En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne

03.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

04.

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

05.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

06.

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

07.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
light > Histoire
Incroyable
Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne
il y a 10 heures 54 min
pépite vidéo > Sport
Plus de peur que de mal
Formule 1 : Romain Grosjean miraculé après un accident très impressionnant
il y a 11 heures 37 min
pépites > Santé
Sceptiques
Covid-19 : une majorité des Français n'ont pas l'intention de se faire vacciner
il y a 14 heures 5 min
pépite vidéo > Société
Casseurs
Manifestations contre les violences policières : des dégâts à Paris
il y a 14 heures 49 min
light > Culture
Mort d'un géant
L'acteur David Prowse, qui avait incarné Dark Vador, est décédé
il y a 15 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Oscar Wilde ou l’art avant tout

il y a 16 heures 57 min
décryptage > International
A qui profite le crime ?

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

il y a 17 heures 20 min
décryptage > International
Pardon présidentiel

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

il y a 17 heures 32 min
décryptage > Santé
Vecteur

Pourquoi les virus frappent-ils plus certains continents que d'autres ? Une étude sur Zika donne des indices

il y a 17 heures 55 min
décryptage > France
Munich 1938 ? Non, Munich 2020 !

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

il y a 18 heures 12 min
pépite vidéo > France
Heurts
Manifestation : les images très violentes d'un policier tabassé par plusieurs manifestants
il y a 11 heures 18 min
pépites > France
Défense
Pour le directeur général de la Police nationale, "la police est un reflet de la société"
il y a 12 heures 48 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'origine de l'énergie des étoiles confirmée grâce aux neutrinos de Borexino ; Gravité quantique : l'écume de l'espace-temps, une clé du Big Bang au vivant ?
il y a 14 heures 20 min
light > Media
Disparition
Le journaliste Jean-Louis Servan-Schreiber est mort
il y a 15 heures 18 min
pépites > Religion
Distanciation
Messes : le Conseil d'Etat casse la règle des trente fidèles maximum
il y a 16 heures 15 min
décryptage > Politique
Partis des libertés

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

il y a 17 heures 12 min
décryptage > Economie
La crise qui vient

La bourse est-elle trop optimiste ?

il y a 17 heures 25 min
décryptage > International
Etatisme

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

il y a 17 heures 46 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Si vous voulez vraiment faire des achats respectueux de l'environnement, il ne faudra pas vous contenter de lire les étiquettes des produits en rayon. Petits conseils pour y voir plus vert
il y a 18 heures 5 min
décryptage > Société
Big tech

Pourquoi il devient urgent de sauver nos démocraties de la technologie

il y a 18 heures 16 min
© Irakli GEDENIDZE / POOL / AFP
© Irakli GEDENIDZE / POOL / AFP
Retour espéré ?

Sarkozy ou l’erreur stratégique du choix de “la passion”

Publié le 27 juin 2019
Les mémoires de Nicolas Sarkozy intitulés Passions sortent aujourd'hui en librairie. En évoquant une époque où la droite n'avait rien à envier aux autres familles politiques, il remue le couteau dans la plaie de LR sans apporter de réels remèdes aux difficultés actuelles du parti.
Samuel Pruvot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Diplômé de l’IEP Paris, rédacteur en chef au magazine Famille Chrétienne, Samuel Pruvot a publié "2017, Les candidats à confesse", aux éditions du Rocher. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les mémoires de Nicolas Sarkozy intitulés Passions sortent aujourd'hui en librairie. En évoquant une époque où la droite n'avait rien à envier aux autres familles politiques, il remue le couteau dans la plaie de LR sans apporter de réels remèdes aux difficultés actuelles du parti.

Atlantico : En quoi le livre de Nicolas Sarkozy, imprégné d'émotion et de nostalgie, risque-t-il d'aggraver le manque cruel de pragmatisme et de rationalité dont souffre la droite, encore coincée dans une ornière émotionnelle ?

Samuel Pruvot : Manifestement, le premier souci de Nicolas Sarkozy n’est pas de soigner ou reconstruire LR ! Mais plutôt de (re)construire son image. C’est d’ailleurs le propre de cet exercice littéraire des Mémoires que de se considérer soi-même, emporté dans le grand flot de l’Histoire. Il y a du Rousseau et du Chateaubriand la-dedans. Les prédécesseurs de Nicolas Sarkozy ont eux-aussi cédé à cette tentation en publiant sur leur expérience du pouvoir. On pense notamment à Jacques Chirac et à François Hollande.

Car les mémoires constituent un exercice passionnant d’ « égo histoire » où le personnage principal se met en scène avec ses grandeurs et ses faiblesses, ses interrogations et ses idées fixes. Le livre de Nicolas Sarkozy a l’intérêt de raconter sa folle ascension vers le pouvoir. On y rencontre ceux qui ont bien voulu le propulser ou ceux qui ont voulu l’entraver. Parfois ce sont les mêmes ! Sa carrière, à Neuilly, a commencé par un coup de poker aux dépens de Charles Pasqua. Et toute la suite sera une succession de victoires, de bagarres et de défaites dans une sorte de western à la française.

On est forcément assez loin des « Mémoires de guerre » d’un Charles de Gaulle qui racontent l'épopée de la France Libre pendant la guerre. La guerre de Nicolas Sarkozy, c’est essentiellement la conquête du pouvoir contre les barons de la droite. Son livre parle finalement plus de lui et de ses états d’âme que de la France éternelle. On voit que Nicolas Sarkozy appartient à la génération yé-yé : postmoderne et people. Cela dit, on retrouve chez lui, comme en écho lointain, la passion pour la France qui était celle du général. Dans ses Mémoires, de Gaulle écrivait : « Ce qu’il y a, en moi, d’affectif imagine naturellement la France, telle la princesse des contes ou la madone aux fresques des murs, comme vouée à une destinée éminente et exceptionnelle. »

Encore une fois, l’objet de ce livre n’est pas vraiment d’apporter sa pierre à la reconstruction de la droite. Nicolas Sarkozy ne se réjouit évidemment pas du champ de ruines devant lui. Mais c’est d’abord un homme pragmatique, un animal politique qui vise sa propre survie. La droite a été le sillon de sa croissance. Elle ne sera pas forcément son tombeau.

Chez Nicolas Sarkozy, comme vous l’avez remarqué, l’émotion est un paramètre politique. La vie privée et les passions font partie du gouvernement pour le meilleur et pour le pire. Dans son livre, il rejoint Chateaubriand, cité plus haut, qui a publié les « Mémoires d’outre-tombe ». Nicolas Sarkozy, lui, n’aime pas trop cette terminologie des « mémoires ». Il trouve sans doute ce terme trop nécrologique. Mais son récit truffé d’anecdotes, de confessions et de portraits plus ou moins acides a quelque chose du Chateaubriand romantique qui se raconte en racontant la grande Histoire.

A qui profite le plus ce témoignage politique que livre l'ancien président ? Ne renforce-t-il pas "l'entente secrète" entre Nicolas Sarkozy et Emmanuel Macron (expression utilisée par L'obs) ?

C’est vrai, Nicolas Sarkozy semble fasciné de bout en bout par Emmanuel Macron. Par le couple atypique qu’il forme avec Brigitte, par son intuition politique, par sa jeunesse. Cette fascination est celle du pouvoir qui attire Sarkozy depuis son adolescence. Un pouvoir qui s’est métamorphosé avec Emmanuel Macron dans la mesure où la vieille opposition gauche/droite semble dépassée. Cela interroge Sarkozy qui n’est pas un idéologue mais un pur pragmatique.

L'impact politique des mémoires de Nicolas Sarkozy est-il surestimé ? Fait-il davantage figure d'autorité morale ou politique ?

Avant l’autorité morale, il y a le sens du business et de l’image. La sortie des mémoires de Nicolas Sarkozy est un pur produit marketing. Entre l’album de Madonna et la sortie du dernier iPhone. Cela fait du bruit, du buzz, des articles et de l’argent. Mais il n’est pas certain que le livre restera dans les annales sauf pour éclairer la grande histoire par de petites anecdotes. On pense notamment aux portraits vinaigrés de Fillon ou de Juppé. L’auteur ne semble pas décidé à livrer ici sa vision définitive sur la France ou le pouvoir. Il se raconte plutôt comme une star qui se confie à ses fans. Sauf que la star est un ancien Président et que sa chanson, en 2007, a fait danser des millions électeurs.

Mais terminons par la question de l’autorité morale. Elle augmente avec l’âge. Les Présidents, en France, ressemblent plus au Bourgogne qu’au Beaujolais. Autrement dit, ils gagnent en qualité auprès de l’opinion avec le temps qui passe. Cette loi profite à Nicolas Sarkozy. Les Français aiment décapiter leurs Présidents. Mais ils les aiment à nouveau une fois sortis de l’Elysée, la tête basse. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
gerard JOURDAIN
- 27/06/2019 - 15:37
trop tard pour le moment...
l'attirance pour le métier suprême de la politique en France, ne peut plaire qu'à des fanatiques de la mission, ou des second couteaux.
pourquoi?
1-parce que les bons réussissent bien mieux ailleurs.
2-les visionnaires pour un pays ne séduisent pas.
alors....prenons notre mal en patience....


ajm
- 27/06/2019 - 14:02
Gnan- gnan.
Se repandre sur soi et ses états d'âme ne fait ni des hommes d'état ni de grands généraux, ni pas grand chose d'ailleurs, peut-être des écrivains à condition d'avoir le style et le talent.
hoche38
- 27/06/2019 - 08:50
Toujours prêt!
Où est cet Aladin qui ouvrira la bouteille où il trépigne encore?