En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© LIONEL BONAVENTURE / AFP
Appel de Christchurch
Lutte contre les contenus haineux sur le web : chronique d’un échec annoncé
Publié le 15 mai 2019
Les grands patrons des entreprises de la tech et les responsables politiques se réunissent ce mercredi 15 mai à Paris pour travailler notamment à l'établissement d'une charte pour lutter contre la haine en ligne.
Olivier Ertzscheid, né en 1972, est un chercheur français en sciences de l'information et de la communication, qui enseigne en tant que maître de conférences à l'université de Nantes et à l'Institut universitaire de technologie de La Roche-sur-Yon.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Ertzscheid
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Ertzscheid, né en 1972, est un chercheur français en sciences de l'information et de la communication, qui enseigne en tant que maître de conférences à l'université de Nantes et à l'Institut universitaire de technologie de La Roche-sur-Yon.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les grands patrons des entreprises de la tech et les responsables politiques se réunissent ce mercredi 15 mai à Paris pour travailler notamment à l'établissement d'une charte pour lutter contre la haine en ligne.

Atlantico : Un plan construit par la France et la Nouvelle-Zélande devrait être dévoilé demain pour lutter contre la haine sur Internet, appelant tous les pays à renforcer leurs lois pour bannir les contenus inappropriés des réseaux sociaux. Comment sont définis aujourd'hui les contenus haineux et quelles dispositions existent déjà pour les combattre ?

Olivier Ertzscheidt : Tout le problème est là. Les contenus haineux sont par définition assez flous à l'échelle des plateformes. En France, il y a des types d'expression racistes, homophobes, antisémites, qui tombent sous le coup de la loi. Le problème est de qualifier ces expressions-là quand elles sont exprimées à l'échelle des plateformes sociales, sachant que les législations sont différentes selon les pays. Les réseaux sociaux suivent la législation en vigueur dans le pays des utilisateurs concernés. Mais le problème, c'est que l'application de la loi par ces plateformes n'est pas techniquement toujours possible et humainement toujours garantie puisqu'il n'y a pas suffisamment de modérateurs pour identifier ces contenus haineux. Ou, quand des signalements sont effectués, les entreprises mettent souvent très longtemps à réagir : certaines plus que d'autres – Facebook agit beaucoup plus vite que Twitter sur les contenus haineux.

On sait définir ce qu'est un contenu haineux – même si cela diffère selon les pays. Pour traiter le suprématisme blanc, Facebook vient de mettre à jour ses règles de modération pour supprimer les comptes des gens qui sont des suprématistes blanc. Il a malheureusement fallu le massacre de Christchurch pour en arriver là : il est un peu dommage, à l'échelle de 2 milliards et demi d'individus, que Facebook attende le massacre de 51 personnes par un suprématiste blanc pour comprendre qu'il peut être une idéologie problématique et meurtrière.

Face à la légitime désapprobation de certains actes et de certains contenus sur les réseaux sociaux, il y a la nécessité de défendre la liberté d'expression. Vous semble-t-il possible de légiférer sur ces questions sans entamer le droit de s'exprimer ? À quelles conditions ?

C'est tout le pacte faustien. Si l'on commence par ne serait-ce qu'entrebâiller que ce sont les plateformes qui définissent ce qu'il est possible ou non de dire, à ce moment-là, on fait entrer le loup dans la bergerie et on force l’État de droit puisqu'on confie à des opérateurs privés ce qui peut être dit. Dans certains pays, 80 à 90% de la population est inscrite sur Facebook. On ne peut plus considérer aujourd'hui que Facebook est autre chose qu'un espace public. Aujourd'hui, dans toutes les rapports et les recommandations, on continue de traiter Facebook comme une entreprise privée avec des règles qui s'appliquent seulement à ses utilisateurs, sauf que Facebook n'est plus du tout dans cette configuration-là. Il faut appliquer à Facebook les règles applicables dans un espace public. Cela passe par l'obligation de contraindre le réseau social à expliciter totalement ses règles de modération algorithmique : ce qu'on appelle l'éditorialisation algorithmique. On a trop longtemps refusé de voir que l'algorithme est aussi un travail d'éditorialisation. Facebook a récemment ouvert une bibliothèque des publicités politiques pour que les gens puissent voir qui paie pour les publicités : si on ne sait pas comment sont ciblées ces publicités, quels sont les gens que Facebook permet d'atteindre avec son algorithme, on est incapable d'identifier des actions d'ingérence politique. Il faut arriver à traiter Facebook comme ce qu'il est, c'est-à-dire aujourd'hui un espace public dirigé par une entreprise privée.

Est-il efficace de légiférer sur ces questions ? N'est-on pas face à un phénomène qui se reproduira sur d'autres plateformes et par là, difficilement traitable ?

Il y a deux aspects. Quelque soit le sujet, le temps juridique est toujours en retard sur le temps social et a fortiori sur le temps technologique. Les lois arriveront toujours trop tard, d'une certaine manière. Il n'est pas certain qu'il faille faire de nouvelles lois, puisque celles qui existent  permettent de réguler ces discours de haine. Elles ne sont pas toujours entièrement et immédiatement appliquées, mais elles existent. Il faut donc faire évoluer une partie de l'outil législatif : par exemple la question du statut de ces plateformes, puisqu'on a juste le choix entre hébergeur et éditeur. Les plate-formes comme Facebook, Twitter et Youtube ne sont pas uniquement hébergeur ou éditeur. Il faut donc faire évoluer une partie de la loi. Il s'agit aussi de responsabiliser et d'éduquer les utilisateurs : le problème vient aussi du manque de formation. Les plateformes façonnent l'opinion publique et doivent donc être considérées comme des espaces publics.

Ce qui pousse les États à légiférer, c'est d'une part des questions d'ordre privé : la haine sur internet comme atteinte à des individus, mais aussi des questions publiques : lorsque les discours porteraient atteinte à la démocratie. Dans le deuxième cas, y a-t-il vraiment un mimétisme d'opinion, ou seulement un mimétisme du discours et de ses conditions ? 

On exagère ce mimétisme  parce qu'on est encore beaucoup sur la théorie de la seringue : on a l'impression que les médias ont des effets très forts sur l'opinion et par exemple sur des sujets de société dans le cadre des élections. Depuis un certain nombre d'années, les sociologues étudient cette théorie  et se sont aperçus que les médias (télévision, radio, réseaux sociaux) font partie d'un spectre très large que chacun influence à sa manière et par lequel est influencé. Mais il n'y a pas de causalité directe et proportionnée entre ce qu'on lit sur Facebook et la manière dont on va ensuite voter.

Pour autant, ce qui est éminemment problématique et parfaitement documenté d'un point de vue scientifique, c'est le fait que grâce à des stratégies et des techniques publicitaires spéciales (ciblage publicitaire pratiqué par Facebook), il est possible – et on l'a vu lors de l'élection de Trump et d'autres – de faire basculer une partie de l'opinion qui peut suffire à changer l'issu d'un scrutin au milieu de plein d'autres critères. En France, par exemple, il y a des lois claires sur les questions de publicité électorales ; ces lois n'existent pas aux États-Unis ou dans d'autres pays. On est dans un système paradoxal aujourd'hui où certaines entreprises privées (Facebook, Google, etc.), sous la pression de l'opinion et de certains gouvernements, ont annoncé que la loi française sur la réglementation de la publicité en période électorale est efficace et que Facebook l'adaptera aux États-Unis pour éviter de se retrouver dans un scandale de type Cambridge Analytica.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Déclarations des revenus de 2018 : attention aux risques d’erreurs
02.
Kim Kardashian veut 7 enfants, Laura Smet en attend un, Alain Delon attend des siens qu’ils ne se déchirent pas à la Johnny; Voici voit Laeticia Hallyday & Sébastien Farran réconciliés, Closer les voit tendus; Victoria Beckham s’est fait gonfler les joues
03.
L’histoire fascinante du commando Kieffer
04.
Elevage : l'entreprise Hénaff félicitée par... l'association L214
05.
Gilets jaunes : les appartements d'un casseur saisis pour rembourser ses dégradations
06.
Morts par morsure de serpent : une plaie planétaire contre laquelle l’OMS entend entrer en guerre
07.
Thierry Ardisson annonce quitter C8 car "la chaîne n'a plus les moyens de s'offrir Ardisson"
01.
Otages français : Emmanuel Macron, savez vous qui sont vraiment les deux hommes que vous accueillez en fanfare ?
02.
Pourquoi les entretiens d’évaluation annuels sont inutiles pour la plupart des salariés
03.
Aveuglement ? Un dîner caritatif est organisé à Saint-Denis au profit d’un Centre de formation des Oulémas soupçonné d’entretenir de troubles liens avec les dhijadistes anti-occidentaux
04.
La liberté est-elle climaticide ? La question folle que ne sont pas loin de se poser les nouveaux intégristes de l’environnement
05.
Derrières les ors et les artifices, pourquoi le Qatar est toujours un dangereux émirat moyenâgeux
06.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
01.
Otages français : Emmanuel Macron, savez vous qui sont vraiment les deux hommes que vous accueillez en fanfare ?
02.
“Droite Trocadéro” contre “droite mercato” : ce que cache la querelle entre LR et ex LR ralliés au macronisme
03.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
04.
Le glyphosate, le dernier débat hystérique de tous ceux qui se méfient de l’Europe et du progrès
05.
De l'art d'utiliser les morts : et Nathalie Loiseau enrôla Simone Veil dans sa campagne
06.
La liberté est-elle climaticide ? La question folle que ne sont pas loin de se poser les nouveaux intégristes de l’environnement
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Loupdessteppes
- 17/05/2019 - 01:42
Tu parles...
Charles...
Benvoyons
- 16/05/2019 - 23:16
Je suis bloqué par Tweeter pour avoir dit du Coran qu'il était
Totalitaire & donc Fasciste & cela depuis 1mois 1/2 :)::) Je réclame le déblocage régulièrement. Mais apparemment la critique d'un livre est interdit sur tweeter. Le Coran ou Mein Kampf même combat. Totalitaire & Fasciste. J'ai ajouté que dans le Coran "C'est clair quand la femme est la moitié d'un homme dont elle est sous une tutelle permanente" Ce qui est écrit dans le Coran donc aucune invention ni altération des propos du Coran.
hoche38
- 16/05/2019 - 17:47
Que d'hypocrisie!
Et que de chichis, pour justifier qu'une caste politique aux abois, puisse criminaliser les quatre ou cinq pour cent qu'il reste de sources d'information libres.