En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

02.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

03.

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

04.

Communication politique : Jean Castex et Olivier Veran, perdus pour la France

05.

Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres

06.

La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) confirme l’illégalité de la publication d’enregistrements de Mme Bettencourt par Mediapart

07.

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

01.

Trump banni de Twitter : « Nous, Français, ne pouvons accepter ce qui se joue en ce moment pour la liberté du monde »

02.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

03.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

04.

Comment basculer vos groupes de conversations WhatsApp sur Signal

05.

Les complotistes et autres trumpistes ou Gilets jaunes radicalisés, enfants monstrueux de la déconstruction, de la cancel culture et des guérilleros de la justice sociale

06.

Vers une nouvelle grande vague de froid sibérien sur la France ?

01.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

02.

Trump banni de Twitter : « Nous, Français, ne pouvons accepter ce qui se joue en ce moment pour la liberté du monde »

03.

Affaire Olivier Duhamel : Alain Finkielkraut, ne sera plus chroniqueur de l’émission 24h Pujadas, diffusée sur LCI

04.

La grande épuration : mais pourquoi la Silicon Valley se comporte-t-elle comme si elle voulait donner raison aux complotistes à la QAnon ?

05.

Les complotistes et autres trumpistes ou Gilets jaunes radicalisés, enfants monstrueux de la déconstruction, de la cancel culture et des guérilleros de la justice sociale

06.

Olivier Duhamel bénéficiait d'un réseau d'influence et de puissantes protections

ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 17 heures 25 min
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 22 heures 3 min
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 22 heures 51 min
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 23 heures 28 min
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 1 jour 6 min
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 1 jour 44 min
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 1 jour 2 heures
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 1 jour 2 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 20 heures 23 min
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 22 heures 16 min
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 23 heures 13 min
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 23 heures 45 min
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 1 jour 21 min
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 1 jour 2 heures
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 1 jour 2 heures
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 1 jour 2 heures
© SAUL LOEB / AFP
© SAUL LOEB / AFP
Business

Plan social à Belfort : concernant General Electric, Bruno le Maire privilégie la stratégie industrielle aux calculs politiques

Publié le 30 mai 2019
Parce que jusqu’alors, les solutions politiques n’ont apporté que des frustrations et des colères, Bruno Le Maire veut imposer une analyse purement industrielle.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Parce que jusqu’alors, les solutions politiques n’ont apporté que des frustrations et des colères, Bruno Le Maire veut imposer une analyse purement industrielle.

La décision de General Electric de supprimer plus de 1000 emplois dans la division turbine à gaz est évidemment un drame dans cette région de Belfort qui s’avère mal en point, comme beaucoup de régions très industrielles.

C’est un drame social dont la responsabilité incombe directement aux dirigeants de General Electric, coupables d’une erreur stratégique flagrante, coupables aussi d’avoir, au moment de la reprise, fait des promesses complètement illusoires que beaucoup ont fait semblant de croire. Y compris le pouvoir politique qui ne pouvait peut-être pas faire autrement. Parce que pour tordre le bras à un industrieldu poids de General Electric, il faut de l’argent et acheter pour lui ce qu‘il ne peut pas payer. Pendant un demi-siècle, l’empire General Electric, gouverné par un gourou du management, a fait la mode et la météo dans le business mondial.

Ça n’est pas la première fois qu’une gouvernance d’entreprise coincée par des objectifs de court terme ne réussit pas à regarder au-delà de son cours de bourse et se tourne vers l‘Etat ou la collectivité locale pour gérer les impacts sociaux politiques.

La capacité de prévisions à moyen et long terme de beaucoup de chefs d’entreprise est nulle, surtout quand ils opèrent sur un terrain étranger et qu‘ils ont le nez sur le cours de bourse. Ils sont de ce point de vue très Keynésiens. Lesquels ont toujours considéré que le long terme avait peu d’importance puisqu’à long terme, nous serions tous morts. On peut donc raconter des sornettes.

Mais quand le mur des réalités se rapproche, les politiques en prennent les effets de plein fouet. Tous les gouvernements ont eu à gérer ce type de cataclysme : Pechiney, Vilvorde, Florange, Ford, Whirlpool, l’histoire récente retient le plus souvent les fermetures d’usines liées aux mutations industrielles. Mais que vaut un discours académique sur la mutation industrielle pour des familles qui se retrouvent rayées de la société. Tous les gouvernements connaissent ce type de sauvetage à opérer sans y parvenir autrement qu‘en perfusant le tissu de fonds publics et en parant, quand c’était possible, les excès de colère.

Bruno Le Maire était évidemment au courant des évènements à venir sur le territoire de Belfort, et s’il a tout fait pour retarder l’officialisation de cette décision après les élections européennes, il ne pouvait pas l’empêcher.

Ce qui est intéressant,c’est que contrairement à la plupart de ses prédécesseurs, il ne s’est pas engouffré dans une analyse politique de cette catastrophe sociale dont il sait bien qu‘elle ne débouche que sur de la frustration et des blocages.

Il a entamé une analyse très pragmatique pour essayer d’accoucher d’une solution industrielle.

Le problème de General Electric est purement industriel. GE a cru bon de maintenir et même d’agrandir la division production de turbines à gaz en pensant que le marché mondial aurait porté ce développement, en imaginant que les pays émergents offriraient des débouchés considérables. C’était l’époque où on était convaincus que la croissance viendrait d’ailleurs et qu’il fallait aller la chercher avec les dents. General Electric avait les dents qu’il fallait.

Sauf que les dirigeants de GE n‘avaient guère de talent pour imaginer l’avenir et qu’en plus, ils étaient arrogants ou alors naïfs.

On pouvait croire à juste titre que les besoins en turbines à gaz seraient considérables... on pouvait croire que les besoins en énergie dans les pays émergents feraient vivre l'Occident ... mais la prudence et l’intuition auraient pu les avertir que la transition énergétique n’était pas seulement une lubie d’intellos désœuvrés, mais une obsession légitime et solidement ancrée dans les gènes de la nouvelle génération.

Erreur de stratégie industrielle ? Evidemment. Erreur de management et de gouvernance pour avoir ignoré tous les contrepouvoirs qui avaient allumé les warning.

Aujourd’hui, Bruno Le Maire a le mérite de reconnaître que l‘Etat n’aura pas de solutions miracles ni de reprises sur fonds publics, mais la volonté de favoriser la reconversion du site industriel de Belfort. Le marché mondial n’achètera plus de turbine à gaz. Il faut donc cesser d’en fabriquer et se tourner vers d’autres activités ou le pays à quelques compétences :

- L’aéronautique, c’est possible

-La construction ferroviaire, parce que la branche transport gérée par Alstom a le vent en poupe. Le monde entier a besoin de transports en commun non polluants. Le monde entier a besoin de TGV.

- Les turbines à hydrogène.

- L’industrie nucléaire, quoi qu’il arrive, aura besoin d’investissements, à la fois pour démanteler les vieilles centrales et pour construire les nouvelles.

-Le développement des turbines hydrauliques.

Bruno Le Maire trace les hypothèses ou les lignes de développement. C’est la bonne démarche. Politiquement, ni la gauche ou ce qu’il en reste, ni les écologistes, ni même les souverainistes ne peuvent lui en vouloir d’imposer cette approche.

Maintenant, il faut trouver des capitaines d’industrie pour ouvrir les chantiers et on retombe sur les deux problèmes qui minent les espérances françaises.

Un, le manque de compétences techniques. Le territoire de Belfort va encore accroitre son taux de chômage, mais parallèlement, les entreprises des régions n’ont jamais manqué d’autant de compétence qu’aujourd’hui. Enorme paradoxe qui va demander beaucoup de temps de formation pour se résoudre.

Deuxième problème, le manque de capitaux. Malgré les taux d’intérêt très bas, malgré l’activisme régional de la BPI, l’épargne française ne se bouscule pas dans les entreprises industrielles. Et là, tout dépend de l’écosystème fiscal.

Mais si cette affaire GE-Alstom, ou même Renault-Fiat, nous montre que le gouvernement a contracté le virus du pragmatisme, on va peut-être réussir à reconquérir les territoires industriels.

Ce n’est pas impossible. Etant aveuglés par les trains qui arrivent en retard ou les usines qui ferment, nous ne nous efforçons pas de voir que la France a, l’année dernière, ouvert plus d’usines qu’elle n’en a fermé, et surtout que l’Hexagone est devenu le 4ème pays le plus attractif ou désirable pour les investissements étrangers.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cmjdb
- 04/06/2019 - 10:45
GENERAL ELECTRIC
Bien d'accord avec JB .L'analyse Le Floc Prigent est plus pertinente que celle-ci !
Et surtout de grâce cessez de vanter l'attractivité de la France pour les investisseurs étrangers, sans avoir ouvert le 1er chapitre du Droit des Affaires que n'importe quel étudiant de 1ère année apprend : la règle des 3 E : 1. on Embrasse, 2 on Etreint, 3 on Etouffe ! Ce que favorisent les Enarques ignares, incompétents ou traitres, chargés de démembrer notre industrie depuis des décennies. C'est ainsi qu'ils ont fait entrer les investisseurs dans le capital social de nos entreprises qui , après avoir pillé les brevets, savoir-faire, marchés , etc..,ont phagocyté les structures, se sont traitreusement installés à la Direction et donné le coup de grâce à coup de plans sociaux : Voir Bergeaux, Moto-Standard, Alcatel, Gemplus, Chantiers de l'Atlantique, Alsthom, la sidérurgie, la chimie, l'électricité industrielle, etc.. La liste est hélas immense.
UNE SEULE SOLUTION : ORIENTER NOTRE EPARGNE VERS NOTRE INDUSTRIE et QUE LES FRANCAIS RESTENT MAITRES DE LEURS INTERETS.
J.B.
- 31/05/2019 - 12:20
plan social à Belfort
voir (sur Atlantico) l'article de LoÏc Le Floch Prigent qui paraît plus pertinent que celui-ci et qui montre bien comment on en est arrivé là et ce qu'il faut faire pour en sortir.
lasenorita
- 30/05/2019 - 17:19
Les engagements n'ont pas été tenus!
Le pays se désindustrialise, on n'investit plus dans les nouvelles technologies et la recherche. Ce choix politique est confirmé dans l'éducation avec la sortie des maths et des sciences fondamentales du socle de connaissances obligatoires au lycée...Bruno Le Maire a avoué qu'il était ''nul en maths'' à un paysan du Vaucluse qui lui demandait combien d'ares contenait un hectare..Castaner a échoué au Baccalauréat parce qu'il avait eu 2 sur 20 en mathématiques! Macron ruine la France et les Français et augmente leur insécurité: l'Etat français laisse entrer des terroristes sur notre territoire, il ouvre toutes grandes nos portes à des racistes revanchards! Il y a 400.000 sans-papiers dans le seul département du 93!..Les coups de couteaux succèdent aux attentats!.. Des milliers d'islamistes vont être bientôt libérés de nos prisons et ils circuleront ''en toute liberté'' sur le territoire français!