En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

05.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

06.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

07.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 3 min 20 sec
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 36 min 43 sec
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 58 min 55 sec
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 1 heure 33 min
pépites > Politique
Etats-Unis
Donald Trump finit par débloquer le processus de transmission du pouvoir à Joe Biden
il y a 2 heures 19 min
décryptage > Europe
Capital politique en jachère

2020, l'année où l'Union européenne conserva l'approbation d'une majorité d'Européens contre vents et marées... sans rien savoir en faire

il y a 2 heures 44 min
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 15 heures 39 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 17 heures 17 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 20 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 21 heures 5 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 7 min 7 sec
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 40 min 43 sec
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 1 heure 22 min
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 2 heures 12 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bercy force les assureurs à couvrir les risques de pandémie mais pas ceux du Covid. Ce n’est pas gagné

il y a 2 heures 40 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

il y a 2 heures 48 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 16 heures 10 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 18 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 20 heures 44 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 21 heures 51 min
© NIKLAS HALLE'N / AFP
© NIKLAS HALLE'N / AFP
Bonnes feuilles

Brexit : pourquoi la décision britannique fut révélatrice d’une crise profonde de l’identité britannique

Publié le 27 juillet 2019
Alex Taylor publie "Brexit : l’autopsie d’une illusion" aux éditions Jean-Claude Lattès. Bouleversé et en colère après le Brexit, il choisit de devenir Français et obtient la nationalité française. À l’heure du repli sur soi, de l’explosion des populismes et des questions toujours plus cruciales sur l’identité, Alex Taylor répond par l’humour et la nuance. Extrait 1/2.
Alex Taylor
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Journaliste et producteur, Alex Taylor a animé de nombreuses émissions. D’abord à FG puis pour France 3 (avec la célèbre émission « Continentales »), Pink TV et Arte. Journaliste à France Inter, à la BBC et à Vox (Allemagne), il a aussi été le directeur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alex Taylor publie "Brexit : l’autopsie d’une illusion" aux éditions Jean-Claude Lattès. Bouleversé et en colère après le Brexit, il choisit de devenir Français et obtient la nationalité française. À l’heure du repli sur soi, de l’explosion des populismes et des questions toujours plus cruciales sur l’identité, Alex Taylor répond par l’humour et la nuance. Extrait 1/2.

53 % des Anglais ont voté le Brexit, 60 % dans certaines régions. Un sondage début 2019 montre que 35 % des habitants de l’Angleterre se sentent plus anglais que britanniques et leur nombre ne cesse de grimper. Combien pour le contraire ? 18 % seulement, et le nombre décroît. Près de la moitié des Anglais veulent un parlement anglais, même si aucun député ou représentant ne fait campagne pour le réclamer. C’est un thème largement absent des médias.

L’Angleterre n’a pas d’hymne. Peu d’Anglais connaissent la date de la fête nationale, le jour de ce même saint George (le 23 avril). Il ne faudrait pas leur dire que ce « héros national », quintessence même du Englishness, n’est pas de souche anglaise, étant le fils d’une famille grecque orthodoxe habitant en Syrie. 

Le Brexit a fait sonner le réveil du nationalisme anglais depuis longtemps mis sur le bouton « somnoler ». Ces agissements ne font qu’exacerber des velléités indépendantistes déjà plus retentissantes. L’autonomie consentie ces dernières années par Londres aux parlements écossais, gallois et en Irlande du Nord suscite déjà la polémique sur l’appel lation « pays ». Le pouvoir londonien en a donc trouvé une autre, dans l’un de ses moments les plus  abstrus : the devolved administrations (les administrations dévolues). 

À défaut d’être la grande panacée promise sur les bus, le Brexit risque d’être la sage-femme facilitant l’accouchement de l’indépendance écossaise ainsi que la réunification de l’Irlande. La plus grande incertitude sera de savoir lequel des jumeaux émergera le premier. Ces deux « pays » ont voté pour rester dans l’Union européenne, contrairement à l’Angleterre et au pays de Galles. Ce seront les premiers à vouloir trancher le cordon ombilical avec Londres.

Les journalistes français vont finir par avoir raison et pourront continuer à parler des « Anglais » qui quittent l’Europe. 

Les mots ont de l’importance. N’oublions pas qu’il y a le mot « Great » dans Great Britain. Il y a tout de même peu de pays au monde qui s’autorisent un tel compliment. On imagine sans mal l’accueil réservé aux Great United States of America, ou encore moins Grossdeutschland. La France a peut-être une certaine idée d’elle-même et de sa grandeur. Elle ne se pavane pas pour autant avec son nom. 

Impossible de déterminer quand l’adjectif « Great » fut acoquiné à « Britain ». La théorie la plus probable veut que ce soit l’arrogance du roi James Ier. Loin de lui l’idée d’être le simple roi d’une province de la Bretagne romaine (qui incluait l’Angleterre et une partie du pays de Galles). Il insista pour qu’on l’appelle The King of Great Britain. 

Autre signe de cette crise autour de l’identité britannique, on insiste aujourd’hui nettement plus qu’auparavant sur cet adjectif constituant. Un simple regard sur les programmes de télévision des chaînes britanniques suffit. On tombe rapidement sur The Great British Quiz, The Great British Swim (la natation), ou The Great British Darts show (les fléchettes). C’est l’une des raisons pour lesquelles les Brexitteurs n’ont pas pu copier le slogan de Trump « Make America Great Again ». Difficile de rendre sa grandeur à un pays qui « self-identifies » déjà si ostensiblement en tant que tel. 

Le meilleur exemple est l’émission qui caracole depuis quelques années en haut de l’audimat, The Great British Bake Off. Des apprentis cuisiniers rivalisent pour créer des cakes les plus extravagants. Ils tentent surtout d’éviter le blâme national qui attend tout pauvre candidat qui a le malheur de sortir du four la moindre création faisant preuve d’un soggy bottom (le fond mou). 

Ce n’était pas toujours ainsi. Même Mrs Thatcher parlait plutôt de « Britain » supposant sans doute qu’avec elle, sa grandeur n’avait nullement besoin d’être brandie de la sorte. Même la Reine parle toujours du « people of Britain ». Ce besoin récent d’auto-encensement est le propre d’un pays en pleine interrogation. Cela rappelle la phrase de la reine Gertrude dans Hamlet de Shakespeare qui pointe l’excès de zèle rendant peu convaincante toute déclaration trop empressée : « The Lady doth protest too much, methinks » (La dame proteste de trop, me semble-t-il). 

Pour autant, les velléités de ne pas être « britannique » ne s’arrêtent pas aux « pays ». Je le sais par expérience, ayant grandi dans une partie de l’Angleterre, la Cornouaille, où certains refusent depuis des siècles de se définir comme « anglais », et encore moins comme britanniques. Si l’on imagine toute la Grande-Bretagne comme un chauffeur de voiture, la Cornouaille en est le pied. Même sur cette extrémité du corps, le Brexit laisse quelques traces d’ADN, minimes certes, mais révélatrices.

Extrait du livre d’Alex Taylor, "Brexit : l’autopsie d’une illusion", publié aux éditions Jean-Claude Lattès. 

Lien vers la boutique Amazon : ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hoche38
- 29/07/2019 - 11:48
Rien n'est désespéré!
Ces Britanniques sans identité vont pouvoir en trouver une dans la Grande Europe en votant bien la prochaine fois.
zelectron
- 27/07/2019 - 16:04
elle avait déjà un Brexit mou, il lui en fallait plus
Par orgueil l’Angleterre n'admettra jamais d'avoir eu tord de quitter la famille
Benvoyons
- 27/07/2019 - 11:32
Cette article est Great & très acidulé
:)