En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Santé
Lutte contre le virus
Olivier Véran dévoile de nouvelles mesures dans le cadre de la lutte contre la Covid-19 et précise que "la situation continue globalement de se dégrader"
il y a 3 heures 2 min
light > France
Monument de la gastronomie
Mort de Pierre Troisgros, le légendaire chef trois étoiles
il y a 6 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’Ours et Une demande en mariage" de Anton Tchekhov : de biens étranges déclarations d’amour

il y a 8 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Blackbird" de Roger Michell : par le réalisateur de "Coup de foudre à Notting Hill", un drame bouleversant sur les adieux d’une mère à sa famille… Avec une Susan Sarandon au sommet…

il y a 9 heures 28 min
décryptage > Terrorisme
Menace terroriste

Daech au grand Sahel : l’assassinat des Français au Niger, une preuve de plus de sa résistance

il y a 11 heures 41 min
décryptage > Economie
Projet de fusion

Suez – Veolia : le mythe toxique du "champion national"

il y a 11 heures 50 min
décryptage > France
"Le Livre noir de l'autisme"

Autisme : les cobayes de la honte

il y a 12 heures 9 min
pépite vidéo > Politique
LREM
Aurore Bergé révèle qu'il existe un "malaise profond" au sein de La République en marche
il y a 12 heures 43 min
décryptage > Science
Univers

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

il y a 13 heures 23 min
décryptage > Finance
Impact de la crise du Covid-19

Retour à la réalité sanitaire sur les marchés financiers : attention aux secousses sur les marchés

il y a 13 heures 48 min
light > Culture
Icône de la chanson française
La chanteuse Juliette Gréco est morte à l'âge de 93 ans
il y a 4 heures 14 min
pépites > Société
Evolution
Emmanuel Macron annonce "7 jours obligatoires" dans le cadre du congé paternité d'un mois
il y a 6 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les pôles, une aventure française" de Dominique Le Brun : "il y a trois sortes d’hommes : les vivants, les morts et ceux qui vont sur la mer". Aristote

il y a 9 heures 2 min
décryptage > International
Espoir

Un processus de paix en Afghanistan, quelle issue et à quel prix ?

il y a 11 heures 24 min
Futur
Elon Musk espère produire une voiture électrique coûtant 25.000 dollars d'ici trois ans
il y a 11 heures 47 min
décryptage > Europe
Union européenne

La force : question de taille ou d’agilité ?

il y a 11 heures 57 min
light > People
People
Le prince Harry et Meghan Markle critiqués pour avoir donné leur avis sur la prochaine élection présidentielle américaine
il y a 12 heures 32 min
décryptage > France
Un pluriel apaisant

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

il y a 13 heures 16 min
pépites > Justice
Enquête
Une dizaine d’ADN inconnus trouvés sur un matelas de Michel Fourniret
il y a 13 heures 26 min
pépites > International
Russie
Alexei Navalny, opposant politique russe, a quitté l'hôpital allemand où il était soigné
il y a 13 heures 55 min
© Reuters
© Reuters
A la dérive ?

Préservées ou en crise ? Pourquoi le ressenti des classes moyennes françaises ne correspond pas à ce que montrent les statistiques de l’OCDE

Publié le 12 avril 2019
Un rapport publié ce 10 avril par l’OCDE revient sur le rétrécissement progressif des classes moyennes occidentales (c’est à dire les populations ayant un niveau de vie compris entre 75% et 200% du revenu médian).
Michel Ruimy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Ruimy est professeur affilié à l’ESCP, où il enseigne les principes de l’économie monétaire et les caractéristiques fondamentales des marchés de capitaux.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un rapport publié ce 10 avril par l’OCDE revient sur le rétrécissement progressif des classes moyennes occidentales (c’est à dire les populations ayant un niveau de vie compris entre 75% et 200% du revenu médian).

Atlantico : ce rétrecissement des classes moyennes touche l’ensemble des pays de l’OCDE, mais la France parvient à juguler le phénomène pour sa plus grande part. Comment expliquer la différence entre ce qui est perçu en France et ces données fournies par l’OCDE ? Faut-il y voir le résultat de la stagnation du revenu médian (base du calcul du % de classes moyennes) sur une période de 10 ans, comme l’indique l’INSEE ?

Michel Ruimy : La classe moyenne est, en France, encore relativement importante. Le revenu médian annuel se situe à environ 21 500 euros alors qu’il s’élève à un peu plus de 16 000 euros dans l’Union européenne (Le revenu médian est le revenu qui divise la population en deux parties égales c’est-à-dire que 50 % de la population a un revenu supérieur à 21 500 euros et 50 %, un revenu inférieur à ce montant). Son poids dans la population totale est supérieur à la moyenne des pays de l’OCDE (68 % contre 61 %).

Pourtant, elle suscite, dans notre pays, régulièrement débats et controverses dans le champ politique, économique et sociologique. Déjà, en 1988, le sociologue Henri Mendras parlait de « moyennisation de la société » entre 1965 et 1985. Trente ans plus tard, le sociologue Louis Chauvel a évoqué l’effritement de cette catégorie sociale depuis la fin des « Trente glorieuses » dans son essai « La spirale du déclassement ». Aujourd’hui, au plan politique, le ministre de l’Économie Bruno Le Maire a expliqué que la crise des « Gilets jaunes » est venue d’une inquiétude profonde des classes moyennes face au risque de déclassement, au sentiment de travailler sans être suffisamment rémunéré.

Pour comprendre l’exaspération de cette catégorie, l’organisation internationale rappelle que la proportion des ménages français déclarant des difficultés pour boucler les fins de mois est supérieure à la moyenne des pays de l’OCDE (52 % contre 47 %). Cet écart est encore plus spectaculaire pour les foyers à bas revenus avec une différence de 11 points entre la France et le reste des pays (81 % contre 70 %).

Malgré la stagnation du salaire médian au cours de la dernière décennie, le coût des dépenses a augmenté plus vite que l’inflation, ce qui signifie que l’influence économique de la classe moyenne, au statut de plus en plus précaire, et son rôle en tant que « centre de gravité économique » s’est affaibli. Une situation, source potentielle d’instabilité politique, pouvant affecter la croissance.

Ce rapport sur l’écrasement des classes moyennes risque de résonner plus particulièrement en France, du fait d’un contexte marqué par le mouvement des « Gilets jaunes », interprété comme l’expression d’un ras-le-bol de la classe moyenne inférieure.

Dans quelle mesure cette situation pourrait-elle également le résultat du niveau de redistribution en France, qui parvient à corriger le phénomène, mais tout en masquant la fragilité de la croissance des revenus primaires des Français, bien plus visibles que la redistribution ?

Tout à fait. Il faut saisir que sans la redistribution opérée par les impôts et les prestations sociales, la France serait nettement plus inégalitaire qu’elle ne l’est actuellement.

La dernière livraison de « France, portait social » de l’INSEE, publiée à la fin de l’année dernière, l’avait opportunément rappelé : avant redistribution, les 10 % de personnes les plus pauvres disposaient, en 2016, d’un niveau de vie annuel moyen légèrement supérieur à 3 000 euros contre près de 72 500 euros pour les 10 % les plus aisées, soit 24 fois plus. Après redistribution, ce rapport passe à 6 ! Les 10 % les plus pauvres voient leur niveau de vie grimper à près de 10 000 euros tandis que celui du dixième le plus riche, tombe à environ 55 000 euros.

Le rôle de la redistribution dans la réduction des inégalités est ainsi déterminant. Les deux tiers de l’effort de réduction des inégalités sont dus aux prestations sociales. L’importance des aides au logement, les minima sociaux et la prime d’activité, de par leur caractère très ciblé, sont efficaces car ils contribuent pour environ 30 % au niveau de vie des 10 % les plus modestesalors qu’un quart de cette réduction des inégalités est imputable aux prestations familiales.Côté prélèvements, l’impôt sur le revenu, du fait de son caractère progressif, est le plus redistributif. Il participe pour près de 30 % à la réduction des inégalités de niveaux de vie. Des ordres de grandeur qu’il n’est pas inutile de garder en tête en ces temps de disette budgétaire…

Il n’en demeure pas moins que cette redistribution masque, dans une certaine mesure, la faiblesse des revenus primaires d’activité. Cette situation tient notamment aux mutations du marché du travail, qui s’est polarisé : les emplois intermédiaires menacés par la robotisation déclinent tandis que la part des postes exigeant des compétences élevées augmente. Ceci signifie d’une part, qu’il faut être de plus en plus diplômé pour appartenir à la classe moyenne et d’autre part, que les travailleurs occupant des emplois routiniers moyennement qualifiés sont pris en étau. Ceux qui ne parviennent pas à augmenter leurs compétences ont de grandes chances d’être relégués aux travaux de moindre qualité, et peu payés.

Aujourd’hui, 1 emploi à revenu intermédiaire sur 6 est exposé à un risque élevé d’automatisation en France. Même s’il n’existe pas de consensus sur les répercussions de l’automatisation sur le marché du travail, beaucoup d’emplois devraient subir des transformations dans les années à venir. Ce phénomène pourrait accroître la polarisation de l’emploi déjà à l’œuvre dans un grand nombre de pays développés.

Ne peut-on pas voir également, au travers de ce phénomène, d’une perception plus négative de la situation par la population, par la part des dépenses contraintes dans les dépenses des ménages, dont l’immobilier ?

Les dépenses pré-engagées résultent d’engagements contractuels difficilement renégociables à court terme. Il s’agit des dépenses d’eau, de gaz, d’électricité, des abonnements téléphoniques et à l’internet, des frais de cantine scolaire, de certaines assurances, des services financiers…Elles captent désormais près de 30 % du revenu des ménages contre 20 % en 1978.

Si elles pèsent de plus en plus, elles ne suffisent pas à elles seules à mesurer la pression sur le budget des ménages. Il faut encore y ajouter les dépenses incontournables à savoir l’alimentation, l’habillement, le transport (automobile et ferroviaire) et la santé. Ensemble tous ces postes de consommation représentent un peu moins de 30 % du revenu.

L’ensemble compte donc environ pour les deux tiers du budget... en moyenne, car il existe de profondes disparités entre les catégories sociales.Car, il est clair que la consommation pré-engagée représente une part d’autant plus forte de la consommation que le niveau de vie est faible.Le poids de certains postes emblématiques des dépenses incontournables sont également aussi très dépendants des niveaux de vie. C’est, par exemple, le cas de l’alimentaire qui s’allège considérablement plus on s’élève dans l’échelle sociale et qui reste très lourd pour les moins favorisés.

Toutefois, si, en France, le coût des soins médicaux et de l’éducation reste limité, reste que l’essentiel de la hausse tient à l’explosion du coût du logement. En effet, au cœur de cette dynamique,les remboursements d’emprunts n’y sont pas inclus, alors qu’il s'agit vraisemblablement de la dépense la plus contrainte. Les plus jeunes ont beaucoup plus de mal à devenir propriétaires que leurs parents, et à se constituer un patrimoine.

En fait, la baisse du pouvoir d’achat, du pouvoir d’achat libéré des dépenses pré-engagées et incontournables pour les classes moyenne et populaire, n’est pas une erreur de perception mais bien une réalité d’où l'extrême sensibilité d’une partie de la population à toute hausse de prix sur certaines dépenses plus subies que voulues.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Loupdessteppes
- 12/04/2019 - 21:15
AJM : pas de paradoxe...
Le niveau de l'éducation professionnelle en France est tellement bas et inapproprié (vs La Suisse et l'apprentissage) que de nombreux secteurs sont privés de main d'oeuvre compétente et motivée... Par contre nous avons des littéraires et sociologues à revendre... pour pas cher... Et beaucoup de dévots...
ajm
- 12/04/2019 - 16:09
Paradoxe.
En même temps Pôle Emploi publie une enquête montrant que, malgré un contexte de faible croissance, les entreprises ont énormément de mal à recruter, et ceci pour tous les niveaux de qualifications. Autour de soi , tout le monde a des exemples de personnes, entreprises petites ou particuliers qui recherchent du personnel et sont prêts à payer correctement. Même dans la France profonde, pleine de chômeurs, loin des gros bassins d'emploi on ne trouve que très difficilement quelqu'un pour travailler sauf pour postuler comme fonctionnaire communal. Les entreprises locales par exemple dans le bâtiment sont rarement disponibles rapidement et demandent des délais importants pour exécuter des commandes et des travaux faute de personnel.
lasenorita
- 12/04/2019 - 15:33
Les millenniels..
Les jeunes générations: les millenniels (âgés de 17 à 35 ans) qui sont nées après 1980 et sont devenues adultes au nouveau millénaire ''paient le prix fort de la pression subie par les classes moyennes'' selon l'OCDE...Depuis Mitterrand: cela fait des décennies que les socialos mettent le pays à genoux! Les poteaux sur lesquelles les municipalités installent des caméras de surveillance sont sciés par l'islamo-racaille. Pourquoi ''l'Etat français'' tolère-t-il cela? Les racailles islamiques savent qu'ils ne seront pas punies, elles peuvent tout se permettre.. .ce sont les ''vrais'' Français non-musulmans qui paieront...c'est-à-dire les Français de ''la classe moyenne''... que les gaucho-collabo pressurent tant qu'ils peuvent,puis ils donnent leurs sous aux terroristes musulmans... parce que les ''banlieues'' constituent le plus gros pourcentage de voix des gauchistes...ainsi l'ancien maire de Marseille, le socialiste Gaston Deferre, voulait ''jeter à la mer'' les ''Français non-musulmans(en 1962) mais il a ouvert ''toutes grandes'' les portes de sa ville aux salafistes algériens qui répandent la terreur et l'islamisme dans notre pays!