En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

02.

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

03.

La dette européenne s’arrache comme des petits pains. Mais il y a une très mauvaise nouvelle derrière la bonne

04.

La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus

05.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

06.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

07.

Île-de-France : hausse importante des cambriolages de pharmacies

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sublime royaume" de Yaa Gyasi : de la relation mère-fille entre science et spiritualité, un roman qui ne peut laisser indifférent

il y a 12 heures 43 min
pépites > Santé
IHU Mediterranée
Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine
il y a 14 heures 16 min
pépites > Politique
Nouvelles mesures
Jean Castex intensifie la lutte contre la haine en ligne avec le renforcement de la plateforme Pharos et de nouvelles sanctions
il y a 16 heures 33 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Les islamistes tuent ? Qu’à cela ne tienne, les autorités s’en prennent aux libertés publiques

il y a 20 heures 25 min
pépites > Politique
Séculier
Des ministres considèrent que plutôt que la défendre, l'Observatoire de la laïcité se concentre sur la lutte contre l'islamophobie avec des alliés pas toujours fréquentables
il y a 20 heures 55 min
Sécurité
Île-de-France : hausse importante des cambriolages de pharmacies
il y a 21 heures 34 min
décryptage > Sport
N'ayez plus honte d'être des petites natures…

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

il y a 22 heures 15 min
Pollution
La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus
il y a 22 heures 40 min
décryptage > Environnement
Effet bénéfique ?

Si vous pensez que la pollution des villes va décroître grâce au télétravail cet hiver, vous vous trompez

il y a 23 heures 14 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

La nouvelle bataille de France

il y a 23 heures 29 min
light > Politique
"Make America Great Again"
L'expert en sécurité Victor Gevers serait parvenu à se connecter au compte Twitter de Donald Trump en devinant son mot de passe
il y a 13 heures 41 min
pépites > Société
Extension
Congé paternité : l'Assemblée nationale vote le passage à 28 jours
il y a 14 heures 37 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand un gros œil surveille les minutes et quand le ricin tisse les bracelets : c’est l’actualité des montres
il y a 17 heures 29 min
décryptage > Santé
Mesures contre la Covid-19

Demi-confinement, demi-mesures et omnipotence de l’Etat : la soviétisation de la France

il y a 20 heures 47 min
pépite vidéo > Politique
Election américaine
Ultime débat : Joe Biden focalise ses attaques contre Donald Trump sur sa gestion du coronavirus
il y a 21 heures 33 min
pépites > Justice
Terrorisme
Des obstacles juridiques affaiblissent, voire paralysent, la lutte contre l’islamisme selon l’ancien secrétaire général du Conseil constitutionnel, Jean-Éric Schoettl
il y a 21 heures 49 min
décryptage > Santé
Stratégie contre la Covid-19

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

il y a 22 heures 33 min
décryptage > Santé
Inquiétudes face à la pandémie

Covid-19 : faut-il que les parents se testent lorsque leurs enfants ont (peut-être juste) un rhume ?

il y a 22 heures 53 min
pépites > Politique
Immigration
Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage
il y a 23 heures 16 min
décryptage > Politique
Un effort SVP

Monsieur le président, pourriez vous - de temps en temps au moins - dire "France" au lieu de "République" ?

il y a 23 heures 38 min
© GERARD JULIEN / AFP
© GERARD JULIEN / AFP
Bonnes feuilles

La restitution d'objets culturels aux nations étrangères, un cauchemar pour les conservateurs de musée... et les marchands d'art

Publié le 21 juillet 2019
Jean-Paul Demoule publie "Trésors : Les petites et grandes découvertes qui font l'archéologie" (Flammarion). Jamais autant de trésors n'ont été découverts que ces dernières décennies. Fouiller, c'est plus que jamais éclairer notre avenir. Extrait 2/2.
Jean-Paul Demoule
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Professeur émérite de protohistoire européenne à l'université Paris-I Panthéon-Sorbonne, Jean-Paul Demoule a créé puis présidé l'Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap). Il est l'auteur de chroniques rédigées pour la revue...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Demoule publie "Trésors : Les petites et grandes découvertes qui font l'archéologie" (Flammarion). Jamais autant de trésors n'ont été découverts que ces dernières décennies. Fouiller, c'est plus que jamais éclairer notre avenir. Extrait 2/2.

Le 23 novembre 2018 a été remis au président de la République le Rapport sur la restitution du patrimoine culturel africain. Vers une nouvelle éthique relationnelle, rédigé par Felwine Sarr, professeur à l’université de Saint-Louis du Sénégal, et Bénédicte Savoy, du Collège de France. En clair, devrions-nous rendre aux pays d’où ils proviennent un certain nombre d’objets, archéologiques ou ethnologiques, de nos musées, acquis parfois dans des conditions contestables ? 

Ce rapport, qui conclut positivement sous certaines conditions, a fait souffler un vent de panique chez divers conservateurs de musées, ce que l’on peut comprendre, mais aussi sur le marché de l’art. En effet, si l’on commence à s’interroger aussi sur la provenance des objets archéologiques ou ethnologiques en vente dans les galeries d’art et les sociétés de ventes aux enchères, bon nombre d’entre eux risqueraient de connaître une rapide décote !

DES REVENDICATIONS ANCIENNES 

La question n’est pas nouvelle. En 1815, le Louvre avait dû rendre à l’Italie les pillages de Napoléon. Depuis de nombreuses années, les gouvernements grecs successifs réclament au British Museum la restitution de la frise du Parthénon due à Phidias. Elle avait été démontée en 1801 par Lord Elgin avec une autorisation écrite de l’empire ottoman, dont faisait alors partie le territoire de la Grèce actuelle. Plus récemment, la Turquie a obtenu la restitution de sculptures hittites détenues par l’Allemagne. La France a de même rendu en 2010, au grand dam des conservateurs concernés, de précieux manuscrits royaux coréens dérobés en 1866 par l’armée française. 

On sait aussi que le Musée de l’Homme a restitué en 2002 à l’Afrique du Sud le corps de la malheureuse Saartjie Baartman, dite « la Vénus hottentote », qui, après avoir été exhibée de son vivant comme une bête curieuse en Grande-Bretagne puis en France, avait continué à l’être après sa mort en 1815 sous forme d’un moulage, dû à Cuvier, dans les vitrines dudit musée. 

La restitution des restes humains peut cependant être considérée comme un cas particulier, cette question sensible étant souvent liée à des croyances religieuses. Saartjie Baartmana a fait l’objet à son retour d’une telle cérémonie, tout comme certains squelettes exhumés aux États-Unis lors de fouilles archéologiques, et revendiqués par les communautés amérindiennes vivant ou ayant vécu sur le lieu de leur découverte.

Les Maoris de Nouvelle-Zélande réclament un certain nombre de têtes tatouées conservées dans des musées occidentaux. A cela peuvent s’ajouter entre autres les têtes de résistants algériens tués lors de la conquête coloniale ; voire les crânes déterrés nuitamment par le grand anthropologue Paul Broca dans un cimetière basque espagnol, et conservés à la Faculté de médecine de Paris – il s’agissait alors de savoir en quoi les Basques différaient dans leurs mensurations crâniennes du reste des Européens… 

Mais qu’en est-il des objets matériels « non-humains » ? Quatre séries de problèmes se posent : dans quelles conditions ont-ils été acquis ? Le pays actuel sur le territoire duquel ils ont été trouvés est-il le descendant légitime et naturel de la communauté qui les a conçus et utilisés ? Que faire du caractère juridiquement « inaliénable » des objets muséaux, en particulier dans le droit français ? Et enfin, les États modernes demandeurs ont-ils les moyens de conserver dans de bonnes conditions les objets qu’ils revendiquent ?

DES ACQUISITIONS « LÉGALES » ?

D’un point de vue juridique, l’acquisition des marbres du Parthénon était légale. Mais objectera-t-on, la Grèce d’alors était un pays indûment occupé. On peut l’admettre, mais il existe des cas plus complexes. À qui appartiennent au fond les bronzes de Riace retrouvés dans une épave romaine au large de l’Italie, mais sans doute pillés en Grèce ? Une partie des objets des fouilles d’Auguste Mariette en Égypte, pourtant fondateur du service archéologique de ce pays, sont parvenus au Louvre plus ou moins clandestinement. 

Souvent, des objets archéologiques ont pu être achetés, certes légalement, mais à vil prix auprès de paysans ignorants de leur valeur marchande. Même chose pour bien des objets ethnographiques – on a en particulier accusé la mission africaine dite Dakar-Djibouti, menée en 19311933 par Marcel Griaule et Michel Leiris, d’avoir ainsi acquis à très bon compte l’importante collection de 3 000 objets amassée à cette occasion.

Cela dans le meilleur des cas. Certains objets proviennent carrément de pillages de guerre, comme les fragments de la délicate fontaine de bronze détruite lors du sac et de l’incendie du palais d’été de Pékin par les troupes françaises et anglaises en 1860, et qui furent mis aux enchères en France en 2009, malgré les protestations justifiées du gouvernement chinois. 

Tout aussi grave, le sac du palais du roi Béhanzin lors de la conquête coloniale du Dahomey, l’actuel Bénin, en 1892 par le général Dodds. Ce saccage a fait parvenir à l’actuel musée du Quai Branly d’inestimables statues (dont celle dite du « dieu-requin ») ainsi que les bas-reliefs de ce palais d’Abomey. On a même argué que Béhanzin étant un roi esclavagiste, cette conquête aurait présenté un caractère humanitaire, ce qui justifierait la détention de ces objets.

À QUI APPARTIENT LE PASSÉ ?

Pour les objets anciens, on a également argumenté qu’il n’y avait pas nécessairement de continuité historique entre sociétés antiques et nations modernes. Les Égyptiens actuels sont-ils les continuateurs des Pharaons, les Tunisiens des Carthaginois, ou les Hopis des communautés préhistoriques d’il y a 10 000 ans ? On convient en général que les nations propriétaires des territoires actuels le sont aussi des objets qu’ils contiennent, quelle que soit leur ancienneté – puisque cela paraît évident pour les ressources minières. 

Pour se défendre, les directeurs de musées occidentaux ont affirmé depuis une vingtaine d’années que leurs musées étaient « universels », donc destinés au monde entier. Mais, a rétorqué alors George Abungu, directeur du musée national du Kenya, pourquoi le British Museum s’intitule-t-il « British » ? Il est vrai que le tout récent musée du « Louvre Abou Dhabi » présente bien un caractère « universel », que n’a pas par exemple le Louvre de Paris.

Quant à l’inaliénabilité des collections, ce n’est pas une disposition inscrite dans la constitution. Lorsqu’il s’est agi de rendre le corps de Saartjie Baartman, une simple loi votée à l’unanimité par le parlement français a suffi. 

Reste la question des moyens de conservation des pays demandeurs. Elle ne se pose pas pour la Grèce, dont le tout nouveau musée de l’acropole, dû à l’architecte Tschumi, a d’emblée prévu la place des marbres d’Elgin, place occupée pour l’instant par des moulages dont le caractère sommaire est un appel au remplacement par les pièces authentiques. Le Sénégal vient d’inaugurer un très beau Musée des Civilisations Noires, financé par la Chine. 

Symétriquement, dans l’Europe ravagée par la Seconde Guerre mondiale, un certain nombre de vestiges venus d’ailleurs ont été irrémédiablement détruits. L’une des solutions prônées serait au minimum la circulation des objets – finalement patrimoine commun de l’humanité. On le voit, le débat ne fait que commencer…

Extrait du livre de Jean-Paul Demoule, "Trésors : Les petites et grandes découvertes qui font l'archéologie", publié aux éditions Flammarion. 

Lien vers la boutique Amazon : ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Fazende
- 22/07/2019 - 15:33
@Marie-E
sur la pointe des pieds, merci de lire "mon" commentaire "feuillet 1" de l'auteur, Jean Paul Demoule..
"Fini les trésors à déterrer : comment les missions archéologiques françaises à l'étranger sont devenues plus anthropologiques"
Cela me ferait plaisir, lui ferait plaisir aussi si vous ajoutiez un petit mot comme vous l'avez fait ici même !!
Sourire
Fazende
- 22/07/2019 - 15:29
@Marie-E
sur la pointe des pieds, merci de lire "mon" commentaire "feuillet 1" de l'auteur, Jean Paul Demoule.., sur les sites archéologiques...
Cela me ferait plaisir, lui ferait plaisir aussi !!
Sourire
Marie Esther
- 22/07/2019 - 14:40
merci pour cet article
je dois ma passion pour les antiquites egyptiennes par l'exposition de Tout Ank Amon qui se tenait a Paris dans les annees 60 ... jusqu'a ce que j'y aille pour visiter le musee du Caire et naturellement les tombes de la Vallee des Rois. J'avoue que c'est un sujet important car il permet aux personnes ne pouvant voyager de connaitre les autres civilisations et leur evolution.
Mais maintenant puisque la France commence a redonner des chefs d'oeuvre aux pays concernes, pourquoi ne rendrait elle pas a l'Etat d'Israel, l'etat du peuple juif les cles du site des Tombeaux des Rois Juifs qui se trouve a Jerusalem capitale de cet Etat ...et surtout les sarcophages de ces Rois qui se trouvent au Louvre et que je n'ai jamais pu voir puisqu'ils etaient dans les reserves.