En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

02.

La délinquance de jeunes venus pour la plupart du Maghreb explose à Paris

03.

La coupe est pleine. Insurrection ? Désobéissance ? Révolte ? Les PME et TPE ont-elles encore le choix ?

04.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

05.

COVID-19 : mais pourquoi le gouvernement est-il incapable de communiquer sur le véritable indicateur de gravité de l’épidémie ?

06.

Pour la France, la dette est magique, plus on en fait, plus on s’enrichit... alors pourquoi se priver ?

07.

Le risque d’une généralisation de l’épidémie à toute la France est pris très au sérieux par les chefs d’entreprise, mais pas par les Français. Alors pourquoi ?

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

La coupe est pleine. Insurrection ? Désobéissance ? Révolte ? Les PME et TPE ont-elles encore le choix ?

05.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

06.

Alerte aux grandes oreilles chinoises : voilà pourquoi vous devriez tourner 7 fois votre pouce avant de poster quelque chose sur les réseaux sociaux...

01.

Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine

02.

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

03.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

04.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

05.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

06.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
A voté

Oui, il faut abaisser à 16 ans l’âge du droit de vote

il y a 21 min 54 sec
décryptage > Société
Etincelles

Ce qui se passe vraiment lorsqu’un parfait inconnu devient un ami proche quasi instantanément

il y a 43 min 6 sec
pépite vidéo > Politique
Démocrates Vs Républicains
Présidentielle américaine : retrouvez le premier débat entre Donald Trump et Joe Biden
il y a 1 heure 12 min
décryptage > International
Course à la Maison Blanche

Trump - Biden : un débat chaotique qui ne devrait pas changer les lignes

il y a 1 heure 30 min
pépites > International
Ring
Trump face à Biden : un pugilat confus, un match de boxe, plutôt qu'un débat
il y a 2 heures 11 min
décryptage > Justice
Garde des Sceaux

Rébellion corporatiste des magistrats : il faut sauver le soldat Dupond-Moretti

il y a 3 heures 11 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Pour la France, la dette est magique, plus on en fait, plus on s’enrichit... alors pourquoi se priver ?

il y a 3 heures 35 min
pépites > Politique
Signatures
Pétitions citoyennes : l'Assemblée nationale lance officiellement sa plateforme
il y a 18 heures 16 min
pépites > France
Craintes pour les rémunérations
Covid-19 : des agents de la SNCF testés positifs auraient continué à travailler
il y a 20 heures 15 min
pépites > Terrorisme
Profil
Attaque devant les anciens locaux de Charlie Hebdo : l'assaillant a reconnu être âgé de 25 ans et non de 18
il y a 21 heures 15 min
light > Economie
Crise
Disney supprime 28.000 emplois sur 100.000 employés dans ses parcs aux USA
il y a 28 min 2 sec
décryptage > Science
Imagination

Bonne nuit les petits (cyborgs) : le MIT développe une technologie pour téléguider les rêves

il y a 57 min
light > High-tech
Sécurité
Amazon One : un nouveau système de paiement en magasin, un scanner qui analyse votre main
il y a 1 heure 22 min
décryptage > Economie
Espoir

Les ménages américains ont connu un boom de leur pouvoir d’achat pendant les années 2010. Voilà les leçons que l’Europe pourrait en retenir

il y a 1 heure 56 min
décryptage > Politique
Campagne électorale

LR intermittent : mais à quoi a donc joué Gérard Larcher pendant les sénatoriales ?

il y a 2 heures 31 min
décryptage > International
On ne change pas un Ottoman qui gagne

Conflit du Haut-Karabakh : une nouvelle guerre du croissant contre la croix

il y a 3 heures 34 min
pépites > Société
Solidarité
Le congé du proche aidant indemnisé va entrer en vigueur ce jeudi
il y a 17 heures 46 min
light > Santé
Coronavirus
Covid-19 : Alexandre Benalla est sorti de l'hôpital après une semaine en réanimation
il y a 18 heures 43 min
pépites > Politique
Organigramme
LREM : Aurore Bergé est nommée "présidente déléguée" des députés marcheurs
il y a 20 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Nez" de Nikolaï Gogol : une farce nasale et masquée

il y a 21 heures 40 min
© Capture
© Capture
Privatisation

Et s’il fallait supprimer le service public audiovisuel en même temps que la redevance télé (mais pas les financements de programme d’intérêt général) ?

Publié le 30 mars 2019
Gérard Darmanin a annoncé vendredi 29 mars vouloir supprimer la redevance audiovisuelle, souligant qu’« on regarde la télévision, et singulièrement la télévision publique, par autre moyen qu’un écran de télévision ».
Francis Balle
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Francis Balle est professeur de science politique à l’université Paris-II Panthéon-Assas. Ancien membre du CSA, il dirige l’IREC (Institut de recherche et d’études sur la communication). Il est également professeur invité, depuis 1981, à l’université de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérard Darmanin a annoncé vendredi 29 mars vouloir supprimer la redevance audiovisuelle, souligant qu’« on regarde la télévision, et singulièrement la télévision publique, par autre moyen qu’un écran de télévision ».

Atlantico : Plutôt que de supprimer la redevance audiovisuelle ne faudrait-il pas supprimer le système audiovisuel public et utiliser l'argent public pour financer des programmes ? 

Francis Balle : Le statut juridique de la redevance a toujours été un serpent de mer d'autant plus qu'aujourd'hui elle se combine avec la taxe d'habitation. 

Nous avons donc affaire à deux difficultés. Premièrement, avec la suppression progressive de la taxe d'habitation, la perception de la redevance audiovisuelle pose un problème technique. Ensuite, un second problème avait été soulevé par Françoise Nyssen -ministre de la Culture qui a précédé Franck Riester- : le fait que la télévision soit de moins en moins regardée sur un poste de télévision mais davantage sur nos tablettes, smartphones... La détention d'un téléviseur n'est donc plus le critère décisif pour la collecte de la redevance devenue contribution à l'audiovisuel public.  

Un système dans lequel on utiliserait l'argent public non plus pour financer des chaînes de télévisions publiques mais plutôt des programmes pourrait être intéressant. Toutefois une difficulté majeur resterait, à savoir la disparition petit à petit de la notion de chaînes pour la bonne et simple raison que les programmes qui sont vus différés -le streaming, le replay- ne cessent de se développer. Ceci dissocie donc les programmes des chaînes desquelles ils émanent et par conséquent la notion de chaîne et sa grille horaires -dont les téléspectateurs sont prisonniers- s'estompe. Nous allons donc de plus en plus devoir nous interroger sur la possibilité de réserver l'argent public à des programmes qui répondent véritablement à des missions de service public. C'est-à-dire que nous allons devoir définir exactement le périmètre et le contenu de programmes qui répondent à une logique qui n'est pas celle du marché, à une logique où les annonceurs ne sont pas les commanditaires. 

La question que vous posez, c'est-à-dire d'allouer l'argent public à des seuls programmes qui répondraient aux intérêts bien compris du public -donc également à des programmes qui seraient diffusés par des chaînes privées- se pose bien évidemment aujourd'hui face au défis que représente le numérique.

 

Un tel système avec des programmes financés par l'argent public ne serait-il pas plus rentable ? En revanche cela n'impliquerait-il pas des obligeances de contenus (au niveau éducatif par exemple) ? 

Cela pose une difficulté, évidemment il faut définir ce que l'on entend pas mission de service public. Les missions de service public concernant les contenus sont extrêmement difficiles à circonscrire car il n'y a pas que les programmes d'informations, ni les programmes destinés aux enfants mais aussi une certaine manière de présenter l'information, une certaine manière de présenter les programmes pour les enfants et il y aussi des programmes de divertissement qui peuvent répondre à une certaine obligation de service public. En ce sens, il s'agirait davantage d’œuvres de catalogue, c'est-à-dire des programmes qui seraient à même d'être diffusés plusieurs fois. 

Mais comment définir ce qui serait vraiment de service public ? C'est une question bien complexe à trancher, puisque tout dépend du traitement des programmes. Un programme peut sembler être de service public mais être traité d'une telle façon qu'il ne devrait pas avoir sa place dans une logique du service public. 

 

Enfin, le ministre de la Culture Franck Riester a proposé de baser davantage la télévision française sur le modèle de la BBC, c'est-à-dire de fusionner plusieurs chaînes et types de contenus, quels seraient les avantages d'un modèle ? Est-ce réalisable en France ? 

L'idée de construire une BBC à la française n'est pas nouvelle et est incontestablement heureuse puisqu'elle répond à la mise-en-commun de certains moyens qui sont ceux du secteur public afin de proposer des programmes qui correspondent mieux aux exigences et aux attentes du public. Cette idée est donc pertinente encore faut-il que l'argent qui serait nécessaire à la construction d'un tel projet ne soit pas détourné de ce que devrait être l'objectif du CSA et des missions de service public que peuvent remplir la télévision, c'est-à-dire de répondre aux défis auxquelles elle fait face avec l'explosion du numérique. 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
DANIEL74000
- 01/04/2019 - 08:12
Gaspillage public
C'est l'Etat qui tue la France comme le statut a tué le service public. A quoi servent les 10 chaines publiques et leurs intermittents dont le pire : le ministère de la culture ! Qui sait que notre redevance sert les fastes du C.E. de ;'audiovisuel ?