En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
Vie saine

Démence sénile : une nouvelle étude montre qu’il est possible d’agir même en cas d’antécédents familiaux lourds

Publié le 16 juillet 2019
Une étude scientifique anglaise de l'université d'Exeter avancerait que le risque de démence serait 32% plus bas chez les personnes ayant un style de vie sain.
Le docteur Christophe de Jaeger est chargé d’enseignement à la faculté de médecine de Paris, directeur de l’Institut de médecine et physiologie de la longévité (Paris), directeur de la Chaire de la longévité (John Naisbitt University – Belgrade), et...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe de Jaeger
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le docteur Christophe de Jaeger est chargé d’enseignement à la faculté de médecine de Paris, directeur de l’Institut de médecine et physiologie de la longévité (Paris), directeur de la Chaire de la longévité (John Naisbitt University – Belgrade), et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une étude scientifique anglaise de l'université d'Exeter avancerait que le risque de démence serait 32% plus bas chez les personnes ayant un style de vie sain.

Atlantico : A quel point l'hygiène de vie impacte-t-elle le poids génétique d'une maladie telle que Alzheimer ?

Christophe De Jaeger : Il faut avant tout bien préciser quelques points. Cette étude met en évidence une réduction du risque de démence de 32 % chez les personnes ayant un style de vie saine. Or, nous trouvons dans le groupe des démences, les démences vasculaires, les démences dégénératives, dont la maladie d’Alzheimer et bien d’autres pathologies pouvant s’exprimer par un syndrome démentiel. Cette étude ne cible donc pas que la maladie d’Alzheimer, mais l’ensemble des démences. Et bien des démences ne sont pas d’origine génétique.

Il ne faut donc pas simplifier et dire que le mode de vie permet de contre-balancer le risque génétique. En revanche cette étude met clairement en évidence l’importance d’un mode de vie « sain » qui va limiter l’ensemble des facteurs de risque de maladies métaboliques, de maladies cardiovasculaires, etc. Car le cerveau est un organe fragile très sensible à son environnement. Faisons donc que notre environnement lui soi favorable.

 

Quels sont les bases de cette vie "saine" qui limitent les risques de démence ? 

Nous connaissons depuis longtemps les bases d’une vie saine. L’alimentation, l’activité physique adaptée et la lutte contre tous les toxiques extérieurs sont très importants.

Notre nutrition doit être variée et en quantité adaptée à nos besoins et à notre métabolisme. Nous mangeons trop et en particulier, trop de sucres. On ne parle plus de sports, mais d’activité physique adaptée, car là encore, il faut adapter son activité à des objectifs précis. Marcher 10000 pas par jour peut ne pas du tout être suffisant. Enfin, éviter les toxiques comme le tabac et l’alcool, mais également le stress qui est un vrai toxique en soi et trop souvent négligé.

Respecter ces bases n’est pas seulement utile pour limiter les risques de démences, mais utile pour toutes les maladies en général comme les maladies cardiovasculaires, les maladies métaboliques… La vraie problématique n’étant pas la connaissance des bases, mais leur mise en application. Car souvent les gens pensent qu’ils font bien les choses et ils sont en fait loin, voire très loin des objectifs qu’ils devraient se fixer. Un avis médical serait bien utile pour définir les bons objectifs pour chacun.

 

Pour autant, une hygiène de vie impeccable est-elle suffisante ? Si le facteur génétique importe plus, quelles sont les autres pistes qu'il ne faut pas négliger ?

On pense généralement que les gènes comptent pour environ 30 % dans nos maladies. Il existe évidemment de très grands écarts en fonction des maladies, car pour certaines, heureusement rares, les gènes peuvent compter pour 100 %. Si l’on reprend le chiffre moyen de 30 %, cela signifie que 70 % sont non génétiques et dépend donc de nous ou presque. Si l’on fait exception des facteurs liés à la « vie saine », il reste le processus du vieillissement qui nous affecte tous dès 20 ans et qui nous fragilise progressivement et insidieusement, quels que soient les gènes et / ou le mode de vie. Agir sur notre vieillissement est le sujet d’étude le plus révolutionnaire actuellement en physiologie. Il existe de très nombreuses pistes que j’aborde dans mon dernier livre «  Bien vieillir sans médicaments » aux Editions du Cherche Midi.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Grand est le désespoir de Donald (Trump) : Greta (Thunberg) a été d’une cruauté sans pareille avec lui.

03.

4 millions de dollars : c'est ce que gagne chaque heure la famille la plus riche du monde

04.

Miley Cyrus s’éclate avec une ex Kardashian, Claire Chazal se souvient de quand elle s’éclatait avec (un de) ses ex; Énième réconciliation pour Jamel & Melissa, 1ère grossesse pour Louane; Anouchka Delon pacifie sa famille, Brigitte Macron choie la sienne

05.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

06.

Hong Kong : ces nouvelles formes de censure très efficaces pour empêcher les mouvements sociaux

07.

Pourquoi cette étude confirme l'absence de lien entre vaccination et sclérose en plaques (mais ne suffira probablement pas à recréer la confiance)

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

05.

En deux siècles, les forêts ont doublé en France et voici pourquoi

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

04.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

05.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

06.

Brexit / élections italiennes : l’automne à risque qui attend l’Europe

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 17/07/2019 - 18:55
J'ai bien compris l'article
et je demande instamment la démission du gouvernement.
assougoudrel
- 16/07/2019 - 22:16
Un qui n'a pas mené une vie saine et
on voit le résultat; c'est Ganesha. Mais c'est lui qui traite les abonnés d'Atlantico de séniles.