En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
© FREDERICK FLORIN / AFP
Aveu de faiblesse ou pragmatisme ?

Faut il faire revenir la Russie au conseil de l’Europe ?

Publié le 25 juin 2019
Le Conseil de l’Europe s’apprête à lever ses sanctions contre la Russie et à rouvrir ses portes à Moscou. Une décision guidée par le pragmatisme mais qui ouvre certaines portes dangereuses.
Cyrille Bret, ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure, de Sciences-Po Paris et de l'ENA, et anciennement auditeur à l'institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) est haut fonctionnaire et universitaire. Après avoir enseigné...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cyrille Bret
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cyrille Bret, ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure, de Sciences-Po Paris et de l'ENA, et anciennement auditeur à l'institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) est haut fonctionnaire et universitaire. Après avoir enseigné...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Conseil de l’Europe s’apprête à lever ses sanctions contre la Russie et à rouvrir ses portes à Moscou. Une décision guidée par le pragmatisme mais qui ouvre certaines portes dangereuses.

Atlantico : Quelles pourraient être les conséquences concrètes de cette réintégration de la Russie dans le Conseil de l'Europe ? La Russie a-t-elle souffert de cette exclusion ?

Cyrille Bret : L’Europe du Conseil de l’Europe n’est pas l’Europe de l’Union européenne. Le Conseil de l’Europe est une institution intergouvernementale bien distincte de l’Union européenne. C’est une organisation internationale classique, réunissant 47 Etats parties au Traité de Londres de 1949. Cette organisation a pour mission principale la promotion des droits de l’homme partout sur le continent, bien au-delà des frontières de l’Union.

Ainsi, la Convention Européenne des Droits de l’Homme (CEDH) et la Cour Européenne des Droits de l’Homme sont les institutions les plus actives pour assurer cette mission. Ainsi, régulièrement, la Cour est saisie par des citoyens des 47 Etats du Conseil pour faire annuler des décisions attentatoires aux droits fondamentaux. En 2014, lors de la crise en Ukraine, l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe avait sanctionné la Fédération de Russie, membre depuis 1996, en excluant la délégation des parlementaires russes de ses travaux.

Aujourd’hui, cinq ans après l’annexion de la Crimée, le Conseil de l’Europe vise la réintégration de la Russie dans le fonctionnement normal de ses institutions. Comment interpréter cette décision ? D’un côté, les avocats des droits de l’homme peuvent s’inquiéter : les sanctions sont levées sous l’influence d’Etats soutiens de la Russie et régulièrement condamnés par la Cour. Mais, d’un autre côté, c’est une bonne nouvelle pour les droits de l’homme. En effet, au moment où la lutte pour la liberté d’expression, de parole, etc. bat son plein en Russie, il est de la plus haute importance que les citoyens russes puissent compter sur le Conseil de l’Europe pour faire entendre leur voix.

Par son exclusion, l'Europe sanctionnait la Russie de l'annexion de la Crimée et de la guerre dans le Donbass. Alors que la Crimée reste russe et que la guerre fait toujours rage dans le Donbass, l'Europe ne fait-elle pas preuve de faiblesse en levant les sanctions sans contreparties ?

Encore une fois, l’Union européenne ne lève pas les sanctions. C’est le Conseil de l’Europe qui réintègre les parlementaires russes dans les institutions du Conseil de l’Europe. Toutefois, cela crée un précédent et sera mis en évidence par ceux qui, au sein de l’Union, militent pour le démantèlement des sanctions contre la Russie comme Matteo Salvini en Italie, Marine Le Pen en France, le FPÖ en Autriche…

Les Européens présentent-ils un front uni face à la Russie ? 

L’Union européenne n’a pas (encore) de « politique russe » à proprement parler. Certes, elle reconduit les sanctions économiques, financières, diplomatiques et consulaires envers la Fédération de Russie et certains de ses dirigeants. Mais, en Europe comme dans le Golfe, un arsenal de sanctions ne fait pas une ligne politique. Or, sans ligne politique, l’unité des Etats-membres de l’UE et des Européens en général est impossible. Les relations bilatérales avec la Russie ne sont pas toujours alignées avec les relations multilatérales avec elle. Ainsi, un Etat membre comme la Hongrie se dit régulièrement favorable à la levée des sanctions de l’UE envers la Russie. La proximité politique – relative – entre le Premier ministre Orban et le Président Poutine y contribue. En revanche, la Pologne et les Etats baltes, soucieux de préserver leur intégrité territoriale et inquiet de l’action de la Russie dans la zone en général et en Ukraine en particulier, sont sur une ligne dure envers la Russie. De même, la position de l’Allemagne est particulière : elle a soutenu le régime des sanctions depuis le début de la crise en Ukraine. Mais elle est dépendante de la Russie en énergie car elle a renoncé à l’atome. De sorte qu’elle soutient le projet de gazoduc Nord Stream 2, considéré comme attentatoire à la souveraineté de l’Europe par les Polonais et les Danois. La France elle-même est partagée entre le rapport de force et la normalisation avec Moscou.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

02.

La dangereuse complaisance du planning familial avec l’islam radical

03.

La fête est finie : les constructeurs automobiles obligés de tirer les leçons de la baisse importante de leurs ventes

04.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

05.

Démence sénile : une nouvelle étude montre qu’il est possible d’agir même en cas d’antécédents familiaux lourds

06.

Rentrée sous pression : pourquoi la mi-mandat pourrait être fatale pour l’unité de la LREM

07.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

01.

Le look bourgeois existe-t-il encore vraiment ?

01.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

04.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

05.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

06.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

04.

Chasse aux comportements indécents : ce que la France a à gagner … et à perdre dans sa quête grandissante de vertu

05.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

06.

Et toute honte bue, François de Rugy limogea sa chef de cabinet…

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Fazende
- 25/06/2019 - 17:44
éclaircissement, pardon
Poutine, disais-je, dont la Gd'Mère était la cuisinière de Staline, fait une sorte de conversion ces dernières années, de silence en silence... que l'on peut admirer ! Immense pays, premier auteur : "Dostoëvski", XIXème Siècle.. le chemin est lent mais à saluer !!!!
Fazende
- 25/06/2019 - 17:19
le français parlé à vladivostok !!!
Quand on pense que l'Allemagne nous a déclaré la guerre à plusieurs reprises, parait-il, et que nous osons depuis la création de l'Europe être en communion exclusive et outrancière avec elle.! Tremblement, soumission...Tous d'aller, comme diraient les hommes, lui lécher les pompes..
la Russie ? les armées napoléoniennes s'y sont cassées les dents ou la pipe... mais elle, tout simplement, parlait en français dans ses salons, admirative de notre culture...
Vrai, 50 ans de communisme furent atroces et L'ami Soljenitsyne nous l'a démontré ! Alors Poutine, dont Grand'mère était la cuisinière de Staline, prouve qu'il mérite un peu d'attention.. On pardonne à l'un .. on juge l'autre !
assougoudrel
- 25/06/2019 - 17:15
Coucou, Marie-E
et merci pour l'information. L'UE a "puni" Poutine en suivant bêtement les américains et les américains menacent de punir les entreprises européennes basées en Iran. Tout le monde, Total en tête est rentré à la niche, laissant le "méchoui cuit" à la Chine. Depuis 2014, les agriculteurs français perdent 20 milliard/an. Quand à Poutine, les médias n'en parlent pas, mais il a modernisé les fermes et les usines laitières, achetant des bovins, moutons et chèvres en France, avec des ingénieurs et des conseillers français; du coup, la Russie n'a plus besoin de commander ces produits ailleurs.