En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 1 semaine 4 jours
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 1 semaine 4 jours
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 1 semaine 4 jours
© Maxppp
© Maxppp
Modèle social

Fiscalité : le sondage qui montre que les Français ne croient plus à l’efficacité de la social-démocratie

Publié le 12 avril 2019
Un sondage Elabe/BFMtv montre que les Français ne reconnaissent plus la légitimité de l'impôt et souhaitent une baisse des dépenses publiques redistributives.
Bernard Sananès
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bernard Sananès est président d'Elabe. Il est diplômé de l'Institut d'Etudes Politiques d'Aix en Provence, et de l'Institut Pratique de Journalisme.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un sondage Elabe/BFMtv montre que les Français ne reconnaissent plus la légitimité de l'impôt et souhaitent une baisse des dépenses publiques redistributives.

Atlantico : 85% des Français considèrent que les dépenses publiques ne sont pas bien utilisées alors que 78% d'entre eux estiment que le système fiscal ne permet pas la redistribution des richesses entre les différentes catégories de population. Dans quelle mesure ce sondage ELABE/BTMtv peut-il marquer une forme de remise en cause de la sociale démocratie ?

Bernard Sananes : Malgré toutes les critiques sur l'impôt, une majorité de Français (59%) le considère juste parce qu'il finance les services publics. C'est le premier point à rappeler pour ne pas avoir d'écart de perception. Ensuite, dans un contexte de forte perception d'injustice sociale, il y a effectivement le sentiment que l'impôt ne contribue plus à la redistribution. Ce qui est intéressant, puisque ce chiffre est extraordinairement élevé, cela veut dire qu'il touche - avec des intensités différentes - la plupart des catégories de la population et pas seulement ceux qui attendraient le plus de la redistribution. C'est donc bien une perception globale du rôle de l'impôt, de son utilité, de son efficacité qui est mise en cause aujourd’hui, avant même  son montant. Le pacte fiscal est fragilisé parce que le pacte social l’est tout autant

Votre sondage montre une volonté des Français de baisser les dépenses dans le secteur du chômage (41%) et des allocations familiales (38%). Faut-il y voir une forme de traduction du succès, auprès des Français, de la thématique de la lutte contre "l'assistanat" ?

Il faut ici noter que la pédagogie consistant à tisser un lien entre baisse des impôts et baisse des dépenses publiques s'est installée dans l'opinion. Deux tiers des Français estiment que la baisse des impôts doit être associée à une baisse des dépenses publiques. C'est une pédagogie menée depuis plusieurs années, elle ne date pas des déclarations d'Edouard Philippe de ce lundi 8 avril à l'issue du Grand débat. C'est une prise de conscience dans la société française, dans toutes ses catégories socioprofessionnelles, et j'insiste, dans toutes ses appartenances politiques. Avec là aussi des différences d'intensité mais même les électeurs de Jean-Luc Mélenchon sont 52% à penser que si nous voulons baisser les impôts, il faudra baisser les dépenses publiques, contre 90% des électeurs de François Fillon. La différence est nette mais on ne peut plus dire au vu des résultats que seuls les électorats de droite et les macronistes voudraient réduire la dépense publique contre tous les autres. Cela montre bien que dans l'opinion il y a une prise de conscience générale, que l'on ne peut pas vivre à crédit et qu'il faut s'attaquer à la dépense publique. Après, lorsque l'on pose la question aux Français de savoir quelles sont les dépenses à baisser, on voit bien que la réponse est moins aisée. Pour les retraites et la santé, les Français souhaiteraient même une augmentation des dépenses. Cela traduit la forte inquiétude de voir les pensions et les remboursements de soins diminuer à l’avenir

A l’inverse, les deux sujets sur lesquels il y a une plus forte proportion de Français interrogés qui seraient prêts à réduire les dépenses sont effectivement le chômage et les allocations familiales. On retrouve toujours le thème de l'injustice avec une part de l’opinion qui estime sans doute que les allocations familiales devraient être limitées à "ceux qui en ont le plus besoin", c'est une analyse que l'on ne peut pas écarter. On peut imaginer aussi qu'il y a bien une réaction contre des dépenses qui sont classées par certains dans la catégorie de l'assistanat, ou plutôt dans les excès de l’assistanat. Je crois que les Français font la différence entre la solidarité, par exemple sur le chômage, et les excès du système. On voit également que les Français pointent du doigt la fraude fiscale, ce qui nous renvoie à la notion d'équité dans un moment où la situation est extraordinairement difficile, à la fois collectivement et individuellement, il y a une demande d'exemplarité. Les Français n'acceptent pas cette situation, parce qu'ils ont le sentiment qu'il y a moins d'argent disponible pour la dépense publique. Et ils sont confrontés individuellement tous les jours aux contraintes budgétaires, que ce soit au niveau national ou local. Dans ce contexte, entendre dire que le travail sur la fraude fiscale n'a pas été mené créé de l'indignation et de la colère chez les Français.

N'est-ce pas également une mauvaise nouvelle pour le gouvernement qui cherche à démontrer, dans le cadre du mouvement des Gilets jaunes, que la France dispose d'un modèle social de référence ?

Il y a deux informations dans l'enquête. La première est que la crédibilité de la parole politique en général est mise en doute sur la question de la baisse des impôts. Cela ne date pas d’hier. Si le gouvernement veut être crédible, il va devoir prendre des engagements clairs, précis, mesurables, parce que dans l'opinion, le sentiment est que si certains impôts ont pu baisser notamment la taxe d’habitation, les taxes ont augmenté. Les classes moyennes notamment ont le sentiment que le gouvernement joue à un jeu de bonneteau, même si de véritables baisses d'impôts ont eu lieu. S’ajoute ici le sentiment que l’on contribue plus alors que la situation du pays comme sa situation personnelle se dégrade

Les Français sont attachés au modèle social mais ils ont la crainte que ce modèle se dégrade, qu'il ne permette plus de répondre aux attentes, et notamment à l'attente de redistribution et de progrès social. La société française exprime fortement le constat que l’ascenseur social ne fonctionne plus. Les prochaines décisions du gouvernement, notamment sur les baisses d’impôts comme sur une éventuelle baisse de la dépense publique, seront principalement évaluées par les Français sur un critère de la justice sociale.   

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 12/04/2019 - 19:05
Baisse
Pas facile de baisser la dépense publique parce qu'elle confisque 50% des revenus. Mais en contrepartie elle représente un revenu pour ceux qui en bénéficient. Et il n'y a pas que les fonctionnaires. Il y a aussi tous les travaux publics superflus qui financent des entreprises privées, les subventions aux divers services dont les utilisateurs payent entre 0 et 50% du prix. Et la liste est longue. Et ceux qui en profitent ne veulent pas lâcher le morceau.
Loupdessteppes
- 12/04/2019 - 10:33
Les statistiques ne servent qu'à...
Les statistiques ne servent qu'à nourrir les universitaires et à manipuler les masses. La réalité est plus subjective et actuellement, en France, elle sent des pieds. Les gens de l'ENA devraient apprendre à se laver : ils puent grave...
J'accuse
- 12/04/2019 - 10:33
Aux voleurs !
Avant de parler de baisse des dépenses publiques, qui intègre une baisse des dépenses sociales, il faut pratiquer la chasse aux gabegies publiques.
1- Dégraisser le mammouth : la fonction publique est obèse; il faut fortement diminuer le nombre de fonctionnaires dans les ministères et les collectivités. Les services publics n'en seront que plus efficaces
2- Que de dépenses somptuaires ou idéologiques, que de gaspillages, que de détournements, de la part des élus et des hauts fonctionnaires ! Les rapports de la Cour des comptes devraient être contraignants, et non pas oubliés quelques jours après; les "notes de frais" doivent être regardées à la loupe et fortement encadrées.
Ce sont des dizaines de milliards par an qui disparaissent ainsi du Trésor public pour profiter à des intérêts privés. Alors avant de discuter de politique sociale, faisons la police !