En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 1 semaine 4 jours
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 1 semaine 4 jours
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 1 semaine 4 jours
© Reuters
© Reuters
Biotech

Tous centenaires demain : 600 milliards de dollars, le montant du marché du siècle

Publié le 11 mai 2019
Selon les analystes de la Bank of America, l'une des plus grandes opportunités d'investissement au cours de la prochaine décennie sera dans les entreprises qui s'efforceront de repousser l'espérance de vie au-delà de 100 ans.
Jean-Roland Moreau
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Roland Moreau est biophysicien et inspecteur général des Affaires sociales. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon les analystes de la Bank of America, l'une des plus grandes opportunités d'investissement au cours de la prochaine décennie sera dans les entreprises qui s'efforceront de repousser l'espérance de vie au-delà de 100 ans.

Atlantico.fr : Investir et spéculer à la hausse de l'espérance de vie humaine, notamment par la mise au point de remèdes ou de traitements pour certaines graves maladies, peut-il constituer un business viable ?

Jean-Roland Moreau : Lorsqu'on aborde la question de l'espérance de vie, on ne peut manquer de rappeler qu'au cours du XXème siècle, l'espérance de vie a presque doublé en France  pour atteindre, en 2018, 79,5 ans pour les hommes et 85,4 ans pour les femmes. Mais il faut aussi souligner que cette croissance tend à  ralentir depuis trois ans en raison de l'augmentation du tabagisme des femmes, des épidémies de grippe et des  régimes alimentaires trop riches en sucres et en graisses. 

Au cours des trente dernières années, l'augmentation importante de l'espérance de vie est liée en grande partie aux progrès spectaculaires de  l'imagerie médicale et des traitements dans le domaine des maladies cardiovasculaires. En cancérologie, en revanche, les progrès sont plus lents , ce qui explique que le cancer soit aujourd'hui la première cause de mortalité. 

Les universités, les instituts de recherche publics, les laboratoires pharmaceutiques, les GAFA  (Google, Facebook) investissent des sommes considérables dans la recherche contre les maladies graves et en particulier contre le cancer. Des résultats encourageants commencent à être observés en oncologie par l'utilisation de molécules plus ciblées qui agissent à un niveau précis du processus tumoral  et épargnent les tissus sains. L'immunothérapie et la génomique sont en plein essor et les nouvelles molécules visent à traiter les cancers non plus en fonction de l'organe concerné mais en fonction des spécificités biologiques et génétiques des tumeurs.

Comme vous le soulignez, les enjeux financiers sont considérables à plusieurs niveaux. Le coût des recherches et des nouveaux  traitements sont extrêmement élevés (des dizaines de milliers d'euros par patient) . Par ailleurs, les cours des actions en bourse des entreprises de l'industrie pharmaceutique sont très influencés par les succès et les échecs des essais thérapeutiques des nouvelles molécules  mises au point après des années de recherche. Pour l'industrie pharmaceutique et les investisseurs, spéculer à la hausse de l'espérance de vie par la guérison des maladies graves est très rentable en cas de succès de nouvelles molécules, mais il s'agit d'un investissement à  risque . Statistiquement en effet, les réussites sont moins fréquentes que les échecs...

D'un point de vue médical et bioéthique, quelle est la différence entre le business de l'amortalité et celui de l'immortalité ?

Avec les recherches sur l'immortalité, on quitte le champs de la recherche sur le traitement des maladies graves pour entrer dans celui d'une médecine de la longévité génétiquement programmée. Dans une ou deux décennies, nous verrons apparaître aux Etats -Unis des hommes et des femmes âgés de 150 ans. Ils seront passés chez les médecins- ingénieurs du génie génétique pour un lifting de leur ADN .Il ne s'agit pas de science -fiction, mais de l'application chez les êtres humains  de nombreux travaux expérimentaux qui multiplient par quatre ou cinq la durée de vie animale.

Cette perspective remet profondément  en cause notre conception de la médecine qui n'aura plus seulement pour objet de soigner, de prévenir et de soulager. La médecine  permettra désormais à des hommes et à des femmes qui en feront la demande d'accéder à un âge de plus en plus élevé .... jusqu'à l'immortalité. 

On utilise de plus en plus le néologisme d'amortalité pour définir un allongement radical de la durée de vie sans vieillissement  et pour signifier qu'un amortel peut mourir d'un traumatisme violent , à la différence d'un être immortel qui relève de la métaphysique. 

Il faut le dire sans détour, toutes ces recherches frénétiques dans lesquelles s'impliquent des milliers de scientifiques dans le monde n'ont qu'un objectif : l'enjeu financier. Dans quelques années, la seule condition requise pour bénéficier d'une tranche de vie supplémentaire sera tout simplement de l'acheter. Cela coûtera cher,  puisque la demande sera très élevée et la clientèle très fortunée. Le business de la recherche sur l'amortalité sera donc, à terme, extrêmement rentable  à l'inverse d'autres recherches telles que de nouveaux traitements contre le paludisme qui ne peuvent être financées par les pays concernés et qui , de ce fait , ne progressent guère...

D'un point de vue éthique et médical, on peut admettre que les gains, souvent considérables, engendrés par la découverte de traitements efficaces contre les maladies graves sont parfaitement légitimes puisque cela s'inscrit dans le cadre des principes immuables de la médecine depuis Hippocrate. En revanche, les milliards de dollars investis dans la recherche sur l'amortalité  ne devraient pas bénéficier de fonds publics puisqu'il s'agit de répondre à des demandes, pour ne pas dire des caprices, de milliardaires californiens

Quels sont les risques présentés par cette course économique aux innovations technologique et médicale ?

Le principal risque des innovations technologiques dans le domaine de l'augmentation de l'espérance de vie est celui de la transposabilité à l'homme des résultats expérimentaux obtenus chez l'animal. En 2009, trois chercheurs ont obtenu le prix Nobel de médecine pour avoir isolé chez l'animal  une substance, la télomérase,  qui augmente la longévité. La grande presse a alors qualifié cette découverte "d'élixir de Jouvence". Malheureusement, des travaux ultérieurs ont montré que la télomérase était cancérogène !

Plus globalement, les risques de la course vers l'immortalité sont d'ordre éthique puisqu'elle s'inscrit dans une démarche transhumaniste , avec toutes les dérives eugéniques que cela comporte .

Au total, les analystes de la Bank of America ont raison : au cours de la prochaine décennie, les  investissements dans les entreprises  qui mènent des recherches visant à augmenter l'espérance de vie offriront de grandes opportunités à condition d'éviter de s'aventurer dans une recherche de longévité génétiquement programmée, éthiquement contestable et scientifiquement hasardeuse.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
TPV
- 11/05/2019 - 17:22
Mais non, l'avenir c'est l'euthanasie
Pour tous. Vive le soleil...vert, et le progrès de la camarde.
Forbane
- 11/05/2019 - 11:19
Mère nature
Faisons confiance à mère nature qui a prévu bien des mécanismes qui permettront à cette horreur de ne pas se produire!
Mais ça fait rêver nos milliardaires, comme la colonisation de la Lune qui aboutira plus sûrement!