En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

02.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

03.

"Olivier véreux de mes c***lles" : Jean-Marie Bigard insulte le ministre de la Santé

04.

Les Suisses ont dit "non" à la fin de la libre circulation avec l'Union européenne

05.

La Turquie, un enjeu existentiel pour l'Europe et pour le monde arabo-musulman

06.

Nous aurons la Chine de nos mérites

07.

Darmanin sait tout sur la taqiya. Et il n'aime pas du tout

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

05.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

06.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

03.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

04.

Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine

05.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

06.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

ça vient d'être publié
pépites > International
Poudrière
Violents affrontements au Haut-Karabakh : l'Arménie et l’Azerbaïdjan au bord de la guerre
il y a 9 heures 53 min
pépites > International
Etats-Unis
Cour suprême : Donald Trump nomme Amy Coney Barrett
il y a 11 heures 13 min
décryptage > International
Suprêmement explosif

Trump a nommé à la Cour suprême une juge extrêmement conservatrice : normal, les États-Unis sont le pays des extrêmes

il y a 13 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Tel est sur toi le sceau de ma haine, ou les possédés

il y a 14 heures 51 min
décryptage > Economie
Business

Bourse : les nouveaux gagnants et perdants post-Covid

il y a 15 heures 9 min
décryptage > International
Géopolitique

La Turquie, un enjeu existentiel pour l'Europe et pour le monde arabo-musulman

il y a 15 heures 24 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Poser des plaques de verre sur la banquise pourrait-il sauver les glaces de l’Arctique ?
il y a 15 heures 45 min
décryptage > Société
La responsabilité du gouvernement… et la nôtre...

Covid-19 : à quelles libertés sommes-nous réellement prêts à renoncer pour enrayer l'épidémie ?

il y a 16 heures 13 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les aidants, ces soutiens vitaux au quotidien pour les personnes âgées et dont la France aura cruellement besoin face au vieillissement de la population

il y a 17 heures 37 min
décryptage > Politique
Il a lu attentivement le Coran

Darmanin sait tout sur la taqiya. Et il n'aime pas du tout

il y a 17 heures 37 min
pépites > Economie
Votation
Les Suisses ont dit "non" à la fin de la libre circulation avec l'Union européenne
il y a 10 heures 40 min
pépites > International
Crise
Bélarus : Loukachenko "doit partir", affirme Emmanuel Macron
il y a 11 heures 51 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Débris spatiaux : la Station spatiale a évité la catastrophe pour la 3e fois cette année ; Un détecteur de vie extraterrestre qui tient dans une boîte à chaussures !
il y a 13 heures 25 min
décryptage > Politique
Biographie

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

il y a 15 heures 1 min
décryptage > International
Relever le nez du guidon

Nous aurons la Chine de nos mérites

il y a 15 heures 15 min
décryptage > Politique
Claque en vue

Sénatoriales : petit panorama des enjeux à surveiller

il y a 15 heures 30 min
décryptage > Science
Inventées ou découvertes ?

Mais au fait, c'est quoi les maths ? Et la petite question candide posée par une ado sur Tik Tok déclencha un grand débat entre scientifiques et philosophes

il y a 15 heures 54 min
décryptage > Economie
Pensée magique

Relance made in France : les impasses du techno-colbertisme

il y a 16 heures 20 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Plongée dans les coulisses de l’organisation de la Convention de la droite : l'engagement de Marion Maréchal et Eric Zemmour en faveur de l’union des droites

il y a 17 heures 37 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron où l'art de la mondialisation heureuse

il y a 17 heures 37 min
© LIONEL BONAVENTURE / AFP
© LIONEL BONAVENTURE / AFP
Gamalfamés

Vie privée : Facebook ou Google, qui est le moins respectueux de nos données personnelles ?

Publié le 13 mai 2019
Face aux récentes polémiques quant aux atteintes à la vie privée, Mark Zuckerberg et Sundar Pichai, les PDG de Facebook et Google, ont fait de la protection des données des utilisateurs un thème central de leurs conférences ce mois-ci. Changement de paradigme ou poudre aux yeux ?
Francesca Musiani
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Chargée de recherche au CNRS, directrice adjointe du Centre Internet et société (cis.cnrs.fr), Francesca Musiani est notamment l'auteur de Internet et vie privée publié en 2016 aux éditions Uppr.
Voir la bio
Tristan Nitot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Tristan Nitot a fondé l'association Mozilla Europe en 2003, puis a rejoint le moteur de recherche français Qwant en juin 2018.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Face aux récentes polémiques quant aux atteintes à la vie privée, Mark Zuckerberg et Sundar Pichai, les PDG de Facebook et Google, ont fait de la protection des données des utilisateurs un thème central de leurs conférences ce mois-ci. Changement de paradigme ou poudre aux yeux ?

Atlantico : Ces déclarations lors de conférences majeures peuvent rassurer les utilisateurs des deux réseaux sociaux. Est-ce un changement de paradigme ou seulement de la poudre aux yeux ?

Francesca Musiani : Ce n'est pas qu'une question de conférences. Il y a eu également des véritables re-conceptions de ces services ou de certains de leurs aspects. Pour Facebook notamment, elles amènent des modifications assez profondes, comme l'accent mis sur les "group chat". Je pense qu'il y a une partie de 'mise à jour' de paradigme, si pas de changement, et en partie des manœuvres marketing, si pas de la poudre aux yeux. Mais aussi à mon avis une prise de conscience que les scandales relatifs à la vie privée et aux données personnelles des utilisateurs ont quand même secoué la conception que beaucoup d'utilisateurs ont de Facebook et de Google et qu'il faut une partie de changement dans l'ethos de ces entreprises.

Derrière les nombreuses annonces et garanties faites par les deux géants technologiques, n'y a-t-il pas une certaine forme de "privacy washing" ? En quoi consisterait cette stratégie ?

Francesca Musiani : Il y a certes un élément marketing et 'opportuniste' important dans les stratégies récentes des GAFAM. Mais ce qui me semble intéressant à souligner est le 'pourquoi maintenant'. Il y a eu dans le passé déjà de nombreuses 'alertes à la privacy' concernant les services Internet et notamment les réseaux sociaux (pensons à celle qui a branché les feux des projecteurs sur Diaspora* https://www.joindiaspora.com), mais les dernières, les plus récentes, se sont passées dans un contexte différent, où les gens questionnent davantage les bénéfices des médias sociaux par rapport à leurs problèmes, contraintes, écueils -- le désenchantement de l'internet comme l'a bien appelé Romain Badouard. Les dernières actions des géants de l'Internet prennent en compte ce contexte changeant. 

Tristan Nitot : Google et Facebook sont deux organisations différentes avec un business model certes très proche, mais les produits sont différents. Les discours sont donc très proches, mais les actes ne sont pas identiques. Et il y a effectivement beaucoup de "privacy washing".

Chez Facebook, il y a beaucoup de bruits, beaucoup de paroles, mais peu de choses faites, peu d'actes, voire pas du tout. D'autant plus qu'il y a un historique : ils ont des casseroles qui trainent derrière eux. Les premières embrouilles ont commencé en 2007 avec Beacon. Il y a eu juste après un autre scandale quand on s'est rendu compte que l'appli Facebook prenait sur son serveur le carnet d'adresses de l'Iphone. Depuis, cela n'a fait que se multiplier. On se souviendra qu'ils ont remercié  leur chef de la sécurité, Alex Stamos, qu'ils n'ont toujours pas remplacé. Il y en a toutes les semaines. On n'arrive pas à tout suivre tellement ils transgressent les règles sur la vie privée.

Google a la même problématique : il y a une demande du marché pour plus de privacy. Mais ils sont coincés sur le fait que leur business model, comme Facebook, c'est la capture des données personnelles pour faire de la publicité. Ils peuvent toujours essayer de faire des promesses, il ne se passe pas grand-chose.

Dans la course à la protection des données, Google semble avoir de l'avance sur son concurrent, notamment grâce à une nouvelle fonction de suppression automatique qui efface l'activité web d'un utilisateur après 3 ou 18 mois. Quelles seraient les mesures à adopter pour surmonter cette crise de confiance des utilisateurs ?

Francesca Musiani : Google n'est pas le seul à envisager, parmi les nouvelles mesures de protection de la vie privée, des fonctions de suppression de contenus à terme. Parmi ses annonces récentes, Facebook a manifesté l'intention de donner de plus en plus d'importance aux Stories, ces messages "à durée déterminée" qui disparaissent après un certain temps, au lieu des entrées 'classiques' sur les Murs qui restent pour ainsi dire gravés dans le marbre. Ce type de mesures, et aussi l'attention aux mécanismes de conversation groupée et privée, se rapprochent en faite des caractéristiques principales de plusieurs outils de messagerie sécurisée/chiffrée de bout en bout (Signal par exemple). C'est intéressant de voir comment ces derniers cherchent des plus grands publics en améliorant leur usability, alors que les Gafam cherchent à se racheter en termes de privacy par les mots et on peut espérer par les actions qui doivent vite suivre. Tout pour la confiance des utilisateurs!

Tristant Nitot : Leur business model est fondamentalement bancal. Il a des défauts structurels. Il y a une contradiction entre la confiance qu'ils promettent et leur modèle. C'est juste antithétique. Et donc leur business model n'est pas pérenne. Ou alors, il est pérenne dans le cadre d'une dystopie, si jamais on s'offrait aux grandes plateformes internet et si on acceptait de dépendre complètement d'elles. Il est temps d'inventer autre chose : c'est ce qu'on essaye de faire chez Qwant. On fait un moteur de recherche où l'on ne capte pas les données personnelles. On gagne de l'argent avec de la publicité contextuelle. Si vous cherchez "soupe à la tomate", on sait que vous êtes intéressé par la cuisine : donc les annonceurs vous proposent des publicités dans ce sens.

Au-delà des mesures prises par les GAFAM, n'est-ce pas tout un modèle économique, fortement dépendant de la collecte de données, qu'il faudrait repenser ?

Francesca Musiani : Absolument; ou au moins, il faudrait reconnaître qu'un certain nombre de choses dans l'écosystème Internet qui 'ne tournent par rond' pour nous les internautes, et favorisent la centralisation et la concentration, dépendent du modèle économique des grandes plateformes, basé sur la collecte des données des utilisateurs et donc sur la rétention de leur attention sur base régulière, et autant que possible, afin de pérenniser cette collecte. Les controverses sur la désinformation, les dites 'fake news', l'ont également bien montré: quand on identifie une menace et on cherche à réguler afin de l'éliminer ou minimiser, on se focalise le plus souvent sur les contenus et leurs émetteurs. Mais tout aussi importante et peut être plus, car elle se passe de façon assez sournoise dans les coulisses de l'Internet, est l'inscription de choix politiques et sociaux dans l'architecture de l'internet, et les modèles économiques qui en découlent (j'en ai déjà parlé https://www.lemonde.fr/idees/article/2018/06/06/la-desinformation-un-phenomene-economique_5310227_3232.html).

Tristan Nitot : Je ne suis pas à l'aise avec le terme GAFAM parce que les modèles de tous ces acteurs sont très différents. Les plateformes gratuites, type Google ou Facebook, sont très proches. Apple a un business model complètement différent : vendre des gadgets hors de prix avec des marges écœurantes. Cela marche très bien ! C'est un business model qui est relativement vertueux : on paye, et on sait pourquoi on paye. Ils sont loin d'être parfaits, entendons-nous. Il y a des défauts : l'obsolescence programmée par exemple. Cela dit, ils font des machines qui tiennent sur la durée. Mais ce n'est pas une problématique qui est autour de la donnée personnelle. Ils en font un différenciateur fort par rapport à Google. Amazon utilise de la data pour des gens qui achètent sur leur site. Le business model d'Amazon, il est encore différent. Eux aussi, on peut leur reprocher des tas de choses. Leurs employés ne sont pas forcément bien traités. Le fait est, cependant, que leur business consiste éventuellement à vendre des produits au détail, ou faire du cloud et facturer les gens pour ce cloud. Ce sont des modèles relativement transparents.

J'espère que Google et Facebook vont venir à la privacy, mais dans les deux cas, je n'y crois pas. Je ne partage pas l'optimisme sur Google : Google fait un tout petit peu plus que Facebook, certes, mais ce n'est pas encore grand-chose. Ce qui est intéressant, c'est que Google est capable, technologiquement, de brider ses concurrents. Google bride par exemple la puissance des cookies, leur capacité de tracking. C'est bien, mais ils ont Chrome et Gmail : les utilisateurs sont connus nommément. Ils sont donc juges et parties : ils arrivent à exclure des sites qui pistent tout en conservant leur capacité de tracking. Ils ne sont pas eux-mêmes concernés par les mesures qu'ils mettent en place. C'est parce qu'ils ont mis le logiciel côté client.

 Il y a donc une tendance de la part de Google de faire des choses qui pénalisent les concurrents et pas eux, tout en disant : regardez, c'est de la privacy. Et de fait, c'en est, mais pas pour eux. Exemple : quand ils ont poussé tout le monde à passer sous https. Https, c'est le fait de chiffrer la conversation entre le navigateur et le serveur. Pendant très longtemps, c'était rarissime de chiffrer sauf par exemple quand on avait un paiement en ligne. Google a dit : en cette période de surveillance de tous côtés, le https devrait être systématique. Ils ont donc poussé les gens à chiffrer systématiquement. Ils ont dit : si votre site n'est pas en https, vous allez bientôt être pénalisé dans les résultats de Google. Tout le monde s'y est mis. Seulement, le diable est dans les détails. Quand vous passez sur https, il y a quelque chose qui existait avant et qui disparait : la notion de referer. Quand vous cliquez sur un lien pour allez sur une autre page extérieure, l'autre site est notifié de l'endroit d'où vous venez. En https, le referer est supprimé. Mais Google ayant Chrome, Analytics, etc., ils s'en fichent du referer : la donnée, ils l'ont déjà par ailleurs. Plus de privacy veut donc dire moins de data pour des tiers et tout autant pour Google.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
JBL
- 14/05/2019 - 10:27
A l'insu de leur plein gré !
Ce genre d'article ne suscite aucun commentaire, et pourtant !!!! Facebook fonctionne exclusivement sur la vie privé des gens. Pour exemple, j'ai voulu m'inscrire avec un pseudo et une adresse mail spécifique. Facebook a accepté la transaction la première fois et j'ai accédé aux services. La deuxième fois, il m'a réclamé mon N° de téléphone, obligatoirement. Dès son inscription, mon fils est apparu en première page, alors que dans le pseudo, tout était faux. La troisième fois, il m'a demandé ma photo. J'ai donné une photo bidon. Il m'a indiqué qu'ils allaient vérifié. 24 heures après, mon compte a été clôturé. Conclusion, Facebook fonctionne sur l'étalement de la vie privée. Il faut le savoir. C'est peut-être prévu dans ses conditions générales, et je ne sais pas ce qu'en pense la CNIL et je ne sais pas si chacun se rend compte des conséquences à venir dans toute une vie, avec forcément à terme la finalité de se voir attribuer un profil.