En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"

04.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

05.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

06.

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

07.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

01.

Al Jazeera s'offre les droits internationaux de la Ligue 1

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 9 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 1 heure 54 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 2 heures 48 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 4 heures 4 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 4 heures 44 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 5 heures 15 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 5 heures 49 min
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 6 heures 30 min
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 7 heures 20 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bercy force les assureurs à couvrir les risques de pandémie mais pas ceux du Covid. Ce n’est pas gagné

il y a 7 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 1 heure 39 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 2 heures 13 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 3 heures 38 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 4 heures 14 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 5 heures 11 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 5 heures 45 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 6 heures 7 min
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 6 heures 42 min
pépites > Politique
Etats-Unis
Donald Trump finit par débloquer le processus de transmission du pouvoir à Joe Biden
il y a 7 heures 27 min
décryptage > Europe
Capital politique en jachère

2020, l'année où l'Union européenne conserva l'approbation d'une majorité d'Européens contre vents et marées... sans rien savoir en faire

il y a 7 heures 53 min
© Andrew CABALLERO-REYNOLDS / AFP
© Andrew CABALLERO-REYNOLDS / AFP
Atlantico-Business

Quand Donald Trump désigne la FED comme ennemi intérieur, il en fait le bouc-émissaire en cas d’échec politique

Publié le 01 août 2019
La FED n’a donc pas suivi les injonctions de Trump qui voulait une baisse violente des taux d’intérêt d’au moins 0,5 point. Elle cède néanmoins et comme prévu sur un infléchissement moitié moindre, de 0,25 point pour éviter un choc sur les marchés et stimuler la croissance. Le dialogue de sourds va donc continuer, mais ça arrange tout le monde.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La FED n’a donc pas suivi les injonctions de Trump qui voulait une baisse violente des taux d’intérêt d’au moins 0,5 point. Elle cède néanmoins et comme prévu sur un infléchissement moitié moindre, de 0,25 point pour éviter un choc sur les marchés et stimuler la croissance. Le dialogue de sourds va donc continuer, mais ça arrange tout le monde.

« Si vous m’avez compris, c’est sans doute que je me suis mal exprimé. » l’ancien patron emblématique de la FED, Alan Greenspan, était passé maitre pour gérer l‘indépendance de la banque centrale vis à vis des marchés. Personne d’autre que lui ne savait aussi bien dire les choses sans jamais les dire vraiment, ne pas les dire, tout en les disant... Jérôme Powell a appris la langue et face aux brutalités de Donald Trump, il ne s’en sort pas si mal pour faire comprendre au Président qu’il écoute ses injonctions mais que les gouverneurs de la FED ne les entendent pas forcément. 

Si on n’a pas compris que le dialogue entre le président des États-Unis et le président de la Banque centrale relève d’un jeu de rôle et de posture, c’est qu’on ne veut pas admettre que la démocratie est un exercice permanent dans l'art du compromis. Il faut vite relire Machiavel.  

Donald Trump, président des États-Unis, est entré en campagne pour un second mandat. Il s’inquiète d’un essoufflement de la situation économique qui lui ferait perdre les voix d’une partie de l‘Amérique profonde à qui il avait promis de restaurer la puissance industrielle en rapatriant une partie des capacités de productions délocalisées... ce qui demanderait du temps s’il y parvenait, ce qui n’est pas forcément gagné. 

L’Amérique profonde sait aussi tout ce qu‘elle a gagné grâce à la liberté des échanges mondiaux. L’électeur de Trump préférerait qu'on puisse fabriquer son automobile dans une usine américaine, mais il veut aussi continuer de pouvoir l’acheter au prix mexicain ou chinois. 

Dans un premier temps, Donald Trump a offert aux Américains un choc fiscal sans précédent qui a d’abord profité aux milieux financiers et à l’industrie digitale, mais qui a accru pour tout le monde l’effet richesse. Quand la valeur des actifs financiers s’accroit, les riches s’enrichissent, mais les pauvres ont le sentiment d’être mieux protégés parce que les systèmes de retraite et d’assurance sociale sont indexés sur Wall Street. Ils peuvent aussi s’endetter plus facilement puisque la dette est garantie sur la valeur de l’actif qu’elle finance, plus que par le revenu de l’emprunteur. 

Pour gagner son deuxième mandat, Donald Trump rêverait d’un choc boursier suivi d’un choc de croissance. D’où son dialogue musclé avec la FED pour qu’elle lâche les taux d’intérêt d’un demi-point ce qui aurait été énorme. Donald Trump devra donc se contenter et accepter une baisse moitié moins que celle qu'il demandait : 0,25%, ce qui est déjà tout à fait nouveau. Trump sera déçu. Mais en critiquant aussi fort la banque centrale, il savait très bien qu’il la désignait comme responsable de ses déboires politiques au cas où il rencontrerait des difficultés à l’approche des élections. Donald Trump a toujours su designer des bouc-émissaires. Il a ciblé la Chine, le Canada, le Mexique, l‘Union européenne. Le voilà qui désigne la Réserve fédérale comme l’ennemi de l’intérieur.

 

Du côté de la FED, le Conseil des gouverneurs sous la houlette de Jérôme Powell, a multiplié les signes d’assouplissement, mais il n'a jamais été question de casser la baraque. La quasi –totalité des économistes s’attendait à un infléchissement, qui marque quand même un retournement de tendance, mais pas question de vider toutes les cartouches. Et surtout de gaspiller ses moyens. 

Commençons donc par "un quart de point ... !" Le taux d’intérêt, c’est l’arme ultime en cas de crise que la banque centrale utilise pour éviter l’effondrement. 

Or, l’économie américaine n’est pas mourante : malgré un ralentissement au deuxième trimestre, le rythme de croissance reste à 2,1% annuel. Le moral des ménages n’a jamais été aussi haut et la consommation a encore progressé au 2e trimètre (+4,3%). Dernier point, le chômage reste à son plus bas niveau depuis 50 ans à 3,6%.

Ce qui est qui très troublant dans l’analyse de la situation américaine, et qui alimente le dialogue un peu vif à Washington entre la Maison Blanche et la FED, c’est que malgré les bons indicateurs, l’inflation reste loin des objectifs (2%). Or, un peu d’inflation viendrait enrichir le carburant de la croissance. Les gouverneurs sont donc très attentifs d’autant qu'à la pression politique s’ajoute la pression des marchés et les marchés sont alimentés depuis de longues années par la générosité monétaire. 

La FED et Donald Trump sont d’accord sur un point qu’ils ne reconnaitront jamais publiquement : ils savent très bien que si les marchés se retournaient, le moral de l’Amérique tomberait immédiatement et ça, Trump ne peut pas l’envisager. Mais plus grave, un retournement de Wall Street et du Nasdaq plomberait tout de suite les anticipations de l’économie réelle, puisque ces anticipations sont soutenues par la valeur des actifs. 

Le président des Etats-Unis et le président de la FED se tiennent donc par la barbichette en dépit de leurs discussions contradictoires qui relèvent donc de la posture politique plus que de la contrainte technique ou juridique. 

Le président doit réclamer une baisse des taux, parce que ses électeurs ont envie que leur président défende une politique très volontariste. 

Le président de la Réserve fédérale doit garder sous le pied une marge de manœuvre pour répondre à une crise financière qui provoquerait un blocage de l’économie réelle (production, consommation, emploi). Il a donc besoin de pouvoir baisser les taux comme en 2008. D’autant qu‘aujourd‘hui, les marges d’intervention non conventionnelles sont très entamées. Le développement massif des crédits, crédits étudiant, crédits automobile et crédits immobilier ont obligé la banque centrale à racheter des dettes, massivement et ces dettes ne sont pas forcément de très bonne qualité. Le quantitative easing pratiqué avec beaucoup de générosité a donc atteint ses limites. 

Jérôme Powell expliquait récemment qu’il est comme les marins d’autrefois, il est souvent obligé de « naviguer avec les étoiles et les étoiles sont plus lointaines qu’on ne le pense ». L’horizon de Donald Trump est beaucoup plus rapproché, et il a pris la méchante habitude de naviguer avec des tweets. L’un travaille sur le long terme, l'autre sur le très court terme. Mais ils ont évidemment besoin l’un de l’autre.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hoche38
- 02/08/2019 - 18:05
Sources
Les chiffres sont issus du rapport de 2012 du GAO, la cours des comptes américaine ( rubrique: utilisation des accords de swap en dollars).
hoche38
- 02/08/2019 - 17:24
La Fed a sauvé le système financier.
La banque centrale américaine a émis 26.000 milliards de dollar de papier depuis 2008 dont 8.000 milliards ont été accordés à la BCE. Elle assure la survie du système en masquant son insolvabilité et elle n'a pas le choix. Mais combien de temps va-t-elle encore pouvoir assurer ces soins palliatifs?