notamment à l’égard des milieux défavorisés. 

Les pessimistes feront toutefois remarquer que la question de l’homosexualité touche à des choses très profondes dans la psyché humaine, qu’elle relève de la constitution psychique des individus, voire des groupes, et qu’on ne s’en débarrasse pas facilement. Pire : il est même possible que les préjugés viennent se nourrir des confrontations entre les minorités et la majorité, ce qui pourrait faire de l’homosexualité un marqueur identitaire : c’est parce que la population majoritaire est perçue comme favorable à l’homosexualité que, par réaction, certaines minorités peuvent être incitées à refuser toute évolution. En d’autres termes, à l’injonction : « soyez tolérant, acceptez les homosexuels et vous deviendrez comme nous », on risque de se voir répondre : « mais justement nous ne voulons pas être comme vous, donc nous n’accepterons pas l’homosexualité ». Ce genre de tensions fait désormais partie des quelques défis que nous lance la diversité culturelle, et auxquelles les théoriciens du multiculturalisme n’ont pas forcément pensé. 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
TPV
- 03/08/2019 - 07:43
@Didou33
Nous sommes d'accord.
zelectron
- 02/08/2019 - 18:55
n'est pas provocateur qui l'on dit
Tout est prétexte aux dérives, dévoiements, détournements et autres moyens pour assouvir et asservir ceux qui ne voudraient pas mais passer à la casserole est un fait de prédation qui permet de maintenir une population de lgbtqirhwcgk (je ne me souvient plus des lettres) à peu près constante puisque cette nouvelle espèce d'humaine ne peut pas se reproduire selon le système qui avait prévalu depuis des des millénaires à défaut de millions d'année par mère nature. Le gauchiard (hétérophobe?) sait détruire en un instant ce qui nous a été légué par des générations de parents "hétérophiles".

Addendum, je ne n'ose employer dans le texte : détournement, captation, concussion, (dé)prédation, dérivation, déroutement, déviation, enlèvement, exaction, malversation, pillage, prévarication, fourvoiement, rapt, séduction, soustraction, viol

Dernière contribution "on asservit bien mieux une population par la pornographie que par les miradors" Alexandre Soljenitsyne.
hoche38
- 02/08/2019 - 17:46
Tout se passera bien!
Je ne doute pas que les organisations homophiles se prêtent à tous les "accommodements raisonnables" pour assurer l'épanouissement du "vivre ensemble".