En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© KENZO TRIBOUILLARD / AFP
Moins de chômeurs mais avec quels emplois ?

Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne

Publié le 20 mai 2019
Le Royaume-Uni et l'Allemagne rivalisent en termes de plein-emploi : le premier affiche un taux de chômage record (3,9%), au plus bas depuis 1975, tandis que le second réduit le sien de 0,5 point chaque année (3,1% aujourd'hui). Pourtant, il y a environ un travailleur sur huit sous le seuil de pauvreté dans les deux pays. Est-ce le prix à payer pour le plein-emploi ?
Rémi Bourgeot est économiste, chercheur associé à l’IRIS et spécialiste des marchés de capitaux. Il a poursuivi une double carrière de stratégiste de marché dans le secteur financier et d’expert économique sur la zone euro et les marchés émergents pour...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rémi Bourgeot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rémi Bourgeot est économiste, chercheur associé à l’IRIS et spécialiste des marchés de capitaux. Il a poursuivi une double carrière de stratégiste de marché dans le secteur financier et d’expert économique sur la zone euro et les marchés émergents pour...
Voir la bio
Erwann Tison
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Royaume-Uni et l'Allemagne rivalisent en termes de plein-emploi : le premier affiche un taux de chômage record (3,9%), au plus bas depuis 1975, tandis que le second réduit le sien de 0,5 point chaque année (3,1% aujourd'hui). Pourtant, il y a environ un travailleur sur huit sous le seuil de pauvreté dans les deux pays. Est-ce le prix à payer pour le plein-emploi ?

Atlantico :  Contrat « zéro heure » au Royaume-Uni, politique de bas salaires en Allemagne : les mesures pour réduire le chômage ne se sont-elles pas faites aux dépends des travailleurs ?

Rémi Bourgeot : La réduction du chômage dépend avant tout du niveau d’activité économique. En Allemagne, la compression salariale, ainsi que l’intégration de l’Europe centrale dans les chaînes de production des groupes allemands ont été les principaux outils de l’accroissement de l’excédent commercial national. Cette demande externe pour la production des entreprises allemandes a été au cœur de la dynamique de croissance depuis le début des années 2000. Cette politique a en particulier permis de résorber le chômage de masse issu de la réunification et l’explosion du système monétaire européen au début des années 1990. Tout au long des années 1990, l’Allemagne avait vu sa position commerciale affaiblie au profit des pays comme l’Italie qui avaient, avec le Royaume-Uni, le plus bénéficié de la dépréciation de leur devise face au Deutschemark. Une fois l’euro mis en place, la politique de compression salariale mis en œuvre à partir des années 2000 a nourri l’expansion de la machine exportatrice allemande, qui a elle-même enrayé le chômage de masse, jusqu’à la situation de quasi plein emploi actuelle. La compression salariale, reposant sur une large catégorie de travailleurs pauvres composés en bonne partie de citoyens issus de l’ex-RDA et d’enfants d’immigrés, n’est pas une recette magique qui assurerait aux pays en question d’atteindre le plein emploi. Les gouvernements allemands y ont eu recours pour développer un modèle déséquilibré sur le plan commercial, aux dépens des partenaires commerciaux du pays, en particulier à l’échelle européenne. Et ce modèle, qui a dans une certaine mesure été étendu au continent, montre aujourd’hui d’importants signes d’essoufflement.

Au Royaume-Uni, la croissance des trois dernières décennies s’est faite sur fond de grande spécialisation sur certains secteurs de service, comme la finance. Dans ce système à deux vitesses, on a effectivement vu se développer à la fois des salaires bien plus élevés que leurs équivalents européens dans les secteurs de service en vogue. A l’opposé, on a observé une compression des salaires dans les zones géographiques reléguées, désindustrialisées, et dans les secteurs faisant appel aux afflux de travailleurs d’Europe centrale et de diverses autres régions dans les services relativement peu qualifiées et en particulier dans les fonctions manuelles. Cette logique a été consacré avec les « zero-hour contracts ». La part des salaires dans l’économie britannique reste bien plus élevée que la moyenne européenne, et on ne peut donc parler dans ce cas d’un modèle dont la croissance reposerait en tant que telle sur les bas salaires. C’est plutôt le contraire. La portion de bas salaires et de précarité est plutôt le symptôme du caractère inégal du modèle de croissance, qui a été un facteur important du vote du Brexit.

Erwann Tison : On remarque que ces pays ont fait un choix de société. Ils ont eu une volonté claire et nette de combattre le chômage coûte que coûte. Ce coûte que coûte a justement été la création de contrats que nous appellerions des contrats précaires. Par exemple en Allemagne il y a eu en 2005 les « ein-euro-job » permettant à n'importe qui de travailler à partir de 1€, chose totalement impensable en France. Mais c'est parce que cela correspond à leur philosophie de mettre tout le monde au travail, l'emploi étant la pierre angulaire de leur société.

C'est un choix que l'on n'a pas fait, nous continuons à glorifier nos amortisseurs sociaux et nous continuons à les mettre en avant en favorisant les emplois bien payés plutôt que des emplois mal payés et tant pis si la conséquence est du chômage.

C'est cependant fataliste de dire que l'on est obligé d’en passer par là pour réduire le chômage, il y a d'autres idées qui existent mais tant que l'on n'a pas trouvé de « meilleures » pistes, la précarité s'impose forcément comme le moyen de réduite le chômage.

Comment expliquer que les deux pays, qui ont des modèles économiques assez différents, partagent une proportion quasiment identique de travailleurs pauvres ? Peut-on pour autant comparer un travailleur pauvre britannique avec un travailleur pauvre allemand ?

Rémi Bourgeot : Les inégalités au Royaume-Uni et la pauvreté en particulier ont une forte dimension géographique, du fait de l’extrême concentration de l’activité économique sur Londres et le Sud-Est du pays dans son ensemble. Bien que Londres concentre aussi une quantité assez importante d’emplois de services mal rémunérés, la pauvreté se concentre en particulier dans les régions désindustrialisées. On ne trouve pas beaucoup de travailleurs pauvres dans les secteurs florissants au Royaume-Uni. Les salaires y sont au contraire particulièrement élevés par rapport à l’équivalent européen. Il ne s’agit donc pas d’un modèle de plein emploi basé sur les bas salaires. Le pays a par ailleurs un problème de productivité plus aigu encore que ses partenaires d’Europe de l’Ouest.

On voit plus généralement en Europe une dichotomie dérangeante entre des économies qui embauchent beaucoup mais sans connaître d’importants gains de productivité, et d’autres dont le problème de productivité est légèrement moins sévère, mais dont le marché de l’emploi favorise l’exclusion de long terme, comme c’est le cas en France. Le danger de cette deuxième tendance reposant sur l’exclusion du marché de l’emploi consiste notamment, en fonction des circonstances, à exclure des catégories entières de travailleurs non plus sur des critères de productivité mais d’âge (jeunes ou séniors) ou autres, ouvrant dès lors une crise de compétence. Cela situe notamment, de façon schématique, la divergence entre la France et le Royaume-Uni sur le plan de la productivité et de l’emploi. Rappelons qu’un modèle économique stable repose à la fois sur des gains de productivité conséquents et une bonne inclusion des forces productives.

En Allemagne, la pauvreté revêt également une dimension géographique (clivage est-ouest), mais on trouve également des catégories de travailleurs pauvres au cœur de ce qui a été présenté comme un miracle économique. De plus, les modèles qui reposent excessivement sur l’abaissement illimité des coûts, en plus de dépendre excessivement des aléas de la demande mondiale, ont finalement tendance à souffrir de retard en ce qui concerne certaines vagues de modernisation technologique.

Erwann Tison : Ce sont effectivement des économies différentes. L'Allemagne possède une économie plus industrialisée que la Grande-Bretagne, il est donc difficile de comparer les deux. Cependant ce que l’on peut comparer c'est la nature même de ces emplois. On se rend compte que la plupart des gens qui ont des emplois « précaires » et qui sont donc des travailleurs pauvres occupant des emplois à faible valeur ajoutée. La plupart de ces lois d’assouplissement du marché du travail ont été développées pour créer des emplois, quitte à en créer qui rapportent peu à l’entreprise et à la société. Le peu de valeur ajoutée que va amener chacun de ces actifs lui sera directement redistribué. C'est un choix de société qui a été fait.

 

Malgré la divergence des modèles économiques des pays de la zone euro, y a-t-il des solutions propres aux modèles britanniques et allemands applicables dans des pays qui ont un taux de chômage élevé ?

Rémi Bourgeot : On a longtemps tenté d’appliquer un modèle allemand mal connu et fantasmé à l’ensemble des pays européens, en particulier les pays les plus gravement touchés par la crise au sein de la zone euro. Le principal enseignement du modèle allemand des dernières années repose dans le lien entre emploi et activité productive. Le problème dans le cas allemand a consisté à faire reposer cette stratégie de croissance sur les exportations au détriment de ses partenaires européens, de façon démesurée, à une échelle qui dépasse largement les déséquilibres chinois en la matière, et également au détriment des travailleurs pauvres jusque dans les industries les plus performantes.

Il est intéressant de voir au Royaume-Uni, malgé l’incertitude du Brexit, le problème de productivité commencer à s’améliorer peu à peu sous l’effet justement du plein emploi, dans un contexte donc où la croissance des salaires et la relative pénurie de travailleurs qui en résultent tous deux encouragent les entreprises à investir davantage dans la modernisation technologique.

Erwann Tison : Avant de vouloir supprimer le SMIC ou vouloir casser la limitation du temps de travail, ce dont on pourrait peut-être s'inspirer chez nos alliés anglais et allemands, c'est leur vision du dialogue social. Ils ont une vision du dialogue social bien plus décentralisée qu'en France permettant d'avoir des accords d'entreprises « offensifs » et « défensifs » qui permet aux différentes entreprises d'adopter différentes stratégies, notamment salariales en interne, afin de faire face à des phases conjoncturelles qui ne sont pas nécessairement propices à l’activité économique et à la croissance.

Notre modèle social est extrêmement protecteur mais très rigide.

Le fait qu'il soit piloté de manière très centralisé ne permet pas cette adaptation pour les entreprises. Dans le cadre où elles ont des cycles conjoncturels qui soient plus ou moins négatifs pour elles sont obligés de licencier pour adapter leur masse salariale.

Autre point dont on pourrait s'inspirer, c'est ce qui concerne le temps-partiel. Il y a des initiatives en France, notamment ATD Quart Monde ou les territoires zéro-chômeurs visant à développer l'idée de se dire que l'on peut créer des emplois rémunérés par l'entreprise en-dessous du SMIC et l’État compense la part du salaire qui n'est pas versé sous le SMIC. On peut continuer cette logique en l’appliquant à des emplois qui sont très inférieurs à des emplois payés au SMIC en terme de rapport valeur-ajoutée. L'Etat pourrait – plutôt que de verser une allocation-chômage – compenser en versant cet écart directement à l'entreprise.

L'entreprise pourrait ainsi verser 400 ou 500€ par mois à son salarié mais il serait toujours payé 1200 ou 1300 € par mois.  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday boit dans la mer (mais pas la tasse) ; Voici trouve Macron très beau en maillot, Point de Vue trouve Brigitte mirifique ; Tout sur le mariage de Jenifer sauf des photos ; Crise de libido royale pour William et Kate

02.

Seniors : cette méthode qui vous permet de profiter pleinement de votre retraite

03.

Arrêt de l’enquête dans les maternités de Fukushima : un non-lieu sanitaire pour le nucléaire ?

04.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

05.

Incendie en Amazonie : on vient d’inventer la politique magique !

06.

Le G7 du blabla politico-diplomatique qui ne sert à rien, sauf à permettre aux dirigeants de se parler et ça, c’est primordial

07.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

G7 à Biarritz : ces inégalités croissantes dans les pays occidentaux dont les progressistes ne veulent pas entendre parler

05.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

06.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 21/05/2019 - 08:13
Cloette
Je réagissais à un commentaire publié en choisissant un pseudo provocateur pour nous présenter un message absurde.
AZKA
- 21/05/2019 - 08:09
Paradoxal mais d'accord avec le 6 derniers
Commentaires.
Chômage de masse à la française ou boulots de mouise à la "liberale".
Pour une fois je dirais que la solution à cette pauvreté voir misère en embuscade est la cohésion familiale comme le pratique nos concitoyens musulmans ou nos arrières grands parents de la France blanche judéo chrétienne.
Bon voilà la goupille est dans la main, j'attends l'effet de souffle :)
Benvoyons
- 20/05/2019 - 23:29
Tu déplaces 50000€ d'une banque à une autre cela passe
systématiquement par Tracfin :)::) même pour des achats & ventes en Bourse, même pour des dividendes, même pour ta petite cousine(maîtresse) même pour ta femme, même pour ton fils qui est aux USA à l'Université :)::)
https://www.economie.gouv.fr/tracfin/accueil-tracfin
Heureusement qu'il y a 60milliards de dividendes car cela veut dire qu'avant il y a des salaires, des charges sociales, des taxes & impôts locaux, des taxes de l’État & aussi ses impôts. De plus ceux qui ont des dividendes payent de l'impôt & de la CSG etc... n'en jeter plus :)::)
Mais il y a des Cons tellement sur d'eux, qu'ils préfèrent les entreprises en déficits, ne payant pas les impôts & taxes, les charges des salariés & même déposant le bilan ( surement des Fonctionnaires qui ont l'habitude que l'argent tombe du ciel).
Enfin il faut remarquer qu'il y a plus de pauvres en UK & en Allemagne mais avec beaucoup moins de chômage que chez nous, alors que chez nous avec beaucoup moins de pauvre mais avec 8,3% de chômage nous avons plus de 6 mois de GJ :)::)
Donc cela veut dire qu'il vaut mieux donner du travail même si il est moins rémunérateur au début que donner des allocations à tout va.:)::)