En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

02.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

03.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

04.

Alerte météo : Climat pourri pour les chasseurs homosexuels musulmans de droite

05.

Tentative de main basse sur Hong Kong et l’Asie : les Chinois profitent du Coronavirus pour lancer une inquiétante offensive

06.

Alberto Alesina, l’économiste qui mettait les pieds dans le plat des sujets qui fâchent

07.

Génération loose (salariale) : les diplômés de 2020 se préparent à des années de galère

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

05.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

04.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

05.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

06.

Euro-miracle ? Comment ne pas louper le tournant historique que Macron et Merkel proposent à l’Europe

ça vient d'être publié
light > People
"Cauchemar"
Le ténor Andrea Bocelli révèle avoir été atteint par le coronavirus
il y a 3 min 43 sec
pépites > Economie
"Se battre pour l’emploi et l’industrie"
Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques
il y a 2 heures 15 min
pépites > Santé
Immunité
Coronavirus : les malades faiblement atteints pourraient être immunisés, selon une nouvelle étude
il y a 3 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’empreinte du dieu" (Tome 4 de la saga "Gens du Nord") de Maxence Van der Meersch : cet été 2020 marchez en Flandres dans les empreintes du dieu

il y a 4 heures 45 min
pépites > Politique
Bataille pour Paris
LREM : Agnès Buzyn annonce qu'elle est toujours candidate pour le second tour des municipales à Paris
il y a 5 heures 42 min
pépite vidéo > International
Menace pour les récoltes
L’Inde fait face à une invasion de criquets
il y a 6 heures 50 min
décryptage > Economie
Politique industrielle

Les Etats moyens d’Asie, ces alliés "naturels" pour la France et l’Europe

il y a 8 heures 48 min
décryptage > Sport
Activité physique

L’avenir en demi-teinte pour le sport en ville par temps de pandémie

il y a 9 heures 42 min
décryptage > Economie
Génération Covid-19

Génération loose (salariale) : les diplômés de 2020 se préparent à des années de galère

il y a 10 heures 21 min
décryptage > International
Stratégie

Tentative de main basse sur Hong Kong et l’Asie : les Chinois profitent du Coronavirus pour lancer une inquiétante offensive

il y a 11 heures 9 min
pépite vidéo > Economie
Plan de soutien "massif"
Soutien au secteur automobile : retrouvez l’intégralité du discours d’Emmanuel Macron
il y a 1 heure 14 min
Relance de la consommation
Le Printemps Haussmann à Paris va pouvoir rouvrir ses portes suite à une décision de justice
il y a 3 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mandela, une philosophie en actes" de Jean-Paul Jouary : un essai intéressant qui appelle néanmoins pas mal de réserves…

il y a 4 heures 29 min
pépites > Politique
"Agir ensemble"
Création d’un 10e groupe politique, situé dans la majorité, à l’Assemblée nationale
il y a 5 heures 5 min
pépites > High-tech
Atout contre le virus
StopCovid : la Cnil autorise l’application de traçage pour lutter contre le coronavirus
il y a 6 heures 20 min
décryptage > France
Monde d'après

Alerte météo : Climat pourri pour les chasseurs homosexuels musulmans de droite

il y a 8 heures 37 min
décryptage > Europe
Le point de vue de Dov Zerah

La BCE et la Cour de Karlsruhe

il y a 9 heures 25 min
décryptage > Economie
Disparition

Alberto Alesina, l’économiste qui mettait les pieds dans le plat des sujets qui fâchent

il y a 10 heures 12 min
décryptage > France
Danger public

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

il y a 10 heures 49 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les entreprises aspirent à plus de Made in France, moins de CO2... mais surtout pas à la décroissance

il y a 11 heures 29 min
© LIONEL BONAVENTURE / AFP
© LIONEL BONAVENTURE / AFP
Appel de Christchurch

Lutte contre les contenus haineux sur le web : chronique d’un échec annoncé

Publié le 15 mai 2019
Les grands patrons des entreprises de la tech et les responsables politiques se réunissent ce mercredi 15 mai à Paris pour travailler notamment à l'établissement d'une charte pour lutter contre la haine en ligne.
Olivier Ertzscheid, né en 1972, est un chercheur français en sciences de l'information et de la communication, qui enseigne en tant que maître de conférences à l'université de Nantes et à l'Institut universitaire de technologie de La Roche-sur-Yon.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Ertzscheid
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Ertzscheid, né en 1972, est un chercheur français en sciences de l'information et de la communication, qui enseigne en tant que maître de conférences à l'université de Nantes et à l'Institut universitaire de technologie de La Roche-sur-Yon.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les grands patrons des entreprises de la tech et les responsables politiques se réunissent ce mercredi 15 mai à Paris pour travailler notamment à l'établissement d'une charte pour lutter contre la haine en ligne.

Atlantico : Un plan construit par la France et la Nouvelle-Zélande devrait être dévoilé demain pour lutter contre la haine sur Internet, appelant tous les pays à renforcer leurs lois pour bannir les contenus inappropriés des réseaux sociaux. Comment sont définis aujourd'hui les contenus haineux et quelles dispositions existent déjà pour les combattre ?

Olivier Ertzscheidt : Tout le problème est là. Les contenus haineux sont par définition assez flous à l'échelle des plateformes. En France, il y a des types d'expression racistes, homophobes, antisémites, qui tombent sous le coup de la loi. Le problème est de qualifier ces expressions-là quand elles sont exprimées à l'échelle des plateformes sociales, sachant que les législations sont différentes selon les pays. Les réseaux sociaux suivent la législation en vigueur dans le pays des utilisateurs concernés. Mais le problème, c'est que l'application de la loi par ces plateformes n'est pas techniquement toujours possible et humainement toujours garantie puisqu'il n'y a pas suffisamment de modérateurs pour identifier ces contenus haineux. Ou, quand des signalements sont effectués, les entreprises mettent souvent très longtemps à réagir : certaines plus que d'autres – Facebook agit beaucoup plus vite que Twitter sur les contenus haineux.

On sait définir ce qu'est un contenu haineux – même si cela diffère selon les pays. Pour traiter le suprématisme blanc, Facebook vient de mettre à jour ses règles de modération pour supprimer les comptes des gens qui sont des suprématistes blanc. Il a malheureusement fallu le massacre de Christchurch pour en arriver là : il est un peu dommage, à l'échelle de 2 milliards et demi d'individus, que Facebook attende le massacre de 51 personnes par un suprématiste blanc pour comprendre qu'il peut être une idéologie problématique et meurtrière.

Face à la légitime désapprobation de certains actes et de certains contenus sur les réseaux sociaux, il y a la nécessité de défendre la liberté d'expression. Vous semble-t-il possible de légiférer sur ces questions sans entamer le droit de s'exprimer ? À quelles conditions ?

C'est tout le pacte faustien. Si l'on commence par ne serait-ce qu'entrebâiller que ce sont les plateformes qui définissent ce qu'il est possible ou non de dire, à ce moment-là, on fait entrer le loup dans la bergerie et on force l’État de droit puisqu'on confie à des opérateurs privés ce qui peut être dit. Dans certains pays, 80 à 90% de la population est inscrite sur Facebook. On ne peut plus considérer aujourd'hui que Facebook est autre chose qu'un espace public. Aujourd'hui, dans toutes les rapports et les recommandations, on continue de traiter Facebook comme une entreprise privée avec des règles qui s'appliquent seulement à ses utilisateurs, sauf que Facebook n'est plus du tout dans cette configuration-là. Il faut appliquer à Facebook les règles applicables dans un espace public. Cela passe par l'obligation de contraindre le réseau social à expliciter totalement ses règles de modération algorithmique : ce qu'on appelle l'éditorialisation algorithmique. On a trop longtemps refusé de voir que l'algorithme est aussi un travail d'éditorialisation. Facebook a récemment ouvert une bibliothèque des publicités politiques pour que les gens puissent voir qui paie pour les publicités : si on ne sait pas comment sont ciblées ces publicités, quels sont les gens que Facebook permet d'atteindre avec son algorithme, on est incapable d'identifier des actions d'ingérence politique. Il faut arriver à traiter Facebook comme ce qu'il est, c'est-à-dire aujourd'hui un espace public dirigé par une entreprise privée.

Est-il efficace de légiférer sur ces questions ? N'est-on pas face à un phénomène qui se reproduira sur d'autres plateformes et par là, difficilement traitable ?

Il y a deux aspects. Quelque soit le sujet, le temps juridique est toujours en retard sur le temps social et a fortiori sur le temps technologique. Les lois arriveront toujours trop tard, d'une certaine manière. Il n'est pas certain qu'il faille faire de nouvelles lois, puisque celles qui existent  permettent de réguler ces discours de haine. Elles ne sont pas toujours entièrement et immédiatement appliquées, mais elles existent. Il faut donc faire évoluer une partie de l'outil législatif : par exemple la question du statut de ces plateformes, puisqu'on a juste le choix entre hébergeur et éditeur. Les plate-formes comme Facebook, Twitter et Youtube ne sont pas uniquement hébergeur ou éditeur. Il faut donc faire évoluer une partie de la loi. Il s'agit aussi de responsabiliser et d'éduquer les utilisateurs : le problème vient aussi du manque de formation. Les plateformes façonnent l'opinion publique et doivent donc être considérées comme des espaces publics.

Ce qui pousse les États à légiférer, c'est d'une part des questions d'ordre privé : la haine sur internet comme atteinte à des individus, mais aussi des questions publiques : lorsque les discours porteraient atteinte à la démocratie. Dans le deuxième cas, y a-t-il vraiment un mimétisme d'opinion, ou seulement un mimétisme du discours et de ses conditions ? 

On exagère ce mimétisme  parce qu'on est encore beaucoup sur la théorie de la seringue : on a l'impression que les médias ont des effets très forts sur l'opinion et par exemple sur des sujets de société dans le cadre des élections. Depuis un certain nombre d'années, les sociologues étudient cette théorie  et se sont aperçus que les médias (télévision, radio, réseaux sociaux) font partie d'un spectre très large que chacun influence à sa manière et par lequel est influencé. Mais il n'y a pas de causalité directe et proportionnée entre ce qu'on lit sur Facebook et la manière dont on va ensuite voter.

Pour autant, ce qui est éminemment problématique et parfaitement documenté d'un point de vue scientifique, c'est le fait que grâce à des stratégies et des techniques publicitaires spéciales (ciblage publicitaire pratiqué par Facebook), il est possible – et on l'a vu lors de l'élection de Trump et d'autres – de faire basculer une partie de l'opinion qui peut suffire à changer l'issu d'un scrutin au milieu de plein d'autres critères. En France, par exemple, il y a des lois claires sur les questions de publicité électorales ; ces lois n'existent pas aux États-Unis ou dans d'autres pays. On est dans un système paradoxal aujourd'hui où certaines entreprises privées (Facebook, Google, etc.), sous la pression de l'opinion et de certains gouvernements, ont annoncé que la loi française sur la réglementation de la publicité en période électorale est efficace et que Facebook l'adaptera aux États-Unis pour éviter de se retrouver dans un scandale de type Cambridge Analytica.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Loupdessteppes
- 17/05/2019 - 01:42
Tu parles...
Charles...
Benvoyons
- 16/05/2019 - 23:16
Je suis bloqué par Tweeter pour avoir dit du Coran qu'il était
Totalitaire & donc Fasciste & cela depuis 1mois 1/2 :)::) Je réclame le déblocage régulièrement. Mais apparemment la critique d'un livre est interdit sur tweeter. Le Coran ou Mein Kampf même combat. Totalitaire & Fasciste. J'ai ajouté que dans le Coran "C'est clair quand la femme est la moitié d'un homme dont elle est sous une tutelle permanente" Ce qui est écrit dans le Coran donc aucune invention ni altération des propos du Coran.
hoche38
- 16/05/2019 - 17:47
Que d'hypocrisie!
Et que de chichis, pour justifier qu'une caste politique aux abois, puisse criminaliser les quatre ou cinq pour cent qu'il reste de sources d'information libres.