En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Donald Trump pourra-t-il survivre à la perte de l’électorat blanc qui l’avait pourtant soutenu jusque là contre vents et marées ?

03.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Consommation de drogue : ces effets secondaires jamais vus auparavant provoqués par la crise du Coronavirus

06.

Le juppéisme, cette obsession gestionnaire des élites françaises tuée par Emmanuel Macron

07.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

01.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

04.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

05.

Pire que le coup d’Etat permanent, la campagne électorale permanente ? Emmanuel Macron, le président cynique

06.

Cet espoir dans la lutte contre la Covid-19 qui se cache dans des études soviétiques vieilles de plusieurs décennies

01.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

02.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

03.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

04.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

05.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

06.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les secrets de la Maison Blanche" de Nicole Bacharan et Dominique Simonnet : Lincoln, incroyable !

il y a 58 min 5 sec
light > Culture
Joie des touristes
Post-Covid-19 : le Musée du Louvre va réouvrir ce lundi 6 juillet
il y a 1 heure 45 min
pépite vidéo > Politique
Nouveau Premier ministre
Retour sur le parcours politique de Jean Castex
il y a 2 heures 54 min
light > High-tech
Game over
Le PDG d’Ubisoft, Yves Guillemot, annonce des sanctions après des accusations de harcèlement sexuel
il y a 6 heures 39 min
pépites > Politique
Fin du suspense
Michèle Rubirola est élue maire de Marseille
il y a 7 heures 33 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Le courage du personnel soignant face au Covid-19 : une médecine de guerre sans protection

il y a 10 heures 44 sec
décryptage > Politique
Choix stratégique

Le juppéisme, cette obsession gestionnaire des élites françaises tuée par Emmanuel Macron

il y a 12 heures 28 min
décryptage > Politique
Campagne électorale

Donald Trump pourra-t-il survivre à la perte de l’électorat blanc qui l’avait pourtant soutenu jusque là contre vents et marées ?

il y a 13 heures 28 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée
il y a 14 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les records de l'histoire" de Stéphane Bern : récréation idéale pour l'été, pour parcourir l'histoire en s'amusant

il y a 1 jour 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Peau d'homme" de Zanzim et Hubert : une fable "genrée"

il y a 1 heure 25 min
pépites > Santé
Négociations
Le Ségur de la santé a été prolongé en l’absence d’un accord
il y a 2 heures 18 min
pépites > Politique
Plus que quelques heures à patienter ?
Gouvernement de Jean Castex : "le remaniement est bouclé", selon un dirigeant de l'exécutif
il y a 4 heures 11 min
pépites > Politique
Première visite officielle
Le nouveau Premier ministre, Jean Castex, effectue son premier déplacement sur le site de production de X-Fab
il y a 7 heures 11 min
pépite vidéo > International
Campagne électorale
Donald Trump estime que l'Amérique doit être fière de son histoire
il y a 8 heures 48 min
décryptage > Santé
Trop, c’est trop

Si la pandémie vous a rendu maniaque de la propreté, voilà ce que vous devriez savoir pour tempérer vos ardeurs

il y a 10 heures 32 min
décryptage > Politique
Suite de "Passions"

Exclu Atlantico : Nicolas Sarkozy devrait publier le tome 2 de ses mémoires dès ce mois de juillet

il y a 12 heures 57 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

il y a 14 heures 1 min
décryptage > Politique
Premier ministre

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

il y a 14 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La sentence" de John Grisham : un thriller qui maintient sous pression

il y a 1 jour 53 min
© Brittany Hosea-Small / AFP
© Brittany Hosea-Small / AFP
Arnaque ?

Prix extravagant ? Ce que les moqueurs ne comprennent pas sur le pied d’ordinateur d’Apple

Publié le 10 juin 2019
Apple a présenté un nouveau Mac Pro vendu 4999 dollars. Mais il s'agit là uniquement de l'écran (qui intègre l'ordinateur). Le pied permettant de le supporter sera vendu lui...999 dollars. Une annonce qui a provoqué l'ire des consommateurs.
Gilles Dounès
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles Dounès a été directeur de la Rédaction du site MacPlus.net  jusqu’en mars 2015. Il intervient à présent régulièrement sur iWeek,  l'émission consacrée à l’écosystème Apple sur OUATCHtv  la chaîne TV dédiée à la High-Tech et aux Loisirs.Il est...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Apple a présenté un nouveau Mac Pro vendu 4999 dollars. Mais il s'agit là uniquement de l'écran (qui intègre l'ordinateur). Le pied permettant de le supporter sera vendu lui...999 dollars. Une annonce qui a provoqué l'ire des consommateurs.

Atlantico : Pour quelle raison le Pro Stand, le pied du nouveau Mac Pro, coûte-t-il aussi cher (999 dollars)? Ce prix est-il justifié?

Gilles Dounès : 

Permettez-moi d'enfoncer une porte ouverte en guise d'introduction : si le Pro Stand est vendu 999 $, c'est sans doute aussi parce qu'il a coûté fort cher à concevoir, et qui ne le sera pas moins à fabriquer. 

Tout d'abord, il y a ce qu'on sait : Apple a mis la barre très haut, y compris pour son pied optionnel. L'écran pèse à peine moins de 7,5 kg, et le pied destiné à le soutenir 4,3 kg à lui tout seul ! En outre, l'un et l'autre sont solidarisés grâce à un aimant qui doit être suffisamment puissant pour supporter le poids de l'écran. Et cela, tout en pivotant sur lui-même pour permettre de travailler en mode « portrait », c'est-à-dire orienté à la verticale. L'équipe de l'Apple Industrial Design Group qui travaille autour de Jony Ive a également opté pour un bras mobile, à la manière de l'iMac G4, afin de pouvoir positionner le Pro Display XDR de manière confortable. Or le bras sera soumis à des contraintes encore plus importantes, proportionnelles à la longueur de celui-ci mais également en fonction de la hauteur de l'écran. 

On se souvient que ce fameux bras était le point faible de l'iMac G4, qui avait tendance à fatiguer au bout d'un an ou deux de bons et loyaux services, en particulier avec le poids plus important des modèles 17, puis 20 pouces. Son écran était enchâssé dans un support de polycarbonate, beaucoup plus léger que l'aluminium du modèle 32 pouces qui sortira à l'automne. On peut espérer qu'Apple aura paré à ce type d'inconvénient, sur un accessoire dont la durée d'utilisation dépasse bien souvent les 10 ans…

Enfin, il y a ce que l'on peut raisonnablement inférer, à la lumière des annonces ou des indiscrétions plus ou moins récentes : la firme à la pomme s'était offert en 2014 une start-up baptisée LuxVue Technology, laquelle travaillait sur des LED de nouvelle génération. De plus, des rumeurs insistantes ont fait état au printemps dernier de la mise en place par Apple d'une usine de fabrication d'écrans, au voisinage immédiat de son quartier général de Cupertino. En 2016, peu avant l'annonce de l'arrêt de la commercialisation des Thunderbolt Display, une autre rumeur avait rapporté l'achat par Apple d'une usine spécialisée dans la fabrication d'écrans. Si l'on se souvient que le modèle précédent de Mac pro – en forme de cylindre – était fabriqué aux États-Unis, on peut faire l'hypothèse que le nouveau Mac Pro, son écran XDR et vraisemblablement son pied optionnel pourraient être assemblés sur le territoire états-unien, augmentant du coup sensiblement leur prix de revient.

Il faut bien garder à l'esprit que ce type de matériel est destiné à une clientèle professionnelle bien particulière, pour qui il sera de toute façon beaucoup plus rentable d'investir dans ce type de matériel permettant des gains de productivité. Ce sont ces clients qui jugeront de la pertinence de cette option à cette aune, qui auront le dernier mot.

Sortons à présent la calculatrice pour refermer cette fameuse porte béante, à travers laquelle pas mal de monde s'est engouffré depuis lundi : vendu 4499 $ dans sa version de base, l'écran XDR en compétition avec des systèmes concurrents à 10 000, 30 000 voire 40 000 $ aurait pu largement « absorber » les 999 supplémentaires du Stand Pro. Dans ce cas, le ticket de caisse de la configuration de base aurait affiché un peu moins de 12 000 $, 13 000 avec l'option Nano-Texture anti reflet. Le plus vraisemblable est donc que la marque à la pomme a cherché à rester coûte que coûte sous la barre des 11 000 $.

Apple est connu pour proposer des équipement d'excellente qualité, insérés dans un écosystème fermé, aux prix élevés. Mais en poussant cette logique toujours plus loin (et plus cher) ne risque-t-elle pas de se couper d'une partie de ses clients? Ou bien est-ce, à l'inverse, une bonne stratégie?

Apple traîne cette étiquette d'« écosystème fermé » comme un vieux chewing-gum collé à la semelle de ses chaussures, depuis plus de 35 ans, assez habilement glissée par ses concurrents il faut bien le dire, mais cela ne correspond pas pour autant à la réalité. D'une part, Apple a son propre environnement de développement, comme Windows, Linux, Android ou Chrome ont le leur. Et surtout, je vous suggère d'essayer de brancher un périphérique de stockage formaté pour Mac OS sur un ordinateur Windows, puis un périphérique formaté pour Windows sur un ordinateur Mac OS. Vous pourrez lire le disque ou la clé USB Windows et importer vos fichiers sur le Mac, mais pas faire la même chose sur le PC sous Windows : quel est du coup le système fermé ? Pour être tout à fait juste, le Mac ayant toujours été minoritaire dans un océan informatique MS-DOS puis Windows, l'adaptation était une question de survie industrielle, en particulier sur le marché professionnel. Il n'empêche, les stéréotypes ont la vie dure.

Pour répondre précisément à votre question, ce ne sont pas tant les matériels commercialisés par Apple qui sont chers, mais plutôt le reste de la concurrence qui ne l'est pas assez, à force de perdre de la valeur depuis la fin des années 90. À tel point que, à force de baisse de la valeur perçue par les utilisateurs, c'est le marché tout entier qui se contracte depuis 10 ans, également sous l'effet du transfert de la plupart des usages courants de l'ordinateur portable vers la tablette, et ce alors que, bon an mal an, Apple continu d'augmenter ses parts de marché relatives… pour peu qu' elle se donne la peine de renouveler ses gammes de produits.

En ce qui concerne ce nouveau Mac Pro et ses périphériques, il faut insister sur le fait qu'ils s'adressent à une clientèle très spécifique de professionnels, dont la plupart des coûts fixes n'est pas représentée par le parc informatique, mais bien par la masse salariale d'une main-d'œuvre très qualifiée dont la valeur ajoutée réside dans sa créativité. Et celle-ci dépend également de l'ergonomie, et même du confort du poste de travail, ce que vise précisément à améliorer le Pro Stand. La possibilité de passer de 180 à 90° représente une augmentation de 100 % de la surface de travail utile pour un metteur en page de PAO ou un photographe qui travaille sur une photo en mode portrait et, en définitive, quelques centaines ou quelques milliers de clics en moins à la fin de la journée de travail. Cela vaut-il l'investissement initial consenti ? D'une part, la durée d'utilisation d'un écran dépasse très largement celle des ordinateurs qu'il accompagne, et d'une manière générale, le « coût total de possession » du matériel Apple est estimé, année après année et depuis des décennies, inférieur de 30 % à celui de ses concurrents.

Pour l'anecdote, enfin, le prix des écrans Radius destinés à la PAO, à la fin des années 90, et qui fonctionnaient sur le même principe, n'étaient pas non plus spécialement donné, précisément pour les mêmes raisons.

Le prix élevé du Pro Stand a provoqué un "bad buzz" sur internet. Ce type de polémique peut-il porter préjudice à Apple ou pas? Pour quelle raisons?

Apple a l'habitude de ces commentaires, qui brassent de l'air immédiatement après les présentations de produits, a fortiori lorsque la sortie effective est programmée au-delà d'un trimestre. D'une manière générale, Apple mobilise des affects considérables, qui vont bien au-delà de son empreinte commerciale réelle : son logo à la pomme croquée symbolise à merveille la charge libidinale qu'elle mobilise, que ce soit de façon positive ou agressive, à chaque fois qu'il est question de la marque. La psychanalyse a beau ne plus être dans l'air du temps, elle offre une grille de lecture étonnamment éclairante dans ce cas précis. 

Ce n'est en effet pas le Mac Pro lui-même, lequel retrouve les qualités des modèles précédents par sa modularité et son design en corrigeant certaines erreurs ; ce n'est pas non plus l'écran, au bout du compte largement moins onéreux que les rares concurrents dans sa catégorie ; c'est en définitive le Pro Stand, sorte « d'objet partiel » en l'espèce, qui concentre sur lui les reproches et les sarcasmes dans un processus de déplacement, voire de clivage, et de condensation. Autant de mécanismes de défense mobilisés par l’Envie, au sens kleinien du terme, d'un matériel à la foi beau, inaccessible (et inutile) au commun des mortels. Ou, comme les raisins du renard de la fable, « trop verts (…), et bon pour des goujats… ». Ces manifestations d'agressivité, qui vont parfois jusqu'au passage à l'acte comme avec la destruction de produits à peine sortis du magasin lors du lancement de l'iPhone ou de l'iPad, ne sont d'ailleurs pas le fait des utilisateurs de la marque, lesquels ont en général bien compris l'intérêt d’un tel pied articulé : ceux-ci se sont contentés de sourire à propos du prix des roulettes (optionnels elles aussi) du nouveau Mac Pro, prix qu'Apple s’est bien gardé d'annoncer !

Plus sérieusement, personne n'est obligé d'acheter le Pro Stand avec l'écran XDR, lequel est livré par défaut avec un pied standard comparable à ce que proposent ses compétiteurs. Ce type de polémique n'est pas nouveau, et même fréquent lorsqu'il s'agit de matériel en rupture avec le reste du marché. En définitive, la question posée est plutôt de savoir si Apple, qui a fait un véritable effort en matière d'innovation, de design et de prix, à vouloir trop en faire s'est prit les pieds dans le tapis, ou si la marque s'est débrouillée pour susciter du « buzz » supplémentaire, bon mauvais peu importe.

MSI, qui commercialise des écrans de moindre résolution et d'un contraste moins important, ne s'est d'ailleurs pas privé d'ironiser, à la manière   d’un Steve Ballmer s'esclaffant bruyamment en 2007 après la présentation du premier iPhone. On connaît la suite. Celle de l'écran XD R et de son pied à 1000 $ n'est pas écrite pour autant, mais ce sont les professionnels à qui ils sont destinés qui ont leur destin en main. Peu importe les commentaires : comme toujours avec Apple ce sont les usages (et des usagers) qui ont le dernier mot.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
Apple, Bad Buzz, Mac Pro, keynote
Thématiques :
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires