En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© SAUL LOEB / AFP
Escalade de tensions

Menaces de frappes sur l’Iran : Donald Trump agit-il sous la pression du complexe militaro-industriel américain ?

Publié le 22 juin 2019
Avec une hausse de 7%, le budget américain de la défense américain a été porté à 716 milliards de dollars pour l'année 2019. Le budget 2018 avait lui aussi été fortement augmenté.
Roland Lombardi est consultant indépendant et analyste associé au groupe d'analyse JFC-Conseil. Docteur en Histoire, il a soutenu sa thèse en 2015 à l’Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman (IREMAM) d’Aix-Marseille Université....
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Roland Lombardi
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Roland Lombardi est consultant indépendant et analyste associé au groupe d'analyse JFC-Conseil. Docteur en Histoire, il a soutenu sa thèse en 2015 à l’Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman (IREMAM) d’Aix-Marseille Université....
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Avec une hausse de 7%, le budget américain de la défense américain a été porté à 716 milliards de dollars pour l'année 2019. Le budget 2018 avait lui aussi été fortement augmenté.

Atlantico.fr : La présidence de Donald Trump bénéficie grandement aux militaires et aux entreprises du secteur. Au-delà des fantasmes, quelle est l'influence du complexe militaro-industriel aux Etats-Unis ?

Roland Lombardi : Tout le monde se souvient du fameux discours de fin de mandat du président américain, Dwight D. Eisenhower, en octobre 1961, où il mettait clairement en garde son pays sur l’influence grandissante d’un « complexe militaro-industriel », nouvelle expression à l’époque qu’il contribuera ainsi à populariser.

En vérité, il faut bien comprendre, même si cela semble assez cynique, que depuis la nuit des temps, l’organisation de toute société est basée sur la guerre et l’autorité des Etats a toujours résidé dans leur puissance militaire.

Aujourd’hui, chez les principales puissances exportatrices d’armes que sont les Etats-Unis, la Russie, la France, l’Allemagne et la Chine, les grands groupes industriels de l’armement sont bien sûr très puissants et très influents. Employant des centaines de milliers de salariés, ces sociétés sont le fer de lance des économies nationales, en les tirant vers le haut, et assurent souvent la positivité des balances commerciales. Ne dit-on pas que quand l’armement va, tout va ?

Par exemple, l’intervention russe en Syrie à partir de septembre 2015, a permis à Moscou de remporter de nombreux marchés dans la région. Et oui, faire la guerre, ça sert aussi à vendre des armes ! Autre exemple. Celui de la France. Comme je l’ai déjà écrit, c’est notre diplomatie des contrats commerciaux à court terme, dont l’armement tient une énorme place, qui nous empêche depuis des décennies d'avoir une politique claire et cohérente au Moyen-Orient. Notamment en nous paralysant puisque nous nous alignons malheureusement trop souvent sur les intérêts politiques (qui ne sont pas les nôtres !) de nos riches clients du Golfe comme en Syrie et plus récemment au Yémen... D’où, d’ailleurs, notre autre diplomatie de l’émotionnel et moralisatrice à deux vitesses qui finalement nous discrédite partout ! 

Pour en revenir aux Etats-Unis, la politique américaine étant ce qu’elle est, le financement des partis et des hommes politiques est grandement tributaire des grands donateurs et donc des grands lobbies de l’armement. Ces derniers exerçant une influence notable dans de nombreux districts électoraux. On comprend mieux alors le rôle prépondérant des « néo-conservateurs » ces dernières décennies... 
 

Quelles actions militaires américaines peuvent être, dans une certaine mesure, imputables à l'influence de ce lobby ?

Nous connaissons tous le rôle de la « course à l’armement » durant la Guerre froide...

Les 2 et 4 août 1964, dans le Golfe du Tonkin, des bâtiments de l’US Navy essuyèrent des tirs de la marine nord-vietnamienne. Ces incidents sont communément reconnus par les historiens comme les éléments déclencheurs de l’intervention massive des Etats-Unis dans le conflit indochinois - qui devint la Guerre du Vietnam - ! 

Longtemps, ces évènements furent controversés et le sujet de nombreux débats. Ces dernières années, les révélations d’archives déclassifiées ont pu conclure que cet accrochage fut instrumentalisé par les services de renseignement et du complexe militaro-industriel américains, dans le seul but de pousser le président Lyndon B. Johnson à entrer en guerre.

Sans tomber dans le « complotisme » de bazar ou de clavier, force est tout de même de constater que l’histoire est émaillée de ce genre de Cassus Belli...

Dans les années 1990, avec la chute de l’Union soviétique, certaines mauvaises langues, mais avec une part de vérité, avaient alors évoqué le besoin pour les industriels de l’armement aux Etats-Unis de se trouver un nouveau « Croque-mitaine » en la personne de Saddam Hussein... Plus tard, ce rôle fut attribué à Ben Laden et au « terrorisme international» dans les années 2000. Actuellement, pour certains, ce serait donc Poutine, la Chine et bien sûr l’Iran qui rempliraient cette fonction...

Enfin, il faut savoir que le marché mondial des armes est dominé par les États-Unis qui s'arrogent 34% des parts de marché. Ce qui signifie une croissance de leurs exportations militaires de 25% en 2013-2017 par rapport à 2008-2012. Durant cette période, Washington a ainsi fourni des systèmes d'armes à grande échelle à plus de 90 pays. Près de 50% d'entre elles ont été destinées aux Etats du Moyen-Orient...

Les liens de Dick Cheney, influent vice-président à l'époque, avec l'industrie pétrolière avaient été pointés du doigt lors de l'invasion américaine de l'Irak en 2003. Peut-on imaginer des pressions similaires venues d'influences telles que le lobby militaro-industriel, pour une potentielle attaque sur l'Iran ?

Moins des militaires toutefois. Comme cela a été le cas ces dernières années, on oublie souvent que les généraux, connaissant mieux que d’autres le prix du sang dans un conflit, sont souvent moins va-t-en guerre que certains philosophes de salons ou « ayatollahs » occidentaux de l’ingérence humanitaire ou des Droits de l’homme, tels les idéologues néo conservateurs...

C’est le cas notamment en Israël (où les généraux de Tsahal s’opposent toujours à tout conflit ouvert avec l’Iran) mais également aux Etats-Unis.

Effectivement, dès son élection, Donald Trump s’était entouré des meilleurs spécialistes militaires de la région comme un de ses conseillers les plus discrets, le général Petraeus. Les nominations au poste de conseiller à la sécurité nationale, du général H.R. McMaster, à la Défense, du général James Mattis, ou encore le général John Kelly, comme Secrétaire à la Défense intérieure puis chef de cabinet à la Maison Blanche, étaient une bonne chose. En effet, ils étaient des militaires d’expérience respectés, ayant servi en Irak et en Afghanistan (le général Kelly y a par ailleurs perdu un fils), et surtout, étaient paradoxalement considérés comme de véritables intellectuel-soldats réalistes et modérés qui connaissaient parfaitement la région. Malheureusement, afin d’atténuer les attaques de l’establishment américain qui veut clairement sa peau et où les néoconservateurs (ses adversaires), républicains comme démocrates sont nombreux, le président américain les a depuis remerciés. Ceci pour les remplacer par des néoconservateurs comme John Bolton ou dans une moindre mesure, Mike Pompeo...

Néanmoins, certains de ces anciens généraux ont toujours l’oreille du locataire de la Maison Blanche et la majorité des officiers supérieurs du Pentagone sont leurs anciens élèves ou leurs disciples. Il n’y a qu’à voir d’ailleurs les déclarations officielles, toujours très prudentes, du département de la Défense lors des derniers incidents dans le Golfe...

Du côté des lobbies industriels de l’armement, Trump a su, si je puis dire, se les mettre dans la poche, avec les contrats faramineux qu’il a ramenés du Proche-Orient depuis son élection. Je pense notamment aux juteux contrats signés avec l’Arabie saoudite (400 milliards de dollars), Israël, le Qatar, l’Egypte, les EAU et j’en passe... Les carnets de commande se remplissent pour plusieurs années !

Le problème c’est que lorsque l’on a des armes, on a tendance à vouloir s’en servir. Et les marchands étant ce qu’ils sont, ils en veulent toujours plus. Pas de guerre, pas d’argent ! C’est certes pour le moins inquiétant. 

Néanmoins, à la différence de ses prédécesseurs mais également des « néocons », Donald Trump est beaucoup moins influençable car plus indépendant. Milliardaire, il est paradoxalement le symbole du président « anti-système », d’où sa totale liberté de parole et d’action. Ce fut d’ailleurs la base de sa popularité et de sa victoire en 2016. Or, il le sait pertinemment, cela sera encore la clé de sa réélection en 2020. Par conséquent, ce n’est pas à 18 mois de la présidentielle américaine, que celui qui est absolument hostile aux utopiques et catastrophiques regime change et nation building, souhaiterait se lancer dans une aventure si hasardeuse avec l’Iran... 

Certes, devant la résistance de Téhéran à sa « pression maximale » et au refus des mollahs de négocier, il lui est de plus en plus difficile, de résister lui-même à la pression de certains belliqueux comme Bolton, son conseiller à la Sécurité national, le chantre des néo conservateurs américains. Jusqu’ici, Trump a su déjouer tous les pièges, qu’ils soient exogènes ou endogènes. On l’a vu avec les derniers incidents comme les deux tankers, norvégien et japonais, qui ont été la cible d'une attaque d'origine indéterminée, la semaine dernière, puis ces jours-ci, lorsqu’un drone américain fut abattu par les Iraniens. Dans ce dernier cas, le président américain a alors confirmé, de manière toujours très théâtrale, avoir annulé au dernier moment des frappes aériennes américaines, évoquant même une « erreur humaine » de la part des Iraniens !

En attendant donc, même si certaines personnes souhaitent le pire des scénarios, la situation reste tout de même sous un relatif contrôle. Bien qu’elles soient réelles, ces tensions dans le Golfe assurent encore les beaux jours des complexes militaro-industriels américain, russe et français. Elles font également remonter le cours du pétrole (ce qui peut gêner la Chine dans sa guerre économique avec les USA). Elles sont aussi synonymes d’audience pour les médias. Bref, pas mal de monde y trouve finalement son compte et des canaux très discrets de discussions existent toujours en cas d’escalade paroxysmique...

Reste juste à savoir, dans ce contexte extrêmement tendu, comment et combien de temps, Trump arrivera à éviter l’irréparable tout en maintenant ses menaces...

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Grand est le désespoir de Donald (Trump) : Greta (Thunberg) a été d’une cruauté sans pareille avec lui.

03.

4 millions de dollars : c'est ce que gagne chaque heure la famille la plus riche du monde

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Miley Cyrus s’éclate avec une ex Kardashian, Claire Chazal se souvient de quand elle s’éclatait avec (un de) ses ex; Énième réconciliation pour Jamel & Melissa, 1ère grossesse pour Louane; Anouchka Delon pacifie sa famille, Brigitte Macron choie la sienne

06.

Pourquoi cette étude confirme l'absence de lien entre vaccination et sclérose en plaques (mais ne suffira probablement pas à recréer la confiance)

07.

Hong Kong : ces nouvelles formes de censure très efficaces pour empêcher les mouvements sociaux

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

05.

En deux siècles, les forêts ont doublé en France et voici pourquoi

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

02.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

03.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

04.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

05.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

06.

Brexit / élections italiennes : l’automne à risque qui attend l’Europe

Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Marie-E
- 25/06/2019 - 11:28
Iran
je ne pense pas qu'il y ait la guerre car personne n'en veut.
Trump s'y prepare en essayant d'avoir une coalition et renforce les sanctions qui etranglent deja le regime
Israel s'y prepare : entrainement intensif aviateurs, defense passive, argent dans les secteurs moins defendus....
l'Iran essaye de montrer ses muscles mais a sciemment vise le drone sans pilote pour ne pas tuer les 35 Americains qui etaient dans l'avion suivant le drone. Il parait que Khamenei a fait passer une lettre par l'intermediaire de la Suisse aux USA pour commencer des nego secretes ? Ce ne serait pas la premiere fois
Wait and see mais avec le sommet tripartite a Jerusalem, je pense qu'il n'y aura pas de guerre mais qu'on fera attention a ce que tout le monde obtienne quelque chose sans perdre la face
Mais bye bye a l'accord de 2015 mal ficele et ne servant pas a grand chose

Marie-E
- 25/06/2019 - 11:21
a Citoyen Libre
1/ Israel n'est pas ennemi du peuple iranien. Israel entretenait de tres bons rapports avec l'Iran depuis 1949 date a laquelle l'Iran et d'ailleurs la Turquie egalement ont ete dans les premiers a reconnaitre Israel et a developper des liens securitaires et commerciaux. C'est l'arrivee des ayatollahs que l'Iran a decide qu'Israel etait un ennemi (alors que dans la guerre Iran vs Irak, les Israeliens etaient du cote des ayatollahs car Sadam Hussein etait plus dangereux pour Israel). Derniere sortie de l'ayatollah Khamenei : "Vous, les jeunes, soyez assurés que vous serez témoins de la disparition des ennemis de l’humanité, à savoir la civilisation américaine immorale, et la disparition d’Israël », le 23 mai 2019.
2/ Aujourd'hui comme les media francais boudent l'actualite de Jerusalem il y a un sommet tripartite entre USA, Russie et Israel sur la securite d'Israel, la Syrie et l'Iran. Primordial au PO que grandes puissances essayent de trouver une solution.
Reconnaissance d'Assad au pouvoir, eloignement de l'Iran (Pasdaran, Hezbollah et autres proxy, ... Ukraine, sanctions contre la Russie .... bref des sujets interessants dont on ne parle pas)
Citoyen-libre
- 23/06/2019 - 08:43
Ajm
Donc, c'est bien un fait, les iraniens sont bien les ennemis d'Israël, comme à peu près l'ensemble du monde arabe. Cette exclusion est dommageable à plus d'un titre et source de tensions dans le monde depuis 70 ans. Ca peut paraitre incompréhensible du fait de la très forte capacité à se défendre d'Israël et avec les américains comme alliés, on voit pas trop qui pourrait les attaquer, si on n'admet pas que derrière tout ça, il y a une volonté de domination de la part d'Israël. Et avec Trump et un Netanyahou qui est un va t'en guerre forcené, on retrouve une certaine cohérence. Reste que laminer le peuple iraniens depuis 40 ans, demeure une profonde injustice. Les occidentaux ont parfaitement conscience du déséquilibre qui s'installe de plus en plus fortement et qui finira par nous être dommageable. Le roi dollar Trump joue à l'évidence sur les deux tableaux : déstabilisation du moyen-orient, mais également de l'Europe, avec le pétrole. C'est cohérent avec sa politique de conquête économique, mais pour le moins, nous ne pouvons cautionner ce chantage permanent. C'est pourtant ce que font les médias français en rapportant stupidement les petites phrases de Trump.