En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 2 jours 1 heure
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 2 jours 5 heures
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 2 jours 6 heures
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 2 jours 7 heures
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 2 jours 7 heures
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 2 jours 8 heures
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 2 jours 8 heures
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 2 jours 9 heures
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 2 jours 9 heures
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 2 jours 10 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 2 jours 4 heures
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 2 jours 5 heures
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 2 jours 6 heures
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 2 jours 7 heures
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 2 jours 8 heures
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 2 jours 8 heures
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 2 jours 8 heures
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 2 jours 9 heures
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 2 jours 10 heures
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 2 jours 10 heures
© FRED DUFOUR / AFP
© FRED DUFOUR / AFP
"Ça a gueulé"

La colère historique de Macron contre ses ministres : "Bougez vous le c… sinon…"

Publié le 03 mai 2019
On en a entendu des vertes et des pas mures lors du Conseil des ministres qui a suivi la conférence de presse de Macron. Les murs de l'Elysée ont tremblé.
Benoît Rayski
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
On en a entendu des vertes et des pas mures lors du Conseil des ministres qui a suivi la conférence de presse de Macron. Les murs de l'Elysée ont tremblé.

Les colères de Jupiter (le Grand) étaient célèbres. Quand il tonnait hommes et animaux s'aplatissaient en attendant que passe le courroux du Dieu des dieux. Les colères de Jupiter (le petit) sont également très connues bien que peu grandioses. Elles ressemblent plutôt au trépignement de Joe, le plus rageux des frères Dalton. Mais elles suffisent à paralyser de peur les ministres du président.

Certains d'entre eux et des membres de l'entourage présidentiel se sont confiés au Parisien. A les en croire ce fut un moment terrible. "Ça a gueulé". "Ils (les ministres) se sont fait cartonner". Le président les a même menacés. Il a dit en substance : "Si aux Européennes nous arrivons deuxième après le parti de Marine Le Pen il n'est pas sûr que le Conseil des ministres qui suivra se déroulera avec les mêmes têtes!"

L'horreur on vous dit. Les lustres de l'Elysée ont tremblé. Némo, terrifié est allé se terrer dans le jardin. Et Brigitte a du administrer des calmants à son irascible époux. Le motif de cette colère : le président malgré ses efforts personnels reste extrêmement impopulaire. La faute à qui ? A ses ministres bien sûr ! Car, comme leur a dit Macron, ils ne sortent pas de leurs ministères pour faire sa promotion alors que lui s'est tapé 100 heures de débat ! "Bougez vous sinon" : tel était donc le message présidentiel qui a laissé les ministres pantelants.

Si les choses vont si mal pour Macron c'est que, selon lui, le service après-vente n'a pas été assuré. Ce qu'il oublie c'est que le produit qu'on vend, même en mentant comme dans la pub, a quand même son importance. Vendre de la camelote est un exercice très aléatoire.

Ce que Macron oublie également c'est ce qu'il a fait de ses ministres qu'il ne cesse d'humilier. A force de les considérer –du haut de son intelligence qu'il tient en grande estime- comme des nuls il les rend plus nuls encore. Fouettés, battus, engueulés, ils n'osent plus rien de crainte de mal faire.

Se rendre le mercredi à l'Elysée pour le Conseil des ministres c'est, pour eux, comme gravir le Golgotha. "Que va-t-il me lancer cette fois-ci?" pensent-ils en tremblant. Peut-être pourraient-ils quand même se révolter ? Impossible tant ils ont pris l'habitude d'être méprisés par leur maître.

En plus la possession d'un portefeuille ministériel vaut bien de se faire piétiner un peu. Ils souffrent donc. Mais quand la souffrance est trop forte ils vont la confier au Parisien en espérant que les Français, sensibles et bienveillants, compatiront à leurs malheurs. Et ça, c'est mal, très mal parti…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (23)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
TPV
- 04/05/2019 - 09:51
Macron est entouré de traîtres
Et de gilets jaunes. Mais que fait la presse aux ordres au lieu de le libérer de son bunker élyséen?
Sidewinder
- 04/05/2019 - 06:06
Opinions
Comme nous avons encore un peu la liberté d'expression et d'opinion, il est normal que nous ne soyons pas tous d'accord. Je ne soutiens en rien bidam682 mais, après tout, il a le droit de s'exprimer aussi. Mes prédécesseurs « supporters » ayant déjà tout dit je ne fais qu'ajouter un compliment supplémentaire à Mr Rayski.
assougoudrel
- 03/05/2019 - 21:04
Benoit
Président! Certains sont amers et pisse-vinaigre et ils en veulent à tout le monde; leur slogan est: "mort aux vivants"!