En direct
Best of
Best of du 7 au 13 septembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un oiseau attaque et tue un cycliste

02.

Brexit : le rapport secret mais officiel du gouvernement britannique est peut-être en train de faire évoluer Boris Johnson...

03.

Thomas Piketty, l'anti-Friedman qui ne fait peur à personne

04.

Les conditions de la détention de l’actrice Felicity Huffman dévoilées par la presse américaine

05.

Manuel Valls danse sur une chanson des Gipsy Kings à son mariage fastueux

06.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

07.

Marine Le Pen : retour aux fondamentaux (et au plafond de verre)

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Syrie : les vraies raisons derrière l’avertissement d’Erdogan à l’Europe sur une nouvelle vague de migrants

04.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

05.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

06.

Pourquoi parle-t-on si peu de la jeune Palestinienne assassinée en Cisjordanie ? Parce que ce ne sont pas les Israéliens qui l'ont tuée !

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

​La déliquescence de la pensée (Gérard Noiriel) contre « la pensée délinquante » (Éric Zemmour)

03.

Peurs sur la consommation : bienvenue dans l’ère de l’irrationalité

04.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

05.

Reconnaissance de la filiation des enfants par GPA : grand flou sur sujet clair

06.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

ça vient d'être publié
pépite vidéo > International
Flammes massives
Sites pétroliers attaqués en Arabie Saoudite : la production mondiale de pétrole ralentie
il y a 10 heures 36 min
light > Insolite
constante menace
Un oiseau attaque et tue un cycliste
il y a 12 heures 5 min
pépites > Politique
toujours en poche
Emmanuel Macron évalue ses ministres avec une application
il y a 13 heures 25 min
pépite vidéo > Loisirs
Jamais deux sans trois
Manuel Valls danse sur une chanson des Gipsy Kings à son mariage fastueux
il y a 14 heures 20 min
light > Science
découverte scientifique
Des ingénieurs du MIT ont mis au point le matériau le plus noir de tous
il y a 15 heures 53 min
pépites > Terrorisme
Retour de tous les djihadistes en France ?
Des familles françaises de djihadistes portent plainte contre Jean-Yves Le Drian
il y a 17 heures 8 min
décryptage > Politique
analyse des résultats de votes des Régionales

Les deux France, celle qui taxe et celle qui paye

il y a 18 heures 27 min
décryptage > France
La fête hélas est finie

"Le communisme est l’avenir de l’humanité"… Eh oui on a lu ça !

il y a 19 heures 3 min
décryptage > Economie
politique monétaire

Le cri désespéré de Mario Draghi : « la politique fiscale doit devenir le principal instrument de la politique conjoncturelle ! »

il y a 19 heures 38 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico business

Brexit : le rapport secret mais officiel du gouvernement britannique est peut-être en train de faire évoluer Boris Johnson...

il y a 20 heures 8 min
pépites > Education
une prison à ciel ouvert ?
Les guerres de bandes gangrènent des lycées franciliens
il y a 11 heures 27 min
Art et nature font-ils bon ménage ?
Une forêt de 300 arbres voit le jour en plein milieu d’un stade de football
il y a 12 heures 51 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Démanteler les GAFA pour déséquilibrer le monde ? Fausse bonne idée

il y a 14 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

"LECTURES D'ETE": "InQarcéré" de Jean-Pierre Marongiu

il y a 14 heures 58 min
décryptage > Science
nouvelle exoplanète k2-18B

Pourquoi la super-terre découverte par les astronomes est moins intéressante en soi que les méthodes qui ont permis de la repérer

il y a 16 heures 19 min
pépite vidéo > Justice
justice a été rendue
Condamné à 10 jours de prison pour cruauté envers un requin
il y a 17 heures 55 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

La nouvelle Bataille d’Angleterre

il y a 18 heures 52 min
décryptage > Europe
La hausse de l’énergie ne s’arrête-t-elle donc jamais ?

Taxe carbone européenne : la fausse bonne idée

il y a 19 heures 11 min
décryptage > Politique
rentrée politique

Marine Le Pen : retour aux fondamentaux (et au plafond de verre)

il y a 19 heures 59 min
décryptage > Economie
Nouveau livre

Thomas Piketty, l'anti-Friedman qui ne fait peur à personne

il y a 20 heures 17 min
© Brendan Smialowski / AFP
© Brendan Smialowski / AFP
Electron libre

Trump alimente les risques de conflit avec l’Iran. Peut-être. Mais est-il le véritable décisionnaire de la politique étrangère américaine ?

Publié le 21 mai 2019
Donald Trump a menacé sur Twitter de provoquer la "fin officielle de l'Iran" si Téhéran "veut se battre".
Professeur agrégé d'histoire CPGE. Spécialiste de politique américaine. Il est le co-auteur des EtatsUnis et le monde (1823-1945) aux Editions Atlande (2018).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Corentin Sellin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Professeur agrégé d'histoire CPGE. Spécialiste de politique américaine. Il est le co-auteur des EtatsUnis et le monde (1823-1945) aux Editions Atlande (2018).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Donald Trump a menacé sur Twitter de provoquer la "fin officielle de l'Iran" si Téhéran "veut se battre".

tlantico : Dans quelle mesure cette menacede Donald Trump est-elle sérieuse ? 

Corentin Sellin : Cette menace n'est pas très sérieuse si l'on considère d'abord qu'un régime iranien exsangue ne cesse de répéter au travers de toutes ses composantes (président Rohani, ministre des Affaires étrangères Zarif, et même commandant des Gardiens de la Révolution Salami) qu'il ne veut pas la guerre et ne fera rien pour la déclencher. Par ailleurs, ce tweet du jour de Trump contredit sa propre déclaration de vendredi, quand il disait espérer ne pas faire la guerre à l'Iran. Il faut se souvenir que les tweets de Trump ne sont pas nécessairement destinés à d'éventuels rivaux ou partenaires diplomatiques mais à sa propre base politique intérieure, qui le suit sur les réseaux sociaux, et à laquelle il veut diffuser en permanence une image de force et de virilité prêtes à frapper à tout instant. 

Plus largement, Donald Trump a-t-il vraiment les moyens de prendre seul de telles décisions en matière de politique internationale ? Comment la politique étrangère s'élabore-t-elle au sein des institutions américaines ? Quels obstacles pourrait rencontrer Trump au sein de ces mêmes institutions ?

L'évolution de la présidence US au XXe siècle a fait du chef de l'Etat le décideur ultime, de dernier ressort, pour la politique étrangère et les interventions militaires extérieures. Si le Congrès a tenté, lors du Watergate, de reprendre ses prérogatives originelles (War Powers Act de décembre 1973, qui contraint théoriquement le président à soumettre à l'aval du Congrès tout déploiement extérieur de forces dans un délai de 60 jours), la présidence a développé de nouveaux moyens de contournement de l'autorité du Congrès. Ainsi, Trump lui-même a pu déjà frapper deux fois militairement  le régime de Bachar par des frappes aériennes en Syrie en arguant qu'il ne s'agissait pas de déploiement de troupes au sol et d'opérations ponctuelles. Quant à la présence de soldats étatsuniens en Syrie contre l'Etat Islamique, elle a été justifiée sous Obama puis sous Trump par des autorisations votées par le Congrès en 2001-2002 pour la lutte contre le terrorisme islamique d'Al Qa'ida. Si Trump décidait de frapper l'Iran, il pourrait utiliser de nouveau cette autorisation parlementaire de 2001-2002 en arguant des activités terroristes financées par Téhéran. Le Congrès paraît donc dépassé comme contre-pouvoir en politique étrangère, d'autant que le Sénat possède une majorité républicaine confortable. Les lignes de fracture éventuelles passent actuellement davantage à l'intérieur de l'exécutif entre un Trump soucieux de conserver la dimension isolationniste et sans guerre longue de son America First et son conseiller à la Sécurité nationale Bolton ou son secrétaire d'Etat Pompeo, tous deux issus, à des degrés divers, de l'école néoconservatrice d'interventionnisme militaire direct pour imposer les valeurs étatsuniennes. Cependant, au sein même du Conseil à la Sécurité Nationale (NSC) qui reste l'organe central de conception et de décision de la politique étrangère et de défense US, si Bolton y contrôle la bureaucratie et les propositions, Trump reste le seul décideur. 


Paradoxalement, Donald Trump prône depuis le début de son mandat une politique à rebours de l'interventionnisme et exprime une ferme volonté de désengager les Etats-Unis des théâtres d'opération internationaux et des instances internationales. Est-ce crédible et faisable ? Peut-il décider seul ? Quelles forces s'opposent à ce "désengagement" unilatéral à l'intérieur des institutions américaines ?

Pour l'heure, Trump a, en effet, tourné le dos à beaucoup d'engagements internationaux multilatéraux dont il estimait qu'ils desservaient l'intérêt national au sens strict, dont le fameux accord nucléaire avec l'Iran de 2015 (JCPOA) mais aussi les traités de libre-échange, l'accord de Paris sur le climat etc. Et conformément à l'exercice de la présidence impériale, ce repli unilatéral des Etats-Unis voulu par Trump n'a pu être contrarié dans ses grandes lignes. Cependant, la crise actuelle avec l'Iran fait ressortir une nouvelle étape de la présidence Trump. Il a défait l'accord nucléaire signé avec Obama car il voulait un nouveau traité englobant des interdictions sur la prolifération balistique iranienne et le soutien de ce régime à des forces déstabilisatrices au Moyen-Orient. Trump, aussi paradoxal que celui puisse paraître, répète qu'il veut renégocier avec l'Iran, d'où les fortes sanctions économiques… après avoir cassé le seul accord déjà conclu sur le nucléaire. Mais Bolton et Pompeo paraissent eux beaucoup plus soucieux de renverser le régime religieux et dictatorial de Téhéran, dont ils dénoncent à l'envi la corruption et l'illégitimité. On voit donc un président "circonscrit" par ses conseillers qui tentent de poursuivre leurs propres objectifs sous son autorité. Cette tendance à la dissonance bureaucratique- voire à la résistance- est manifeste en politique étrangère où, par exemple, le département d'Etat n'a toujours pas exécuté l'ordre de retrait de l'aide financière au Honduras, au Guatemala et au Salvador annoncé par Trump fin mars (Ignoring Trump’s Orders, Hoping He’ll Forget).

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
Donald Trump, Twitter, guerre, Iran
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un oiseau attaque et tue un cycliste

02.

Brexit : le rapport secret mais officiel du gouvernement britannique est peut-être en train de faire évoluer Boris Johnson...

03.

Thomas Piketty, l'anti-Friedman qui ne fait peur à personne

04.

Les conditions de la détention de l’actrice Felicity Huffman dévoilées par la presse américaine

05.

Manuel Valls danse sur une chanson des Gipsy Kings à son mariage fastueux

06.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

07.

Marine Le Pen : retour aux fondamentaux (et au plafond de verre)

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Syrie : les vraies raisons derrière l’avertissement d’Erdogan à l’Europe sur une nouvelle vague de migrants

04.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

05.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

06.

Pourquoi parle-t-on si peu de la jeune Palestinienne assassinée en Cisjordanie ? Parce que ce ne sont pas les Israéliens qui l'ont tuée !

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

​La déliquescence de la pensée (Gérard Noiriel) contre « la pensée délinquante » (Éric Zemmour)

03.

Peurs sur la consommation : bienvenue dans l’ère de l’irrationalité

04.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

05.

Reconnaissance de la filiation des enfants par GPA : grand flou sur sujet clair

06.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires