En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 1 semaine 2 jours
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 1 semaine 3 jours
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 1 semaine 3 jours
© LUDOVIC MARIN / AFP
© LUDOVIC MARIN / AFP
Turbulences en vue

La France affaiblie dans la guerre pour la présidence de la commission européenne

Publié le 27 mai 2019
Au vu du résultat des élections européennes, les négociations risquent d'être âpres entre la France et l'Allemagne.
Jérôme Vaillant
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Vaillant est professeur émérite de civilisation allemande à l'Université de Lille et directeur de la revue Allemagne d'aujourdhui. Il a récemment publié avec Hans Stark "Les relations franco-allemandes: vers un nouveau traité de l'Elysée" dans le...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Au vu du résultat des élections européennes, les négociations risquent d'être âpres entre la France et l'Allemagne.

Atlantico : Les résultats des élections européennes marquent un recul du CDU comparé à ses résultats précédents mais le parti d'Angela Merkel se maintient cependant en tête des suffrages. Quelle est la portée de l'échec du CDU ?

Jérôme Vaillant : La participation aux élections européennes a augmenté de plus de 10 points en Allemagne, ce qui confirme l'intérêt que l'électorat allemand porte à l'Europe et continue de s'engager en sa faveur. Les résultats sur la base des estimations de la soirée font apparaître de fortes pertes des deux partis au pouvoir à Berlin, toutefois nettement plus fortes pour le SPD (environ - 12 pts) que pour la CDU-CSU (-7 pts au total, la CSU bavaroise enregistrant  pour sa part une légère augmentation). Pourtant, la présidente de la CDU, Annegret Kramp-Karrenbauer (AKK) a fait valoir que la CDU avait atteint son premier objectif de rester la premier parti en Allemagne et de propulser Manfred Weber (CSU) à la tête du Parti populaire européen, ce qui lui permettra de prétendre à la présidence de la Commission européenne. AKK a fait remarquer à cette occasion que lors des élections régionales à Brème qui avaient lieu le même jour que les élections européennes, la CDU a, pour la première fois depuis 73 ans, dépassé le SPD rebattant  ainsi les cartes de la scène politique de cette ville du Nord.  Mais une coalition associant SPD aux Verts et à Die Linke  est autant possible qu'une coalition aux couleurs de la Jamaïque associant CDU, Verts et FDP. Les raisons des importantes pertes des deux partis de la grande coalition à Berlin s'expliquent par la fuite des jeunes électeurs vers les Verts, ce qui fait de la CDU comme du SPD des partis de la vieille génération. Les Verts devront à Brème décider s'ils penchent plus vers la CDU ou vers le SPD et s'ils peuvent faire plus confiance au FDP qu'à Die Linke, relançant ainsi le débat sur la finalité des grandes coalitions. D'autant que les vainqueurs des Européennes en Allemagne sont les Verts qui doublent leur score de 2014 et devraient tourner autour de 21%, un score qui, avec celui de EELV en France, devrait conforter le groupe parlementaire vert au sein du nouveau parlement européen.
Pour ce qui est de l'extrême droite représentée par le parti "Alternative pour l'Allemagne" (AfD), celle-ci ne progresse pas depuis les élections fédérales de septembre 2017, qui, pour ce parti, servent de référence aux instituts d'études électorales en Allemagne. Le parti régresse. Il enverra  certes une dizaine de députés au parlement européen sur les 96 attribués à l'Allemagne et pense pouvoir avec ses nouveaux alliés italiens  de la Lega débaucher des formations appartenant à d'autres groupes parlementaires. Il est significatif que l'AfD ne  propose plus de quitter l'Union européenne mais seulement de la réparer. Une évolution qui n'est pas sans rappeler celle des partis de M. Salvini et de M. Le Pen.

Comment ces résultats vont-ils impacter la lutte que se mènent la France et l'Allemagne pour la présidence de la Commission Européenne ?

Les chrétiens-démocrates n'ont pas cessé tout au cours de la soirée électorale de réclamer pour leur tête de liste, Manfred Weber, la présidence de la commission européenne, demandant que soit respectée la procédure mise en place par le parlement européen de prendre la tête de liste du groupe parlementaire arrivé en première position et non pas de s'en remettre, comme dans un passé qu'ils pensaient révolu, au choix des chefs d'Etat et de gouvernement, comme le souhaiterait Emmanuel Macron. La tête de liste du parti libéral, FDP, avec lequel LaRem souhaite s'allier, s'est bien gardée dans ce contexte de prendre position sur la question, tout comme d'ailleurs le SPD. Cela augure de nouvelles tensions à venir entre la France et l'Allemagne. Il n'est pas sûr que LaRem puisse bouleverser le jeu des alliances au parlement européen comme il l'a fait de la scène politique française et réussisse à forger une nouvelle alliance entre Libéraux et Verts qui s'allierait aux sociaux-démocrates et imposer son candidat. Dans ce cas de figure, ce pourrait bien être le candidat social-démocrate des Pays-Bas qui l’emporte, en la personne de Frans Timmermans. Les négociations seront, à n'en pas douter, âpres entre la France et l'Allemagne. Le jeu ne serait pas en soi franchement nouveau, mais Emmanuel Macron apparaît aujourd'hui aux yeux du gouvernement allemand affaibli par son score aux Européennes.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Loupdessteppes
- 28/05/2019 - 09:32
La France avait-elle la moindre chance ?
Il ne lui reste que le chemin de la collaboration. Et cela, elle connait...
tubixray
- 27/05/2019 - 17:44
@olivier62
Hélas oui, j'ose espérer que la commission n’œuvre pas pour le grand remplacement mais nul doute pour la liquidation des nations, de la civilisation judéo-chrétienne et de la culture propre à chaque état.
Les médias et les associations Soros, droits de l'homme et consorts en sont les artisans.
Olivier62
- 27/05/2019 - 12:17
@tubixray
Le président des institutions de l'UE sera toujours par principe un "collabo pro islamiste" car l'objectif de l'UE est le "grand remplacement" et la liquidation de l'identité des peuples européens, dans le cadre des objectifs du mondialisme. Celui-ci s'appuie sur les médias et sur la stupidité absolue de l'électeur moyen, à qui on peut faire gober absolument n'importe quoi y compris sa propre destruction à terme !