En direct
Best of
Best of du 24 au 30 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête ses 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof

02.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

03.

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

04.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

05.

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

06.

Menace terroriste : "On affronte des masses qui veulent nous détruire", alertent les services de renseignement

07.

Le fondement juridique des amendes liées aux violations bénignes du reconfinement est-il solide ?

01.

Les lions d'Afrique menacés de disparition

01.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

02.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

03.

Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête ses 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

06.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

03.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

04.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

05.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

06.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

ça vient d'être publié
pépites > France
Attaque
Lyon : un prêtre orthodoxe blessé par balle ; l'assaillant en fuite
il y a 2 heures 37 min
pépite vidéo > Culture
Disparition
15 des meilleures scènes de Sean Connery en Bond, James Bond
il y a 6 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Menhir d'or" : Du pur Goscinny et Uderzo, en images et en sons

il y a 8 heures 22 min
pépite vidéo > Religion
Religions
L'archevêque de Toulouse, Robert Le Gall, se dit contre le droit au blasphème
il y a 9 heures 23 min
pépites > Terrorisme
Débandade
Seuls 26% des Français font confiance au gouvernement pour lutter contre le terrorisme
il y a 10 heures 26 min
décryptage > France
Justice

Le fondement juridique des amendes liées aux violations bénignes du reconfinement est-il solide ?

il y a 11 heures 17 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’économique française a rebondi de 18 % au 3ème trimestre, preuve que le système de production peut tenir, à condition qu’on lui fiche la paix...

il y a 11 heures 48 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

Pierre Gide : le quotidien difficile d’un avocat sous l’Occupation

il y a 11 heures 57 min
décryptage > International
J-4

Bidenomics : quel impact pour l’économie d’un (éventuel) président démocrate ?

il y a 11 heures 59 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête ses 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof
il y a 11 heures 59 min
pépites > France
On en a gros
Reconfinement : des maires refusent la fermeture des commerces non-alimentaires
il y a 5 heures 4 min
light > Culture
Disparition
L'acteur Sean Connery est décédé à l'âge de 90 ans
il y a 6 heures 51 min
pépites > Terrorisme
Danger
Menace terroriste : "On affronte des masses qui veulent nous détruire", alertent les services de renseignement
il y a 9 heures 3 min
pépites > International
Soumission
Caricatures : Justin Trudeau veut un débat sur des "exceptions" à la liberté d'expression
il y a 9 heures 44 min
décryptage > France
Pour nous sonne le glas

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

il y a 11 heures 11 min
décryptage > Santé
Apéros vidéo

Comment gérer la consommation d’alcool pendant le confinement ?

il y a 11 heures 28 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

GIGN - RAID : aux origines de la création des unités d’élite

il y a 11 heures 57 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Savoir repérer les manipulateurs : comment dire non à une personne malveillante et manipulatrice ?

il y a 11 heures 57 min
décryptage > International
Exemple

Petites leçons venues des Etats-Unis pour les conservateurs français

il y a 11 heures 59 min
décryptage > Société
Changement de visage

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

il y a 12 heures 1 min
Dextra Mergitur

Serge Federbusch : "la déroute de la droite a Paris s'explique par la peur de déplaire à un électorat réputé bobo"

Publié le 12 juin 2019
Serge Federbusch, président de l’association Aimer Paris et candidat aux élections municipales de 2020 revient sur les bouleversements qui ont touché la droite parisienne, notamment depuis le départ de la présidente du groupe LR Florence Berthout.
Serge Federbusch
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Serge Federbusch est président du Parti des Libertés, élu conseiller du 10 ème arrondissement de Paris en 2008 et fondateur de Delanopolis, premier site indépendant d'informations en ligne sur l'actualité politique parisienne.Il est l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Serge Federbusch, président de l’association Aimer Paris et candidat aux élections municipales de 2020 revient sur les bouleversements qui ont touché la droite parisienne, notamment depuis le départ de la présidente du groupe LR Florence Berthout.

Atlantico : Alors que les élections municipales parisiennes sont prévues pour 2020, la présidente du groupe LR Florence Berthout a annoncé qu'elle quittait les Républicains et a clairement marqué son soutien au Président. Rachida Dati a dénoncé ce départ comme une "trahison". Comment expliquez-vous le délitement de la droite à Paris ?

Serge Federbusch : Cette déroute a de profondes racines. Depuis la défaite de 2001 face à Delanoë, la droite parisienne s’est recroquevillée sur des sortes de baronnies dans les arrondissements de l’Ouest. Leurs maires se comportaient en mini-féodaux : Claude Goasguen dans le 16ème et Philippe Goujon dans le 15ème notamment. Ils n’avaient ni envie ni intérêt réel à ce que la droite reprenne la mairie dite centrale. Ils auraient alors eu un patron en la personne du maire de Paris à qui ils auraient dû rendre des comptes. Ils n’auraient pu se défausser de leurs responsabilité devant leurs électeurs en invoquant l’impuissance de leur mairie d’arrondissement face au maire de Paris. Et tout cela sans aucun avantage financier ou prestige supplémentaire. Les barons de la droite parisienne ont donc laissé des pièces rapportées sans idée ni ancrage réel, telle Nathalie Kosciusko-Morizet, partir à l’abattoir avec pour résultat une défaite cuisante en 2014.

A ce désintérêt pour la reconquête de la mairie s’est ajoutée une forme de capitulation idéologique : la peur de déplaire à un électorat réputé « bobo ». Il n’était nullement question de dénoncer les errements d’Hidalgo sur la question de la circulation automobile par exemple. Lorsque, élu de 2008 à 2014, je tentais de lutter contre le réaménagement de la place de la République ou des avenues du 10ème arrondissement, le groupe UMP ne m’apportait aucun soutien. C’était une erreur grave car, quoi qu’on en pense, de nombreux Parisiens sont encore utilisateurs même occasionnels d’automobiles et ne comprennent pas qu’on les livre ainsi aux inepties de Delanoë et d’Hidalgo sans réagir.

Enfin est venu le macronisme auquel les opportunistes de la droite LR, saisis de panique, sont en train de céder dans le plus grand désordre. La bourgeoisie de l’Ouest parisien, effrayée bien plus qu’on ne l’a pensé par les Gilets Jaunes, a voté massivement Macron. Les élus LR pensent se sauver en suivant ce mouvement. C’est une erreur funeste car Griveaux et Macron estiment qu’ils peuvent parfaitement se passer d’eux et ne leur accorderont rien, à une ou deux exceptions près.

L'ancienne présidente du groupe LR fait le constat que son groupe n'est plus en état d'être une opposition efficace à la maire sortante. Elle ne semble pas d'ailleurs fermer pas la porte à une alliance avec LaREM. Au delà de la stratégie de réelection qu'un tel retournement sous-entend, ne fait-elle pas le constat d'un vrai changement de sociologie à Paris, où les classes moyennes semblent de moins en moins représentées ?

Le sauve-qui-peut des élus de « droite" qui tentent de rejoindre Macron procède à mon sens d’une erreur d’analyse. A Paris, le vote de droite pour Macron aux européennes est parfaitement corrélé à la quantité de gaz lacrymogène déversé par la police ces derniers mois. Il atteint des sommets dans le 8ème arrondissement, là où les manifestations les plus dures ont eu lieu. C’est un vote de peur et de classe mais, une fois la tension retombée, il n’est pas dit qu’il y ait un véritable enracinement macronien dans ces quartiers. La droite parisienne peut parfaitement assumer des positions fiscales, sécuritaires ou sur l’immigration bien plus tranchées que celles, ambiguës, de Macron et reconquérir son électorat. Mais elle n’est plus capable de réfléchir. Quant à la prétendue « boboisation » du reste de Paris : le centre et l’Est, elle se traduit pour l'instant par un vote écolo qui frappe la droite classique de stupeur. Pourtant, contrairement aux raccourcis sociologiques hâtivement pratiqués par les médias, les classes moyennes existent encore à Paris. Elles travaillent dans les professions libérales, le conseil, l’administration, le secteur culturel. L’opposition ferait mieux de leur parler des difficultés quotidiennes auxquelles elles se heurtent, en termes de logement, de sécurité, de transports ou de propreté de la ville.

Face à Anne Hidalgo, LaREM semble avoir réussi à faire passer l'idée qu'elle était la seule alternative à l'issue de cette élection, même si les Verts de Yannick Jadot ont assuré qu'ils étaient en mesure de prendre la capitale. Quelle place garde encore la droite dans cette  élection à venir ? 

La tactique de LREM à Paris est de rééditer le subterfuge de Macron en 2017, de faire oublier l’origine quasi exclusivement socialiste de ses cadres parisiens. Quand on songe que l’ancien adjoint d’Hidalgo à la propreté, Mao Péninou, responsable de la dégradation du cadre de vie, ou celui aux finances, responsable de la hausse de la dette, sont devenus macronistes, on mesure l’étendue de l’entourloupe. Benjamin Griveaux, le très probable candidat désigné par Macron, va multiplier des annonces en forme de mesurettes, comme récemment avec les horaires d’ouverture des marchés, pour dissimuler le fait qu’il n’a rien de différent à proposer que la poursuite de la politique d’Hidalgo par un autre clan.

Pour espérer reconquérir la ville, l’opposition - et pas seulement la droite - doit assumer une véritable alternance à ce qu’ont fait Delanoë et Hidalgo depuis 18 ans : cesser de brimer les utilisateurs de véhicules à moteur, réduire la pression fiscale et la dette, diminuer les effectifs pléthoriques de l’administration municipale notamment dans le domaine de la communication, supprimer les subventions aux associations de copains et coquins, mettre un terme aux achats ruineux d’immeubles à des fins clientélistes. Ainsi les nombreux abstentionnistes et même une partie des Parisiens qui ont décidé de voter en province où ils ont des résidences secondaires seront incités à revenir accomplir leur devoir civique dans la ville où ils vivent le plus clair de leur temps.

Avec Aimer Paris, l’association que je préside, nous nous préparons à offrir cette véritable alternative aux Parisiens. La réélection d’Hidalgo ou la victoire de ceux qui veulent faire comme elle, les macronistes, ou pire qu’elle, les Verts, n’est pas une fatalité.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Liberte5
- 12/06/2019 - 22:39
Paris est devenu méconnaissable sous l'impulsion de ...
Delanoë et d'Hidalgo. Sale , encombrée, désorganisée, sans identité, la ville de Paris n'est plus que l'ombre d'elle même. La droite n'a plus aucune chance de reconquérir cette ville où les minorités de la diversité vont pouvoir peser sur le résultat des élections.
von straffenberg
- 12/06/2019 - 20:16
Il faut ...
un candidat d'envergure nationale ,malgré la sympathie que j 'ai pour Mr Federbusch et certain autres ,une pointure qui soit au dessus du lot et qui fasse table rase ….Pourquoi pas Baroin pour clouer le caquet à Hidalgo .Mais Troyes …..????
TPV
- 12/06/2019 - 19:53
Laisser cet endroit aux
Bobos, Islamogauchistes et leurs copains djihadistes, ecolos, BCBG en marche ou en trottinettes, LGBTetc., et enfin s'intéresser à la France.