En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

03.

« Cherche professeur pour remplacer Samuel Paty »

04.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

05.

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

06.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

07.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

03.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

04.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

05.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

06.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus ; la commission d’enquête parlementaire évoque des manquements des pouvoirs publics avant et pendant la crise sanitaire
il y a 32 min 1 sec
light > Science
Santé
L'Intelligence Artificielle pourrait prédire quelles combinaisons de médicaments luttent le mieux contre tel ou tel cancer
il y a 55 min 18 sec
pépites > Santé
Coronavirus
MHRA, l'agence de santé britannique, autorise l'utilisation du vaccin Pfizer/BioNtech : les premières vaccinations pourraient commencer la semaine prochaine dans les maisons de retraite
il y a 1 heure 32 min
pépites > Finance
Scandale
Faillite Wirecard : l'APAS, le régulateur allemand des firmes d'audit estime qu'Ernst & Young (EY, géant de l'audit) savait que son audit de 2017 était inexact
il y a 2 heures 25 min
pépite vidéo > Politique
Premier ministre
Crise sanitaire, loi « sécurité globale », ski à l’étranger: retrouvez l’entretien de Jean Castex sur RMC et BFMTV
il y a 2 heures 55 min
pépites > Santé
Vacances
Isolement de 7 jours au retour pour les Français qui sont partis faire du ski en Suisse ou en Espagne
il y a 3 heures 40 min
décryptage > Politique
Occupation de temps de cerveau disponible

La démocratie, malade du syndrome Darmanin ?

il y a 4 heures 13 min
décryptage > Economie
Atantico Business

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

il y a 5 heures 4 min
pépites > Media
Entretien avec le chef de l’Etat
Emmanuel Macron sera interviewé ce jeudi 3 décembre en direct sur Brut
il y a 17 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Grande épreuve" de Etienne de Montety : Grand Prix du roman de l'Académie Française 2020 - Une religion chasse l’autre… Inspirée par l’assassinat du père Hamel

il y a 18 heures 45 min
décryptage > Société
Moyen de transport idéal pendant la crise du Covid ?

Les e-scooters et autres trottinettes électriques sont-ils une bonne affaire pour l’environnement (et pour les entreprises qui les louent ) ?

il y a 46 min 35 sec
décryptage > Consommation
Magie de Noël

Réveillons de fin d’année : petits conseils pour bien anticiper les plaisirs que vous pourrez vous autoriser sans vous ruiner la silhouette

il y a 1 heure 18 min
décryptage > Santé
Rempart pour endiguer l'épidémie

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

il y a 1 heure 56 min
décryptage > France
Nuit et Brouillard

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

il y a 2 heures 26 min
décryptage > Economie
Nouveau monde

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

il y a 3 heures 33 min
décryptage > Politique
Fractures émotionnelles

La colère et la peur dominent les émotions des Français concernant l’état du pays. Mais ceux qui les ressentent ne sont pas du tout les mêmes

il y a 4 heures 4 min
décryptage > France
Débat public

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

il y a 4 heures 26 min
pépites > Santé
Investigations
Covid-19 : l'OMS « fera tout » pour connaître l'origine du virus
il y a 17 heures 35 min
light > Media
Nouveaux projets
Jean-Pierre Pernaut va lancer un « Netflix des régions » le 18 décembre prochain
il y a 18 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes de fer, elles ont incarné la saga Wendel" de Alain Missoffe et Philippe Franchini : de la Révolution à la Ve République, portraits de quinze femmes d'exception au cœur d'une dynastie prestigieuse. Un récit captivant

il y a 18 heures 59 min
© DANIEL ROLAND / AFP
© DANIEL ROLAND / AFP
économie européenne

Et l’Europe découvrit en cette fin juillet que son économie allait encore moins bien que prévu

Publié le 31 juillet 2019
Surprise ? Malheureusement non, au vu des événements récents et des données économiques et financières, mais le contraire de ce qui était prévu : une amélioration économique en fin d’année.
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Surprise ? Malheureusement non, au vu des événements récents et des données économiques et financières, mais le contraire de ce qui était prévu : une amélioration économique en fin d’année.

Atlantico : Une croissance du PIB d'environ 0,2% au deuxième trimestre et une inflation ralentie à 1,1% (la plus faible depuis 2018) : que nous apprennent les indicateurs économiques quant à la santé de l'économie européenne ?

Jean-Paul Betbeze : « De plus en plus mal » : Mario Draghi n’a pas embelli la situation de la zone euro, lors de sa conférence de presse du 25 juillet. De fait, plus le temps passe et moins la croissance y est forte (0,4% fin 2018, 0,2% débit 2019) et l’inflation de moins en moins en ligne avec les 2% que devrait atteindre la BCE pour « répondre à son mandat ». La croissance dévisse,les anticipations d’inflation décrochent. Le dernier indicateur disponible : l’indice des Directeurs d’achat Markit, publié le 24 juillet, est même alarmant, annonçant « un affaiblissement de la croissance économique de la zone euro...Les perspectives d’activité des entreprises privées de la zone euro se sont également détériorées en juillet, le taux de confiance se repliant à son plus faible niveau depuis octobre 2014 » Et l’inflation, selon les économistes professionnels (Survey of Professional Forecasters) consultés par la BCE, serait de 1,5% en 2021!

Au regard de la conjoncture économique et des politiques économiques européennes, les mauvaises performances des économies européennes sont-elles une surprise ? Concernent-elles tous les pays de la même façon ?

Surprise ? Malheureusement non, au vu des événements récents et des données économiques et financières, mais le contraire de ce qui était prévu : une amélioration économique en fin d’année. Elle n’aura pas lieu indique Mario Draghi, ce sera donc pour plus tard. Les raisons invoquées pour expliquer cette situation sont, toujours pour Mario Draghi, géopolitiques et externes : tensions douanières, risques sur le pétrole, Brexit… tous éléments qui freinent les échanges et la croissance. On aurareconnu États-Unis et Chine aux premières places derrière « les risques pesant sur les perspectives de croissance de la zone euro… reflétant le maintien prolongé des incertitudes, liées aux facteurs géopolitiques, à la menace protectionniste croissante et aux vulnérabilités sur les marchés émergents. » Mais les mauvaises performances de la zone euro ne viennent pas seulement de l’extérieur. Les réformes structurelles, essentiellement l’assouplissement du marché du travail,sont toujours trop lentes selon la BCE. Surtout, si les pays dont la dette publique est élevée doivent continuerleurs efforts d’amélioration (Grèce, Italie, France ?),ceux qui ont des marges de manœuvre pourraient les utiliser. La référence à l’Allemagne est transparente : pays en excédent budgétaire (1,7% du PIB) et dont le ratio dette/PIB atteint 60,9%, le magique 60% de Maastricht ! Le respect des objectifs est une chose, pas quand il se produit au détriment de la croissance du pays et de la situation de la zone…

De la même façon ? Malheureusement non, là non plus. C’est l’Allemagne qui souffre le plus : les services résistent, pas l’industrie. Mario Draghi a mis l’accent sur « l’atonie (des) échanges commerciaux dans un contexte d’incertitudes mondiales prolongées, qui pèsent en particulier sur le secteur manufacturier de la zone euro ». On aura reconnu l’Allemagne et un peu moins laFrance. Chris Williamson, Chief Business Economist à IHS Markit, note : « le regain d’expansion observé récemment aura été de courte durée…Les données flash signalent ainsi l’une des plus faibles croissances du secteur privé de la zone euro depuis six ans, préfigurant un ralentissement de la hausse du PIB au troisième trimestre… » Brexit, tarifs douaniers, automobile jouent contre l’Allemagne, qui pourrait avoir un troisième trimestre étale ou en baisse (après 0,4% au premier trimestre 2019 et 0,2% au deuxième). Et la croissance française, après 0,2% seulement au deuxième trimestre, pourrait rester molle si les ménages, certes avec des revenus supérieurs et plus de confiance, continuaient à épargner. 

Bref, tensions géopolitiques mondiales, tensions Trump-Union européenne, menaces sur les tarifs douaniers (Mercedes, en attendant les vins français), pèsent sur la reprise attendue en zone euro - qui n’aura pas lieu, et sur le secteur manufacturier (notamment allemand) le plus sensible aux chocs.

Mario Draghi a confié au personnel de la BCE et des banques centrales nationales une mission avant la prochaine réunion afin d’examiner ce que les décideurs peuvent faire pour aider l’économie. La réduction des taux et les nouvelles séries d'achat d'obligation promises par le président de la BCE auront-elles raison de ce ralentissement ? Quelle politique innovante pourrait mettre en place Christine Lagarde pour enrayer ce déclin ?

Mario Draghi est malin : il ne voulait pas baisser ses taux avant de savoir ce que ferait la Fed… le 31 juillet. Il a donc annoncé le plus d’action possibles, pour qu’elle dévoile son jeu, outre « le maintien des taux d’intérêt directeursà leurs niveaux actuels, ou plus faibles, au moins pendant le premier semestre 2020 et, en tout cas, aussi longtemps que nécessaire pour assurer la poursuite de la convergence durable de l’inflation vers notre objectif à moyen terme » ! Pour que tout soit clair, il faut « une orientation très accommodante de la politique monétaire pendant une période prolongée dans la mesure où les taux d’inflation, à la fois enregistrés et projetés, ont été constamment inférieurs aux niveaux correspondant à son objectif. » Vient alors l’annonce de différents comités spécialisés pour « renforcer nos orientations sur la trajectoire future des taux d’intérêt directeurs (forward guidance), des mesures compensatrices, comme la mise au point d’un système de paliers pour la rémunération des réserves, et des scénarios relatifs à l’encours et à la composition d’éventuels nouveaux achats nets d’actifs. » 

Acheter plus de titres publics et privés, ce qui veut dire italiens, français, portugais et pourquoi pas grecs ? Baisser plus les taux, ce qui veut dire aider plus les banques fragiles en compensation (italiennes), mais pèsera quand même plus sur les banques allemandes et françaises, et jusqu’à quand ?

Les propos de Mario Draghi engagent techniquement la BCE, donc Christine Lagarde pour un an au moins. Mais elle aura deux tâches compliquées, bancaire et budgétaire. La tâche bancaire sera de gérer la restructuration du secteur, sous l’effet de taux durablement bas pour plus longtemps, ce qui passe par des fusions en Italie et en Allemagne, au moins. Pas facile. En effet, la bourse n’aime pas les banques » : taux d’intérêt et de croissance trop bas.Donc elle les sous évalue largement, de moitié en moyenne, ce qui les force à distribuer des dividendes importants pour « tenir » leurs cours avec une « rentabilité boursière » anormale, entre 6 et 8% pour les banques françaises du Cac40.

La tâche budgétaire sera de pousser la zone euro à décider d’un budget commun significatif, notamment pour soutenir la recherche et les innovations, l’écologie et lutter contre les dérèglements climatiques. Elle pourrait pousser à de grands emprunts que le BCE achèterait en partie. En même temps, dans la suite des appels du pied à l’Allemagne pour qu’elle augmente ses dépenses budgétaires, elle devra exercer une pression maximale. Bref, après Mario Draghi, un vaste programme, sans doute plus politique.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
gerint
- 31/07/2019 - 23:22
Montebourg le dit
L’Europe ne nous protège pas elle nous met à nu. Il faut en sortir urgemment, comme je l’espère sans en être sûr Johnson va le faire le 31 octobre
Anouman
- 31/07/2019 - 22:18
Europe
Que l'on croie que la dépense publique et la dette puissent avoir une influence durable sur la croissance quand on est jeune et naïf on peut l'admettre. Si on est totalement gâteux aussi. Mais entre les deux on devrait être capable de voir les choses comme elles sont.
evgueniesokolof
- 31/07/2019 - 13:11
hallucinant
On nous ressert une plâtrée sur la politique monétaire comme si elle avait eu le moindre effet: les largesses de la BCE orchestrées par Draghi ont alimenté la bulle financière mais jamais atteint l'économie réelle de l'Europe: A partir de 1990, l'Allemagne a reconstitué pacifiquement ce qu'Hitler avait foiré: le Lebensraum en transformant l'est de l'Europe en atelier low cost pour son industrie, ce qui lui a permis de réaliser un excédent commercial correspondant à 3 millions d'emplois, de soutenir le cours de l'Euro mais aussi d'asphyxier les économies du sud traditionnellement plus inflationnistes . Au surplus le contenu du peu de croissance, c'est essentiellement du tertiaire voire du tertiaire non marchand parasitaire. Et l'auteur de nous refaire son couplet sur la transition écologique aussi ruineuse et stupide que criminelle. C'est à désespérer de l'intelligence humaine! Mr Betbeze, prenez des vacances et désintoxiquez vous !