En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
ça vient d'être publié
light > Histoire
Incroyable
Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne
il y a 7 heures 26 min
pépite vidéo > Sport
Plus de peur que de mal
Formule 1 : Romain Grosjean miraculé après un accident très impressionnant
il y a 8 heures 10 min
pépites > Santé
Sceptiques
Covid-19 : une majorité des Français n'ont pas l'intention de se faire vacciner
il y a 10 heures 38 min
pépite vidéo > Société
Casseurs
Manifestations contre les violences policières : des dégâts à Paris
il y a 11 heures 22 min
light > Culture
Mort d'un géant
L'acteur David Prowse, qui avait incarné Dark Vador, est décédé
il y a 12 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Oscar Wilde ou l’art avant tout

il y a 13 heures 29 min
décryptage > International
A qui profite le crime ?

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

il y a 13 heures 52 min
décryptage > International
Pardon présidentiel

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

il y a 14 heures 4 min
décryptage > Santé
Vecteur

Pourquoi les virus frappent-ils plus certains continents que d'autres ? Une étude sur Zika donne des indices

il y a 14 heures 27 min
décryptage > France
Munich 1938 ? Non, Munich 2020 !

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

il y a 14 heures 45 min
pépite vidéo > France
Heurts
Manifestation : les images très violentes d'un policier tabassé par plusieurs manifestants
il y a 7 heures 51 min
pépites > France
Défense
Pour le directeur général de la Police nationale, "la police est un reflet de la société"
il y a 9 heures 21 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'origine de l'énergie des étoiles confirmée grâce aux neutrinos de Borexino ; Gravité quantique : l'écume de l'espace-temps, une clé du Big Bang au vivant ?
il y a 10 heures 53 min
light > Media
Disparition
Le journaliste Jean-Louis Servan-Schreiber est mort
il y a 11 heures 50 min
pépites > Religion
Distanciation
Messes : le Conseil d'Etat casse la règle des trente fidèles maximum
il y a 12 heures 48 min
décryptage > Politique
Partis des libertés

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

il y a 13 heures 45 min
décryptage > Economie
La crise qui vient

La bourse est-elle trop optimiste ?

il y a 13 heures 58 min
décryptage > International
Etatisme

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

il y a 14 heures 19 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Si vous voulez vraiment faire des achats respectueux de l'environnement, il ne faudra pas vous contenter de lire les étiquettes des produits en rayon. Petits conseils pour y voir plus vert
il y a 14 heures 37 min
décryptage > Société
Big tech

Pourquoi il devient urgent de sauver nos démocraties de la technologie

il y a 14 heures 49 min
© STRINGER / AFP
© STRINGER / AFP
Bonnes feuilles

Les vrais objectifs de la sulfureuse ONG Qatar Charity

Publié le 21 avril 2019
Dans leur ouvrage "Qatar papers" (ed. Michel Lafon), Christian Chesnot et Georges Malbrunot révèlent la cartographie du prosélytisme en France et en Europe mené par Qatar Charity, la plus puissante ONG de l'émirat. 2/2
Christian Chesnot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christian Chesnot est grand reporter à la rédaction internationale de Radio France.
Voir la bio
Georges Malbrunot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Georges Malbrunot, au Figaro. Spécialistes du Moyen-Orient, ils ont coécrit de nombreux ouvrages, dont le dernier "Nos très chers émirs – Sont-ils vraiment nos amis ?".
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans leur ouvrage "Qatar papers" (ed. Michel Lafon), Christian Chesnot et Georges Malbrunot révèlent la cartographie du prosélytisme en France et en Europe mené par Qatar Charity, la plus puissante ONG de l'émirat. 2/2

Les centaines de pages d’argumentaires et de notes internes à Qatar Charity que nous avons pu éplucher ne laissent aucune place au doute sur l’objectif poursuivi par l’ONG, à savoir renforcer l’identité islamique et contribuer à répandre et enraciner l’islam politique dans les communautés musulmanes en Europe, ni sur sa stratégie pour y parvenir, qui passe par l’édification, autour de moquées, de « centres de vie » animés, avec salles de classes, bibliothèques, espaces culturels et commerciaux, et parfois même jardins d’enfants, espaces médicaux, voire un espace funéraire. Bref, tout pour favoriser l’essor d’un « islam global » qui accompagnera les musulmans de la naissance à la mort.

L’ONG qatarienne étant soutenue, voire parfois encouragée par les plus hauts dignitaires de Doha, il est clair, malgré les dénégations officielles, que ses objectifs sont également ceux de l’émir. Qui finance influence ! À travers le vaste réseau d’associations islamiques en France et en Europe aidées par sa plus puissante ONG, le Qatar cherche bien à influencer l’islam de l’Hexagone et des grands pays européens. C’est même le principal objectif de cette prodigalité que nous avons mise au jour par notre enquête.

Mais par où passe cette recherche d’influence ? Par l’imam que les Qatariens chercheraient à imposer ? Pas forcément. Dans la mesure où la très grande majorité des associations bénéficiaires de l’aide qatarienne sont adeptes du même islam politique que l’émirat, nul besoin pour celui-ci de chercher à nommer un imam. Par la défense de la politique du Qatar ? Nous ne l’avons pas constaté. Au contraire, les responsables des centres islamiques européens financés par Qatar Charity prennent soin officiellement de ne pas apparaître comme des porte-parole de l’émirat. Mais en discutant avec eux, on se rend rapidement compte qu’ils partagent les mêmes ennemis comme les Emirats arabes unis et l’Egypte, principaux pourfendeurs de la cause frériste, ou épousent au contraire les mêmes causes celle des islamistes palestiniens du Hamas à Gaza, par exemple. Bref, cette recherche d’influence est plus subtile mais bien réelle, comme le confesse Nadia Karmous, responsable du musée islamique de la Chaux-de-Fonds en Suisse, qui a reçu de l’argent de Qatar Charity. « Qatar Charity ne cherche pas à contrôler les institutions que l’ONG aide, mais à les influencer. Elle pose des conditions : déployer un drapeau du Qatar, que plusieurs de leurs responsables soient conviés aux réunions importantes de ces institutions, qu’ils doivent donner leur accord pour certains projets d’agrandissement » d’établissements que QC finance.

En France, le Qatar inscrit son œuvre de prosélytisme dans la lignée de celles menées par l’Algérie, le Maroc, l’Arabie saoudite, et plus récemment la Turquie – qui ont, tous, copieusement investi dans des mosquées et institutions religieuses qui leur sont affiliées – et entend désormais rivaliser avec eux. « L’islam de France est un marché sur lequel cinq États concurrents aspirent à réaliser une OPA, confirme un cadre d’un service de renseignements qui scrute leurs agissements. Et cette concurrence s’est durcie depuis 2017, avec la guerre larvée que l’Arabie saoudite livre au Qatar. »

Dans cette bataille d’influence, le Qatar dispose donc de relais solidement implantés dans l’Hexagone, mais aussi en Allemagne, en Italie et en Suisse, grâce notamment aux membres des Frères musulmans installés de longue date dans chacun de ces pays. Leurs responsables, qui occupent souvent des postes importants ou en vue dans l’enseignement ou dans les affaires cultivent, en général, de bonnes relations avec les élus locaux. Au point parfois de devenir des partenaires incontournables des autorités municipales. Cette attitude plaît beaucoup à Qatar Charity qui, dans toute sa propagande, demande à ses relais d’agir toujours en lien avec ces élus locaux, histoire d’être irréprochable.

En France, mais surtout en Allemagne, le Qatar s’appuie également sur la Turquie, son principal allié non arabe, et sa nombreuse diaspora. Même si la pratique de l’islam turc revêt des spécificités qui rendent difficile la coopération sur le terrain, des tentatives de rapprochement sont observées dans certaines villes, à Nantes, mais aussi à Strasbourg, où un immense chantier de mosquée-cathédrale turque de 30 millions d’euros environ est en cours. « C’est le scénario que nous redoutons : l’argent qatarien allié à la ressource humaine turque », assure un diplomate saoudien, un peu amer. Une évolution qu’il faudra suivre de près dans les années à venir.

Extrait de "Qatar papers" de Christian Chesnot et Georges Malbrunot, publié chez Michel Lafon

Lien direct vers la boutique Amazon : ICI

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
gerint
- 22/04/2019 - 11:23
Qatar Charity fait son job
C’est une association cohérente. C’est nous qui nous laissons corrompre nos politiques en tête
gerint
- 22/04/2019 - 11:23
Qatar Charity fait son job
C’est une association cohérente. C’est nous qui nous laissons corrompre nos politiques en tête