En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© ERIC FEFERBERG / AFP
Ex-Allié historique

20 après le Kosovo, l’Occident et l’UE devraient-ils éprouver une pointe de regret vis-à-vis de la Serbie ?

Publié le 15 juillet 2019
Emmanuel Macron se rend en Serbie pour "renouer des liens distendus", première visite à Belgrade depuis celle de Jacques Chirac en 2001. Au coeur de la visite, les négociations placées sous l'égide de l'Union européenne entre la Serbie et le Kosovo.
Florent Parmentier est maître de conférences à Sciences Po et chercheur associé au Centre de géopolitique de HEC. Il a récemment publié, aux Presses de Sciences Po, Les chemins de l’Etat de droit, la voie étroite des pays entre Europe et Russie. Il est...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Florent Parmentier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Florent Parmentier est maître de conférences à Sciences Po et chercheur associé au Centre de géopolitique de HEC. Il a récemment publié, aux Presses de Sciences Po, Les chemins de l’Etat de droit, la voie étroite des pays entre Europe et Russie. Il est...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Macron se rend en Serbie pour "renouer des liens distendus", première visite à Belgrade depuis celle de Jacques Chirac en 2001. Au coeur de la visite, les négociations placées sous l'égide de l'Union européenne entre la Serbie et le Kosovo.

Atlantico : 20 ans après la fin de la guerre, peut-on considérer que l'Occident et l'Union européenne ont échoué dans leur mission visant à gérer l'après-guerre ?

Florent Parmentier : La visite d’Emmanuel Macron en Serbie fait suite à une série de déceptions, dont le Président n’est pas le seul responsable mais qu’il convient de prendre en compte. Ainsi, la France a été un allié historique de la Serbie au cours de la Première Guerre mondiale, ce qui rend d’autant moins acceptable l’erreur diplomatique qu’a constitué le fait d’avoir placé la Serbie sur la tribune secondaire lors des cérémonies de novembre dernier, au contraire du Kosovo, étant placé en tribune d’honneur mais qui n’avait aucune existence en 1918 ! La France a également accueilli de nombreux étudiants serbes depuis le XIXe siècle, et l’on estime que de 70 000 à 100 000 Français ont des origines serbes. 

Néanmoins, les relations sont nettement plus froides aujourd’hui, en raison tant de la tiédeur de la diplomatie française au sujet de tout nouvel élargissement de l’Union européenne que de la position française sur le Kosovo. C’est tout l’enjeu de cette visite, qui intervient 20 ans après l’intervention de la coalition internationale au Kosovo, mais aussi 30 ans après que Milosevic ne souffle sur les braises du nationalisme, lors de son discours du 28 juin 1989 au Kosovo. Si la France a reconnu l’indépendance du Kosovo, à Belgrade, on lui reproche volontiers la faible attention qu’elle a porté aux minorités serbes et roms, qui ont dû quitter la région pour survivre. 

 

L'antagonisation (du fait des procès nombreux qui ont suivi la guerre) des Serbes n'a-t-elle pas limité la reconstruction des relations dans les Balkans ? N'est-il pas nécessaire de s'appuyer sur cette puissance régionale historique si on souhaite pacifier ?

Les Européens doivent en effet prendre garde au dilemme suivant : ils ne peuvent oublier les conflits des années 1990 sans se renier, mais ils ne peuvent pas non plus se comporter comme s’ils étaient les seuls à décider ce que devrait être la politique locale. 

La reconnaissance de la Macédoine du Nord par la Grèce constitue le plus récent succès européen, et il faut s’en réjouir. Il convient toutefois de ne pas oublier que la situation du Kosovo est encore loin d’être stabilisée : l’ensemble des Etats-membres ne reconnaît pas l’indépendance du Kosovo, connaissant eux-mêmes des problèmes de séparatisme. Quel intérêt aurait en effet l’Espagne de reconnaître l’indépendance du Kosovo à l’heure où la question catalane polarise son attention ?

Les Européens ont pensé que la promesse de l’élargissement, offerte au Sommet de Thessalonique (2003), suffirait à stabiliser la région. 

Ils ne sont pourtant pas les seuls à avoir de l’influence : le Kosovo soutient très largement l’OTAN plus que l’UE, la Russie bénéficie d’un capital de prestige fort à Belgrade. Il suffit de se souvenir de la visite triomphale de Vladimir Poutine dans la capitale serbe en janvier 2019 (plus de 100 000 personnes pour l’accueillir), où il a plaidé pour la stabilisation des Balkans, mise à mal selon lui par l’action des Européens. Quant à la Chine, elle offre une place de choix à la Serbie dans le cadre des routes de la Soie : prêts à faibles taux d’intérêt et sans conditionnalité, achats d’actifs industriels (usine sidérurgique de Smederevo, la plus grande du pays, investissements dans la plus grande mine de cuivre du pays...). 

 

Quelles sont les options envisageables pour enfin avancer dans les Balkans ?

Dans ce nouveau contexte, il paraît difficile de marginaliser la Serbie en lui faisant porter l’ensemble des responsabilités dans la chute de la Yougoslavie et les conséquences qui s’ensuivirent. 

Un élargissement à brève échéance n’est pas possible, et doit donc être écarté ; pour autant, l’objectif visé doit bien être de rapprocher le système politique existant de l’Etat de droit. Une fois que le pays sera rentré au sein de l’UE, il sera beaucoup plus compliqué de transformer celui-ci. Si la solution ne vient pas de l’UE, elle peut venir d’une solution négociée, y compris sous forme territoriale. Un changement des frontières représente pour l'Allemagne l’ouverture de la boîte de Pandore, à même de déstabiliser la Bosnie voisine, où se trouve une république serbe. La France y est peut-être davantage favorable. Au-delà des chancelleries, il faudra également voir comment les sociétés pourraient accepter des compromis réciproques, forcément difficiles pour une partie de la population. Il conviendra par exemple, dans toute future solution, d’associer une diaspora serbe proportionnellement nombreuse comparée à la taille de la population.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Grand est le désespoir de Donald (Trump) : Greta (Thunberg) a été d’une cruauté sans pareille avec lui.

03.

4 millions de dollars : c'est ce que gagne chaque heure la famille la plus riche du monde

04.

Miley Cyrus s’éclate avec une ex Kardashian, Claire Chazal se souvient de quand elle s’éclatait avec (un de) ses ex; Énième réconciliation pour Jamel & Melissa, 1ère grossesse pour Louane; Anouchka Delon pacifie sa famille, Brigitte Macron choie la sienne

05.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

06.

Hong Kong : ces nouvelles formes de censure très efficaces pour empêcher les mouvements sociaux

07.

Pourquoi cette étude confirme l'absence de lien entre vaccination et sclérose en plaques (mais ne suffira probablement pas à recréer la confiance)

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

05.

En deux siècles, les forêts ont doublé en France et voici pourquoi

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

02.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

03.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

04.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

05.

Brexit / élections italiennes : l’automne à risque qui attend l’Europe

06.

Pourquoi cette étude confirme l'absence de lien entre vaccination et sclérose en plaques (mais ne suffira probablement pas à recréer la confiance)

Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Marie-E
- 19/07/2019 - 03:42
Le Kosovo le cœur de la Serbie
Il est grand temps que l'Europe dont la France se rende compte du désastre de la reconnaissance du Kossovo. Je vis dans un pays qui ne reconnaît pas le Kossovo et j'apprécie car je sais trop comme c'est pénible de voir l'Europe et ses lubies vouloir partager une capitale, donner une terre à des colons arabes venant de pays limitrophes...)
L'ONU, l'Otan... Ont fait un beau gâchis de la fin de la Yougoslavie mais cela n'empêche pas de faire toujours les mêmes erreurs en voulant imposer des solutions droits de l'hommistes dangereuses pour les nationaux.
L'Europe n'avait pas besoin de prendre partie pour la tête de pont kossovare albanaise islamiste soutenue par le Qatar et dont il s'avère qu'un certain nombre s'est retrouvé en Syrie.
jurgio
- 16/07/2019 - 18:51
L'Histoire européenne aime l'islam
De tout temps, des pays occidentaux "avancés" se croyant humanistes, ont avantagé contre toute raison ces sectes invasives. Les Balkans sont un exemple d'école. L'Empire ottoman a été craint et en a profité pour grignoter sans cesse les territoires (Thrace, Chypre...) et l'Europe s'est fait obséquieuse devant le Croissant. Le Kosovo est le dernier avatar connu.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 15/07/2019 - 22:48
Il suffit d'aller faire un
Il suffit d'aller faire un tour à Sarajevo, en Bosnie pour savoir que le Kosovo sera annexé par le Qatar. Quand le revenu d'un haut fonctionnaire ne dépasse pas 800€, il suffit de voiler sa femme et ses 3 filles pour obtenir l'équivalent mensuel, offert par nos amis Qatari....
Et tout ça grâce à qui ?
à nos "droitdelhommistes" européens, toujours prêts à se tirer une balle dans le pied...