En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

07.

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
pépites > France
Appel au calme
Le CFCM considère que les "musulmans ne sont pas persécutés" en France
il y a 29 min 10 sec
pépites > International
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine
La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France
il y a 2 heures 16 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 5 heures 36 min
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 6 heures 14 min
pépites > Politique
Elections
Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way
il y a 6 heures 44 min
pépites > Economie
Diplomatie
Appel au boycott de produits français : "Pas question de céder au chantage" Geoffroy Roux de Bézieux, solidaire du gouvernement français
il y a 7 heures 6 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Etats-Unis : ce n'est pas seulement une élection présidentielle. C'est un choix de civilisation

il y a 7 heures 51 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

il y a 8 heures 20 min
pépites > Santé
Coronavirus
"Autour de 100.000 cas" de Covid-19 par jour, en France selon Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique
il y a 8 heures 54 min
décryptage > France
Clash des confessions

Boycott pour "attaques contre l’islam" : saurons-nous éviter notre guerre du Liban à nous ?

il y a 9 heures 20 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les propos de Clémentine Autain contre l'islamophobie ont été récupérés et détournés par un média proche des Frères musulmans
il y a 1 heure 11 min
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 5 heures 5 min
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 6 heures 9 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

il y a 6 heures 27 min
décryptage > Economie
Taxes

Dépenses publiques et fiscalité : plus ça change, moins ça change…

il y a 6 heures 46 min
décryptage > Economie
Panorama de la crise

COVID-19 : comment dire de faire attention ?

il y a 7 heures 12 min
décryptage > High-tech
12 CYBER-MENACES PRÉOCCUPANTES

Quand les cyberattaques menacent de faire dérailler les prochaines élections présidentielles, et pèsent au même titre que la pandémie de coronavirus sur nos démocraties

il y a 8 heures 8 min
décryptage > Politique
Crèdul*

Vous avez aimé les raffarinades de Raffarin ? Vous adorerez les lapalissades de Castex

il y a 8 heures 37 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

il y a 9 heures 9 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

COVID-19 : ce qu’il est encore possible de faire malgré une situation hors de contrôle

il y a 9 heures 47 min
© LUDOVIC MARIN / AFP
© LUDOVIC MARIN / AFP
Institutions

Ce que l’engagement d’Emmanuel Macron dans la campagne des Européennes nous dit de l’essoufflement absolu de la Ve République post quinquennat

Publié le 13 mai 2019
Alors que la campagne pour les européennes s'ouvre officiellement, Emmanuel Macron semble être passé à l'offensive dès la semaine dernière en dramatisant l'opposition entre deux camps.
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que la campagne pour les européennes s'ouvre officiellement, Emmanuel Macron semble être passé à l'offensive dès la semaine dernière en dramatisant l'opposition entre deux camps.

Atlantico : Emmanuel Macron s'est engagé entièrement dans la campagne pour les européennes, en dramatisant le conflit entre LREM et RN, notamment lors du sommet européen de Sibiu. En quoi cette rupture avec l'incarnation monarchique de la nation, que le Président avait théorisée et remise en place depuis 2017, peut-elle être un mauvais calcul politique ? 


Edouard Husson : On voit surtout un homme qui a le dos au mur et qui fait feu de tout bois. Plus j’observe Emmanuel Macron, moins je crois qu’il réagisse par rapport aux institutions ou qu’il ait même l’idée qu’il se place dans une continuité. Lorsqu’il est arrivé à l’Elysée, il a un temps joué le rôle du Président comme il pensait devoir l’interpréter. Cela a donné Jupiter. Et puis est venue l’affaire Benalla, à l’occasion de laquelle on a eu une vue sur les coulisses. Il est devenu clair que nous avions affaire à un individualiste absolu né dix ans après 1968, et qui n’est même plus « Moi Président » mais « Moi », tout simplement. Louis XIV n’a jamais dit « L’Etat, c’est moi »; mais si Emmanuel Macron connaît la formule, il met une majuscule: « L’Etat c’est Moi ». Le problème du président vient de ce que, face à l’égocentrisme absolu de Moi au pouvoir, il y a le désespoir absolu d’individus qui n’ont plus de corps intermédiaires pour les canaliser et sont donc venus frapper à la porte du palais où habite Moi. Moi a eu très peur. Il a transformé la police en machine répressive pour faire corps intermédiaire entre Moi et « la foule haineuse ». Depuis les lendemains de Noël, Moi a moins peur mais il ne sait pas comment il va s’en sortir et il a donc décidé de mettre en scène un affrontement entre Moi et Anti-Moi, à savoir Marine Le Pen. Moi n’est rien d’autre que Moi, qui s’est livré, voici quelques jours à deux heures de séance publique d’analyse dans la salle des Fêtes de l’Elysée transformée en cabinet de psy. Mais Narcisse est-il psychanalysable? Comme il n’a pas vraiment convaincu dans l’exercice, il propose à présent une nouvelle petite pièce de sa composition: Moi en héros de la lutte contre Anti-Moi. Tant que les adversaires politiques de Narcisse seront incapables de sortir de leur propre fascination pour lui, ses calculs politiques....marcheront; peu importe qu’ils soient objectivement mauvais, en particulier au regard de l’histoire. 


En s'engageant de cette manière, le Président ne risque-t-il pas aussi d'enfermer le débat dans une redite de l'élection présidentielle ? En quoi cela pourrait empêcher toute résolution de la crise politique actuelle ?


On peut répondre de façon très simple. Premièrement, Narcisse veut enfermer le pays dans une redite de l’élection présidentielle. Deuxièmement, Narcisse souhaite que la crise dure. Il fait le calcul qu’il a été élu grâce à la crise profonde du système, sur les décombres de la droite et de la gauche de gouvernement. Narcisse a d’abord pensé qu’il allait voler de succès en succès: puisqu’en face de Moi, il n’y avait Rien. A partir du moment où surgit de façon inattendue la Foule Haineuse à la place de Rien, Narcisse a décidé de repartir en campagne électorale. Beaucoup se sont étonnés qu’il n’y ait aucun véritable débat avec les auditoires. Mais Narcisse se parle toujours à lui-même. Et il se persuade lui-même qu’au fond ce qui se passe est la meilleure chose qui puisse lui arriver puisqu’il peut mettre en scène à nouveau ce théâtre d’ombres où Narcisse revêt l’armure du valeureux combattant qui pourfend le dragon de l’extrême-droite. 


Faut-il nécessairement rendre responsable le Président de la République de cette stratégie ? N'est-elle pas en quelques sortes inscrite dans les institutions depuis la mise en place du quinquennat ? 


Il est bien vrai que le quinquennat a considérablement présidentialisé le régime. Le président n’a plus le recul nécessaire: Hollande a bien essayé de jouer à Mitterrand dans le cadre du quinquennat; mais Mitterrand a survécu, au milieu des années 1980, grâce au déclalage entre élection présidentielle et élections législatives. Les présidents, désormais, n’ont plus la perspective d’une cohabitation pour survivre. Cela dit, la cohabitation n’était pas une bonne chose non plus. Le quinquennat est dramatique mais il a sans doute une vertu: il révèle les capacités d’un président. Avec toute son énergie, Nicolas Sarkozy a manqué plusieurs cibles: il n’a pas persévéré dans son intention de réguler l’immigration; il n’a pas présidé au rétablissement de la sécurité dans les banlieues; contre son intuition d’origine, il s’est laissé enfermer à nouveau dans le tête-à-tête avec l’Allemagne. François Hollande est apparu pour ce qu’il était, un franchouillard blagueur, dépassé par l’ampleur de la tâche. Face à Macron-Narcisse, la principale erreur de tous ses adversaires est d’alimenter son narcissisme en prenant pour cible sa personnalité - mauvais calcul de Marine Le Pen lors du débat - ou d’être fasciné par lui au point de ne rien pouvoir articuler comme élément d’alternative - version Wauquiez. Mettons-nous à parler de la réalité. Parlons de la France, telle qu’elle est, telle qu’elle souffre, sans complaisance et sans désespoir non plus. Faisons en sorte que la France se réconcilie partout où Narcisse veut la diviser. Faisons en sorte qu’elle joue modestement mais efficacement son rôle dans les institutions européennes, qui laissent à notre pays beaucoup plus de marges de manoeuvre que ce qu’on croit. Il faut faire sortir le pays de l’impasse où Narcisse l’a enfermé au sein de l’UE. Revenons à l’Europe des Etats, telle que la voulait le Général de Gaulle; débarrassons cette Europe de toutes ses lourdeurs inutiles. Rendons à l’Europe sa dimension historique et géographique, c’est-à-dire sans nous limiter à l’Union Européenne. Tout cela est possible dans le cadre d’un quinquennat qui serait empreint de modestie et d’attention au réel.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
TPV
- 14/05/2019 - 07:39
Ces élections sont un référendum
Puisque que l'on dit que les députés européens payés chers ne servent à quasiment rien. Donc rendons ces élections utiles en mettant une grosse claque à Narcisse et son Oiseau.
hoche38
- 13/05/2019 - 17:55
Incertitude!
Cela ne fait pas de mal, en France, de retrouver de l'intelligence dans une analyse politique. La seule incertitude à court terme est le temps que nos oligarques mettront avant de bruler leur homme de paille. L'enjeu des "européennes" n'est finalement que sa survie. Cela au moins, il l'a parfaitement compris.