En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

04.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

07.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 1 heure 33 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 3 heures 12 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 5 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 7 heures 21 sec
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 8 heures 6 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 9 heures 11 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 10 heures 4 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 10 heures 28 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 11 heures 8 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 11 heures 32 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 2 heures 5 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 3 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 6 heures 38 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 7 heures 46 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 8 heures 22 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 9 heures 51 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 10 heures 18 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 11 heures 2 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 11 heures 25 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 11 heures 33 min
© LUCAS BARIOULET / AFP
© LUCAS BARIOULET / AFP
Contre toutes attentes (de la France insoumise)

Cette demande de libéralisme social qui émane de la restitution du Grand débat

Publié le 09 avril 2019
Une conclusion possible du Grand débat serait que les Français espèrent plus de libéralisme sans pour autant sacrifier la question sociale.
Michel Ruimy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Ruimy est professeur affilié à l’ESCP, où il enseigne les principes de l’économie monétaire et les caractéristiques fondamentales des marchés de capitaux.
Voir la bio
Erwan Le Noan
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Erwan Le Noan est consultant en stratégie et président d’une association qui prépare les lycéens de ZEP aux concours des grandes écoles et à l’entrée dans l’enseignement supérieur.Avocat de formation, spécialisé en droit de la concurrence, il a été...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une conclusion possible du Grand débat serait que les Français espèrent plus de libéralisme sans pour autant sacrifier la question sociale.

Atlantico : Après plusieurs mois de consultations, en quoi pourrait-on estimer que les aspirations des Français, exprimées à l'occasion du Grand débat national, pourraient être de nature à une demande de libéralisme, s'exprimant notamment au travers du ras-le bol fiscal ? 

Michel Ruimy : M. Édouard Philippe l’a encore rappelé hier : il y a, pour les Français, une grande « exaspération fiscale ».Ce ras-le-bol fiscal ne date pas d’hier. Déjà, en 2013, M. François Hollande avait senti monter le « malaise fiscal ». Et, pourtant, cela continue. Pire, on passe d’un malaise à une exaspération ! 
Ce n’est pas quelque chose de diffus mais de bien concret. En 2018, le jour de « libération fiscale » c’est-à-dire le jour à partir duquel le contribuable français travaille pour lui et sa famille et non plus pour le financement des dépenses publiques,est tombé le 27 juillet alors qu’il a eu lieu, en Belgique, le 17 juillet, le 10 juillet pour l’Allemagne et la Grèce, le 8 juillet pour l’Italie ou encore le 8 mai pour le Royaume-Uni. La France reste le pays où la fiscalité est la plus élevée, un statut qu’elle possède déjà depuis trois ans.
Outre un besoin de justice et d’équité et une flopée de revendications, de nombreux Français ont notamment initialement réclamé, lors du Grand Débat, la baisse de la CSG, qui a fortement frappé les retraités, et de la TVA, en particulier sur les produits de première nécessité. Un scénario d’ores et déjà écarté par le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin. Il n’en demeure pas moins que ces requêtes indiquent clairement la direction à prendre pour le gouvernement : baisser et baisser vite les impôts.
Mais, qui dit moins de recettes fiscales, dit moins d’initiatives des pouvoirs publics et donc un rôle économique de l’Etat plus réduit. C’est l’une des caractéristiques d’un Etat libéral. Ce qui ne veut pas direun Etat absent, mais plutôt un Etat au budget limité, équilibré et mieux géré, maîtrisant ses dépenses. 
Ainsi, alors qu’Emmanuel Macron s’est fait élire sur des idées libéraleset que le mouvement des « gilets jaunes » s’est opposé, à son début, aux taxes supplémentaires, on pourrait penser qu’il y a une certaine concordance des temps. Pour autant, la France reste prisonnière de ses dogmes étatistes et de son Etat profond.

Erwan Le Noan : Si les demandes qui s’expriment étaient libérales, ce serait une excellente nouvelle pour la France ! A certains égards, il est vrai que les revendications portées résonnent positivement à des oreilles libérales : réduire la dépense publique, réduire la fiscalité, accroître la transparence de l’Etat, etc. Dans le même temps, il y a également des demandes d’augmentation de la fiscalité sur les plus « riches ».
Il est donc probablement réducteur de considérer que l’expression du grand débat est libérale. Elle n’est probablement nourrie d’une doctrine très claire et se limite – ce qui est déjà beaucoup, à dire ce que ressentent tous les Français : une immense exaspération devant un appareil administratif qui les oppresse plus qu’il ne les libère, qui les contrôle plus qu’il ne les encourage, qui leur confisque leurs revenus plus qu’il ne les incite à progresser ! Le grand débat a exprimé ce que tout le monde sait depuis des années en dehors des élites technocratiques qui nous gouvernent : les Français sont étouffés par l’Etat. 
Les demandes de baisse de la dépense publique et de baisse de la fiscalité expriment donc plus une colère qu’une doctrine. Elle peut être libérale, ou poujadiste, ou frondeuse : beaucoup de considérations différentes se melent surement dans une expression commune.
L’important est de savoir ce que donneront ces revendications : si elles aboutissent effectivement à baisser drastiquement la dépense publique et la fiscalité, ce sera un pas immense pour la France ! 

Cette demande de libéralisme semble s'articuler avec une aspiration sociale profonde de la part des Français. En quoi cette demande pourrait-elle correspondre à un libéralisme plus "social", "humain" ou "durable" ? 

Michel Ruimy : Sans jouer sur les mots, je pense que les Français souhaitent davantage un social-libéralisme qu’un libéralisme-social.En effet, le mot « libéralisme » est sans doute le plus ambigu de la philosophie politique. Il désigne aujourd’hui des réalités entièrement différentes aux Etats-Unis (progressisme), au Royaume-Uni (marché libre), en Italie (Etat de droit), en Allemagne (ordo-libéralisme). En France, aucun homme ou parti politique traditionnel n’ose plus se dire libéral ! Or, en politique, les mots comptent. On ne peut pas faire une politique libérale sans le dire.
Le malaise de la société française peut être perçu au travers des sentiments d’isolement, d’indifférence, de manque de considération… exprimés lors des manifestations. Dans leur grande majorité, nos concitoyens ne revendiquent pas la disparition de l’Etat ou sa réduction aux fonctions régaliennes comme le fait le libéralisme pur et dur. Ils prônent plutôt des marchés les plus libres possibles, mais avec un encadrement de l’Etat dans certains domaines (éducation, pauvreté, santé…) pour rétablir une justice sociale. C’est-à-dire un libéralisme ayant des fondements sociaux. Mais, la France a une tradition étatiste et colbertiste plus que libérale, et l’Etat a toujours veillé de près au destin de ses grands groupes industriels.
Concrètement, au plan économique, dans le passé, cette politique a pu trouver des échos dans celle menée par les gouvernements de François Fillon sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy. Plus récemment, ce fut le cas de la politique conduite par François Hollande et Manuel Valls, qui a visé notamment à réduire la régulation dans certains secteurs économiques, à admettre des règles commerciales inéquitables, en particulier notamment avec des pays ayant un système social moins avantageux pour les salariés, à baisser les prélèvements fiscaux sur les entreprises pour favoriser une politique de l’offre…
Aujourd’hui, en France, la seule question politique qui vaille la peine, peut-être, d’être posée est celle de savoir s’il faut réduire ou non le poids de l’Etat dans notre économie et dans nos viesdans un contexte où la politique économique est désormais fortement contrainte par l’Union européenne. Car si le besoin de changement est radical, l’agenda des solutions obéira forcément à plusieurs échelles de temps. 

 

​Erwan Le Noan : Les Français perçoivent ce que les élites ignorent : l’Etat Providence est dans une situation d’échec lamentable depuis des années. Les hôpitaux souffrent, les écoles ne sont plus au niveau, la solidarité n’est plus assurée alors même que l’Etat ne cesse de prélever et de réglementer. Le modèle que les discours politiques grandiloquents ne cessent de prétendre sauver ou préserver est en réalité dans une situation de faillite : il ne produit plus de résultats à la hauteur de ce que la collectivité y investit.
Il est donc peu surprenant et assez légitime que les Français expriment à la fois une demande de retrait de l’Etat inefficace et le renouvellement de la solidarité : ils demandent que le modèle qui a failli soit remplacé par une offre alternative. 
Cela ne veut pas dire qu’ils se sont convertis à un libéralisme débridé – ni qu’ils foncent vers le communisme dont ils savent en réalité qu’il n’a produit que de la misère et de l’oppression ; mais ils sont en attente d’une autre offre de services (publics). Et de ce point de vue, force est de constater que le gouvernement comme les oppositions n’ont strictement rien à proposer. Ce n’est pas surprenant, ils restent sur le modèle d’un Etat-Providence qui fonctionnerait car, en réalité, leurs dirigeants sont assez représentatifs d’élites – souvent administratives – qui sont restées préservées des bouleversements négatifs du monde des dernières années.

Quels sont les partis ou les personnalités politiques susceptibles de pouvoir incarner une telle demande exprimée par les Français ? 

Michel Ruimy : La question suivante pourrait être posée aux Français : « En qui faites-vous le plus confiance pour vous faire représenter dans la Société ? » car la question du non-respect des promesses de campagne est l’une des pierres angulaires de la défiance envers les responsables politiques. 
Or, le bon jugement de M. Macron, presque infaillible depuis qu’il a décidé de se présenter aux élections présidentielles de 2016 avec un maigre bagage politique, est remis en question. Jupiter est faillible. Aujourd’hui, La République En Marche ne tire surtout sa force que de la division de l’opposition. L’aspect le plus étrange des difficultés internes du président de la République est peut-être le peu de choses que l’opposition politique semble pouvoir en faire. En effet, si l’on observe les premiers sondages concernant les prochaines élections européennes, àDroite, les Républicains de François-Xavier Bellamy peinent à dépasser les 10%. La Gauche, quant à elle, elle est profondément divisée avec pas loin de cinq listes en lice... Aucune ne dépasse les 10% d’intentions de vote. Quant à la France Insoumise, un temps annoncé à 14%, il est désormais dépassé par la liste EELV de Yannick Jadot, donnée autour de 9%. La demande des Français ne semble pas épouser les aspirations de Jean Luc Mélenchon. La stratégie du gouvernement, consistant à faire de ce scrutin un affrontement progressistes versus populistes, semble fonctionner.
Quant au social-libéralisme, il tend, en Europe, à être proche de partis centristes même si on en trouve dans l’ensemble des partis politiques non extrémistes.De manière générale, le courant français pourrait s’inspirer surtout des figures étrangères qu’ont été le Britannique Tony Blair et l’Allemand Gerhard Schröder. Tous deux, issus de partis de gauche, ont mené dans leurs pays des politiques de privatisations et de libéralisation du marché du travail, voire théorisé le rôle de l’Etat comme créateur d’un terrain favorable à l’activité économique.
Sur l’échiquier politique français contemporain, le Parti radical de gauche, dont le président est Guillaume Lacroix, se revendique, en particulier, de ce courant. 

​Erwan Le Noan :Aujourd’hui, il y a beaucoup de personnes qui expriment des idées libérales, mais aucune n’a probablement l’ampleur politique suffisante pour incarner une alternative crédible à ce stade.
Le risque, pour les démocrates, c’est que le discours anti-étatiste soit récupéré par des poujadistes nationalistes, qu’on trouvait à une époque au Front national avant que Marine Le Pen n’adopte un discours économique digne de l’extrême gauche.

 

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 09/04/2019 - 18:59
commentaires
Ils m'ont tous bien fait rire !
Forbane
- 09/04/2019 - 18:52
Oh mais quelle merveilleuse coïncidence
Rien que le titre, «  le libéralisme social » c’est le « en même temps de Macron » , sa synthèse de la droite et de la gauche!
Quel visionnaire, quel génie!
12 millions dépensés pour ça!
guzy1971
- 09/04/2019 - 15:32
Avec l'âge les idées générales me fatiguent
"Les demandes de baisse de la dépense publique et de baisse de la fiscalité expriment donc plus une colère qu’une doctrine." et bien ceci est rassurant, méfiez-vous des gens qui ont une doctrine et des idées très arrêtées. Regardez notre président !

Tous ces mots sont devenus un peu vide de sens à force d'être employés à tort et à travers. ce qui caractérise le mouvement GJ c'est l'absence d'idéologie structurée, les GJ sont divers mais ont juste une demande de reprise en main de leur destin et de démocratie. Une démocratie c'est nécessairement un compromis entre plusieurs visions du monde, elle nous oblige à prendre les autres en compte car on ne peut pas les effacer et ils valent autant que soi. Bien sûr pour Macron, qui lui est un idéaliste et par conséquent un type dangereux, cette démocratie est insupportable. Il ne comprend même pas le concept de démocratie libérale en fait, qui est la pluralité et le compromis social permanent.