En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© CHRISTOPHE PETIT TESSON / POOL / AFP
Pris entre deux feux
Pourquoi l’incendie de Notre-Dame oblige Emmanuel Macron à revoir sa copie
Publié le 19 avril 2019
Le Président va devoir proposer aux Français une vision à la mesure des évènements et dépasser la simple gestion
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Président va devoir proposer aux Français une vision à la mesure des évènements et dépasser la simple gestion

L’incendie de la cathédrale de Notre-Dame de Paris a provoqué un véritable séisme, qui s’apparente à une catastrophe nationale, par sa soudaineté, son caractère sacrilège puisque la construction avait résisté aux assauts du temps et des guerres pendant huit siècles. Elle était devenue un monument majeur qui résumait notre histoire, au centre de la capitale, au point zéro qui mesurait les distances avec le reste du territoire. On a perçu aussitôt la résonnance qu’elle a provoqué en chacun de nous, et qui s’est même étendue à la planète entière, en raison de sa popularité dans le monde, alors qu’elle accueillait quatorze millions de visiteurs par an. Ainsi se justifie la vague de dons avec près d’un milliard de promesses recueillies en une seule journée, effaçant au moins temporairement la relation difficile des Français à l’argent. Plus marquant encore, elle a fait oublier la fragmentation de la société à laquelle on assistait depuis des semaines pour générer un sentiment de communion, comme le pays en connait seulementdans les moments exceptionnels et qui traduit un besoin d’unité et de solidarité si absent dans la vie courante.

Emmanuel Macron a compris que dans ce moment de grâce, il fallait renoncer à présenter les conclusions enregistrées mais non diffusées qu’il avait tirées du grand débat. Car l’événement du 15 avril a brusquement changé la donne en créant une situation nouvelle. C’est le moment propice pour mobiliser nos compatriotes, dont on mesure qu’ils sont prêts à répondre à un appel qui leur proposerait un cap, une direction à suivre, alors qu’ils ont le sentiment d’être dans le brouillard au moment où les idéologies ont disparu, où la mondialisation leur parait insaisissable et semée d’embûches et où l’irruption destechnologies nouvelles laisse beaucoup d’entre eux sur le bord de la route. Car il n’y avait rien pour justifier l’espoir dansles propositions que l’Elysée avait projeté d’annoncer et dont les fuites publiées dans la presse traduisaient déjà une déception certaine que ne manqueraient pas de relever les sondages qui seront publiés avant la prochaine intervention officielle du chef de l’Etat, d’autant que le Premier Ministre avaitannoncé des mesures « puissantes » dont on ne trouve pas la trace. Certes, le pouvoir pouvait se flatter d’avoir renoncé à créer des impôts nouveaux. Mais il restait dans la logique d’avant, pilotée par Bercy, avec un catalogue de mesurettes concernant le pouvoir d’achat, dont la mise en œuvre s’avérait complexe, selon le saupoudrage habituel, en se perdant dans les détails pour masquer la vacuité des réformes en profondeur. On se bornait à répondre à certaines réclamations formulées par les gilets jaunes avec un deuxième train de dépenses en vue, après les dix milliards de ce qu’on pourrait appeler la première tranche, et qui seraient financées elles aussi par une augmentation de la dette. Avec le risque de susciter de nouvelles revendications puisqu’on se laissait entrainer par l’engrenage du « toujours plus », en suscitant un ressentiment encore plus grand de la part de ceux dont les demandes ne seront pas satisfaites.

Aujourd’hui, il est indispensable de créer un souffle nouveau. Emmanuel Macron peut encore se ressaisir, s’il répond au vœu fondamental du pays : proposer une vision qui a fait cruellement défaut depuis le début du quinquennat, en traçant un grand dessein et en renonçant à égrener au compte-gouttes des mesures qui rencontrent seulement l’incrédulité d’une majorité de la population. Le coup porté à Notre Dame peut provoquer cette mobilisation qu’il appelle de ses vœux. A condition qu’il dise clairement où il veut conduire le pays. Il dispose à nouveau d’un crédit, mais qui reste très limité dans le temps.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Déclarations des revenus de 2018 : attention aux risques d’erreurs
02.
L’histoire fascinante du commando Kieffer
03.
Kim Kardashian veut 7 enfants, Laura Smet en attend un, Alain Delon attend des siens qu’ils ne se déchirent pas à la Johnny; Voici voit Laeticia Hallyday & Sébastien Farran réconciliés, Closer les voit tendus; Victoria Beckham s’est fait gonfler les joues
04.
Elevage : l'entreprise Hénaff félicitée par... l'association L214
05.
Gilets jaunes : les appartements d'un casseur saisis pour rembourser ses dégradations
06.
Morts par morsure de serpent : une plaie planétaire contre laquelle l’OMS entend entrer en guerre
07.
Thierry Ardisson annonce quitter C8 car "la chaîne n'a plus les moyens de s'offrir Ardisson"
01.
Otages français : Emmanuel Macron, savez vous qui sont vraiment les deux hommes que vous accueillez en fanfare ?
02.
Pourquoi les entretiens d’évaluation annuels sont inutiles pour la plupart des salariés
03.
Aveuglement ? Un dîner caritatif est organisé à Saint-Denis au profit d’un Centre de formation des Oulémas soupçonné d’entretenir de troubles liens avec les dhijadistes anti-occidentaux
04.
La liberté est-elle climaticide ? La question folle que ne sont pas loin de se poser les nouveaux intégristes de l’environnement
05.
Derrières les ors et les artifices, pourquoi le Qatar est toujours un dangereux émirat moyenâgeux
06.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
01.
Otages français : Emmanuel Macron, savez vous qui sont vraiment les deux hommes que vous accueillez en fanfare ?
02.
“Droite Trocadéro” contre “droite mercato” : ce que cache la querelle entre LR et ex LR ralliés au macronisme
03.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
04.
Le glyphosate, le dernier débat hystérique de tous ceux qui se méfient de l’Europe et du progrès
05.
De l'art d'utiliser les morts : et Nathalie Loiseau enrôla Simone Veil dans sa campagne
06.
La liberté est-elle climaticide ? La question folle que ne sont pas loin de se poser les nouveaux intégristes de l’environnement
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ullman
- 19/04/2019 - 12:15
TAMANGO !
L’alternative présentée par l’auteur apparaît comme intellectuelle et intelligente. Si, si.
Le président aussi est intelligent. Mais si.
Le problème, GRAVISSIME, c’est sa personnalité : ultra-narcissique, déconnecté des réalités et viscéralement boulonné à des chimères. Des chimères que seuls les psys seraient en mesure d’élucider.
Alors nous sommes dans la merde parce que, lui et ses ministres ont prévenu, rien ne sera déboulonné ou détricoté, le cap sera maintenu. Le président n’a pas de vision, seulement des lubies. C’est un enfant qui est aux manettes. Le crash va être terrible.
Benvoyons
- 19/04/2019 - 12:09
2005 « Approuvez-vous le projet de loi qui autorise constitution
« Approuvez-vous le projet de loi qui autorise la ratification du traité établissant une constitution pour l'Europe ? »
Réponse NON & il n'y a pas aujourd'hui de Constitution pour gérer l'Europe. ::))
Dans le Référendum de 2005 Il n'y avait aucune question subsidiaire, ni subliminale :)::) sauf pour des Socialistes RN qui sont pires que des Casques à Pointe qui chiaient dans les lits des Français pour montrer leurs insuffisances.
Ganesha
- 19/04/2019 - 11:23
Faisons un Rêve !
Personnellement, j'éprouve un très profond doute sur ''l'effet Notre-Dame'' qui a enflammé le milieu médiatique, et auquel Atlantico a largement participé en nous livrant une profusion d'articles, plus ou moins délirants !

Mais, les français, eux, ils ont gardé la tête nettement plus froide !

En fait, le caractère ''miraculeux'' de l'incendie de lundi, c'est d'avoir empêché Macron de se vautrer dans le pire ''flop'', jusqu'à présent, de sa carrière !

Notre président saura-t-il interpréter ce ''signe du Destin'', et, tel St Paul frappé par la foudre sur le chemin de Damas, enfin découvrir la ''vraie voie'' ?

En tout cas, nous citoyens français, il nous reste désormais un peu plus d'un mois pour décider du choix de notre bulletin de vote, le 26 Mai !

Suis-je un rêveur ?
C'est possible !
Il me reste encore cinq semaines pour imaginer ce ''miracle'' : contrairement aux sondages, les français, et les peuples européens, vont participer massivement au scrutin, et, rejeter massivement, que dis-je, ''dégueuler'' cette pourriture qui nous a empoissonné depuis 2005 : la ''Concurrence Libre et Non Faussée'' !