En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© Thomas SAMSON / AFP
Analyse de texte
Sérotonine : et si le dernier roman Houellebecq était un roman beaucoup plus catholique qu’on ne l’a vu ?
Publié le 14 avril 2019
Dans un entretien accordé à Atlantico, le cardinal Robert Sarah a commenté le dernier chapitre du dernier roman de Houellebecq, Sérotonine, en disant qu'il était "tout à fait catholique".
Julien Leclercq vient de publier « Catholique débutant » aux éditions Tallandier. Il dirige également la revue numérique http://lenouveaucenacle.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Julien Leclercq
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Julien Leclercq vient de publier « Catholique débutant » aux éditions Tallandier. Il dirige également la revue numérique http://lenouveaucenacle.fr
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans un entretien accordé à Atlantico, le cardinal Robert Sarah a commenté le dernier chapitre du dernier roman de Houellebecq, Sérotonine, en disant qu'il était "tout à fait catholique".

Atlantico : Dans un entretien accordé à Atlantico, le cardinal Robert Sarah a commenté le dernier chapitre du dernier roman de Houellebecq, Sérotonine, en disant qu'il était "tout à fait catholique". Partagez-vous ce jugement ?

Julien Leclercq​ : Je partage l’analyse du cardinal Sarah. Sérotonine ne constitue pas à proprement parler un « roman chrétien », car la question de Dieu n’est que trop peu évoquée - mais, en revanche, si les dernières lignes du roman m’ont autant bouleversé, c’est précisément parce qu’elles résument toute la puissance du message chrétien. J’ai quelques réserves sur la qualité littéraire de l’ensemble de l’ouvrage, mais les deux dernières pages subliment le reste qui est parfois un peu bancal. Après une longue introspection intérieure pour déterminer si le suicide était une bonne option, le narrateur confie : « Et je comprends, aujourd’hui, le point de vue du Christ, son agacement répété devant l’endurcissement des coeurs (…) Est-ce qu’il faut vraiment que je donne ma vie pour ces minables ? ». Il faut également prendre en compte l’érudition du cardinal Sarah, lorsqu’il déclare que c’est « tout à fait catholique », il entend aussi « catholique » au sens étymologique de « l’universel ». Le dernier chapitre de Houellebecq est avant tout une réflexion sur la destinée de l’humanité, partagée entre l’immanence et la transcendance, et la grande dépression collective causée par la disparition du sacré. 

Michel Houellebecq a plusieurs fois déclaré être très inspiré par un grand auteur chrétien, Joris-Karl Huysmans, et a affirmé ne plus être athée dans un entretien accordé à La Vie en 2015. Quelle place à la religion catholique dans l'oeuvre de Houellebecq ? Y a-t-il une authentique interrogation religieuse ou peut-on plutôt parler d'esthétique chrétienne ?

Oui, et, d’ailleurs Huysmans est un converti, qui a choisi l’Eglise pour, je cite, sortir de « l’impasse naturaliste », comprendre l’explication scientifique et rationnelle du monde. Il raconte sa conversion dans En Route, paru en 1895, à la fin d’un XIXe siècle épris de scientisme et de positivisme. De ce point de vue, la comparaison avec Houellebecq est flagrante : les deux s’interrogent sur le sens de la vie et la présence d’un Dieu dans une époque qui érige la science et la raison en figures tutélaires. Houellebecq y ajoute le consumérisme et l’hédonisme induits par le capitalisme. Je ne peux affirmer qu’il y a une « esthétique chrétienne » chez Houellebecq, mais il y a une véritable appétence pour la question de Dieu. Houellebecq a aussi confié ne pas aller à l’église, mais qu’il voulait que les églises soient toujours présentes et accueillantes, au cas où il avait envie d’y retourner. Dieu est une (sainte) tentation chez Houellebecq, celle qui lui ferait dépasser l’absurdité du monde contemporain. Il me semble que c’est la première apparition de Jésus dans un de ses livres. Que cela survienne dans les dernières pages du roman, présage en tout cas d’un approfondissement ultérieur de cette question au cours de son oeuvre. 

Michel Houellebecq semble souvent accorder une place importante à la religion dans sa quête du bonheur, qu'il oppose à la dépression rampante de notre société matérialiste livrée à la consommation de masse. « Je reste persuadé que tout bonheur est d’essence religieuse » avait-il déjà déclaré en 1996 à Sébastien Lapaque dans la revue Immédiatement. Le christianisme est-il devenu pour Houellebecq une sorte d'antidote à la société qu'il abhorre ?

Houellebecq est celui qui comprend le mieux notre époque, car son diagnostic est implacable : le consumérisme, l’individualisme, et, surtout, la victoire des plus forts sur les plus faibles dans un contexte de guerre économique (et il s’inclut dès Extension du domaine de la lutte dans le camp des losers), constituent les grandes causes non pas du malheur, mais de l’absence de bonheur du monde moderne. Ce qui n’est pas tout à fait la même chose. Ce bonheur qui fuit le personnage houellebecquien, recherché dans la vaine satisfaction des sens ou les plaisirs furtifs et médiocres, peut se trouver dans le ciel. Le christianisme n’est pas encore devenu l’antidote pour sauver le monde, du moins pas explicitement, dans son oeuvre. Je prends cependant les paris : après le constat du malheur de l’homme sans qualité (d’ Extension du domaine de la lutte à Sérotonine), du non-sens de la quête effrénée de la jouissance (Plateforme), de l’impossibilité de la science de répondre aux grandes questions contemporaines (Les Particules élémentaires, La Possibilité d’une île), et face au péril islamique (Soumission) le christianisme sera pour Houellebecq la grande interrogation qu’il affinera au fil de ses livres prochains. La figure du Christ à la fin de Sérotonine est un pivot décisif pour une nouvelle quête spirituelle et littéraire pour répondre à la médiocrité de notre temps qui refuse le dépassement de soi. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
02.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
03.
Vent de sécularisation sur le monde arabe ? Ces pays qui commencent à se détourner de la religion
04.
Quand la SNCF se laisse déborder par ses contrôleurs
05.
Renault-Nissan-Fiat Chrysler : le mariage à trois est possible à condition d’éviter trois enterrements
06.
Il y a une grande différence entre l’hygiène et la propreté lorsque vous faites le ménage chez vous et voilà laquelle
07.
Kim Kardashian provoque la colère des Japonais avec le lancement d'une ligne de sous-vêtements, Kimono Intimates
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
03.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
04.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
05.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
06.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
01.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
02.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
03.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
04.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
05.
Canicule : y’a-t-il encore un adulte dans l’avion ?
06.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Podoclaste
- 16/04/2019 - 09:13
À la recherche d'un maître
L'angoisse de mort fait faire à l'homme toutes sortes de retournements de veste. La perte de clientèle aussi, manifestement : comme ce n'est pas le saint père qui va ramener des brebis (le pauvre les ferait plutôt fuir), on va chercher loin (Houellebecq, il fallait oser).
Dieu est une invention de l'être humain, ce dernier a beau l'oublier, cela finit toujours par s'imposer à lui. Mais l'humain (le "peuple", selon Marx) a tant besoin de se trouver un maître...
cloette
- 15/04/2019 - 09:37
Boris -Karl Huysmans
N'est ce pas celui qui a écrit "Là-bas", et qui était fasciné par les démons, le satanisme, Gilles de ray ? drôle de référence !