En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

03.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

04.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

05.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

06.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

07.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 6 heures 25 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 8 heures 3 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 10 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 11 heures 51 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 12 heures 58 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 14 heures 2 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 14 heures 55 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 15 heures 20 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 15 heures 59 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 16 heures 23 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 6 heures 56 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 8 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 11 heures 30 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 12 heures 37 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 13 heures 13 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 14 heures 42 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 15 heures 9 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 15 heures 53 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 16 heures 16 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 16 heures 24 min
© Alexei DRUZHININ / SPUTNIK / AFP
© Alexei DRUZHININ / SPUTNIK / AFP
Disraeli Scanner

Le monde selon Poutine

Publié le 01 juillet 2019
Lettre de Londres mise en forme par Edouard Husson. Nous recevons régulièrement des textes rédigés par un certain Benjamin Disraeli, homonyme du grand homme politique britannique du XIXe siècle.
Disraeli Scanner
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benjamin Disraeli (1804-1881), fondateur du parti conservateur britannique moderne, a été Premier Ministre de Sa Majesté en 1868 puis entre 1874 et 1880.  Aussi avons-nous été quelque peu surpris de recevoir, depuis quelques semaines, des "lettres de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lettre de Londres mise en forme par Edouard Husson. Nous recevons régulièrement des textes rédigés par un certain Benjamin Disraeli, homonyme du grand homme politique britannique du XIXe siècle.

Londres

Le 30 juin 2019

 

Mon cher ami, 

Je suis heureux de vous recevoir ce lundi. Londres ne connaît pas l’épisode de canicule qui accable votre pays. Je vous invite à rester autant que vous le souhaiterez, d’autant plus que, si j’en crois un sondage fait dans votre pays, les Français sont encore plus nombreux à redouter Emmanuel Macron que la canicule. 

Nous aurons le loisir de nous entretenir de la campagne pour la présidence du parti, de Boris et de la tragicomédie quotidienne qui entoure le Brexit, les traîtres de la pièce mettant du temps à quitter la scène, faisant mine de résister, annonçant, tels des personnages de la commedia dell’arte vengeances, châtiments et déchaînements de foudre sur les malheureux Brexiteers. Je pense en particulier à Philippe Hammond, Dominic Grieve et John Bercow. 

 

La dénonciation par Vladimir Poutine du progressisme occidental

En attendant, je voulais parler avec vous de l’entretien accordé par Vladimir Poutine au rédacteur en chef du Financial Times mercredi 26 juin, avant de s’envoler en direction du Japon. Bien entendu, tous les commentateurs occidentaux se sont précipités sur la fin de l’interview, les passages où le président russe critique le progressisme occidental. En termes sobres et cinglants, il dit son refus de la politique d’accueil inconditionnel des étrangers, il se demande comment on peut excuser les crimes de « migrants » sous prétexte qu’ils sont des « migrants ». Il critique aussi la volonté de beaucoup de gouvernements occidentaux de mettre les revendications homosexuelles au centre de l’agenda politique et d’en faire un argument de politique étrangère. Le président russe n’a jamais fait dans la facilité. C’est par cette double porte d’entrée qu’il met en cause, plus généralement, le progressisme. 

Aussitôt, par une sorte de réflexe pavlovien, Emmanuel Macron et Donald Tusk sont montés sur leurs grands chevaux, pour défendre « la démocratie libérale ». Comme si Vladimir Poutine n’avait pas le sens des nuances et n’avait pas employé « liberalism » au sens américain du terme, celui de progressiste. A vrai dire, le président russe ne perd jamais le sourire tout au long de l’interview. Il prend un malin plaisir à rappeler à ses interlocuteurs britanniques qu’un président russe est issu du suffrage universel tandis qu’un Premier ministre de Downing Street est d’abord choisi par son parti. Cela ne manque pas de sel au moment où Boris Johnson n’a pas d’autre choix que de maintenir ses tirades antirusses pour être élu à la tête de notre parti. Plus sérieusement, le président russe ne cesse d’insister sur la question de la défense des intérêts des populations par leurs dirigeants. Il lui semble que ce soit la maladie actuelle du monde occidental. C’est en tout cas ainsi qu’il explique la victoire de Donald Trump: par le fait que l’actuel président américain ait perçu mieux que le reste de la classe politique qu’une partie de la population n’était plus défendue par ses élites. 

 

 

Les trois moments de la politique occidentale de Poutine 

Les commentateurs occidentaux se sont condamnés à lire l’interview à l’envers, donc à la lire par le petit bout de la lorgnette. La seule chose que j’ai retenue de mes très ennuyeuses années de scolarité, c’est ce que nous avait dit un professeur d’anglais, alors que nous entrions dans ce que vous appelez le lycée: « La plupart des gens ne savent pas lire. Soit ils déchiffrent, soit ils commentent leurs propres préjugés sur le texte. je vais vous apprendre à lire! ». Je ne sais pas combien de lecteurs auront véritablement lu ce que dit le président russe. A vrai dire, je ne sais pas combien font l’effort de le lire régulièrement. Il y a eu, de mon point de vue, trois phases dans les messages adressés par Vladimir Poutine à l’Occident. La première, jusqu’en 2007, fut celle de la lutte commune contre le terrorisme; c’était la période où le président russe reconstruisait silencieusement son pays. Puis est venue la phase du défi, assumé, à partir du discours devant la Conférence sur la Sécurité de Munich, où l’hôte du Kremlin dénonça avec vigueur l’unilatéralisme américain; cela s’est traduit ensuite en actes: intervention en Ossétie du Sud à l’été 2008, blocage de la manoeuvre occidentale pour s’emparer de toute l’Ukraine en 2014, intervention en Syrie à partir de septembre 2015. A partir du succès de l’opération en Syrie - quoi qu’en dise Donald Trump, c’est Vladimir Poutine qui a brisé l’Etat islamique, le président russe a entamé une troisième phase, plus apaisée; plusieurs éléments y contribuent: 1. Les sanctions consécutives au rétablissement de la souveraineté russe sur la Crimée n’ont pas abattu l’économie russe. 2. La Russie sait pouvoir compter sur une alliance solide avec la Chine. 3. L’élection de Donald Trump a fait baisser, en partie, l’hostilité américaine vis-à-vis de la Russie. 4. La Russie est redevenue, de fait, la première puissance militaire du monde grâce à ses armes hypersoniques. 

 

 

Cette occasion que manque l’Europe 

Lorsqu’on lit d’un point de vue européen les propos du président russe, le grand raté de la diplomatie de nos pays saute aux yeux. Nous avons durablement rapproché la Russie de la Chine. Les intervieweurs aimeraient obtenir de Vladimir Poutine un mot de réserve face à la politique chinoise. Ils se font rembarrer sur le mode « Il est un peu plus difficile de gouverner 1 milliards 300 millions d’individus que le Luxembourg ». Non, ni sur sur la question du renforcement de la dictature de Xi-Jiping, ni sur celui de la politique chinoise dans la mondialisation, le président russe n’est prêt à être complaisant avec ses interlocuteurs occidentaux. Il a une certaine compréhension pour la politique de Donald Trump, au service des classes moyennes et populaires, mais il n’en tire pas la conclusion que le président américain a raison dans son bras de fer commercial avec la Chine. Vladimir Poutine cherche des points de stabilité pour pouvoir y appuyer la politique russe. Il ne cesse de s’inquiéter de l’actuelle instabilité du monde. Et force est de constater qu’il ne trouve aucun motif pour une alliance européenne solide. L’Union Européenne est la grande absente de l’entretien. 

Nous comprenons mieux, alors, l’insistance mise par le président russe sur les méfaits du progressisme. Il existe à ses yeux un fond commun, chrétien, qui devrait constituer le socle d’un partenariat entre l’Amérique du Nord, l’Europe occidentale et centrale et la Russie. Non pas pour rechristianiser les sociétés mais pour garder le sens de l’héritage, de la transmission, de la nation, de la séparation du temporel et du spirituel, de la famille, de la modération dans la politique de puissance. Vladimir Poutine ne peut que constater, du fait de la prépondérance des idées progressistes, que l’alliance reste impossible. 

Et nous-mêmes, qui ne sommes pas dans le consensus progressiste, nous hésiterons entre la satisfaction que la Russie soit un repère pour les conservateurs de tous les pays et la frustration qu’il soit impossible de construire avec elle une grande politique de modération des Etats-Unis et d’équilibre des puissances face à l’Asie. 

 

Je vous dis à tout à l’heure. Je vous attends à la sortie de votre train à St Pancras. 

 

Bien fidèlement 

 

Benjamin Disraëli 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Bérurier74
- 01/07/2019 - 21:31
Poutine 100, Macron 0.
Je demande demain la nationalité Russe.
Papy Atlantico
- 01/07/2019 - 20:53
"C’est Vladimir Poutine qui a
"C’est Vladimir Poutine qui a brisé l’Etat islamique" : là on peut dire que M Disraeli fume la moquette. Les Russes n'ont pour ainsi dire quasiment jamais frappé l'EI. Tout le travail a été fait par les Kurdes en Syrie, aidés par les occidentaux, et par l'armée irakienne et les milices chiites en Irak. Dommage, l'analyse est intéressante mais les lacunes géopolitiques en diminuent significativement la portée.
ajm
- 01/07/2019 - 17:29
Délire hypersonique.
Les armes hypersoniques russes ou autres semblent avoir fait quelques dégâts dans le cerveau de mr Disraeli Scanner. Ce genre d'entichement sentimental n'est guère Britannique.