En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

02.

La France des caïds : l’inquiétante porosité du grand banditisme

03.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

04.

Donald Trump veut-il mettre en faillite Xi Jinping et la Chine ?

05.

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

06.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

07.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

04.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

05.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

06.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

04.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

05.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

06.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
La menace droite

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

il y a 1 min 28 sec
décryptage > Politique
La voie du nord

Cette autre France qu’entend incarner Xavier Bertrand pour ne pas se laisser asphyxier par Emmanuel Macron

il y a 44 min 10 sec
light > Religion
Religion
Transformation de Sainte-Sophie : le pape François se dit "très affligé"
il y a 9 heures 51 min
pépite vidéo > Culture
Indignation sur les réseaux sociaux
Relâchement ? : des milliers de personnes réunies pour le concert du DJ The Avener à Nice
il y a 11 heures 6 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

La France des caïds : l’inquiétante porosité du grand banditisme

il y a 18 heures 37 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Covid-19 : la société française face au confinement

il y a 19 heures 41 min
décryptage > Culture
Il faut que tout change pour que tout change

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

il y a 20 heures 14 min
décryptage > International
Lion-dragon deal

Comment la politique iranienne de Trump a jeté Téhéran dans les bras de Pékin

il y a 21 heures 14 min
décryptage > Politique
Le bloc-pol de Laurence Sailliet

Ce devoir de pragmatisme qui s’impose au gouvernement Castex

il y a 22 heures 13 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Donald Trump veut-il mettre en faillite Xi Jinping et la Chine ?

il y a 23 heures 18 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Emmanuel Macron osera-t-il annoncer l’obligation du port du masque dans les lieux publics ?

il y a 27 min 9 sec
décryptage > Politique
Pour une meilleure action publique

Plan de relance : ces erreurs de la stratégie gouvernementale qui risquent de nous coûter cher

il y a 54 min 50 sec
pépites > France
Sentiment d'abandon
Carlos Ghosn critique l’attitude de la France et estime avoir été "abandonné"
il y a 10 heures 19 min
pépite vidéo > Santé
Geste symbolique
Coronavirus : Donald Trump porte un masque en public pour la première fois
il y a 11 heures 34 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Elections municipales 2020 : la démocratie à l’épreuve du coronavirus

il y a 19 heures 25 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Crise du coronavirus aux Etats-Unis : une mise à l’épreuve des valeurs fondamentales de la société américaine

il y a 19 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Bernard Plessy : "Travaux et jours dans la Grèce antique" (éditions Paradigme), grandeur du "petit peuple"

il y a 20 heures 45 min
décryptage > Economie
Effet boule de neige

Covid, moins d'habits, plus de chômage !

il y a 21 heures 39 min
décryptage > Culture
"Last night a DJ saved my life"

Humeur sombre mais folles envies de dance floor : la pop music n’a jamais été aussi rythmée depuis 10 ans

il y a 22 heures 34 min
décryptage > Société
1001 colères

A chacun ses coupables, à chacun ses victimes : mais qui écoute le plus les Français silencieux ?

il y a 23 heures 32 min
© ISSOUF SANOGO / AFP
© ISSOUF SANOGO / AFP
Bonnes feuilles

Comment la Guinée-Bissau et la RDC sont devenues des plateformes internationales de commerce de la drogue

Publié le 08 juin 2019
Laurent Guillaume publie un ouvrage collectif "Africa Connection" (ed. La Manufacture de Livres). Trafics d’êtres humains, de stupéfiants ou d’armes, exploitation des migrants ou des matières premières : la criminalité organisée en Afrique est née des désordres de la décolonisation, a grandi sous la guerre froide puis avec la mondialisation. Extrait 1/2.
Laurent Guillaume
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Guillaume, ancien policier aujourd’hui consultant pour divers organismes internationaux, a réuni pour cet ouvrage des spécialistes universitaires et consultants de terrain. Dans cette étude unique, ils nous proposent de découvrir la frontière...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Guillaume publie un ouvrage collectif "Africa Connection" (ed. La Manufacture de Livres). Trafics d’êtres humains, de stupéfiants ou d’armes, exploitation des migrants ou des matières premières : la criminalité organisée en Afrique est née des désordres de la décolonisation, a grandi sous la guerre froide puis avec la mondialisation. Extrait 1/2.

Renversements de gouvernements, fragilisation des états, rébellions ethniques, corruption généralisée… Le narcotrafic est impliqué dans presque toutes les difficultés géopolitiques que connaissent les gouvernements africains. Pour en faire la démonstration, nous étudierons trois exemples emblématiques.

La Guinée-Bissau, le premier des narcos-États africains

La Guinée-Bissau possède toutes les qualités susceptibles d’attirer les narcos sud-américains. Elle se trouve à la distance la plus courte du Venezuela et possède un archipel somptueux (les Bijagos) au large de Bissau, constitué d’une myriade de petites îles pouvant facilement être aménagées en ports clandestins ou en pistes d’atterrissage secrètes. Son PIB la classe parmi les pays les plus pauvres de la planète (vingt-deuxième au dernier recensement). Les forces de sécurité sont démunies et peu formées. 

Un véritable paradis pour cartels sud-américains. 

D’ailleurs, ils n’ont pas tardé à débarquer en force. Vers 2005, l’essentiel de l’attention des services de sécurité internationaux était tourné vers le Cap-Vert, principale base de rebond de la cocaïne vers l’Europe. En quelques mois, Bissau a détrôné Praia comme capitale des narcos, et ce, pour son plus grand malheur. Malgré un manque de moyens qui serait risible s’il n’était tragique, les directeurs de la police judiciaire successifs (Orlando da Silva et Lucinda Barbosa Ahukarié, que j’ai eu la chance et l’honneur de rencontrer) ont fait preuve, tous deux, d’un courage exceptionnel en réalisant des saisies de coke remarquables – ce qui a valu à Orlando da Silva d’être limogé et à Lucinda Barbosa Ahukarié de démissionner en 2011 en raison de menaces graves contre sa vie et celle de ses proches. Dans ce pays en déliquescence, les militaires ont clairement joué le rôle de soutien logistique aux narcos sud-américains. Ils ont pourvu à l’approvisionnement en carburant des avions des trafiquants se posant dans les Bijagos ; ils ont procédé à l’acheminement de la cocaïne jusqu’à des entrepôts dont ils ont assuré la garde. 

Cette implication de l’armée dans le narcotrafic va entraîner des troubles graves, difficilement imaginables en Occident. En mars 2009, le général Tagmé Na Waï, chef d’état-major des armées, a été assassiné lors de l’explosion d’une bombe. Ses partisans, furieux, se sont rendus au domicile du président de la République, Nino Vieira, qu’ils ont criblé de balles, puis achevé à la machette. Les deux victimes étaient régulièrement citées comme étant impliquées dans le trafic de cocaïne. Elles se seraient livré une guerre pour la conquête des faveurs des Sud-Américains. Certains prétendent même que les deux hommes auraient été éliminés à la demande des cartels. Les deux derniers protagonistes de ces affaires ont été également supprimés. Le premier, l’ancien ministre de la Sécurité Baciro Dabo, régulièrement cité comme étant un narco accompli, a été exécuté par des militaires. 

Le second, le contre-amiral Bubo Na Tchuto, chef de la marine, était ciblé depuis longtemps par l’agence antidrogue américaine, la DEA. En 2013, les agents américains ont tendu un piège au chef de la marine bissau-guinéenne : il aurait repris les activités lucratives de narcotrafic de Nino Vieira. Les Américains se sont fait passer pour des membres d’un cartel voulant commercer avec le chef de la marine et lui ont donné rendez-vous sur un yacht, en pleine mer. Il ne restait plus qu’à emballer le « colis » et l’envoyer aux états-Unis, où il a été jugé et condamné à une peine bien légère de quatre ans de détention. La modestie de la sanction et le fait que le contre-amiral a été libéré en octobre 2016 laissent imaginer que Bubo Na Tchuto a coopéré avec les fédéraux américains. À son retour triomphal en Guinée-Bissau, il a réclamé sa réintégration comme chef des armées, mais en vain. Le trafic était dans d’autres mains.

La République démocratique du Congo  et l’or vert du cannabis

L’Afrique centrale n’est jamais devenue une zone de transit pour la cocaïne et pour l’héroïne comme l’ont été et le sont encore l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique du Sud. Cela, malgré la faiblesse des dispositifs de contrôle des frontières. En fait, il n’y a aucun intérêt pour les narcos à utiliser cette zone du continent, mal desservie au niveau aérien et dénuée des infrastructures de base essentielles au trafic de stupéfiants. Il existe cependant un trafic de cannabis régional trouvant son origine en République démocratique du Congo et qui contribue grandement à l’instabilité chronique et meurtrière de l’Afrique centrale. 

L’est de la RDC est gangréné par des groupes armés incontrôlés. Les viols de masse, la traite des enfants soldats, les trafics de minéraux et de stupéfiants maintiennent le Congo oriental dans un chaos qui profite seulement aux groupes armés. On citera principalement les FDLR (Forces démocratiques de libération du Rwanda), une milice ethnique hutue née durant le génocide rwandais de 1994, génocide qui a provoqué l’exil de centaines de milliers de réfugiés sur le territoire de l’ex-Zaïre. Ce groupe est composé d’anciens militaires génocidaires, d’ex-miliciens, mais également de civils. Il s’est implanté dans le Nord-Kivu, le Sud-Kivu et le Maniema grâce à la bienveillance de Laurent-Désiré Kabila. Cette passivité a pris fin en 2003 avec Joseph Kabila, qui a mené plusieurs offensives contre la milice hutue. On notera que les principales zones de production du cannabis en Afrique centrale sont situées dans le grand nord du Nord-Kivu et dans le Sud-Kivu, zone d’influence des FDLR. 

Un second groupe criminel, une milice nommée Maï-Maï Sheka composée d’anciens combattants, de déserteurs et d’anciens mineurs, s’est fait pour spécialité de « libérer » les mines qui étaient tombées sous le contrôle de l’armée nationale. Mais rapidement, leur réelle sphère d’activité s’est déplacée vers le viol de masse, le pillage en coupe réglée, l’enlèvement d’enfants recrutés pour devenir soldats et le trafic de cannabis.

Extrait du livre "Africa connection, la criminalité organisée en Afrique", sous la direction de Laurent Guillaume, publié aux éditions La Manufacture de livres.

Lien vers la boutique Amazon : ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires