En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

03.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

04.

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

05.

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

06.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

07.

Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Vers un nouveau confinement ?
Covid-19 : Emmanuel Macron annoncera de nouvelles restrictions ce mercredi à 20 heures
il y a 7 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Chambre des dupes" de Camille Pascal : Louis XV et les soeurs Mailly-Nesle : amours, intrigues, courtisans... Un roman brillant et bien documenté

il y a 8 heures 11 min
pépites > Politique
Campagne sous tension
Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia
il y a 9 heures 6 min
pépites > France
Tchétchénie
Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"
il y a 10 heures 3 min
pépites > Justice
Décision
La justice administrative valide la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin
il y a 11 heures 44 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 14 heures 19 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 15 heures 3 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 15 heures 39 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 16 heures 15 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 17 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Gaulois réfractaires demandent des comptes au Nouveau Monde" de Philippe de Villiers : La Vendée se prend pour Bibracte. La révolte gronde. Les 2 Villiers sont à la manoeuvre

il y a 8 heures 14 sec
light > Media
Bon rétablissement
Michel Drucker ne sera pas de retour sur France 2 avant 2021 après son opération
il y a 8 heures 44 min
Pollution
Réchauffement climatique : des gisements de méthane se décongèlent dans l'océan Arctique relâchant du gaz à effet de serre
il y a 9 heures 28 min
pépites > Education
Education Nationale
Rentrée du 2 novembre : un hommage à Samuel Paty sera organisé dans les écoles
il y a 10 heures 58 min
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 14 heures 11 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 14 heures 45 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 15 heures 6 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

il y a 16 heures 1 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 16 heures 44 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 17 heures 32 min
© JOHANNES EISELE / AFP
© JOHANNES EISELE / AFP
Business

Avec un moral au beau fixe, les boursiers peuvent remercier Donald Trump...

Publié le 06 juillet 2019
Les marchés financiers ont démarré l’été avec du soleil plein les yeux. A New-York comme à Paris. Alors, Trump veille au grain, mais pas seulement. Les autres chefs d’Etat aussi.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les marchés financiers ont démarré l’été avec du soleil plein les yeux. A New-York comme à Paris. Alors, Trump veille au grain, mais pas seulement. Les autres chefs d’Etat aussi.

Le premier semestre de l’année restera dans les annales comme un des meilleurs de l’histoire boursière depuis le début des années 2000. Et c’est bien sûr New-York qui mené la danse, grâce essentiellement à la politique de Donald Trump.

Tout se passe désormais comme si la bourse était la seule obsession du président américain, d’où le tweet de satisfaction : « stocks cap best first half since 1997». Du coup, le président a lancé sa campagne pour le deuxième mandat en disant « Keep America great ».

Le président américain sait bien que la bourse enrichit d’abord les Américains les plus riches, mais il estime que ses électeurs de la première heure en profiteront aussi et lui assureront sa réélection.

Donald Trump a délibérément choisi de protéger la bourse, puis l’économie américaine et de passer au second plan ses promesses ambitieuses de rapatrier l’industrie manufacturière, ce qui aurait été une entreprise pharaonique - ou même d’affronter militairement l'Iran ou de pousser la Chine à bout. Il sait très bien jusqu’où aller pour ne pas bouleverser l’équilibre de l'écosystème et trop le perturber. Ses velléités protectionnistes, ses projets de mur contre l’immigration ont fait l’objet de discours violents et de tweets incisifs, mais dans la réalité, les mesures prises ont été très mesurées et surtout très symboliques. Quand ce discours pèse trop sur les perspectives économiques, il sait même faire le pas qu'il faut pour rassurer. Quand, à la sortie du G20 d’Osaka (qui ne s’est pas passé aussi mal que ce qu'on craignait), il décide de faire un pas à la frontière de Corée du Nord, ça n’est pas pour faire du tourisme, mais c’est pour faire une image qui rassure les marchés. D’autant que le dirigeant de Corée du Nord joue lui aussi le jeu. Ça l’arrange ! Du coup, l’ancien ennemi juré du présidant américain sera invité à la Maison Blanche dans les prochains mois. Les marchés applaudissent.

La progression des cours de bourse est pour l’Amérique le signe de la vitalité de l’économie américaine et le marqueur d’enrichissement général.

Donald Trump coche toutes les cases pour rassurer le monde du business.

Après avoir menacé d’asphyxier la Chine, il accepte de reprendre les négociations avec Pékin, il suspend le projet de remonter les droits de douane et permet même à Huawei de retravailler aux USA... Alors que cette entreprise incarnait le diable. Sur l’Iran, il permet à Poutine de jouer les médiateurs. En fait, il fait copain-copain avec tout le monde ou presque.

La bourse prend des couleurs comme jamais elle n’en avait pris depuis plus de 20 ans.Le dernier semestre a été spectaculaire.

Il faut dire que coté business, Donald Trump sait aussi bien faire. Après avoir massivement baissé les impôts, il a tout fait pour donner le plus de liberté possible aux entreprises, notamment pour se financer, et quand la Réserve fédérale commence à vouloir remonter les taux d’intérêt, il tape sur la table et la FED se dit que finalement, le relèvement des taux n’est pas si urgent, alors que les patrons américains n’ont pas voté Trump. Ils le trouvaient vulgaire et imprévisible. Ils n’avaient pas tort. Sauf que tout cela était des propos de salon. Quand on sait la liste des invités au mariage de Trump quelques années avant son arrivée à la Maison Blanche, on est obligé de reconnaître qu‘il avait quand même beaucoup d’amis dans tous les pays et sur tout l’échiquier politique. Dès qu’on approche du pouvoir et de l’argent, on passe l’éponge sur la vulgarité. Aujourd’hui, les grands patrons sont toujours aussi discrets, beaucoup continuent de le critiquer en coulisse, mais franchement, aucun ne peut se plaindre de la politique qu’il leur a servie.

L’ensemble des marchés financiers occidentaux ont suivi Wall Street. Alors que la moyenne des indices mondiaux a progressé de 15% au cours des six derniers mois, le CAC40 a pris 17%. La dégringolade de décembre 2018 liée en France à la crise de gilets jaunes a été promptement effacée.

Le moral des chefs d’entreprise français est plutôt bon, coté investissement, emplois, exportation et compétitivité. Les chefs d’entreprises sont satisfaits de la poursuite des réformes structurelles et de la nouvelle gouvernance de l’Europe. Le seul bémol à mettre, concerne le moral des Français qui restent inquiets et nerveux. Et que la consommation ne redémarre pas comme elle le devrait après les tombereaux d’argent qui ont été redistribués en décembre et janvier pour calmer la colère des gilets jaunes. Cet argent, plus de 17 milliards, a été stocké en épargne de précaution pour l’essentiel. C’est évidemment le signe d’une crainte en l’avenir et qu’un jour ou l’autre, on leur reprenne cette épargne sous forme d’impôt. Pas sûr, mais en économie, le ressenti des choses est plus important que leur réalité.

Sur le fond et en dépit du déficit de confiance accordé au président de la République, l’écosystème international aide l’économie française. Dans cet écosystème, l’action de Donald Trump est déterminante. Les Français ont le droit de se méfier de la mondialisation qui a pu leur jouer des tours, ceci dit, ils pourraient reconnaître aussi que cette mondialisation leur rend de précieux services en portant une conjoncture assez dynamique.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
TPV
- 07/07/2019 - 13:53
Putains de progressistes
Même quand tout va bien, ça leur écorche la gueule de dire merci Donald.