En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
© Reuters
FED Bomb

Et la banque centrale américaine publia une bombe sur les "méfaits" du capitalisme financier

Publié le 22 juin 2019
La FED vient de faire paraître un rapport sur la façon dont les revenus du capitalisme américain sont distribués. Ces données montreraient que les 1% les plus riches ont vu leur fortune augmenter de 21 billions de dollars quand les 50% les plus pauvres ont vu leur part diminuer sur la période 1989-aujourd’hui.
Michel Ruimy est professeur affilié à l’ESCP, où il enseigne les principes de l’économie monétaire et les caractéristiques fondamentales des marchés de capitaux.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Ruimy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Ruimy est professeur affilié à l’ESCP, où il enseigne les principes de l’économie monétaire et les caractéristiques fondamentales des marchés de capitaux.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La FED vient de faire paraître un rapport sur la façon dont les revenus du capitalisme américain sont distribués. Ces données montreraient que les 1% les plus riches ont vu leur fortune augmenter de 21 billions de dollars quand les 50% les plus pauvres ont vu leur part diminuer sur la période 1989-aujourd’hui.

Atlantico.fr : Ce phénomène, particulièrement fort aux Etats-Unis, ne met-il pas à bas toute idée selon laquelle le capitalisme actuel serait « viable » ou « juste » ?

Michel Ruimy : Il est certain que, spontanément, la lecture des chiffres publiés par la banque centrale américaine interpelle. Un système économique qui répartit ses avantages de cette manière est-il compatible avec la vision sensée des Américains de la justice économique ? En outre, cette situation est-elle viable sur le long terme ? 

Or, à l’affirmation de la théorie économique classique selon laquelle seules les entreprises créent de la richesse et seule l’économie de marché a su tirer de la misère la plus grande part de l’humanité, répondent une accusation et un constatplus inquiétants : la poursuite de l’intérêt de quelques-uns génère inégalités et violence. Autrement dit, le capitalisme est en train de détruire la planète.La répartition de la richesse aux États-Unis telle que présentée ne peut être satisfaisante. Elle est, donc, a priori injuste et encore moins viable. 

Mais, de manière générale concernant le capitalisme, prétendre marier les notions de « justice » et de « viabilité » relève d’une confusion entre deux ordres différents et ne permet pas de répondre aux problèmes soulevés par les dérives contemporaines de l’économie. Le capitalisme n’est nimoral, ni immoral. Il est a-moral dansle sens où la morale est intrinsèquement étrangère à l’ordre économique.

Par conséquent, si nous désirons que la morale s’exerce sur la société capitaliste, ce n’est ni de l’économie, ni du capitalisme qu’elle pourra émerger car faire du profit fait partie des finalités de l’entreprise. Mais, s’il s’agit de sa finalité majeure mais ce n’est pas obligatoirement la seule ! Si la vocation de l’entreprise est bien de générer du profit, il ne faut pas pour autant oublier qu’une firme est d’abord et surtout une organisation humaine au sein de laquelle travaillent des hommes qui ont aussi besoin de trouver du « sens » à leur activité.Il faut que chacun y trouve son compte.

Si les inégalités sont nettement moindres en Europe et en France qu’aux Etats-Unis, à quel point la même question peut-elle se poser en France ?

Nous n’avons pas la même situation en France pour des raisons d’ordre social mais aussi pour des raisons relevant de l’organisation du travail. 

Sur le très long terme, les inégalités de revenus se sont réduites tout au long du XXème siècle. Le pouvoir d’achat du revenu moyen par foyer de l’ensemble de la population a été ainsi multiplié par 4,5 entre la première et la dernière décenniedu XXèmesiècle.Ces inégalités de revenu se sont atténuéesen France essentiellement pour 3 raisons. La redistribution a écrêté les revenus supérieurs pour soutenir les revenus les plus faibles. Ensuite, le patrimoine est devenu moins concentré parmi les « plus fortunés » car le patrimoine financier, notamment, a été érodé par l’inflation. Enfin, le nombre de travailleurs indépendants les plus mal rémunérés (paysans, petits commerçants…)s’est réduit tandis que celui des salariés, aux revenus d’activité en général mieux assurés, progressait.

Par ailleurs, depuis les années 1970, on observe que lorsque la conjoncture économique se détériore, la tendance à la réduction des inégalités de revenus d’activité cesse voire s’inverse. Trois phénomènes contribuent à expliquer cet état de fait.Le premier est la montée du travail à temps limité (temps partiel, CDD, intérim…). Cette main-d’œuvre « supplétive »est utile aux entreprises pour amortir les fluctuations de la conjoncture : quand celle-ci se dégrade, les contrats de travail se raréfient, les temps partiels se multiplient et leur durée moyenne se réduit. Ceci se traduit, en fin demois, par des « bouts de salaires » d’autant plus modestes que, très souvent,le travail à temps limité est payé au niveau minimum, ou légèrement un peu au-dessus.

La deuxième raison est la pression que le chômage de masse exerce sur les salaires des jeunes qui sont à la recherche d’un emploi à l’issue de leur formation, ou dans leurs premières années d’activité.En effet, ceux-ci étant nettement plus diplômés que leurs aînés au même âge, on pourrait s’attendre à ce qu’ils soient mieux rémunérés.Or, c’est l’inverse qui se produit : les jeunes générations doivent se contenter de salaires plus proches du SMIC et la période d’insertion pendant laquelle elles doivent se contenter de contrats courts, tend à s’allonger. On peut parler d’une « discrimination démographique ».

Enfin, le troisième phénomène est la « polarisation de l’emploi ». Le travail féminin estdevenu la règle au cours des trente dernières années, ce quia tiré vers le haut le revenu d’activité du ménage moyen.De ce fait, les couples au sein desquels la femme ne travaille pas ou peu (chômage, inactivité, temps partiel …) gagnent sensiblement moins que les couples au sein desquels homme et femme ont un emploi stable. Les ménages ne comptant qu’un emploi voire pas d’emploi, les familles « monoparentales » …ont vu leur niveau de vie relatif diminuer du fait de l’insuffisance des prestations sociales.Si bien que, qu’entre les couples pour lesquels des « boulevards d’emplois » s’ouvrent parce que tous les deux ont un bon niveau de qualification, et ceux dont la « galère » entre chômage et « petits boulots » constitue le quotidien, l’écart s’accroît.

Ainsi, sur le long terme, l’évolution ne fait pas de doute : les inégalités monétaires se sont réduites. Mais chômage et emplois précaires ont suscité des formes nouvelles de pauvreté, au sein même du salariat.

Quelles seraient les solutions pour rendre le capitalisme plus « redistributeur » demain afin d’éviter l’augmentation des inégalités sans pour autant remettre en cause un fonctionnement libre du marché ?

La question économique essentielle - qui est, à ce jour sans réponse objective - est de savoir comment, au niveau de l’entreprise, partager la richesse créée lors du processus productif entre les dirigeants et les travailleurs et, au niveau macroéconomique, comment le produit national peut-il être réparti entre les diverses classes sociales ?

Le principe général de la rentabilité dans le libéralisme économique qui s’est imposé au cours de ces dernières années a été celui de la valeur actionnariale. Il a produit des inégalités de richesse, et donc de pouvoir, bien plus grandes que celles des revenus. En outre, cette logique entraîne des cycles financiers, engendrés notamment par un accroissement de l’endettement, qui provoquent l’apparition de crises financières et une instabilité macroéconomique.

Or, ce régime de croissance déséquilibré va faire face aux défis qu’il ne peut maîtriser : le vieillissement démographique, le changement climatique, la détérioration de l’environnement, l’insuffisance de la production des biens publics. Dès lors, l’inclusivité et la soutenabilité du développement appellent une mutation profonde des sociétés.

On n’arrivera pas à faire disparaître la pauvreté. Mais la question de sa réduction relève plus de la volonté politique des gouvernements et de la capacité des sociétés à entretenir une solidarité à la mesure de la richesse créée que des entraves portées à l'économie de marché.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

02.

La dangereuse complaisance du planning familial avec l’islam radical

03.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

04.

La fête est finie : les constructeurs automobiles obligés de tirer les leçons de la baisse importante de leurs ventes

05.

Démence sénile : une nouvelle étude montre qu’il est possible d’agir même en cas d’antécédents familiaux lourds

06.

Rentrée sous pression : pourquoi la mi-mandat pourrait être fatale pour l’unité de la LREM

07.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

01.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

04.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

05.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

06.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

04.

Chasse aux comportements indécents : ce que la France a à gagner … et à perdre dans sa quête grandissante de vertu

05.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

06.

Et toute honte bue, François de Rugy limogea sa chef de cabinet…

Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 23/06/2019 - 15:03
Fake
Aux USA, les statistiques officielles sur la pauvreté se basent non pas sur un pourcentage (50 ou 60%) du revenu médian, mais sur un montant disponible, considéré comme un ''minimum vital''.

En 2011, la proportion de citoyens américains considérés comme pauvres était de 15 %, pour un seuil de 22 811 $ et un revenu médian de 75 148 $.
Le seuil de pauvreté représentait alors 30,35 % du revenu médian ; l'écart de revenu entre une famille pauvre et une famille médiane s'est donc considérablement accru pendant les cinquante dernières années.

En 2009, alors que la crise s'aggravait, 28 millions de personnes recevaient des coupons alimentaires (food stamps).
En 2014, 47 millions d'américains reçoivent des bons d'aide alimentaire.

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Pauvret%C3%A9_aux_%C3%89tats-Unis
https://www.europe1.fr/international/malgre-le-plein-emploi-la-pauvrete-ronge-toujours-les-etats-unis-3754295
clo-ette
- 23/06/2019 - 13:44
@ajm
Le capitalisme financier est destructeur d'emploi, en ce sens que la majorité des gens placent leur argent dans des actions à court terme. Ce sont les actions à long terme qui permettent la création d'industries .Le capitalisme financier est un jeu de clics de souris, totalement virtuel .
Paulquiroulenamassepasmousse
- 23/06/2019 - 09:55
Les USA fabriquent des riches
Les USA fabriquent des riches et des gens entreprenant....et ils ont 4% de pauvres.
La France redistribue, fabrique des fonctionnaires et 15% de pauvres ....