En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 1 jour 10 heures
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 1 jour 15 heures
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 1 jour 16 heures
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 1 jour 17 heures
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 1 jour 17 heures
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 1 jour 18 heures
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 1 jour 18 heures
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 1 jour 19 heures
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 1 jour 19 heures
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 1 jour 20 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 1 jour 13 heures
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 1 jour 15 heures
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 1 jour 16 heures
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 1 jour 17 heures
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 1 jour 17 heures
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 1 jour 18 heures
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 1 jour 18 heures
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 1 jour 19 heures
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 1 jour 19 heures
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 1 jour 20 heures
© Reuters
© Reuters
Dans notre ADN

Ces questions délicates que soulève le boom du business génétique

Publié le 30 avril 2019
Avec Axel Kahn
26 millions de personnes à travers le monde auraient déjà eu recours à des tests génétiques et le marché pourrait peser 2,5 milliards dans 5 ans.
Axel Kahn
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Axel Kahn est Président de la Ligue contre le cancer. Il a été à la tête de l'Université Paris Descartes de 2007 à 2011. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
26 millions de personnes à travers le monde auraient déjà eu recours à des tests génétiques et le marché pourrait peser 2,5 milliards dans 5 ans.
Avec Axel Kahn

Atlantico : Déjà plus de 26 millions de personnes à travers le monde ont eu recours à des tests génétiques et d'ici à 5 ans le marché pourrait peser près de 2.5 milliards de dollars. Pourquoi faire ces tests et quelles questions éthiques, ces derniers soulèvent-ils du point de vue scientifique ?

Axel Kahn : Tout d'abord ce chiffre n'est pas étonnant. Pour deux raisons. D'abord du côté des gens qui demandent à ce que ces tests soient faits volontairement, il y a toujours eu la volonté de connaître son avenir ou ses origines. A partir du moment où Madame Soleil a été remplacée très largement par les avancées de la science, en particulier de la science génétique et que certains prétendent qu'on peut lire le destin des personnes dans le génome, il y a un transfert de la cartomancienne aux généticiens. Cette tendance s'inscrit par conséquent dans la continuité de l'appétence des individus pour la prédiction de leur avenir. L'autre élément est du côté des laboratoires qui proposent ces tests. Ils les proposent avec des méthodes de marketting qui sont d'une grande efficacité.

J'avais, il y a une dizaine d'année donné des chiffres qui dépassaient un peu ces prévisions. Dans tous les cas il est certain que la pratique va se développer.

Quels sont les problèmes qui se posent ? D'abord, il n'est pas question de remettre en cause la  liberté des individus d'acquérir une information qui les concerne et qu'on peut leur fournir à travers notamment le séquençage du génome. C'est considéré de plus en plus largement comme un droit inaliénable. Du côté des promoteurs de ces tests, certaines méthodes de démarchage sont extrêmement contestables, elles sont susceptibles d'aboutir à de graves problèmes moraux, sociaux ou de santé publique.

Quelles pourraient être les dérives de ce genre de tests concernant la santé ? Ne risque-t-on pas de faire adopter de mauvais comportements, notamment alimentaires, sur la base d'informations partielles ?

La grande difficulté de la multiplication des tests génétiques est que souvent ils ne sont pas mis en parallèle avec le développement d'une information large et objective sur les résultats de ces tests et ce qu'ils impliquent.

Les gens se retrouvent avec une donnée qu'ils ne savent pas interpréter et ils le feront uniquement sur la base des informations fournies par les entreprises ou alors en fonction de motivations beaucoup plus idéologiques. La liberté d'accès à l'information est désirable à la condition que la source de son interprétation soit la plus fiable possible. 

En matière de santé c'est un problème. L'illusion est la suivante : si l'on séquence le génome d'une personne et si on détermine ses prédispositions alors il suffira que cette personne modifie son style de vie pour éviter d'attraper ces maladies.

Evidemment c'est bien plus compliqué que cela car beaucoup de maladies dont on va diagnostiquer une prédisposition par un test génétique sont multifactorielles. Elles dépendent de plusieurs gênes, du comportement et de l'environnement.

Même si un test génétique est très prédictif, cela ne signifie pas que cela induira une amélioration de la santé chez tout le monde. On sait que s'exposer au soleil prédispose au mélanome et les gens continuent de s'y exposer. On sait que fumer occasionne bon nombre de maladies et on peine toujours à diminuer la consommation de cigarettes…

L'objectivité d'une connaissance n'induit pas une amélioration des comportements. Les gens qui ont cette connaissance sont des êtres de désirs et de pulsion dont l'objectif n'est d'ailleurs pas forcément celui de vivre longtemps. C'est là une limite bien connue  de ce type de promotion de la bonne santé.

Et la possibilité d'identifier géographiquement son patrimoine génétique en ces temps de sursaut identitaire ne pose-t-il pas problème ? Est-ce qu'il n'y a pas un risque, notamment pour les suprématistes blancs de voir au-travers de ces derniers un "test de pureté" ?

Aujourd'hui les sociétés qui proposent un séquençage du génome insistent en fait surtout sur les origines. Il n'y a pas de doute qu'on peut lire dans le séquençage du génome des indications fortes sur la diversité des origines des personnes.

Encore une fois le droit de savoir des personnes est inaliénable mais on voit comment cette quête de la réalité des origines peut être intégrée dans toutes les forces de suprématisme, de racisme ou peut aboutir à une stigmatisation de pans entiers de la population. Il y a une telle pression idéologique chez les gens à l'"identité personnelle", à la connaissance et la "possibilité de retrouver ses racines" que cela peut aller à l'encontre des principes de générosité, de solidarité et de fraternité. 

Enfin, le but du jeu pour parfaire l'expérience consiste à publier les résultats de ces tests sur les réseaux sociaux. Là encore quelles sont les risques d'une telle démarche ? Ne touche-t-on pas là à ce qu'il y a de plus intime ?

Quand les tests génétiques publiés sur les réseaux sociaux ont été réalisés pour préciser les origines, cela peut  peut contribuer à la constitution de communautés ethniques mûes par l'illusion, le fantasme de l'authenticité et de la pureté des origines. On voit le phénomène fleurir sur le net malheureusement. Internet peut tout, parfois le meilleur, assez souvent le pire.  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires