En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
ça vient d'être publié
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 4 heures 35 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 6 heures 13 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 9 heures 12 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 10 heures 1 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 11 heures 8 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 12 heures 12 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 13 heures 5 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 13 heures 30 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 14 heures 9 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 14 heures 33 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 5 heures 6 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 6 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 9 heures 40 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 10 heures 47 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 11 heures 23 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 12 heures 52 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 13 heures 19 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 14 heures 3 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 14 heures 26 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 14 heures 34 min
© Reuters
© Reuters
Ecstasy of Gold

Drogues : cette nouvelle vague de consommation qui monte en Europe

Publié le 07 juin 2019
Si le cannabis et la cocaïne restent les stupéfiants les plus prisés par les Français, la montée en force des drogues de synthèse comme l'ecstasy ou la MDMA inquiète les autorités sanitaires.
David Weinberger
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
David Weinberger est chercheur à l'institut national des hautes études de la sécurité et de la justice (INHESJ). Il a écrit plusieurs articles sur le sujet dont " réseaux criminels et cannabis : Indoor en Europe : maintenant la France ?" et une...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si le cannabis et la cocaïne restent les stupéfiants les plus prisés par les Français, la montée en force des drogues de synthèse comme l'ecstasy ou la MDMA inquiète les autorités sanitaires.

Atlantico : Les drogues de synthèse comme la MDMA ou l'ecstasy reviennent sur le devant de la scène et sont de plus en plus prisées, notamment dans le milieu de la musique électronique. Quelle est l'ampleur de ce marché de la drogue de synthèse ?

David Weinberger : Ce marché est encore marginal par rapport à celui des deux produits illicites phare que sont le cannabis et la cocaïne. Ça reste un marché de niche et c'est pourquoi il est difficile d'estimer son nombre de consommateurs et de volume. C'est cependant un secteur en pleine croissance, notamment vendu par internet et les réseaux sociaux, sur une population plutôt jeune et festive.

 

L'ecstasy n'est pas une drogue récente. Cette croissance est-elle une réelle nouveauté ou constitue-t-elle un simple retour ?

L'ecstasy n'est effectivement pas une drogue nouvelle mais elle s'utilise de plus en plus et est davantage produite en Europe. C'est depuis l'Europe que ce stupéfiant inonde le monde. Ces produits s'installent durablement dans la consommation mais restent limitées. Certaines études hollandaises indiquent que les consommateurs trouvent que cette drogue a des effets très forts et une partie d'entre eux préfère les drogues plus "douces" que l'ecstasy ou la MDMA.

 

Ce caractère festif et sans addiction – en tout cas au niveau physique – ne pousserait-il pas les consommateurs à sous-estimer les dégâts que peuvent poser ces drogues ?

Les dégâts ne doivent effectivement pas être sous-estimés. Ce sont des drogues synthétiques et les trafiquants inventent chaque semaine de nouvelles molécules. Certaines sont très dangereuses et ont fait l'objet d'une attention toute particulière des autorités sanitaires parce qu'il y avait de réels problèmes.

Ce sont des drogues très dangereuses car très peu contrôlées en termes de produit. Sans un test particulier il est impossible à un individu de savoir ce qui se trouve dans un sachet ou dans une poudre.

 

Comment lutter contre ce type de drogue en particulier ?

La lutte se fait comme pour les autres types de drogue. C’est-à-dire qu'il faut lutter contre la revente mais aussi les réseaux criminels organisés implantés notamment dans le nord de l'Europe sur la production. Cela nécessite beaucoup de production internationale.

Les Pays-Bas, particulièrement touchés par ce trafic, développent cette lutte et il y a de nombreux partenariats pour tenter de réduire ces réseaux qui se diluent dans le monde entier. On trouve en Amérique Latine de la MDMA produite en Europe.

 

La vente par internet et le lien avec l'explosion de la musique électronique ne sont-ils pas les signes du  rapport entre ce type de drogue et l'époque actuelle ?

En elle-même la molécule de l'ecstasy a été inventée il y a très longtemps, dans les années 30 ou 40 dans des laboratoires chimiques allemands. Elle s'est diffusée de manière organisée depuis les années 90 où on a pu voir une vraie augmentation de la production. Il y a donc effectivement une population jeune et festive intéressée par ces produits qui sont totalement associés à la fête malgré leur dangerosité.

D'autres drogues psychotropes comme le LSD sont-elles également sur le retour ?

Le LSD est moins utilisé qu'à une époque car d'autres drogues de synthèse sont sur le marché et elles le concurrencent. Ce qu'on voit avec les nouvelles substances psychoactives, c'est une augmentation des molécules sur ce même marché, boosté par le vecteur internet. Donc le LSD n'est pas aujourd'hui une source de préoccupation majeure des autorités publiques. On s'inquiète davantage des opioïdes de synthèse qui font des centaines de milliers de morts aux Etats-Unis et qui parfois se retrouvent mélangés à des drogues de synthèse comme les amphétamines et la methamphetamine et qui peuvent donc devenir mortelles.

 

Quelles drogues étrangères, notamment américaines, peut-on s'attendre à voir débarquer en Europe ?

Aujourd'hui les problèmes croissants concernent la méthamphetamine mais aussi la synthamine ou l’oxycodone qui sont des opioïdes de synthèse. Ce sont de vraies sources de préoccupation pour les autorités européennes.

Ces produits sont apparus  sur le marché européen. Pour l'instant la France est plutôt épargnée même s'il y a eu quelques saisies marginales. Ce type de drogue s'est notamment articulé autour d'un système de vente de produits légaux d'opiacés aux Etats-Unis, qui sont très chers et peu remboursés car ils n'ont pas de sécurité sociale. En ce sens, notre politique publique d'accès aux médicaments réduit fortement les risques d'avoir une épidémie d'opioïdes de synthèse comme on a pu le voir aux Etats-Unis.

Concernant la méthamphetamine, elle est apparue de manière significative au Royaume-Uni mais la France n'est aujourd'hui pas particulièrement impactée.

 

Parmi les propositions avancées pour lutter contre la drogue, on brandit souvent la dépénalisation, voire la légalisation. Cette solution serait-elle envisageable pour ce type de stupéfiants?

Aujourd'hui les débats, quasiment partout dans le monde, sur les changements législatifs ne concernent que le cannabis. Les autres types de drogue ne sont pas concernés de manière significative par ces débats. Il y aura toujours certaines personnes pour proposer ces options-là mais c'est très difficile de penser la législation de molécules qui sont très nocives pour la santé. Un Etat responsable aura du mal à favoriser l'accès à ce type de molécules. 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
TPV
- 07/06/2019 - 15:03
@Ullman
Les deux mon général !
Ullman
- 07/06/2019 - 11:19
LACUNE
Ce qui paraît flagrant dans cet article, comme tous ceux traitant du même sujet, c’est que SEULE LA RÉPRESSION est envisagée comme forme de lutte contre le fléau.
Curieusement, c’est comme en matière de sécurité routière où on ne connaît plus que la limitation de vitesse, le radar, l’amende et le retrait de points.
Alors, et L’ÉDUCATION dans tout ça ?
On ne peut pas apprendre à nos jeunes à vivre dans le monde réel plutôt que dans les paradis artificiels, leur expliquer que la drogue est dangereuse et pourquoi, leur apprendre à rouler d’une façon conforme au bon sens ?
CE SONT NOS JEUNES QUI SONT CONS, OU CE SONT LEURS PARENTS ?